Aller au contenu


Photo

Sorry to Bother You - Boots Riley (2019)


  • Please log in to reply
13 réponses sur ce sujet

#1 Elwray

Elwray

    Wookie

  • Members
  • 2596 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 16 October 2018 - 21:07 PM

1526916965525-sorryposter.jpg  MV5-BNjgw-Mm-I4-Yz-Ut-ZGI2-Mi00-M2-Mw-LW

 

 

Réalisateur : Boots Riley
Scénario : Boots Riley
Cast : Lakeith Stanfield, Tessa Thompson, Terry Crews, Danny Glover, Steven Yeun, Armie Hammer, Robert Longstreet, Forest Whitaker, 
Pays : Etats-Unis
Sortie France : 16 janvier 2019

 

Un démarcheur téléphonique peu confiant en lui découvre la clé magique du succès qui lui fait gravir les échelons de sa hiérarchie au moment où ses camarades activistes s'élèvent contre l'injustice des conditions de travail. Il va lui falloir choisir entre révéler le terrible secret de ses supérieurs ou rejoindre la lutte.

 


 


Image IPB

Ecoute ton ami Billy Zane, il est réglo lui, il essaye de te sortir d'un mauvais pas

#2 adamo

adamo

    Je consulte un psy

  • Members
  • 8944 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:devant mon écran

Posté 16 October 2018 - 21:21 PM

Peu pas voir la B.A où je suis. Vu le pitch j'hésite entre un truc dans la veine de Get Out ou un Spike Lee joint ?


giphy.gif


#3 Elwray

Elwray

    Wookie

  • Members
  • 2596 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 16 October 2018 - 22:14 PM

Pas loin oui, dans l'esprit j'ai l'impression que ça s'inscrit dans cette nouvelle "mini-vague" de films 'afro-américains' à la Dear White People, Dope, The Land, KicksSleight...


Image IPB

Ecoute ton ami Billy Zane, il est réglo lui, il essaye de te sortir d'un mauvais pas

#4 JuLpM

JuLpM

    Gremlins

  • Members
  • 1869 Messages :

Posté 18 October 2018 - 06:09 AM

QUEL FILM !

Ça brasse quelques genres différents mais c'est vraiment une critique contemporaine de la société, avec un brin de folie, un rythme décalé, des idées sympas et un bon casting :-)
La white Voice ça déchire

6/6



#5 DarK ChoueTTe

DarK ChoueTTe

    Dark ChouqueTTe

  • The Devil's Rejects
  • 22695 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:A flying blue box

Posté 24 January 2019 - 16:49 PM

Peu pas voir la B.A où je suis. Vu le pitch j'hésite entre un truc dans la veine de Get Out ou un Spike Lee joint ?

Vaguement Get out-ien dans un sens (un peu de Brazil aussi peut-être dans une certaine mesure ?), mais par contre j'ai trouvé ça beaucoup plus amusant à regarder. Ca épuise moins vite son sujet, c'est plus surprenant et le décalage est vraiment autre.
C'est vraiment un beau morceau qui essaye quelque chose et qui laisse planer des ambiances chelou, prends quelques contre-pieds (l'engueulade à base de compliments par exemple), et, balance quelques beaux moments d'hilarité (la scène de rap, putain

Spoiler
j'en peux plus :mrgreen:)

Je la fais minime pour ne pas trop en dire, essayez vraiment de voir le moins d'image possibles/de lire le moins possible de critiques développées du truc. Ca vaut vraiment le coup pour les amateurs de trucs autres en tout cas. Malgré les inspis y'a une certaine fraîcheur et un ton bien perso.

"I just didn't want you to think I was crazy."

5/6 minimum.
 



#6 Bruttenholm

Bruttenholm

    Faut que j'aille dormir

  • Members
  • 15311 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 02 February 2019 - 20:38 PM

C'est cool de voir que le cinéma américain peut encore proposer des ovnis pareils. Sans être complètement ésotérique, le film a quand même un côté rentre-dedans réjouissant, et un aspect de satire énervée qui se fait rare. Du vrai cinéma engagé (j'allais dire indépendant mais y a quand même le logo universal au début) et pas juste une petite comédie un peu décalée qui servira de tremplin à un contrat chez marvel. Car si le film est drôle, il n'est pas "feel good" mais au contraire très grinçant et on ravale parfois ses rires devant la dureté du fond qui est mis à nu (la scène citée en spoil ci-dessus, c'est effectivement une satire mordante mais c'est aussi la trahison ultime du personnage principal et aussi une critique acerbe de la relation des blancs à la culture populaire afro-américaine, bref beaucoup de choses pas forcément plaisantes pourtant distillées dans une minute gaguesque). Bref, même si le film n'est pas parfait (le rythme n'est pas toujours très bien géré), son existence-même le rend hautement recommandable, tant les satires "dans la gueule" se font rares.



#7 Bruttenholm

Bruttenholm

    Faut que j'aille dormir

  • Members
  • 15311 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 03 February 2019 - 03:28 AM

Note aux modos : merci de mettre le topic en "cinéma fantastique" (le coup du gars qui trouve sa voix de blanc, ça aurait dû mettre la puce à l'oreille).

