Aller au contenu


Photo

Golem, le tueur de Londres - Juan Carlos Medina (2016)


  • Please log in to reply
13 réponses sur ce sujet

Sondage : Golem, le tueur de Londres - Juan Carlos Medina (2016) (27 membre(s) ont votés)

Votre note

  1. 0/6 (0 votes [0.00%])

    Pourcentage des votes : 0.00%

  2. 1/6 (1 votes [3.70%] - Voir)

    Pourcentage des votes : 3.70%

  3. 2/6 (5 votes [18.52%] - Voir)

    Pourcentage des votes : 18.52%

  4. 3/6 (9 votes [33.33%] - Voir)

    Pourcentage des votes : 33.33%

  5. 4/6 (9 votes [33.33%] - Voir)

    Pourcentage des votes : 33.33%

  6. 5/6 (3 votes [11.11%] - Voir)

    Pourcentage des votes : 11.11%

  7. 6/6 (0 votes [0.00%])

    Pourcentage des votes : 0.00%

Vote Les invités ne peuvent pas voter

#1 fanatic

fanatic

    Faut que j'aille dormir

  • Members
  • 19933 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Avec Cliff, Norm et les autres...

Posté 19 January 2018 - 14:32 PM

y739.jpg

Golem, Le Tueur de Londres / The Limehouse Golem

Réalisateur : Juan Carlos Medina (Insensibles)
Scénario : Jane Goldman, basé sur le roman de Peter Ackroyd.
Cast : Bill Nighy, Douglas Booth, Olivia Cooke, Sam Reid, María Valverde, Daniel Mays...
Pays : Angleterre
Sortie France (DTV): dvd et blu-ray le 23 janvier 2018



Londres, 1880. Une série de meurtres secouent le quartier malfamé de Limehouse. Selon la rumeur, ces crimes ne peuvent avoir été perpétrés que par le Golem, une créature des légendes hébraïques d'Europe centrale. Scotland Yard envoie Kildare, l'un de ses meilleurs détectives, pour tenter de résoudre l'affaire.


------------------------------------------------

Quelques avis de Madnautes:
 

The Limehouse Golem : Le film débute comme un Seven Victorien pour très vite partir sur un meurtre par empoisonnement.
Le métrage se suit sans déplaisir. A l'aspect polar s'ajoute une réflexion sur la place de la femme et sur la célébrité. Le seul problème :
il est assez facile de découvrir le fin mot de l'histoire, et ce dès le premier quart d'heure du film.


" Golem : le tueur de Londres "
Ma première réaction en ouvrant pour la première fois le programme du festival et en lisant le bref résumé du film avait été " Chouette, un film en costumes " et le fait est qu'à de rares exceptions c'est un genre qui tend à mon grand regret à disparaitre, aussi avant toute chose saluons la qualité absolument remarquable de la reconstitution.
Ceci étant dit je suis bien content  de ne jamais avoir entendu parler du roman dont est tiré le métrage, car il y a de bonnes chances pour que même de vagues informations à ce sujet puisse avoir grandement diminué l'impact de cette formidable fin à tiroirs.
Comme Juan Carlos Medina l'a dit lui-même le film n'est pas sans lien avec " From Hell " avec un cadre fatalement assez similaire, mais je trouve le " Golem " infiniment plus réussi que ne l'était la péloche tiré de l'oeuvre d'Alan Moore, ne serait-ce que par la manière dont la violence des actes du tueur n'est que progressivement dévoilée.
Vu que le plan choc d'un marque-pages vraiment très particulier n'a fait rire personne il faut croire que l'effet était réussi.
Si je trouve Bill Nighy un peu trop guindé tout au long du métrage, Douglas Booth en revanche y est excellent et ce fut vraiment une merveilleuse idée que d'avoir choisi Olivia Cooke avec son visage à mi-chemin entre entre l'ange et la sainte martyrisée pour incarner Lizzie, un personnage auquel il était capital de pouvoir vraiment s'attacher pour que le film fonctionne.
Visuellement c'est splendide, comme le laissait deviner les références picturales citées par le réalisateur et même l'ouvrage de Quincey servant de carnet de bord au tueur s'orne de dessins tirés de Bosch, Doré ou Grünwald ce qui fait toujours plaisir.
Pour ma part un film remarquable doublé d'une excellente surprise.
5,5 / 6.


Sur Golem, je partage lavis dEdward L. : le film est techniquement très abouti et les acteurs assurent. La réserve que je ferai,  porte sur le déroulé de lenquête policière que jai trouvé très laborieux. Il y a trop de longs flashbacks et de répétitions qui rendent le film pesant (à chaque visite de suspect, on y rejoue un peu les mêmes scènes).


