Aller au contenu


Photo

DAU - Ilya Khrzhanovsky (2008-2019)


  • Please log in to reply
18 réponses sur ce sujet

#1 Prosopopus

Prosopopus

    Wookie

  • Members
  • 3238 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:to infinity... and beyond !!!

Posté 22 March 2019 - 16:17 PM

hqdefault.jpg

 

Bon je ne savais pas trop où foutre ça et j'avoue qu'en plus j'ai pas masse d'infos sur le truc vu que je ne savais pas que ça sortait chez nous et donc que je n'ai pas vu les représentations de janvier-février.

 

Alors ça va sûrement faire fuir certains puisqu'on est dans du mélange de performance, de cinéma, de documentaire et d'émission de télé-réalité.

 

A la base le "film" est censé être une biographie de Lev Landau (le DAU du titre donc), éminent physicien soviétique ayant reçu le prix Nobel en 1962. Mais rapidement le projet semble avoir évolué vers quelque chose de plus conceptuel, de plus bordélique et nébuleux aussi. Si on en croit le wiki anglais et le site du projet, en gros le tournage aurait commencé en 2009 et aurait duré trois ans, majoritairement sur un même lieu, à savoir la reconstitution de l'Institut des problèmes physiques de Moscou dont Landau a été un éminent membre et directeur, construit en Ukraine sur un terrain de 12 000 m² et au sein duquel il a été demandé à 400 extras, acteurs, scientifiques et diverses personnalités de vivre 24h/24h dans des conditions réelles, comme si elles occupaient bien le Dau Institute quelque part entre 1938 et 1968. Le tout étant filmé en continu.

 

Il en est ressorti 700 heures de rush divers qui ont été montées pendant plusieurs années, aboutissant à 13 longs-métrages, plusieurs séries et des documentaires.

 

 

Perso je me suis vaguement intéressé au projet parce qu'il se trouve que le rôle principal, celui de Lev Landau, est tenu par Teodor Currentzis (en veste rouge sur la photo d'ouverture), chef d'orchestre grec et bad-boy du classique qui semble avoir bien donné de sa personne pour le film...

 

Mais les personnalités affiliées au projet sont vraiment multiples puisqu'on retrouve les scientifiques Carlo Rovelli, Dimitri Kaledin, David Gross et Shing Tung Yau, les metteurs en scène Peter Sellars, Romeo Castellucci et Anatoly Vassiliev, les artistes  Carsten Höller, Marina Abramovic, Boris Mikhailov et Philippe Parreno; le designer Rei Kawakubo…

 

Alors les scientifiques ne me disent pas grand chose mais les artistes oui et c'est clairement plutôt dans la veine conceptuelle, performative, je me mets tout nu et je fais des installations (dans le lot par contre je ne connaissais pas Boris Mikhailov et c'est un photographe choisissant des sujets crus et brut de décoffrage, ça vaut le coup d'oeil).

 

En plus des personnes filmées plusieurs acteurs semblent avoir été utilisés pour réaliser des doublures voix, à savoir Isabelle Huppert, Willem Dafoe, Monica Bellucci, Hannah Schygulla, Isabelle Adjani, Iris Berben, Gerard Depardieu, Lars Eidinger, Fanny Ardant, ou Barbara Sukowa.

 

Une majorité de Français peut-être parce que le projet a finalement été dévoilé à Paris, du 24 janvier au 17 février 2019, dans une représentation/exposition rassemblée sur le Théâtre du Châtelet (fait exprès car en travaux et collant bien avec un aspect soviétique/décrépi) et le Théâtre de la Ville qui promettait "la découverte d’un monde complexe où l’on est invité à se perdre ou se trouver pour une durée allant de six heures à un temps illimité". Et je suis un peu vénère parce que c'est fini et que je l'ai ratée... La pochaine représentation semble prévue pour Londres mais sans date précise.

 

Mais bon, le tout semblait être un bon gros bordel un peu fumiste, si on en croit cet article sur Télérama (oui je sais) :

https://www.telerama...us,n6124348.php

 

Pour la partie qui nous intéresse, à savoir les films tirés de l'expérience, le tout semble donc jouer sur une volonté de cinéma-vrai, de théâtralité où rien n'est simulé, et donc oui il y a du cul ("Ah ?" me semble-t-il entendre dire le madnaute jusqu'ici vaguement endormi), ce que semble corroborer le trailer aperçu sur le site du film, qui montre une mosaïque des différents films, plaçant bien en évidence au milieu une scène lesbienne. Oui, tout artiste qu'on soit, on n'en est pas moins homme...

