16

C'est quand même coton d'affronter un Djinn

Achoura

Quatre enfants se rendent dans une vieille maison réputée maudite. L’aventure vire au cauchemar lorsque l’un d’eux disparaît dans d’étranges circonstances. 25 ans plus tard, les trois survivants continuent de faire leur deuil jusqu’au jour où le disparu réapparaît sans crier gare… Dix ans après nous avoir étonné avec son efficace Mirages, Talal Selhami revient sur les écrans pour les besoins d’Achoura, un film fantastique dont la conception s’est avérée lente et compliquée pour tout un tas de raisons n’ayant pas forcément à voir avec le cinéma. Quoi qu’il en soit, ce conte initiatique franco-marocain devrait enfin trouver le chemin de nos salles depuis son rachat par Orange Studio qui a été séduit par l’univers du cinéaste. À quelques jours de sa diffusion au Festival de Bruxelles (le BIFFF pour les intimes), Achoura se dévoile au grand public sous la forme d’une bande-annonce laissant espérer une œuvre influencée par l’univers de Stephen King mais aussi par les aventures d'un certain Freddy Krueger dont Talal Selhami est un fan inconditionnel. 

JBH

En relation avec cet article...

Mirages | Achoura | Talal Selhami | Stephen King