#8 Cat from Hell

Cat from Hell

    Wookie

  • Members
  • 2672 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Seul sur Mars

Posté 04 February 2019 - 19:13 PM

Alors oui, ce n'est pas parfait et j'ai, notamment, trouvé l'ensemble un poil trop long (surtout vers la fin) et que le récit n'allait peut-être pas tout à fait au bout de sa logique (ou pas de la manière adéquate).
Mais, bordel, que ça fait du bien quelque chose qui sort du tout-venant, parvient à surprendre et être vraiment drôle (pareil que la Chouette : le rap m'a plié). Le tout à travers un ton qui ne ressemble à rien d'autre - ou bien, si on veut établir hasardeuse comparaison, à une sorte de Being John Malkovich 2.0.  
En bonus : une bande-son juste excellente, logiquement composée par le groupe du réal, qui se révèle aussi doué pour l'image que pour le son. Et dont je m'avoue fort curieux d'attendre ce qu'il va pouvoir offrir par la suite.  :smile:

vlcsnap-2010-02-19-12h01m06s123.png


#9 adamo

adamo

    Je consulte un psy

  • Members
  • 8944 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:devant mon écran

Posté 04 February 2019 - 19:37 PM

Pas lu vos com' (juste les notes et la première phrase), du coup la section fantastique ça spoile un peu le film ou pas ?


giphy.gif


#10 Cat from Hell

Cat from Hell

    Wookie

  • Members
  • 2672 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Seul sur Mars

Posté 04 February 2019 - 20:31 PM

Le truc, c'est que c'est difficile de te répondre sans spoiler.  :sweat:


vlcsnap-2010-02-19-12h01m06s123.png


#11 Bruttenholm

Bruttenholm

    Faut que j'aille dormir

  • Members
  • 15311 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 04 February 2019 - 23:00 PM

Le fantastique est présent des le début du film, même si ça va crescendo ensuite donc la section fantastique ne spoile pas... Tu peux mater la bande-annonce, elle n'en révèle pas trop, tout en laissant deviner à quel genre d'univers filmique on a affaire.

#12 DarK ChoueTTe

DarK ChoueTTe

    Dark ChouqueTTe

  • The Devil's Rejects
  • 22695 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:A flying blue box

Posté 05 February 2019 - 00:14 AM

Pas lu vos com' (juste les notes et la première phrase), du coup la section fantastique ça spoile un peu le film ou pas ?

Je répond un peu à côté de la plaque mais...je pense que fantastique ou non, c'est même pas tellement pertinent, hors du fantastique le film a son ton bien à lui. Je ne te répondrais pas pour le reste et je te recommanderai d'en voir le moins possible du film honnêtement (j'avais même pas vu de trailer et j'étais bien content du coup)



#13 Burbank

Burbank

    Critters

  • Members
  • 457 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Where everything begins and ends

Posté 06 February 2019 - 16:35 PM

Partagé entre la consternation et la curiosité tout au long du film. L'impression d'un gros fourre-tout, un peu vain mais intrigant, qui se disperse inutilement tout en proposant des idées souvent marquantes, parfois grotesques. Cela fait partie de cette veine bricolée et surréaliste du cinéma indépendant, à laquelle je n'accroche pas toujours (La Science des Rêves de Michel Gondry par exemple, alors que j'ai adoré son Eternal Sunshine...).

 

Le début fonctionne pourtant assez bien, distille un mystère kafkaïen intéressant mais le discours balourd et les familiarités incessantes des personnages tirent le film vers le bas, quand il aurait mérité une plus grande subtilité. Le final en roue libre enfonce un peu plus le clou. Dommage l'idée en soi aurait pu être beaucoup plus forte sans recourir à la satire absurde lourdingue. La mise en scène relève par endroits le niveau, grâce à de belles trouvailles (le parachutage du héros chez ses interlocuteurs au début), dans un esprit que n'aurait pas renié Gilliam et qui rappelle forcément le génie de Brazil.

 

A voir ne serait-ce que pour l'intentivité déployée dans certains scènes. 3/6



#14 adamo

adamo

    Je consulte un psy

  • Members
  • 8944 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:devant mon écran

Posté 25 February 2019 - 23:37 PM

Ayé vu (j'avais pas vu le trailer et j'avais même oublier le pitch, je me souvenais juste qu'il était classé dans cette section)...

Belle surprise sans être transcendant pour autant. Clairement on a l'impression d'assister à la rencontre de Spike Lee et Charlie Kaufman (y'a un petit hommage à Gondry d'ailleurs), il y a de belles idées de mise en scène (le mini time laps avec l’ascension social/matériel du héros ),  l'écriture est bien menée avec comme pivot la scène de la soirée qui après le morceau de rap fait monter le curseur à un level supérieur et entérine le propos du film et son affiliation au cinéma de Kaufman.

 

Un bon 4/6


giphy.gif





0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)