 

Oui parce que tout ceci semble tout de même porté par une volonté un peu confuse d'Art total, mais j'en parle ici parce que ça reste une proposition un peu particulière et que les photos du projets me font tout de même un peu quelque chose. Du coup si certains ont eu la chance d'aller à l'expo, ont plus d'info ou des éléments un peu plus concrets ?

 

5c62830785600a168b1c190d.jpg

 

thumb_large.jpg

 

 

J'aurais bien vu un Flitchy se bouger son cul ? ou un Brutt ? Et ça peut parler à un Georgie, un Nuke, un AGS ou un Tonton ?



#2 Dirty Flichty

Dirty Flichty

    Squirt Lover

  • Members
  • 18223 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:VCD et VHS

Posté 22 March 2019 - 16:20 PM

Ah non jamais de la vie, j'ai senti le coup fourré dès les premières annonces.
En te voyant créer le topic j'ai justement cru que t'y avais foutu les pieds... "j'ai pris le passeport 24h à 300 balles ! Maintenant tous les services secrets du monde ont un scan du mien, c'est super, je recommande"

Fallait suivre les premiers retours en direct sur Twitter et autre, le jour de l'ouverture foirée, puis les jours suivants histoire d'avoir plein d'anecdotes croustillantes (entre les films sans queue ni tête, les acteurs/employés aussi peu informés que les visiteurs, les gens qui se baladent dans des espaces à moitié vides en demandant aux badauds qu'ils croisent s'ils ont vu un truc intéressant...).
Doit y avoir un article qui rassemble tout ça, y a du lourd.
Celui de Télérama a l'air d'en faire une bonne synthèse.


6kePM3Z.jpg

Aardvark Editions / Facebook


#3 Prosopopus

Prosopopus

    Wookie

  • Members
  • 3238 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:to infinity... and beyond !!!

Posté 22 March 2019 - 16:23 PM

:angry:

 

(j'ai tu les aspects les plus borderlines du truc pour que ça ne dérape pas voyons)

(mais ça te titille pas un minimum, au-delà de l'aspect un peu m'as-tu-vu du truc ?)



#4 Dirty Flichty

Dirty Flichty

    Squirt Lover

  • Members
  • 18223 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:VCD et VHS

Posté 22 March 2019 - 16:27 PM

Sur le papier si mais je suis toujours méfiant de ce genre de truc pensé par un artiste contemporain friqué et génie autoproclamé, sachant qu'au delà de l'apparente fumisterie il y a semble-t-il un gros souci d'exploitation des gens qui ont oeuvré pour et sur ce projet (que ce soit les habitants/acteurs de cette ville fictionnelle ou les employés de l'installation sur place). Ethiquement douteux donc.
Sachant que si ça a été refusé par une ville comme Berlin avant, c'est qu'il y a quand même une raison.

Par contre je pense aller à l'expo Toutankhamon parce que j'aime bien les momies.


6kePM3Z.jpg

Aardvark Editions / Facebook


#5 Ol'Dirty Bastard

Ol'Dirty Bastard

    Gremlins

  • Members
  • 1418 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:High in the clouds

Posté 22 March 2019 - 16:34 PM

Le projet est évoqué à plusieurs reprises dans cette émission de France Culture. Ça évoque la création de valeur et les relations de pouvoir dans un monde en réseaux, et particulièrement dans le milieu de l'art contemporain. Faut pas s'attendre à un super décryptage du truc par contre, DAU est plutôt évoqué pour illustrer un propos plus général. M'enfin vu que t'as l'air en chien d'infos, me suis dit "pourquoi pas ?".



#6 Prosopopus

Prosopopus

    Wookie

  • Members
  • 3238 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:to infinity... and beyond !!!

Posté 22 March 2019 - 16:48 PM

Ah bah oui c'est cool, merci.
 
Sinon Flitchy a raison et plusieurs des participants au projet sont un peu revenus de leur expérience en jugeant avoir été exploités par le réalisateur, notamment dans le cadre des scènes les plus hard du truc (puisqu'il y a plusieurs scènes de sexe et de torture). Grosso modo, je n'en sais pas plus.
 

Sachant que si ça a été refusé par une ville comme Berlin avant, c'est qu'il y a quand même une raison.

Je pensais que c'était parce que l'expo n'était pas prête, notamment parce que Khrzhanovsky voulait reconstruire une partie du mur de Berlin au milieu de la ville...

