Aller au contenu


Photo

Maniac - William Lustig (1980)


  • Please log in to reply
4 réponses sur ce sujet

#1 Rev3ngZ

Rev3ngZ

    Gremlins

  • Members
  • 1417 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Paris

Posté 26 May 2020 - 03:12 AM

Vu sûrement trop jeune. Peu de souvenirs.

Vos avis Madnautes ?

 

 

1773568.jpg


Love


#2 fanatic

fanatic

    Faut que j'aille dormir

  • Members
  • 21615 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Avec Cliff, Norm et les autres...

Posté 26 May 2020 - 08:54 AM

Via le sujet consacré au réalisateur: https://www.mad-movi...l=lustig&page=1

Maniac est LA réference dans le genre du film de psychopate.
Un aspect différent plsu axé sur la psychologie, des effets bien gores par Maître Savini, une mise en scène inventive... Tout pour réussir, et ça l'est pleinement, un chef d'oeuvre ! (6/6)


Maniac, que j'ai trouvé décevant, avec une construction bancale (ça saigne à tout va puis on essaye d'installer une pseudo-histoire ensuite). Moyennement convaincu par ce "choc".


Maniac
 
Putain d'ambiance urbaine glauque, un NY nocturne peu rassurant, très glacial, très inquiétant comme dans l'éventreur de NY de Fulci.
Bon y a des faiblesses dans l'histoire avec un schéma narratif sans enjeux et un déroulement très linéaire, on sait de suite qui est le tueur et Lustig opte pour une approche "réaliste" du serial killer ( a savoir qu'il a pas le QI de Hannibal, c'est pas un esthète du crime comme John Doe ), y a pas d'enquête et tout le film est selon le point de vue ( très dérangé ) du tueur, on va donc suivre Zito dans sa quête meurtrière ( on éprouve un peu de sympathie pour ce pauvre type solitaire au physique un peu ingrat et complétement névrosé et sociopathe ), on est avec lui au première loge ( putain d'utilisation de la voix off ) et les longues scènes de meurtres sont vraiment très réussit, mention à la scène du métro bien tendu et sordide comme il faut et le passage dans l'appartement, Lustig fait preuve d'une belle maitrise ( j'aime bien l'enchainement de zoom rapide lorsque Zito descend les escaliers et que la victime l'aperçoit et bien entendu la gestion de la tension dans les séquences des toilettes est tout simplement parfaite avec l'excellente musique de Jay Chattaway ), comme quoi y a pas besoin de beaucoup de thune pour faire des scènes trippante.
Par contre fait rare on a pas de meurtre en vue subjective ( surtout qu'on voit le film du point de vue de Zito ).
Le final avec Caroline Munroe rappelle les grandes heures de la hammer avec une scène dans un cimetière très brumeux, un vrai ambiance ghotique et un final onirique qui a bien de la gueule.
Le film est bien entendu porté par un Joe Spinell ( qui a co écrit le film ) habité, il fait vraiment peur ( dans le genre interpretation de serial killer on a pas vu mieux depuis ), il a un putain de regard de pervers et il arrive a merveille a jouer sur plusieurs registre ainsi par moment on ressent vraiment la fragilité de son personnage traumatisé à vie par sa mère, mais quand il bascule dans la folie meurtrière ça rigole pas ( les gros plans sur sa tronche en sueur entrain d'étrangler ces victimes ça fait froid dans le dos ) maniac1.jpg
Savini ( qui joue un petit rôle, le type qui se fait éclater la tête au fusil c'est lui ) oblige les maquillages on bien de la gueule avec des bons effets gore bien sanglant ( rho putain la tête qui explose 100528100514177985.jpg, ces putains de scène de scalp ou ce final cauchemardesque avec un arrachage de tête ( seul FX plutôt moyen ) ), d'ailleurs c'est du gore crade qui fait mal ( bon c'est un peu fun aussi quand même quand on aime le gore icon_mrgreen.gif ).
Le plan final avec l'apparition du titre est tétanisant.
 
5/6


Maniac (1980).
 
