Aller au contenu


Photo

THRTW / Tsui Hark - Sa vie, son oeuvre


  • Please log in to reply
664 réponses sur ce sujet

#1 Sanjuro

Sanjuro

    Be dumb !

  • Members
  • 12553 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Sono

Posté 24 November 2007 - 21:17 PM

Cet après-midi alors, qu'au lieu de bosser, je flânais quelques (longues) minutes sur le forum, je me suis rendu compte avec horreur et stupéfaction qu'aucun topic dédié à la carrière aussi riche que passionnante de THRTW n'avait été ouvert… Non mais quelle honte ! (j'en fais peut être un chouilla trop là…) Quand on pense que Gros Luc a droit à son thread…
Certes on a déjà débattu en long en large et en travers sur la filmographie de cet immense cinéaste (nombreux de ses films ont droit à leur propre topic), mais il me paraissait tout de même intéressant d'ouvrir un sujet englobant l'intégralité de sa filmo (en tant que réalisateur -officiel ou officieux-)… Parce qu'il le vaut bien !

Image IPB
-Tu l'as dit Sanjy !

Et hop, vite fait, (bien ?) fait:

I - CHAOS ET COMEDIE

Butterfly murders:
Image IPB
Pour un coup d'essai c'est un coup de maître ! Tsui Hark fait déjà montre d'une ambition considérable et mélange les genres avec audace. Loin de lui l'idée de réaliser un kung fu lambda, le génie barbichu préfère convoquer Hitchcock et King Hu en y ajoutant une pincée de SF "vintage" pour nous livrer un métrage, à l'atmosphère sombre et baroque aussi étrange que fascinante, au dessus duquel plane une forte aura de mystère ainsi que l'ombre du désormais mythique corbeau sacré (première excentricité animalière dans une filmographie qui en regorgera).
4/6

Histoires de cannibales:
Image IPB
Ayant fait preuve d'une très grande liberté de ton avec son premier métrage, le chef de file de la "nouvelle vague hongkongaise" (comprenant des auteurs aussi intéressants que Ann Hui, Patrick Tam ou Kirk Wong), décide de pousser encore plus loin le mélange des genres en faisant se côtoyer la comédie kung-fu la plus riche en calories et une violence sadique tirant vers le gore. En fait We are going to eat you (titre original) c'est un peu la rencontre entre Drunken master et une pelloche sanguinolente ritale de l'époque (d'ailleurs certaines musiques sont piquées au Suspiria des Goblins)… Bref, un bel OVNI soutenu par un monstrueux casting de (sales) gueules, du cabotinage jouissif, de grosses éclaboussures de ketchup, une tripotée de gags macabres, un plan final d'anthologie et, bien sûr, des coups de tatane dans le museau exécutés avec classe. Du fun, du fun et encore du fun au service d'une satire pointant du doigt l'ultra consumérisme régnant à Hong-kong.
5/6

L'enfer des armes:
Image IPB
Après 2 essais plus que convaincants (artistiquement parlant du moins…),le génie barbichu livre son premier véritable chef d'œuvre. Décrivant l'odyssée absurde de 3 jeunes hongkongais engloutis dans une tempête de violence qui les dépasse complètement, Tsui Hark livre le portrait désabusé d'une jeunesse sans repères (mais en fait toutes les couches de la société y passent !). Le résultat est une claque monumentale, d'une violence et d'un nihilisme toujours aussi impressionnants plus de 25 ans après sa réalisation. A la fois polar « hard-boiled », film d'horreur, drame social et brûlot anarchiste… L'enfer des armes est une œuvre cabossée et brute de décoffrage d'où suinte une véritable rage de filmer. Bref, un cocktail Molotov lancé à la gueule du spectateur qui culmine lors d'une longue et éprouvante scène de cache-cache/fusillade dans le cimetière de Hong-kong. Une chose est désormais sûre Tsui Hark est bel est bien LE cinéaste du chaos, un fou furieux d'une redoutable intelligence…Un génie.
Quelques années plus tard, un autre grand cinéaste hongkongais nous balancera dans les mirettes un brûlot social tout aussi enragé, désespéré et rentre dans le lard: Il s'agit bien sûr de Ringo Lam et de son définitif School on fire.
6/6