Sinon le mood général des critiques serait que l'expo n'était pas du tout au point quant à la mise en scène de l'univers des films, mais ça ne parle pas beaucoup des films en eux-mêmes, qui semblent tout de même le coeur du projet, et ce qui m'intéresse le plus.
 
On en voit un peu plus sur les films en question dans le reportage d'Arte d'ailleurs :
https://www.arte.tv/...de-non-liberte/

#7 Bruttenholm

Bruttenholm

    Faut que j'aille dormir

  • Members
  • 15894 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 22 March 2019 - 17:56 PM

J'avais entendu parler du projet pour la première fois en 2011 dans cet article de GQ (en anglais) d'un journaliste qui raconte quelques jours du tournage de l'intérieur :
https://www.gq.com/s...y?currentPage=1
Si l'idée fait un peu fantasmer sur le principe (le film total qui abolit les limites entre le réel et l'artifice, grosso modo on dirait Synecdoche de Charlie Kaufman en vrai), après tu te rends quand même compte que c'est surtout une façade qui cache plein de dérives et nourrit le melon du réal (qui ne se faisait donc plus appeler "réalisateur" mais "The Boss", en toute modestie) qui part complètement en couille : le gars instaure un système d'amendes pour punir quiconque fait référence au monde contemporain (donc hors-sujet par rapport à l'époque du film), fait le tour des figurantes pour promouvoir celle qui lui tapera dans l’œil et auditionne ses assistantes en leur posant des questions sur leur vie sexuelle...

Building the Institute gave Khrzhanovsky more than a film to shoot. It made him king, with all the kingly prerogatives—like picking his court. A typical case is Yulia, a wispy, beautiful graduate of a prestigious directing workshop who was brought to Kharkov to interview for one of Khrzhanovsky's seemingly limitless "assistant director" jobs.

(...)

There they talked for two hours more, until 3 a.m., this time in private. The questioning quickly switched from art to sex. When did you lose your virginity? Can you come up to a guy in a club and fuck him without finding out as much as his name? Are any of your friends whores? ("I couldn't understand whether he meant professionals or just slutty," Yulia says. "By that time, I was well into my second sleepless night. I just wanted it all over with so I could go to sleep.")

 

The director wouldn't make an actual move—that wasn't his style—but clearly expected her to throw herself at him. "When I got out," remembers Yulia, "everyone was like, 'Did he ask you about sleeping with other women?' That seemed to be an important part of his interview process." In the morning, when she saw Khrzhanovsky, she started uncontrollably shaking with disgust. Soon after, an assistant curtly told her to leave: "You and Ilya have very differing outlooks on life."

Sympa.
Au final il était devenu une sorte de gourou, avec ses victimes (certains parlent d'esclavage et de stress post-traumatique) et ses affidés (certains ont carrément emménagé sur le site et ont fait leur vie ici, mariage compris), tout ce petit monde baignant dans une ambiance de délation communiste so chic (avec micros et caméras cachées en sus), c'est très gênant.
Que tout ça ait finalement abouti à une installation arty à 2 balles dont tout le monde se fout est soit le comble de l'ironie soit le comble du malaise.



#8 ElZecchio

ElZecchio

    J'ai plus de vie sociale

  • Sous surveillance
  • 4458 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 22 March 2019 - 18:42 PM

Pour la partie qui nous intéresse, à savoir les films tirés de l'expérience, le tout semble donc jouer sur une volonté de cinéma-vrai, de théâtralité où rien n'est simulé, et donc oui il y a du cul ("Ah ?" me semble-t-il entendre dire le madnaute jusqu'ici vaguement endormi), ce que semble corroborer le trailer aperçu sur le site du film, qui montre une mosaïque des différents films, plaçant bien en évidence au milieu une scène lesbienne. Oui, tout artiste qu'on soit, on n'en est pas moins homme...

 

Aah, le sempiternel marronnier du sexe non simulé...

 

(c'est entre autre à ça qu'on mesure à quel point l'art contemporain est en cale sèche depuis des lustres)

 

(depuis toujours diront certaines mauvaises langues)

 

(je réponds à l'avance : le sexe, c'est super hein)

 

(mais à l'époque du porno à portée de clic, faut avoir l'imagination d'un parpaing pour croire que ça "transgresse" encore quoi que ce soit)

 

(ceci dit, le coup du "on va faire mieux que du cinéma, on va faire du vrai", dans le genre débat dépassé depuis longtemps, ça se pose aussi là)


Vous avez trahi Shiva.