Clairement un gros film de dératé complet.
L'ambiance du film est ultra glauque, alternant entre séquences nocturnes angoissantes et d'autres diurnes tout aussi dérangeantes. On suit le parcours de Franck Zito de manière très clinique, froide. On est avec lui tout le long du film, l'accompagnant dans sa démence meurtrière et dipienne.
La réalisation de William Lustig est parfois maitrisée, d'autres fois en totale roue libre, mais le film comporte son lot de séquences anxiogène à souhait (le métro), d'idées bienvenues et d'autres aux effets ratés. L'utilisation de ralentis sur certaines séquences gâchent un peu l'effet recherché, amha. Le film contient quelques séquences utilisant la vue subjective, quel dommage de ne pas avoir eu un meurtre filmé de cette manière, cela aurait eu un effet des plus énormes.
Les maquillages de Tom Savini sont tous excellent.
La fin du film est une réussite de mélange entre thriller et fantastique. Là ou tout était réaliste et ou tout les évènements se passaient réellement, a partir d'une scène brumeuse et angoissante, le film glisse largement du coté du fantastique et c'est là une grande idée. Idée qui donne lieu à une séquence des mannequins (au passage animés de façons géniales) et du cimetière complètement réussi, rehaussant le niveau du film qui ne semblait être jusque là qu'un banal thriller sanglant. Une conclusion bienvenue, apportant un développement plus qu'intéressant sur la psyché de ce Franck Zito.
 
Headshot à travers un pare-brise/6
ou
5/6
 
EDIT: +1 Scalp!

 

Alors , vu dernièrement , " Maniac " de William Lustig .
 
386pxmaniac1980.jpg
 
Frank Zito , ancien combattant et gérant dun petit groupe dimmeuble au sein dun quartier de New-York calme et excentré souffre chaque jour davantage de la solitude qui le pousse à aller chercher des distractions au cur même de la grosse pomme . Malheureusement pour ceux quil va croiser, Frank est un tueur psychopathe aux singulières manies. Sa rencontre fortuite avec Anna, photographe de mode, va pour un temps changer les choses, mais peut-on réellement échapper à son passé ?
 
Titre original : Maniac
Réalisation : William Lustig
Scénario : C.A. Rosenberg & Joe Spinell
Production : William Lustig & Andrew W. Garroni
Producteurs exécutif : Judd Hamilton & Joe Spinell
Sociétés de production : Magnum Motion Pictures Inc.
Distribution : Analysis Film Releasing Corporation
Musique : Jay Chattaway
Caméraman : Robert Lindsay
Montage : Lorenzo Marinelli
Décors & Costumes : Rob Bottin & Tom Savini
Pays d'origine : États-Unis
Format : Couleurs - 1,85:1 - Dolby - 16 mm
Genre : Thriller & Horreur
Durée : 87 minutes
 
Casting :
 
Joe Spinell = Frank Zito , Caroline Munro = Anna DAntoni , Gail Lawrence = Rita , Kelly Piper = Linfirmière , Rita Montone = la prostituée , Tom Savini = le fêtard , Hyla Marrow = la fêtarde , James Brewster = Lhomme sur la plage , Linda Lee Walters = la femme sur la plage , Tracie Evans = la prostituée dans la rue , Sharon Mitchell = la deuxième infirmière , Nelia Bacmesiter = Carmen Zito , Louis Jawitz = le directeur artistique , Denise Spagnuolo = Denise , Billy Spagnuolo = Billy , Frank Pesce = le reporter tv , William Lustig = le gérant de lhôtel , Randy Jurgensen = le policier barbu
 
"Maniac" , film dont linterdiction de diffusion en France a fait beaucoup pour sa célébrité et a contribué à faire la fortune des patrons de vidéo-clubs , fait partie de ces bandes emblématiques des années 80 dont même ceux qui , comme moi , ne les avaient pas vues , furent marqués à vie par laffiche . Sorte de slasher très démonstratif dans ses débordements sanglants orchestrés de main de maître par Tom Savini, le film de William Lustig a pour lui le somptueux cadre dun New-York aussi glamour quinquiétant ainsi qu une mise en images sèche et sans concession .
Les explosions de violence de Frank ne sont pas , et cest là lun des grands mérite du métrage , sa seule raison dêtre .En plus dune réalisation soignée et inventive dautant plus méritoire que le film sest fait pour un budget de misère , "Maniac" bénéficie dune bande-son épousant lhumeur de son principal protagoniste , deffets spéciaux diaboliquement efficaces, mais aussi et surtout de lexceptionnelle performance de Joe Spinell dont la silhouette inquiétante et la diction parfaite font merveille .
Nourrissant son jeu dacteur dexpériences personnelles comme sa relation avec sa mère et de recherches faites sur des tueurs en série comme le Fils de Sam ou John Wayne Gacy , il compose un personnage de meurtrier inoubliable , à la fois terrifiant , haïssable et touchant . Son caractère sérieusement dérangé est encore mis en avant par des scènes oniriques cauchemardesques illustrant ses angoisses et dinquiétants discours tenus aux mannequins toujours plus nombreux qui peuplent sa chambre .
Le principal reproche que javais à faire au film tenait au développement trop rapide à lécran de la relation Frank/Anna , mais il ne tient pas , sachant que des scènes visant à étoffer la romance ont été tournées et hélas perdues sans pouvoir être intégrées au montage final , selon les propres mots de Caroline Munro . Contrairement à beaucoup dautres bandes du même genre, "Maniac" a remarquablement bien vieilli et mérite pleinement son statut de film culte
 