11. The Limehouse Golem : les personnages, la reconstitution et l'histoire sont géniales. Je l'avais déjà vu sur grand écran mais j'étais ravi de le revoir.


Golem: 4.5/6
Encore une fois, je me méfiais du film qui s'était plutôt fait démolir par le podcast d'Empire magazine, et pourtant c'est sympa comme tout. Si le "twist" est très très prévisible, l'univers du music hall a emporté mon adhésion et cela fait tellement plaisir de voir des films en costume dans un festival comme le PIFFF. De plus, visionné après les 2 précédents, j'ai eu l'impression de voir une trilogie sur la place accordée aux femmes dans diverses sociétés. Il est toujours amusant d'établir des ponts thématiques entre les films quand on les enchaine. Très bon choix encore une fois. Je lui avais attribué un 4/5


Golem
 
Un film excellent sur tous points de vue. Notamment la direction artistique. Des décors splendides, des comédiens au diapason, une bonne mise en scène, un script a rebondissements (malheureusement parfois prévisibles), on est gâté ! Donc non seulement Bill Nighy est excellent, non seulement la reconstitution de ce Londres victorien est splendide, mais c'est, au delà de cette qualité formelle, de ce bel écrin, un thriller tout à fait efficace. En plus de cela, le film se permet quelques fulgurances assez étranges (les scènes avec un célèbre personnage historique avec une barbe broussailleuse).
Je plussoie Cobretti sur l'idée que ce film parle des femmes et de leur place dans la société. Excellent film dans son genre, très bien fait, qui changera pas ta vie mais qui mérite 1h50 de votre temps.


Image IPB

#2 uhu

uhu

    Wookie

  • Members
  • 3577 Messages :
  • Location:Cyberdyne Systems

Posté 19 January 2018 - 21:30 PM

Fuck, pourquoi ce topic n'a été fait que maintenant, ici on a eut droit à une sortie salle en aout mais ce film est passé sous le radar chez moi :(


Go ahead, and make me rich (John Carpenter 1948-1998)
I am just hoping that I can be known as a great writer and actor some day, rather than a sex symbol (Steven Seagal)

#3 Georgie Boy

Georgie Boy

    Gremlins

  • Members
  • 1783 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:En bas de l'échelle

Posté 25 January 2018 - 08:47 AM

Golem, Le Tueur de Londres (The Limehouse Golem) : 

 

Des passages, des scènes qui sont vraiment très belles, recherchées, et très graphiques, mais la construction du récit fout tout en l'air. Limite ça pourrait être une enquête pépère d'un feuilleton sur France 3.

"Golem", avec ses ficelles narratives, devient très vite redondant et alors l'ennui s'installe. De plus, le manque de suspens n'aide pas.

 

Dommage car je le trouve visuellement très réussi, et les premières minutes du film m'ont vraiment laissé croire que j'allais passer un excellent moment.

 

2.5/6 


ad2cdb8a2cb72a996414c364a9e6f059.gif


#4 simidor

simidor

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 4880 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Université de l'Invisible

Posté 26 January 2018 - 23:00 PM

Golem, Le Tueur De Londres nous entraîne avec conviction dans le milieu du music-hall du Londres victorien. Deux faits divers terrifient et fascinent le peuple de l’East End : le premier est l’affaire du Golem, tueur impitoyable et véritable énigme pour Scotland Yard. Le second est le meurtre de l’auteur John Cree par sa femme Elizabeth, gamine des rues devenue une des plus grandes stars du moment. Dépêché sur le Golem, le détective Kildare en vient à se passionner pour ce procès tragique. Alors que tous ses indices indiquent que le mari victime pourrait être le Golem, Kildare se met en tête d’éviter la pendaison à la jeune femme.