#9 Prosopopus

Prosopopus

    Wookie

  • Members
  • 3238 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:to infinity... and beyond !!!

Posté 25 March 2019 - 17:18 PM

Bouh !!!
:angry:
 
"L'art contemporain est en cale sèche depuis des lustres" ça vaut largement "le cinoche hollywoodien ne produit que de la merde" dans le genre assertion négative toute faite. Laisse moi mettre mon imper en loden et te dire que tu te goures lourdement.
 
J'aurais du mal à juger de l'expo en question vu que je ne l'ai pas vue et d'après les retours ça semblait effectivement hyper mal pensé et exploitant très mal son concept, mais c'est un peu facile de réduire l'art contemporain à ça, à de simples concepts intellectuels fumeux. Et pourtant oui, l'art conceptuel a formé une espèce de voie royale pour l'art contemporain, et moi aussi je reste un peu interdit face à certaines propositions.
 
Spoiler

 
Je ne sais pas ce que tu vises exactement dans ta phrase et c'est pas la première fois que je te vois (et tu n'es pas le seul) être réducteur sur l'art contemporain, et même si je peux comprendre la défiance face à une forme d'art installé et respecté, une certaine forme d'art étatique écrasant la création, il y a tout de même une offre protéiforme et multiple dans ce qui compose l'art contemporain.
 
Rien que chez les plasticiens, tout le courant de l'hyperréalisme me semble proposer des choses vraiment prenantes, qui peuvent parler à l'amateur de bizarreries, que ce soit les sculptures/installation de Ron Mueck ou celles de Patricia Piccinini.
 
preferred-image-NGC_42161B_2.jpg
Une fille de Ron Mueck
 
Patricia-Piccinini-The-Long-Awaited-2008
Vixen (my man) calin de Patricia Piccinini
 
Dans les immobiles et les installations, j'aime bien les machines de Tinguely, j'aime ce que fait Peter Kogler, ce que fait Alex Chinneck
 
Spoiler

 
Après si tu vises plus la performance, la mise en scène du corps, le sexe, oui y a des trucs tout de suite plus connotés "politico-activistes" qui recherche la transgression et qui se réduisent peut-être trop à leur concept, mais même là y a des choses qui me parlent bien (les photos de Polly Penrose par exemple, c'est un peu facile mais j'accroche bien, les tableaux de Jenny Saville où on retrouve l'inspiration de Freud).
 
Et le domaine le plus propice à mettre en scène des gens tous nus qui gesticulent c'est évidemment la danse (ce qui semble normal puisque le corps reste l'outil premier du danseur et du chorégraphe) mais même là il y a des choses qui me semblent mériter plus que le dédain de l'homme à qu on ne la fait pas. Perso je kiffe les spectacles de Dimitris Papaioannou, c'est d'ailleurs loin d'être pointu et presque mainstream vu qu'il est hyper connu mais il met toujours en scène la nudité de façon frontale tout en travaillant l'aspect graphique de ses spectacles.
 
 
421794f988058796ba0133082bb24e4b.gif
 
(Après j'ai un rapport compliqué à la danse, je peux m'y emmerder comme jamais, rester complètement hermétique mais y trouver parfois des trucs renversants)
(j'avoue bien aimer le Goldberg Variations de Marie Chouinard)
 
Bref, non arrêtez de chier sur l'art contemporain à l'aune d'une visite au Palais de Tokyo qui s'est mal passée...

#10 ElZecchio

ElZecchio

    J'ai plus de vie sociale

  • Sous surveillance
  • 4458 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 25 March 2019 - 20:50 PM

j'aime bien les machines de Tinguely

 

J'aime beaucoup Tinguely aussi, sauf que ce n'est pas de l'art contemporain mais de l'art moderne.

 

(d'ailleurs si tu ne l'as jamais vu je te conseille d'aller visiter le Cyclop de Milly-la-Forêt)

 

ob_275a7d_rob-6853rcr.jpg

 

 

Concernant ce que je "vise" particulièrement, on va dire que c'est l'art "conceptuel", celui qui se base sur cette idéologie bien précise qui consiste à évacuer toute notion de geste artistique au profit de l'idée "pure". Un courant qui s'est basé sur la blague de Duchamp avec son urinoir, et qui a zappé très volontairement le fait qu'il s'agissait d'un commentaire ironique sur la sacralisation démesurée de l'artiste, pour entériner une espèce de "mystique" délirante autour du génie forcément incompris des mecs qui accrochent trois cintres à un caddie de supermarché.