All the wrong clues:
Image IPB
Suite à la déconfiture financière de sa « trilogie du chaos », Tsui Hark décide de réaliser une œuvre plus ouvertement commerciale. Pour cela il réunit des acteurs comiques parmi les plus populaires du moment (Teddy Robin Kwan, Karl Maka, Eric Tsang,… Ces 2 derniers étant à la tête de la cinéma city, compagnie productrice du film) et livre un pastiche de film noir américain (on mentionnera le final en forme de clin d'œil burlesque à Le baiser du tueur de Kubrick) certes inégal et parfois lourdingue (les acteurs sont en totale roue libre) mais possédant une réelle énergie, une inventivité de chaque instant, une naïveté parfois touchante et une bonne humeur communicative.
Bien que mineur dans la filmographie du futur mogul, cette « petite » comédie mérite toute notre attention car elle est incontestablement la matrice du film de divertissement tel que le concevra la film workshop dans les années 80. Sur divers aspects, All the wrong clues annonce les monuments que seront Shanghai blues et Peking opera blues (films autrement plus maîtrisés).
Note aux amateurs de délires animaliers: On retiendra surtout la présence d'un poisson rouge dont la couardise n'a d'égale que l'expressivité.^^
3/6

Zu, les guerriers de la montagne magique:
Image IPB
Suite au succès critique et public de All the wrong clues, Tsui Hark se voit confier un gros budget (enfin, pour un film HK de l'époque) avec lequel il pourra donner forme à ses visions les plus folles… Et c'est un doux euphémisme de dire que le bonhomme possède une sacré imagination ! Plus que tout autre métrage, Zu peut être vu comme un véritable « rollercoaster » filmique enchaînant les péripéties les plus frappadingues sans trouver le temps de se poser une seconde... Un film purement sensoriel ou tout n'est plus que rythme, mouvement et couleur afin de converger vers LE spectacle total, LE morceau de cinoche à l'état pur.
Fou, électrisant, drôle, visuellement sublime (ces décors en studio !) et traversé de fulgurances graphiques et poétiques hallucinantes, Zu est plus qu'un film c'est la matérialisation d'un rêve de gosse où se mêlent démons, héros au cœur pur, combats aériens, déesses sublimes, armes magiques, oiseaux de feu, sans oublier l'inénarrable truite rieuse (!). Bien que l'expression puisse paraître galvaudée, je ne connais pas de film qui fasse autant ressurgir mon âme d'enfant que ce Zu. Et rien que pour ça il est précieux, intemporel, immortel.
6/6

Mad mission 3:
Image IPB
Parodie de James Bond mettant en scène Sam Hui (pape de la canto-pop, futur Swordsman éponyme et frère de l'acteur/réalisateur Michael Hui ainsi que du comédien Ricky Hui), Mad mission 3 fait partie des quelques ratages émaillant la filmographie de Tsui Hark.
Filmé en pilotage automatique et croulant sous une avalanche de gags navrants, le film reste cependant regardable grâce à une poignée d'idées complètement barrées (la scène de poursuite en simil "jet-pack" vaut le détour !) et un rythme des plus soutenus. Reste que la plupart du temps, contrairement aux précédents films du bonhomme, le frisson qui nous parcourt l'échine est celui de la honte… Là je pense en particulier à la prise d'otages finale qui fait vraiment peine à voir. Au vu du résultat il n'est pas difficile de comprendre que Tsui Hark ait claqué la porte avant la fin du tournage pour monter sa propre maison de production: La film workshop.
2/6

Bientôt (enfin, ça dépend...) la seconde partie: LES ANNEES WORKSHOP.

Voila

(Une fois de plus je vais passer pour monomaniaque obsessionel ! Image IPB )
(Pô grave !)
_______________________________________________________________________


4kzE.gif

-Que le ciel et la terre me prêtent leur force ! Poyé polomi !


#2 profondo rosso

profondo rosso

    Bluette Prof

  • Members
  • 23868 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:region parisienne

Posté 24 November 2007 - 21:44 PM

Excellent c'est vrai que c'était honteux que THRTW n'ait pas son topic. Tout pareil que Sanjuro pour les films cités hormis All the wrong clues que je n'ai pas vu. Vraiment un de mes 3 ou 4 cinéastes favoris (et le plus représentés dans ma dvdtheque cool.gif ) qui a tapé dans tout les genres, tout les styles avec un égal talent. L'action survoltée et hysterique avec Zu, fresque épique avec les OUATIC, le mélo flamboyant avec The Lovers sans compter les purs ovni enchanteurs comme Green Snake (peut être mon favoris du maître). Il ne m'a quasiment jamais déçu (je ne compte pas les projets batard comme les Van Damme) même un Legend of Zu décrié je kiffe. Même un pseudo film mineur comme "Dans la nuit des temps" contient plus d'idées et de folie que presque tout les films sortis cette année. Un peu plus partagé sur ses prods FILMWORKSHOP ou le pire cotoie le meilleur à cause de (ou grâce à) l'interventionisme du maître. Dans ses films "officieux" son must reste pour moi L'Auberge du dragon. Ca va être tranquille ce topic on sera tous tout le temps d'accord pour tout à coup de THRTW déclamé avec passion icon_mrgreen.gif .

#3 Sanjuro

Sanjuro

    Be dumb !