L’adaptation du roman de Peter Ackroyd, The Limehouse Golem, atterrit d’abord sur le bureau de Neil Jordan, puis celui de Terry Gilliam avant de se retrouver chez le réalisateur d'insensibles, confirmant l’appétence de Juan Carlos Medina pour le récit historique. Ce Golem aurait très bien pu intégrer les productions de la nouvelle Hammer tant le soin apporté à la photo et aux atmosphères talonne la reconstitution impeccable du East End londonien. A ce plaisir des yeux s’ajoute un aspect sensoriel évoquant le From Hell des frères Hugues. Une comparaison inévitable tant le Ripper hante les lieux mais Golem, Le Tueur De Londres exprime en filigrane un propos plus contemporain où faits divers et revues s’entrechoquent, la vie n'étant que représentation permanente et le music-hall sa reprise déformée. Au milieu de ce cloaque, Bill Nighy, parfait en détective usé pétri de principes, doit s'employer pour faire tomber le masque d'une Olivia Cooke (Bates Motel) au physique fragile et angélique campant une anti-héroïne qui restera dans nos mémoires. L’ascension et la déchéance de son personnage met en lumière l’appropriation de la protagoniste par les personnages masculins qui l’entourent, que leurs intentions soient bienveillantes ou non, et la lutte de celle-ci pour s'en défaire. Seul défaut de ce Golem, la prévisibilité de son dénouement, mais le chemin emprunté et l’immersion proposée restant bien plus intéressantes que le whodunit, nous ne lui en tiendrons pas rigueur. La sortie en DTV d'un film d'une aussi belle facture visuelle, dont le scénario est aussi soigné et dont le thème est résolument d'actualité est absurde.

 

5/6


Les chroniques du TARDIS , abordez Doctor Who du bon pied !


#5 Typhus

Typhus

    JarJar

  • Members
  • 11 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Massalia

Posté 28 January 2018 - 01:10 AM

Un film d'une plastique superbe, mais sans doute à cause d'un problème de rythme, aussi très ennuyeux. Le reste demeure quelconque et sans un retournement de situation relativement prévisible, facilement oubliable.



#6 Rod

Rod

    Faut que je la ferme

  • Sous surveillance
  • 28713 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Dead Nations

Posté 28 January 2018 - 09:25 AM

Second film de Juan Carlos Medina, réalisateur d'Insensibles, et souffrant à peu près des mêmes qualités, et des mêmes tares.

 

Insensibles était un film ambitieux et bien (sur)vendu, avec son pitch "choc" (des enfants ne ressentant pas la douleur, dans un film d'horreur) et son contexte historique (la guerre civile espagnole), mais à l'arrivée le film était plutôt "léger" en terme de mutilations diverses, tandis qu'il ne faisait qu'effleurer la psychologie, le contexte historique n'était que prétexte aux exactions. Même s'il restait quelques scènes sympathiques et plus ou moins marquantes, mais bon. Et le fin mot de l'histoire, prévisible mais sympathique, se fracassait toutefois sur l'autel de la logique

Spoiler

 

Bref, Medina est ambitieux, a des qualités, mais se casse un peu la figure au fur et à mesure que le film se déroule.

 

The Limehouse Golem est coulé dans le même moule, il y  a un bon casting (Bill Nighty, Eddie Marsan...) de l'ambition à recréer ce Londres victorien, et on pense forcément à From Hell tout du long hein, avec ce "super Jack l'Eventreur" qui défraie la chronique...

 

Globalement, le film soigne son esthétique, a des meurtres fort graphiques, son pitch se déroule progressivement pour trouver le fin mot de l'histoire.... mais le souci ç'est qu'on grille globalement ce twist dès la première 1/2 heure, même si ça reste "plaisant" à suivre.

 

De même, j'aurai pensé que le fait d'intégrer des personnages historiques (Karl Marx) aurait ouvert des portes plus grandes à ce film, mais au final cela sonne comme un passage obligé ou une caution "prestige"/réalisme vu que ça ne mène à rien, à part le fait de "regardez lol ils suspectent Karl Marx d'être le Golem".

 

Mais globalement ç'est un bon film d'horreur, hein, juste plombé par quelques choix scénaristiques et narratifs douteux, et globalement le fait que Medina, sur ses 2 films, tente de nous faire passer des vessies pour des lanternes. Mais ç'est beau, et classieux. 

 

4/6


SP2PHhn.gif


#7 Dr. Emmett Brown

Dr. Emmett Brown

    Gremlins

  • Members
  • 1577 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Au volant d'une Delorean

Posté 29 January 2018 - 23:11 PM

Enquête policière bien menée dans un Londres crasseux et sombre du XIXéme siècle où l'on aurait pût croiser au détour d'une ruelle coupe-gorge un Jack l'éventreur à la recherche d'une future victime.

Le film dans son ensemble est assez inoffensif, et la comparaison avec un certain Sherlock est évidente.

 

Le casting est très bien dirigé, la photographie est belle avec une ambiance bien glauque dans certaines séquences.

 

Le film est dédicacé à Alan Rickman (qui devait tenir le rôle de Bill Nighy). 



#8 fox-die

fox-die

    Je consulte un psy

  • Members
  • 8547 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 30 January 2018 - 10:40 AM

Même si très classique j'ai bien aimé l'ensemble.

