Aller au contenu


Photo

Masato Hisa [Area 51, Jabberwocky]


  • Please log in to reply
Pas de réponses sur ce sujet

#1 Sleven

Sleven

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 4712 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 21 September 2018 - 17:07 PM

Terra-Cotta-00.jpg?zoom=2.625&resize=410

 

Amis du bon goût, bongour ! J'étais persuadé qu'il y avait déjà un sujet dédié à Masato Hisa, j'étais d'ailleurs certain que j'en étais l'auteur, mais en fait non. Alors pour éviter tout paradoxe spatio-temporel, je me sacrifie et ouvre officiellement ce fil de discussion ! Alors, Monsieur Masato Hisa, qui est-il donc ? Et bien en fait je ne connais pas grand chose de la vie du bonhomme, à part les anecdotes confiées parfois à la fin de chaque manga. Ah oui, parce que le mec, c'est un mangaka. Et un bon. Pour ne pas faire dans l'exagération aucune, je dirais que c'est de mes auteurs préférés au sein du paysage manga contemporain. Pourquoi, me demande la foule en liesse ? Et bien pour TROIS points en ce qui me concerne.

 

Ichi > C'est un bon scénariste. Il écrit des personnages jamais manichéens, toujours diversifiés, qui parviennent à évoluer tout au long de ses récits. Ses intrigues sont surprenantes, et même s'il avoue ne pas connaître toutes les circonvolutions de ses histoires avant de les coucher sur papier, il parvient toujours à retomber sur ses pattes de manière naturelle et invisible pour le lecteur (il prépare tout de même les gros événements et une trame générale, il n'écrit pas au fil de l'eau). Et il distille une émotion savoureuse, à travers des petites scènes souvent très justes.

 

Ni > C'est un bon dessinateur. Enfin c'est spécial. Son trait est simple, mais il a un sens de la composition fantastique, couplé à une utilisation du noir et blanc percutante. La mise en page propose toujours quelque chose jamais vu ailleurs, via des jeux d'ombre, de perspective, de cadrage. Et le top, c'est que cette touche esthétique ne nuit jamais la lisibilité. On a déjà cité moult fois le Frank Miller de Sin City, mais Masato Hisa apporte sa propre touche, son trait est reconnaissable entre mille.

 

San > Il aime les histoires. Il va piocher dans l'Histoire avec un grand H, ou dans les mythes, le folklore, pour composer des intrigues savoureuses. C'est assez difficile à expliquer, mais il suffit de lire un ou deux chapitres de ses créations pour comprendre qu'il puise dans les ressources intarissables que constituent les histoires d'antan pour créer quelque chose de nouveau et efficace.

 

En France, à l'heure où j'écris ces lignes, nous avons droit à deux œuvres complètes, et une en cours de parution.

 

 

CT3BxWeW4AA3It8.png

 

JABBERWOCKY (7 tomes)

 

J'ai découvert le monsieur avec le premier tome de Jabberwocky, et pourtant j'avais longtemps hésité à chopper ce volume. J'imaginais un truc trop érotique et bas de plafond, une sorte de nanar semblable à mille autres parutions. Et finalement, grosse claque sortie de nulle part. Avant tout, le topo : Masato Hisa tisse un univers dans lequel les dinosaures n'ont pas disparu. Ils existent toujours, cachés à la vue de tous, et trament dans l'ombre pour reprendre le pouvoir sur l'humanité. Le lecteur est invité à suivre Lily, une espionne portée sur la bouteille, dans des missions périlleuses aux quatre coins d'un monde à la vibe steampunk.

Une bien belle découverte, mais j'ai encore davantage apprécié la série suivante...

 

 

m02.jpg

 

AREA 51 (15 tomes)

 

LA CLAQUE. Dans cette série, on ne quitte pas la fameuse Zone 51, une région coupée du reste du monde dans laquelle sont réunies toutes les créatures mythologiques possibles. Autant dire que c'est un bon foutoir, l'occasion idéale pour tisser une ambiance polar noir mais adaptée à tous ces monstres, dieux et autres esprits aux pouvoirs improbables. Le lecteur suit cette fois McCoy et son associé, un kappa, dans leurs enquêtes toujours plus tordues. Peu à peu se dévoile une histoire aux proportions épiques et intimes, mais je n'en dirai pas davantage.

J'ai dévoré chaque tome, j'ai aimé ces personnages, ces histoires goinfrées de rebondissements, ces planches surréalistes, leur démesure (l'auteur se fait encore plus plaisir ici que sur la série précédente), c'est superbe de bout en bout.

 

 

masato_hisa_de_retour_chez_casterman_ave

 

GRATEFUL DEAD (2 tomes)

 

Bouclé en deux tomes, seul le premier est dispo chez nous pour le moment. Il est sur ma pile de lecture, aussi, je copie-colle le résumé officiel. Fin du règne des Qing, au tournant du XXe siècle. A Shanghai, la rumeur enfle : la nuit venue, dans les rues désertes, une ombre dansante extermine des morts-vivants avec la lune pour seul témoin... Avec Grateful Dead s'ouvre une chasse aux zombies menée tambour battant ! Entre maisons closes et tripots où les combats clandestins de grillons font et défont les fortunes, Masato Hisa (Area 51) revisite le Shanghai des concessions occidentales en y invitant vieux maîtres taoïstes, prostituées et morts-vivants, mais aussi vampires et légendes du Far West !

Cette série a été réalisée avant Jabberwocky et Area 51.

 

Il existe aussi Jabberwocky 1914, spin-of de la série mère, et Nobunagun (avec son adaptation animée). Tous deux inédits en France. Il a aussi bossé sur Batman Ninja et s'occupe de son adaptation papier (en cours de prépublication) tout en bossant sur sa nouvelle série, Kamu Yaraido (image d'intro de ce sujet).

 

Voilà, pour faire court, j'adore et je recommande chaudement.

(ça c'est concis)

 

ex-libris-jabberwocky.jpg?w=825&h=510&cr


Sans_titre_1.jpg





0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)