Aller au contenu


Photo

Quick change / Hold up à New York - Howard Franklin / Bill Murray (1990)


  • Please log in to reply
Pas de réponses sur ce sujet

#1 uhu

uhu

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 4689 Messages :
  • Location:Cyberdyne Systems

Posté 02 December 2019 - 17:48 PM

Bon, après the driver, je poursuis la découverte de films sympatoches, quick change (hold up à new york en VF), co-réalisé par Howard Franklin (également scénariste) et Bill Murray. Signalons au passage qu'il s'agit du seul cas où Bill Murray a tâté de la réalisation, et l'échec du film fera qu'il ne retentera jamais l'expérience.

51SgPUXQFzL._SY450_.jpg

Le film est la seconde adaptation du livre homonyme écrit par Jay Cronley et publié en 1981. La première adaptation fut le paresseux "Hold-up" avec Belmondo sorti en 1985.

Mais les deux films sont radicalement différents : le bébel était une comédie d'action à la française faisant la part belle aux scènes d'action sans intérêt et plaçant le hold up du titre au milieu du film, tandis que la version US est une pure comédie, avec la partie braquage tout au début.

Alors, de quoi parle-t-il?

Le film met en scène Bill Murray, qui décide de cambrioler une banque avec deux complices, interprétés par Geena Davis et Randy Quaid.

7yhcw210.jpg

Les 20 premières minutes sont consacrées à l'attaque proprement dite, et le reste du film aux tentatives du trio d'arriver à l'aéroport. Et disons le tout de suite, à ce niveau le script est incroyablement imaginatif. Les trois pieds nickeles sont en effent confrontés à une succession d'évènements improbables qui font tout capoter. Rien que pour voir cela, le film vaut le détour, on se demande à chaque fois ce qui va encore leur arriver. :mrgreen:

Niveau personnages, disons le tout de suite, le script a été écrit pour Bill Murray, au sommet de sa forme, qui bouffe littéralement l'écran, et qui lâche de multiples saillies avec cet humour pince-sans-rire dont il a le secret. Pratiquement chacune de ses flèches font mouche.

Et son interaction avec certains personnages secondaires sont savoureux : citons ses coups de films avec le chef de la police, son arrivée à la banque et ses échanges avec les otages, mais aussi des dialogues avec un chauffeur de taxi qui ne parle pas un mot d'anglais (interprété par Tony Chaloub à ses débuts), ou bien encore son interaction avec le chauffeur de bus le plus maniaque de New York. Les gags pleuvent, mais c'est souvent réussi.

hqdefa10.jpg

Autre moment savoureux : les scènes avec les otages, qui mettent en évidence les travers de la lâcheté humaine. :tongue:

La séquence de l'attaque de banque est très bonne, à la fois pour les otages, mais aussi pour le plan de Bill extrêmement simple et malin pour échapper à la police.

Après, le film a aussi quelques défauts. Si Bill fait son Bill, avec brio, ses complices ont du mal à exister. Gina Davis est toute mimi, mais on n'accroche pas une seconde à sa romance avec Bill Murray. La faute au parti-pris du film, qui ne pose pas les personnages. On commence par l'attaque de banque, sans nous expliquer ce qui lie nos trois cambrioleurs. Pour Randy Quaid, c'est une autre histoire : son perso est un parfait contre-pieds à celui de Bill Murray. Autant Bill est posé et réfléchi, autant Quaid est ultra-émotif à la limite de l'hystérie, ce qui est parfois drôle, mais qui est souvent lourd.Le contraste est en fait beaucoup trop fort entre les deux acteurs.

Au final, c'est un film sympathique, où l'on rit souvent, pour peu qu'on apprécie le Bill Murray show (ce qui est mon cas).

4,5/6


Go ahead, and make me rich (John Carpenter 1948-1998)
I am just hoping that I can be known as a great writer and actor some day, rather than a sex symbol (Steven Seagal)




0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)