 

Joli et facile à suivre avec un casting agréable (Bill Nighy en rôle principal ou presque c'est rare et Olivia Cooke est une petite révélation pour moi). L'enquête n'est pas extraordinaire et quelques éléments sont un peu trop abandonnés mais c'est très recommandable à défaut d'être inoubliable.



#9 Rev3ngZ

Rev3ngZ

    Gremlins

  • Members
  • 1352 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Paris

Posté 31 January 2018 - 23:55 PM

Petit 3/6

 

Peu passionnant malgré quelques jolies idées.


Love


#10 MadJester

MadJester

    Wookie

  • Members
  • 3051 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Casselroque, pas loin de chez Stéphane Roi

Posté 01 February 2018 - 13:49 PM

Golem, Le Tueur de Londres (The Limehouse Golem) : 

 

Des passages, des scènes qui sont vraiment très belles, recherchées, et très graphiques, mais la construction du récit fout tout en l'air. Limite ça pourrait être une enquête pépère d'un feuilleton sur France 3.

"Golem", avec ses ficelles narratives, devient très vite redondant et alors l'ennui s'installe. De plus, le manque de suspens n'aide pas.

 

Dommage car je le trouve visuellement très réussi, et les premières minutes du film m'ont vraiment laissé croire que j'allais passer un excellent moment.

 

2.5/6 

 

Tout pareil.

 

Non mais ce faux suspens sur l'identité du Golem... On cite souvent From Hell, mais je préfère encore The Raven à ce "Tueur de Londres", dont les seuls points forts résident dans les qualités visuelles (belle mise en scène des meurtres) et son actrice principale (excellente Olivia Cooke). 


tumblr_oj0jj7ttFT1rp0vkjo1_500.gif

 


#11 Georgie Boy

Georgie Boy

    Gremlins

  • Members
  • 1783 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:En bas de l'échelle

Posté 01 February 2018 - 16:12 PM

Je pense que Golem mériterait une meilleure note de notre part juste parce qu'il a le mérite de nous mettre enfin d'accord sur un film

:mrgreen:

 

:tongue:

 

Edit : Raah mais non dans le sondage du haut, toi tu montes la note à  3 alors que moi je la baisse à 2... Ça va pas ça :angry:


ad2cdb8a2cb72a996414c364a9e6f059.gif


#12 MadJester

MadJester

    Wookie

  • Members
  • 3051 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Casselroque, pas loin de chez Stéphane Roi

Posté 03 February 2018 - 22:38 PM

il a le mérite de nous mettre enfin d'accord... :mrgreen:

 

T'exagères, on a été d'accord sur un (seul) épisode de Black Mirror S4 :mrgreen:

 

Raah mais non dans le sondage du haut, toi tu montes la note à  3 alors que moi je la baisse à 2... Ça va pas ça :angry:

 

J'aime bien Olivia Cooke :blush:


tumblr_oj0jj7ttFT1rp0vkjo1_500.gif

 


#13 Docteur Benway

Docteur Benway

    Wookie

  • Members
  • 3378 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Interzone

Posté 04 February 2018 - 20:25 PM

Grosse déception pour ma part.
Je m'attendais à un truc à la From Hell, une poursuite d'un serial killer à la Jack L'Eventreur, et en fait ce n'est pas un thriller, c'est de la pure enquête policière. Ce qui n'est pas un défaut, mais c'est un genre qui demande des compétences particulières, que Medina n'a pas.

L'enquête est redondante, peu intéressante, le film est assez moche et un peu comme pour Insensibles, c'est plat autant dans la réal que dans l'ambiance (ou l'absence de celle ci), il n'y a pas de ton.

Le film a beau essayé de donner de l'épaisseur à ses personnages, impossible de m'intéresser à eux ou de vraiment rentrer dans le film.

Et surtout, ça repose beaucoup sur son twist de fin... que j'avais grillé au bout d'un quart d'heure. Du coup, tu finis le film en attendant un rebondissement que tu connais déjà.

Le sous texte sur la place de la femme est le seul truc auquel se raccrocher mais c'est peu.

2/6.

712690wald3.gif


#14 Moody

Moody

    Moodpecker

  • The Devil's Rejects
  • 25704 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Outer Heaven

Posté 06 February 2018 - 09:33 AM

Oui, déception également, je partage ta critique au mot près.

Il y avait pourtant un ensemble d'éléments prometteurs.


"Machan, tu crois que c'est fini pour nous ?"

"Idiot ! ça n'a même pas commencé !"

(Kids Return)





0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)