 

(rappelons au cas où que la définition première de l'art contemporain est décorrélée de toute notion de temporalité, à la base ce courant n'englobe pas "ce qui se fait en ce moment" mais bien les "oeuvres" qui s'inscrivent dans cette volonté, nouvelle à l'époque, de mettre au rebus la notion de geste artistique)

 

Pour la danse, je ne m'avancerais pas trop sur le sujet vu mon peu de connaissance, mais je peux toutefois faire la différence entre un travail qui mobilise le talent véritable de chorégraphes et de danseurs qui ont mis des années à maitriser leurs corps, et des "dispositifs" qui se contentent d'aligner des gens plus ou moins nus pour mettre en scène des visions "conceptuelles".

 

Une chose pour finir : je n'ai pas tellement de scrupules à être réducteur vis à vis de l'art contemporain, parce que ce dont je parle se base sur une idéologie malsaine qui est agité devant les "béotiens" pour les obliger à poser un genou devant un "génie culturel" vide de sens et de beauté. Ce qui se joue avec ce courant, c'est littéralement une lutte de pouvoir.

 

Le souci, c'est que la notion d'art contemporain est floutée, d'autant plus qu'une redéfinition est à l'oeuvre depuis quelques années : l'art contemporain ne serait plus un courant basé sur une idée bien précise de ce que doit être l'art, mais engloberait en gros tout ce qui s'est fait depuis une centaine d'années, faisant ainsi cohabiter des artistes véritables avec les plus sinistres fumistes.

 

Inutile de dire que je ne souscris pas à cette définition : montre-moi un artiste qui creuse son "geste" depuis des années, je dis oui. Mais tout ce qui drague cette idée que l'art doit évoluer vers une "non-forme" totalement étrangère à tout ce qu'il a été depuis les débuts de l'humanité, c'est non.

 

C'est un débat qui fait intervenir des notions compliquées et floues, mais la manière avec laquelle ce nouvel "art" est utilisé pour donner corps à un véritable racisme culturel est une raison tout à fait valable selon moi d'être intransigeant, et tant pis s'il faut ensuite faire le tri parmi les contre-exemples brandis pour défendre ce "courant".

 

(dans la mesure où ces contre-exemples concernent généralement des artistes qui réfutent l'idée de cette "mort du geste", ça ne me dérange pas particulièrement ^^)


Vous avez trahi Shiva.


#11 El Chupacabron

El Chupacabron

    Leprechaun

  • Members
  • 927 Messages :

Posté 25 March 2019 - 21:35 PM

(Réconcilions-nous sur le fait que c'est surtout et souvent du côté de la peinture & sculpture que ça chie dans la colle dans l'art contemporain)

(Les grosses installes de plasticiens barrés, la vraie danse qui danse et les arts vivants en général - performances ou autres - sont quand même beaucoup moins parasités de déchets que les autres disciplines du dessus)

(Cheers mate)

#12 Prosopopus

Prosopopus

    Wookie

  • Members
  • 3238 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:to infinity... and beyond !!!

Posté 26 March 2019 - 00:21 AM

Non justement, si je comprends bien ce qu'exprime Elz il a plus de chance de reconnaître le "talent" ou de considérer comme art, des artistes se référant encore au geste artistique, donc des peintres qui peignent ou des sculpteurs qui sculptent. Des Soulages, des Alechinsky, des Bazaine, des Ghenie plus que des Rudolf Stingel, des Damien Hirst ou des Claude Lévèque.

J'aime beaucoup Tinguely aussi, sauf que ce n'est pas de l'art contemporain mais de l'art moderne.
 
(d'ailleurs si tu ne l'as jamais vu je te conseille d'aller visiter le Cyclop de Milly-la-Forêt)
 
ob_275a7d_rob-6853rcr.jpg



Hé hé, j'ai grandi dans ce coin là, je connaissais le Cyclop avant de savoir qui était Tinguely.

Et du coup on n'est pas d'accord sur l'appellation en fait, art contemporain pour moi ça débute après la seconde, et Tinguely qui fait notamment du ready-made comme Duchamp, c'est un pur contemporain pour moi.
 
Quand tu parles d'art contemporain détaché de toutes notion de temporalité c'est parce que tu l'associes à l'art conceptuel. Je préfère m'en tenir à la notion de temporalité comme pour la musique.

Et je ne pense pas que la notion d'auto-critique ou de distanciation soit si absentes que ça, lorsque Wim Delvoye fait sa machine à caca ou que Jan Fabre fait ses happenings cons il y a un second degré évident qu'on éclipse un peu vite chez pas mal d'artistes.

