Animenation n°296
09/05/2016

Animenation n°296

0

All about schoolgirls

Shunji Iwai aura attendu treize ans pour raconter comment les héroïnes de son touchant HANA AND ALICE se sont rencontrées, à travers un film d’animation entièrement rotoscopé.

Shunji Iwai a toujours été un cinéaste atypique au sein de l’industrie nipponne. Devenu réalisateur en gravissant patiemment les échelons, il avoue ne pas être cinéphile et partage son temps entre mise en scène, expérimentations numériques (en 2000, il a développé le début de l’intrigue d’All About Lily Chou-Chou via un exercice d’écriture participative sur le Net) et production de films et de groupes de musique. Il a développé avec son défunt chef-opérateur Noboru Shinoda un style de mise en scène où dominent plans larges contemplatifs et un mix de caméra portée et de jump cuts apte à souligner les émois et tourments de personnages souvent à la recherche de leur vérité intérieure. Si les amateurs connaissent surtout le bonhomme pour son déchirant mélo Love Letter (1995) et son foisonnant drame punk/SF Swallowtail Butterfly (1996), son oeuvre est rigoureusement inconnue du grand public en raison d’une absence mystérieuse et quasi totale de distribution en France (seul Love Letter est sorti chez nous en DVD en 2010). L’arrivée de Hana et Alice mènent l’enquête dans nos salles par Eurozoom est donc un pari joliment culottée, puisque peu seront au courant que ce film d’animation est en fait la préquelle du film live Hana and Alice (2004), jolie histoire d’amitié entre deux lycéennes qui tombent amoureuses du même garçon amnésique… et initialement pensée comme une suite de courts-métrages promo pour les barres chocolatées Kit Kat de Nestlé ! Iwai apprécie tellement les personnages qu’il en tirera un long-métrage, et aujourd’hui, donc, un anime entièrement conçu en rotoscopie (des acteurs sont filmés en live puis des artistes dessinent par-dessus les images captées). Ce n’est pas la première fois qu’Iwai se frotte à l’animation, puisqu’il a écrit et produit en 2009, pour son pote Ryûhei Kitamura (Versus, l’ultime guerrier), le mystérieux moyen-métrage de SF Baton. Ici, l’utilisation de la rotoscopie semble avoir un objectif initial plutôt pragmatique, puisqu’il permet à Iwai de travailler à nouveau avec les deux comédiennes de Hana and Alice (Anne Suzuki et Yû Aoi) tout en rendant crédible le fait que l’histoire (les deux filles se rencontrent en enquêtant sur le supposé fantôme d’un ancien élève) se déroule avant celle qu’il a tournée treize ans auparavant. Mais le bénéfice est aussi plastique et narratif : en utilisant avec beaucoup de poésie des décors live à peine retouchés au crayon et en permettant à sa caméra de se balader avec une liberté qui paraît parfois factice dans des oeuvres animées de A à Z, Iwai transpose sa science de l’émotion au coeur d’un univers urbain pastel qui n’est pas sans évoquer celui du Makoto Shinkai de 5 centimètres par seconde. Une émotion forcément plus prégnante pour qui a vu Hana and Alice, le cinéaste expliquant notamment l’une des plus touchantes idées du film original (la raison pour laquelle Hana vivait recluse avant de rencontrer Alice) tout en livrant de très beaux moments d’autocitation (le plan large sur le pont avec Alice et son père). Ce qui n’empêche pas Hana et Alice mènent l’enquête de pouvoir s’apprécier séparément comme une très belle chronique douce-amère de l’adolescence japonaise, à la mise en images aérienne et gracile. 



ZOOM

 Disponible sur Netflix, la saison 1 de Psycho-Pass de Naoyoshi Shiotani sort le 6 avril chez Kana Home Vidéo dans un coffret DVD/Blu-ray, presque en même temps que son manga/préquelle dans la collection Dark Kana. Une double occasion pour découvrir ce chouette polar SF au carrefour de Blade Runner, Strange Days et Ghost in the Shell : Stand Alone Complex.

C’est chez Gaumont/Kazé que sortiront le 27 mai les multiples éditions vidéo du génial Le Garçon et la bête de Mamoru Hosoda. Les classiques DVD et Blu-ray seront doublés de coffrets « prestige » qui, en plus d’un making of de 45 minutes et autres joyeusetés, proposera un livret collector et le roman du film écrit par Hosoda lui-même. De quoi rugir de plaisir.

 

La rencontre de Cyborg 009 de Shotaro Ishinomori et de Devilman de Go Nagai, vous en rêviez ? C’est chose faite avec la série de trois OAV Cyborg 009 VS Devilman de Jun Kawagoe, visible depuis peu sur Netflix. À l’origine conçue comme deux reboots séparés, cette rencontre au sommet répond au souhait de Nagai de rendre hommage à Ishinomori, dont il fut naguère l’assistant. Et c’est bien bourrin !

 

Laurent Duroche