Aller au contenu


Photo

Brooklyn Affairs - Edward Norton (2019)


  • Please log in to reply
6 réponses sur ce sujet

#1 Goldanus

Goldanus

    Les fions qui m'aimaient

  • Members
  • 14484 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:change de trou, ça fume

Posté 21 January 2020 - 13:32 PM

premier-trailer-motherless-brooklyn-avec

 

On sent bien les origines littéraires, c'est très dense et plutôt goulu au niveau du ton, de façon nonchalante le film embrasse une telle palette de vibes variées que tu te demande comment le film arrive à tenir debout... Norton réussit à faire sonner une musique assez unique dans un genre très référencé. C'est souvent captivant dans son arrière-plan (l'ampleur des ramifications sur le mystère criminel c'est cool et bien tenu, les conseils de quartier-like :love: ) mais l'agencement langoureux et désinvolte des scènes sur 2h30 plombe le coït entre le polar passionnant qui brasse large, le film politique, historique et le film de personnage. Le Brooklyn de Norton, c'est un peu comme le Charlot avec Chaplin, la projection solaire d'un autiste magnifique et rigolo qui carbure à l'empathie du spectateur. Le mood du film se cale un peu sur les ruptures digressives de la pathologie de son personnage principal qui butte plus que de raison sur un détail...

 

En dehors des modes et du temps, de par la gestion de ses multiples ramifications et de par son regard sur le monde dans lequel évolue son personnage le film impose une certaine poésie "jazzy" (au début j'ai pas mal pensé à "et si Audiard fils faisait un film de détective") tout en digression.
Ce qu'il perd en trépidence il le gagne en capital sympathie, son chinatown social avec un P4 en lead arrive à faire valoir tout ses spécificités atypiques dans un genre verrouillé de référant écrasants. Sortie de ce chant de mine le film arrive à imposer sa voix : touchante et souvent captivante... un peu chiante aussi. La croisade de David/Brooklyn contre les capitaines de l'Industrie débouche sur un petit film de détective qui se sirote comme une bonne tisane. Même si on peut trouver qu'il y a un peu trop de gras il a quand même réussit à diffuser à son film de série un peu de la poésie de son titre original : Motherless Brooklyn.

 

motherless-brooklyn-voa-141601.jpg

 

Ce film d'époque shooté pour le budget de camping 2 est une virée à la cool sous le tapis de la bonne conscience américaine ou le regard de son réalisateur se cale sur celui de son personnage principal en imposant un filtre aux couleurs rigolotes et touchantes aux choses.

 

 

4/6

 


one-nite-in-mongkok-sam-lee-deforme-par-


#2 Mac Ready

Mac Ready

    Pétomane

  • Members
  • 11262 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Le grand No-man's land de glace

Posté 21 January 2020 - 16:46 PM

Ouais.

 

Un chouette trip film noir, un peu décalé - on remplace le privé fauché, alcoolo, et désabusé, par quelqu'un de compétant mais ayant quand même du mal à rentrer dans le costume, d'autant plus qu'il est affublé d'un syndrome Giles de la Tourette mais aussi d'un caractère obsessionnel/maniaque lui permettant de s'investir maladivement dans l’enquête, le tout provoquant des ruptures de ton rigolotes  - c'est plutôt classe visuellement, y a un chouette cast, une bonne ambiance, de la bonne zic, c'est fluide malgré le caractère alambiqué de l'enquête... non c'est cool. Un poil long quand même, cela-dit.

 

Mais cool.

 

4/6

 

(oui j'ai juste c/c ce que j'ai écris viteuf dans les zavis, oui)

(ça va hein...)

(désolé de pas forcément avoir le temps ou la motivation de partir dans une longue analyse lyrique)

(je vous emmerde hein)

( :cat1:)


Lougaldou-galdou-la, lou-daldoung-daldoung-daldoung...


#3 thirdeyemachine

thirdeyemachine

    Chouineur

  • Members
  • 10817 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Dans ta tasse à café.

Posté 21 January 2020 - 17:53 PM

Vu deux fois en salles, pour ma part, j'ai vraiment adoré. Très belle interprétation (tous, sans exception, même Baldwin arrive à faire flipper), une intrigue film noir fascinante, une romance très subtile (on ne nous ressort pas la femme fatale inhérente au genre), une belle mise en scène, une belle musique. Certes, le film contient des longueurs et certains personnages disparaissent de l'histoire (les collègues du héros) mais c'est tellement agréable comme film ! Et pis je le trouve plus attachant que tous les héros réunis du LA Confidential de Ellroy / Hanson.

 

5/6


mini_286879images.jpg www.podsac.wordpress.com


#4 roboris45

roboris45

    GO du club Mad

  • Members
  • 15812 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:dans la cave.

Posté 21 January 2020 - 17:58 PM

 

(j'ai vu ça il y a quelques temps, je le poste ici, E.Norton et le film noir…)


SEX SHOP WONDERLAND (BD - tomes 1 et 2 disponibles) --> http://www.mad-movie...ic=30561&page=1


#5 Rev3ngZ

Rev3ngZ

    Gremlins

  • Members
  • 1417 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Paris

Posté 21 January 2020 - 23:28 PM

Ennuyeux, toujours un coup d'avance sur ce que pige le perso. A part à la bande originale et la prestation de Norton...

 

2/6


Love


#6 Donowitz

Donowitz

    Wookie

  • Members
  • 3256 Messages :
  • Profil:Femme
  • Location:DTC

Posté 04 February 2020 - 18:00 PM

Un des films que j'ai le plus apprécié en 2019 et ça se voit que Norton aime son film, ses acteurs et les personnages qu'ils jouent.
 

Il ressasse pas tous les poncifs du genre et c'est franchement agréable à voir. La mise en scène est sobre mais efficace et la musique mi jazz- mi expérimentale par moments colle parfaitement à l'ambiance.

 

4/6 



#7 KaMiGoRoSHi

KaMiGoRoSHi

    Gremlins

  • Members
  • 1175 Messages :

Posté 16 April 2020 - 17:14 PM

Bonne petite surprise, bien aimé l'atmosphère, les acteurs, et l'intrigue...


神殺し




0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)