Par contre je te rejoins sur la façon dont l'art contemporain, notamment le conceptuel, est doté d'un apparat idéologique, par le biais du verbiage qui l'entoure, du marché qui fait nawak ou de l'officiel qui commandite n'importe quoi (le Palais Garnier dernièrement, j'avoue). Mais je n'irai pas forcément jusqu'à parler de racisme culturel, puisque les aprioris nourris par une frange d'intellectuels plus tradis (plus Mozart que Boulez) ou par la moquerie populaire compréhensible sont aussi une des raisons pour lesquelles il y a cette défiance face à l'art conceptuel. (perso j'étais persuadé de conspué l'art contemporain avant même d'avoir réellement vu une expo).

#13 ElZecchio

ElZecchio

    J'ai plus de vie sociale

  • Sous surveillance
  • 4458 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 26 March 2019 - 01:55 AM

Quand tu parles d'art contemporain détaché de toutes notion de temporalité c'est parce que tu l'associes à l'art conceptuel.

 

Pas exactement : si je l'envisage comme ça, c'est simplement parce que c'est ainsi que la chose était présentée dans mes cours d'histoire de l'art.

 

(qui commencent à dater, je te l'accorde ^^)

 

Le glissement vers une définition liée à la temporalité est quelque chose de récent : mes profs de l'époque prenaient bien soin de nous avertir que le terme "contemporain" était un faux ami, et que l'art contemporain désignait une vision de l'art, et non une période de temps.

 

Et si je m'en tiens à la définition d'origine, c'est parce qu'elle a le mérite d'être opérationnelle : dire que l'art contemporain désigne une vision bien précise consistant à détacher l'art du geste artistique, ça donne un contour bien défini et compréhensible de la chose. Dire que ça désigne une certaine période de temps qui commence on ne sait trop quand et qui englobe également ce qui se fera demain, c'est flou et même carrément abscons.

 

Pour finir sur Tinguely : ce n'est pas parce que Tinguely a fait des ready-made que ça fait de lui un "artiste contemporain". La majeure partie de son oeuvre, et celle qui l'a fait connaitre, ce sont ses sculptures mécaniques, et ça c'est de l'art moderne.

 

C'est amha là qu'on voit à quel point envisager l'histoire de l'art sous le prisme des courants artistiques, et non celui d'une espèce de découpage en tranches temporelles arbitraires, permet de désigner les choses de manière plus compréhensible : Duchamp lui-même a produit des oeuvres modernes avant d'ouvrir la brèche de l'art contemporain, et on peut parler de sa période moderne et de sa période contemporaine, de la même manière qu'on parle de période bleue et de période cubiste pour Picasso. 

 

 

(Les grosses installes de plasticiens barrés, la vraie danse qui danse et les arts vivants en général - performances ou autres - sont quand même beaucoup moins parasités de déchets que les autres disciplines du dessus)

 

Franchement, je ne crois pas : si je mets de coté "la vraie danse qui danse", les pratiques qui composent ta liste ne sont pas moins exposées à la tartufferie que la sculpture ou la peinture.

 

(rien que le terme "plasticien", ça me donne des boutons)


Vous avez trahi Shiva.


#14 Prosopopus

Prosopopus

    Wookie

  • Members
  • 3238 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:to infinity... and beyond !!!

Posté 26 March 2019 - 10:15 AM

Le glissement vers une définition liée à la temporalité est quelque chose de récent : mes profs de l'époque prenaient bien soin de nous avertir que le terme "contemporain" était un faux ami, et que l'art contemporain désignait une vision de l'art, et non une période de temps.


Ok, honnêtement je ne le savais pas, le terme désignait vraiment pour moi la période, laquelle est après traversée de courants, comme dans la zik, où le contemporain désigne la période d'après-guerre, composée par divers courants tel l'atonal, le spectral, les néo-tonaux, le minimalisme.
 
Du coup des trucs comme l'hyper-réalisme, tu situes ça à la marge du contemporain ?
 

Spoiler

 
Et le pop-art ? Perso ça me file des boutons mais c'est du contemporain ?

 

 

Et si je m'en tiens à la définition d'origine, c'est parce qu'elle a le mérite d'être opérationnelle : dire que l'art contemporain désigne une vision bien précise consistant à détacher l'art du geste artistique, ça donne un contour bien défini et compréhensible de la chose. Dire que ça désigne une certaine période de temps qui commence on ne sait trop quand et qui englobe également ce qui se fera demain, c'est flou et même carrément abscons.

