40

Affreux, sale et méchant

The Golden Glove

Réalisateur de Head-On et In the Fade, Fatih Akin change totalement d’univers avec The Golden Glove dont la nature hautement provocatrice en a choqué plus d’un lors de sa projection au Festival de Berlin. Il faut dire que le cinéaste allemand y illustre sans détour les méfaits d’un certain Fritz Honka (le comédien Jonas Dassler, méconnaissable), serial killer des années 70 ayant défrayé la chronique outre-Rhin en torturant à mort les prostituées qu’il attirait dans son appartement. « J’adore le roman initial de Heinz Strunk et, comme lui, je voulais parvenir à donner une dignité au monstre qu'est Fritz Honka » explique Akin au micro de Paris Match. Puis d’ajouter à propos de son approche : « Je suis devenu réalisateur grâce aux films d’horreur, mais ce n’est pas l’horreur américaine d’aujourd’hui qui m’inspire ; ce sont plutôt les films autrichiens de Michael Haneke ou Ulrich Seidl qui me terrifient. » D’où une âpreté formelle permettant à Fatih Akin de piéger le spectateur dans un univers grisâtre, suintant et inconfortable comme le démontrent les nombreux qualificatifs négatifs (« dégoutant », « heurtant », « misogyne ») qui ont émané de la projection.      

JBH

En relation avec cet article...

The Golden Glove | Fatih Akin | Michael Haneke | Jonas Dassler