  • Members
  • 12553 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Sono

Posté 24 November 2007 - 22:30 PM

Et un post qui fait plaiz', un !

CITATION(profondo rosso @ 24 11 2007 - 21:44) <{POST_SNAPBACK}>
même un Legend of Zu décrié je kiffe.


Décrié ? Je n'irais pas jusque là... Pour ma part je dirais plutôt "controversé" car, mine de rien, il possède une part non négligeable de fans ce film.
...Inutile de préciser que j'en fait partie. Pour moi Legend of Zu compte parmi les films les plus importants de son auteur (bon, en même temps ça veut pas dire grand chose puisque le bonhomme a moins 10 films majeurs dans sa filmo !) et, surtout, parmi les films les plus importants de la décénnie en cours... Une oeuvre aussi novatrice et visionnaire que le fut le premier ZU en son temps. Hormis ses SPFX inégaux (ou le subime cotoie le bâclé), le film dans ses partis pris de mise en scène et sa narration d'un radicalisme absolu semble avoir 10 ans d'avance sur ses contemporains. Bref, je suis peut être naïf mais je reste persuadé que dans quelques années on en parlera comme étant un grand film précursseur...Bref, une date.
Wait and see.

Et puis, objectivement, y'a juste des purs moments de poésie dans ce film: Le visage de Dawn qui se craquelle en petits morceaux flottants dans les airs, Red qui remplace l'aile bléssée de la petite fée par un pétale, la "résurrection" des montagnes volantes, la mer de sang occupant le ciel... et je passe des dizaines d'images qui resterons à jamais gravées dans mes rétines).




(si c'est pas de la tuerie picturale ce film, je me fais moine Shaolin !)

Voila

4kzE.gif

-Que le ciel et la terre me prêtent leur force ! Poyé polomi !


#4 Kabukiman

Kabukiman

    Critters

  • Members
  • 462 Messages :
  • Location:LG93

Posté 24 November 2007 - 22:33 PM

Tsui Hark is the man.
Voilà, je sais pas s'il est utile d'en rajouter.


Et Legend of Zu ça défonce.

#5 profondo rosso

profondo rosso

    Bluette Prof

  • Members
  • 23868 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:region parisienne

Posté 24 November 2007 - 22:40 PM

CITATION(Sanjuro @ 24 11 2007 - 22:30) <{POST_SNAPBACK}>
Et un post qui fait plaiz', un !

CITATION(profondo rosso @ 24 11 2007 - 21:44) <{POST_SNAPBACK}>
même un Legend of Zu décrié je kiffe.


Décrié ? Je n'irais pas jusque là... Pour ma part je dirais plutôt "controversé" car, mine de rien, il possède une part non négligeable de fans ce film.
...Inutile de préciser que j'en fait partie. Pour moi Legend of Zu compte parmi les films les plus importants de son auteur (bon, en même temps ça veut pas dire grand chose puisque le bonhomme a moins 10 films majeurs dans sa filmo !) et, surtout, parmi les films les plus importants de la décénnie en cours... Une oeuvre aussi novatrice et visionnaire que le fut le premier ZU en son temps. Hormis ses SPFX inégaux (ou le subime cotoie le bâclé), le film dans ses partis pris de mise en scène et sa narration d'un radicalisme absolu semble avoir 10 ans d'avance sur ses contemporains. Bref, je suis peut être naïf mais je reste persuadé que dans quelques années on en parlera comme étant un grand film précursseur...Bref, une date.
Wait and see.

Et puis, objectivement, y'a juste des purs moments de poésie dans ce film: Le visage de Dawn qui se craquelle et flotte dans les airs, Red qui remplace l'aile bléssée de la petite fée par un pétale, la "résurrection" des montagnes volantes, la mer de sang occupant le ciel... et j'en passe des dizaines d'images qui resterons à jamais gravées dans mes rétines).

Voila



Je dis décrié car je me suis souvent senti seul lors de discussions et que j'en disais le plus grand bien icon_mrgreen.gif , un peu comme le premier Zu certains effet son inégaus en effet mais d'autre sont carrément splendide. Mais comme le 1er Zu ça en rebute quand même certains c'est le genre de spectacle total à la prise de risque maximum (une constante avec Tsui Hark toutes les idées valent le coup d'être filmées quelque soit les moyens dont on dispose) auquel on adhere ou qu'on rejette.

#6 Dickens

Dickens

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 4851 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Dans la ville à la 3D imposée...

Posté 24 November 2007 - 22:57 PM

Perso, j'ai pas vu grand chose du bonhomme. Mais ce que j'en ai vu, c'est bonheur:

The Blade: sur le cul. Tétanisant de modernité dans la mise en scène. Une violente baffe

The Lover: je pleure. C'est beau, c'est triste, c'est une des plus belles histoires d'amour que j'ai vu. Et cette musique...