Oui, peut-être mais ça reste des jalons tangibles je trouve, même s'ils provoquent des approximations du fait des éventuels précurseurs à cheval sur deux périodes (de la même façon que Beethoven représente un lien entre période classique et période Romantique).

 

Tinguely, je trouve ça tout de même très marqué contemporain, les oeuvres de la fontaine Stravinsky, son amitié avec Spoerri, mais si on s'en tient à la vision d'un art contemporain défini par la place du concept, alors oui je vois ce que tu veux dire, et ça prolonge de fait la période moderne bien au-delà de la seconde, englobant par exemple toute la disparate seconde école de Paris.

 

Spoiler


#15 El Chupacabron

El Chupacabron

    Leprechaun

  • Members
  • 927 Messages :

Posté 26 March 2019 - 10:18 AM

Franchement, je ne crois pas : si je mets de coté "la vraie danse qui danse", les pratiques qui composent ta liste ne sont pas moins exposées à la tartufferie que la sculpture ou la peinture.
 
(rien que le terme "plasticien", ça me donne des boutons)


Ba disons que quand t'es face à un gros travail d'installe ou à un gros engagement physique, t'en as déjà plus pour ton argent que devant des carrés sur une toile blanche ou un tabouret bleu à cinq pieds. Comme quand je peux être ébahi par la prouesse formelle de certains films avant de buter sur leur fond un peu bateau...

(Après jsuis un gros touriste et jretiens pas beaucoup les références parce-que mon cerveau est limité, mais la danse c'est quand même la vie)

#16 ElZecchio

ElZecchio

    J'ai plus de vie sociale

  • Sous surveillance
  • 4458 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 26 March 2019 - 12:13 PM

Ok, honnêtement je ne le savais pas, le terme désignait vraiment pour moi la période, laquelle est après traversée de courants, comme dans la zik, où le contemporain désigne la période d'après-guerre, composée par divers courants tel l'atonal, le spectral, les néo-tonaux, le minimalisme.

 

Tel que je comprends le truc, le terme "contemporain" a été choisi parce qu'il fallait bien trouver quelqu'un chose pour prendre la suite du "moderne".

 

(si je ne me plante pas, les anglo-saxons parlent de "post modern", ça me semble plus clair)

 

L'art moderne s'était fixé pour but d'explorer la beauté des formes et des compositions sans se soucier de représenter quoi que ce soit. 

 

L'étape suivante consistait à aller encore plus loin dans l'abstraction et à abandonner l'idée même de geste artistique. Un artiste qui met son nom sur un gogue : c'est de l'art. Et pour désigner ça, on a choisi un terme qui est encore plus moderne que moderne : le contemporain.

 

 

Du coup des trucs comme l'hyper-réalisme, tu situes ça à la marge du contemporain ?

 

Chais pas trop. En réfléchissant un peu, je pense que c'est bien une excroissance de ce qu'on appelle l'art contemporain : l'idée n'est pas de proposer une oeuvre à admirer, mais de provoquer une réaction (le plus souvent de malaise) en donnant à voir une chose qu'on croirait être réelle. 

 

On imagine mal l'exemple que tu postes trôner dans le salon de quelqu'un, mais installé au bon endroit, ça fera effectivement son petit effet.

 

Après, on peut envisager le truc sous l'angle de la technique, est-ce que l'artiste sculpte lui-même son oeuvre etc. Mais ça semble accessoire au regard de la question suivante : quelle différence y a-t-il entre ça et les effets spéciaux en latex du cinéma ?

 

Mieux : quelle différence y a-t-il avec une prank comme ci-dessous ?

 

 

('tention, j'ai rien contre les artistes de SFX ou le concept de maison hantée, je pose juste la question)

 

 

Et le pop-art ? Perso ça me file des boutons mais c'est du contemporain ?

 

Il me semble que c'est considéré comme un mouvement précurseur, introduisant l'idée que le geste artistique est très accessoire.

 

 

16950_129_Olivier-Debre-Rouge-coule-de-T

Toi aussi, joue à contemporain ou pas contemporain ?

 

Ben là c'est facile : c'est de l'art moderne. Certains ne seront pas d'accord, mais ce tableau résulte bien d'une recherche esthétique passant par la composition, la rencontre des couleurs etc.