 
Quelques faits relatifs au film :
 
Le tournage dans les rues De NYC sest fait sans autorisation, faute dun budget conséquent pour payer les assurances .
 
La salade de crevettes a des applications intéressantes dans la réalisation de la garniture de faux crânes
 
Joe Spinell a investi une bonne part de son salaire de La chasse pour financer le film
 
" Maniac " partage de fait quelques acteurs et lieux de tournage avec " Cruising ", dont le " Saint James Hotel " , authentique hôtel de passe près de Times Square ( qui s'est depuis racheté une réputation ) , ou se déroulent les premiers meurtres des deux films . On reconnait en effet très bien dans " Maniac " la pancarte aux néons bleus et rouges bien qu'elle soit occultée .
 
Pour conclure , un bon 5 / 6 qui pourrait bien être revu plus tard à la hausse .

 

Bon on a beaucoup parlé de « Maniac » dernièrement, alors je viens aussi mettre mon grain de sel:
 
Willaim Lustig c'est un amoureux du cinéma. C'est avant tout un réalisateur talentueux, dont la petite filmo est impressionnante. Peu de films au compteur mais quels films!
 
Maniac: Enormissime. Déjà rarement une affiche ne m'aura autant impressionnée (avec celle de Massacre à la tronçonneuse). Et puis ce film, qui malgré son âge avancé (1980), ne perds aucunement de sa force. Film de fou (dans tous les sens du terme), porté par un Joe Spinnel habité (la performance d'une vie), ce film est un monument de l'horreur glauque. Et puis rien que la scène de poursuite dans le métro, c'est un 6/6 amplement mérité.
Inutile de dire, quun remake, à moins de séloigner complètement de loriginal, napportera absolument rien à ce film. Quel que soit le réalisateur qui sy attèle (Levasseur prépare toi à souffrir, ta pas fini de ten prendre plein la gueule).


200w_d.gif

#3 Altaz

Altaz

    Killah

  • Members
  • 3361 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:There's no place like home

Posté 26 May 2020 - 12:02 PM

Tiens, j aimerai bien le revoir celui là... le remake est dispo sur Amazon...
Je sais pas comment te dire ce que je peux pas écrire

#4 huoz

huoz

    JarJar

  • Membres
  • 1 Messages :

Posté 31 May 2020 - 12:35 PM

L'affiche elle-même est un programme que le film tient : Gore burné.

Un classique dans son registre.

 

3/6 : ne vous y trompez pas, c'est un film auquel je suis très attaché.

Mais si tu mets 6/6 à Maniac je vois plus très bien comment on règle l'échelle des valeurs d'un film. On met combien à "massacre à la tronçonneuse", "la nuit des morts vivants", "le masque du démon"... ?

 

Premier visionnage sur vhs y'a bien longtemps, j'ai revu le film de temps en temps, toujours avec le même plaisir. Y'a quelque chose de plus malsain et dérangeant que de grotesque. Entre Hershell Gordon Lewis et Tobe Hooper. Il a le charme du trash qui donne ce qu'il promet, pas plus, mais pas moins, brut de décoffrage.

 

Sans être bouleversant, c'est un vrai bon film. A voir et revoir.



#5 jason13thh

jason13thh

    Faut que j'aille dormir

  • Members
  • 11101 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Bruxelles

Posté 31 May 2020 - 22:52 PM

Un excellent slasher urbain , bien poisseux, dans un N-Y alors dangereux et avec un gros taux de criminalité. Giuliani avait pas encore fait le ménage. On a une certaine sympathie pour le tueur vu son passé et ce qu'il a subit enfant mais gardant malgré tout une forme d'amour pour sa mère. Joe Spinell est impérial en tueur dérangé. Le seul truc qui me derange dans ce film c'est qu'on ne croit pas une seule seconde à bas relation avec la très belle Caroline Munroe. J'aime beaucoup la représentation craspec de N-Y dans ce film, le gore de Savini (qui a un caméo dans le film)




0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)