 

(après, il y a aussi des fumistes dans le domaine de l'abstrait ou du minimalisme)

 

(mais bon pour donner un exemple moi j'adore Paul Klee)

 

klee-highways-and-byways-1929.jpg

 

730601_1.jpg

 

 

 

Ba disons que quand t'es face à un gros travail d'installe ou à un gros engagement physique, t'en as déjà plus pour ton argent que devant des carrés sur une toile blanche ou un tabouret bleu à cinq pieds.

 

Oui mais bon, pour les "gros travaux d'installe", faut relativiser aussi, dans le sens où ce n'est pas toujours "l'artiste" qui se tape le gros du boulot.

 

(j'ai des copains qui avaient fait un "stage" chez un duo d'artistes contemporains, ils avaient été payés des clopinettes pour découper en morceaux un avion biplace afin d'en faire une installation dans un musée quelconque)

 

(même chose avec les cercles concentriques de Carcassonne : ce sont des étudiants qui se sont fait chier à poser les trucs, mais celui qui sera célébré, c'est celui qui a eu "l'idée")

 

(une idée bien faiblarde soit dit en passant)


Vous avez trahi Shiva.


#17 Prosopopus

Prosopopus

    Wookie

  • Members
  • 3238 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:to infinity... and beyond !!!

Posté 26 March 2019 - 12:32 PM

 

Du coup des trucs comme l'hyper-réalisme, tu situes ça à la marge du contemporain ?

 
Chais pas trop. En réfléchissant un peu, je pense que c'est bien une excroissance de ce qu'on appelle l'art contemporain : l'idée n'est pas de proposer une oeuvre à admirer, mais de provoquer une réaction (le plus souvent de malaise) en donnant à voir une chose qu'on croirait être réelle. 
 
On imagine mal l'exemple que tu postes trôner dans le salon de quelqu'un, mais installé au bon endroit, ça fera effectivement son petit effet.
 
Après, on peut envisager le truc sous l'angle de la technique, est-ce que l'artiste sculpte lui-même son oeuvre etc. Mais ça semble accessoire au regard de la question suivante : quelle différence y a-t-il entre ça et les effets spéciaux en latex du cinéma

 

Tout à fait, Ron Mueck a débuté dans les ateliers de Jim Henson avant de se lancer. Après, la différence vient du fait qu'il expose (on en revient un peu là au final).

Et il sculpte clairement lui-même sur des bases d'argile, complêtées de résine.

Et c'est une démarche post-moderne effectivement, ça convient bien à l'art contemporain, limite néo-baroque dans les sculptures de Ron Mueck dans la volonté de représenter le corps. J'avais vu l'expo à Cartier en 2013 et ça m'avait fait penser aux sculptures du Bernin dans les détails pensés pour représenter l'organique, la réalité du corps.

 

5e4f94ffa1527f831d5be6de5a5779ae.jpg

 

Typiquement, le détail de la main sur la cuisse qui imprime la chair, je trouve ça génial, cette façon de présenter la pesanteur des corps.

(Bon ça fait un peu cliché mais grosse claquasse à la Villa Borghese à Rome, devant les oeuvres du Bernin, l'impression d'être un plein syndrome de Stendhal comme dans un bon vieux Argento...)



#18 Prosopopus

Prosopopus

    Wookie

  • Members
  • 3238 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:to infinity... and beyond !!!

Posté 26 March 2019 - 12:40 PM

Et je te conseille à mort Vieira da Silva si tu kiffes Klee, une peintre d'origine portugaise rejoignant l'école de Paris.
Elle a un super musée de ses oeuvres à Lisbonne mais on en trouve parfois dans les musées français vu qu'elle a été naturalisée française, il me semble qu'il y a un de ses tableaux à Beaubourg.
 
Maria-Elena-Vieira-da-Silva-La-Basilique

J'ai du mal à trouver des images rendant vraiment justice à ses tableaux, dont les couleurs sont beaucoup plus vives en vrai.

#19 ElZecchio

ElZecchio

    J'ai plus de vie sociale

  • Sous surveillance
  • 4458 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 26 March 2019 - 12:49 PM

(Bon ça fait un peu cliché mais grosse claquasse à la Villa Borghese à Rome, devant les oeuvres du Bernin, l'impression d'être un plein syndrome de Stendhal comme dans un bon vieux Argento...)

 

Meuh non c'est pas cliché.

 

(merci pour Da Silva : c'est clairement dans la continuité d'un Klee, même si on ne retrouve pas l'espèce de candeur charmante du peintre allemand, y a un coté plus torturé  ^^)


Vous avez trahi Shiva.





0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)