Time and Tide: folie furieuse. Confus, gros bordel scénaristique (inutilement complexifié, alors que finalement assez simple). Mais c'te mise en scène nom de dieu...

Seven Swords: frustrant. Trop court. Musique naze. Mais image iconique à fond. Combat jouissif. Donnie Yen déglingue.

Bref, les 2 premiers sont pour moi des gros morceaux que je me revois AU MOINS une fois dans l'année (The Blade putain...m'a fallu des jours pour arriver à regarder autre chose). Et les 2 autres vallent principalement pour leur mise en image. Mais ça déchire.

A côté de ça, étrangement, ces autres oeuvres me tentent pas (sauf Green Snake).

signature.png


#7 Kabukiman

Kabukiman

    Critters

  • Members
  • 462 Messages :
  • Location:LG93

Posté 25 November 2007 - 00:39 AM

CITATION(dmonteil @ 24 11 2007 - 22:57) <{POST_SNAPBACK}>
A côté de ça, étrangement, ces autres oeuvres me tentent pas (sauf Green Snake).

Pourtant, y a encore du lourd à découvrir, ses Once Upon a Time in China et Shanghai Blues plus particulièrement. Sans oublier The Master et Black Mask 2 (rires).

#8 Sanjuro

Sanjuro

    Be dumb !

  • Members
  • 12553 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Sono

Posté 25 November 2007 - 09:38 AM

CITATION(Kabukiman @ 25 11 2007 - 00:39) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(dmonteil @ 24 11 2007 - 22:57) <{POST_SNAPBACK}>
A côté de ça, étrangement, ces autres oeuvres me tentent pas (sauf Green Snake).

Pourtant, y a encore du lourd à découvrir, ses Once Upon a Time in China et Shanghai Blues plus particulièrement. Sans oublier The Master et Black Mask 2 (rires).


J'aime bien Black mask 2. sweat.gif
C'est objectivement foiré et ridicule: Les SPFX ne ressemblent à rien, le script (rendu golmon a cause de réecritures intempestives) aborde nombre de thèmes jamais exploités (je pense en particulier à la critique du monde du spectacle qui justifie "en partie" la laideur clinquante de la direction artisitique... Un peu comme dans Rollerball de MacT quoi icon_mrgreen.gif ) et, hormis Traci Lords, les acteurs jouent comme des cochons. Mais, malgré tout, je trouve ça hyper fun, plutôt dynamique et loin d'être mal filmé. En même temps un film dans lequel un super heros affronte une ribambelle de CATCHEURS MUTANTS (au facies fort caoutchouteux) à DOS D'ELEPHANT, dans lequel Scott Adkins grimmé en Docteur X (le méchant de la série de jouets Action Man !) tape la discute avec un cerveau géant (!), dans lequel le héros se déplace en faisant des cabrioles sans la moindre raison (même quand il est dans sa chambre), dans lequel Tsui Hark convoque un "sosie" de Jean Claude Van Damme et s'amuse à "traverser" Traci Lords avec sa grosse... caméra (petit coquin !) ne pouvait que me séduire et titiller ma fibre de gros bisseux !



Voila

4kzE.gif

-Que le ciel et la terre me prêtent leur force ! Poyé polomi !


#9 jigsaw

jigsaw

    Gremlins

  • Members
  • 1691 Messages :
  • Location:à la dérive

Posté 25 November 2007 - 10:32 AM

J'ai découvert Time and Tide en décuvant une soirée arrosée. J'aime beaucoup.

Une 1ére partie lorgnant vers la comédie sentimentale et existentiele non gnangnan pour ensuite embrayer vers le film d'action non-stop où l'on se demande parfois quand est ce qu'on va bien pouvoir reprendre son souffle blink.gif et pour finir une des fin les plus belles que j'ai vu.

Y'a un coté un peu free style bordélique (faut pas s'attendre à du cinoche d'action classique, mais bon p'tétre que je m'y connais pas assez en cinoche HK pour véritablement juger.) et aussi la scéne de stomb' avec Petite Souris assez autre: pas trés sensitive, filmage assez autre et un certain humour surprenant étant donné le ton plutot 1er degré de la scéne (le faux flingue, le héros qui se cogne contre le mur).

Un pur OVNI pour un néophyte comme moi. Je le compare à Die Hard 3 (toutes proportions gardées) pour ce rythme ultra-soutenu.

Faut vraiment que je le rematte (et que je me découvre absolument le reste, encore merci pour le topic Sanjuro !)

(Ah si j'avais aussi vu Seven Words en dvd albano-espagnol \o/ et dans mon souvenir lointain c'était trés sympa)

#10 Evil Seb

Evil Seb

    El Luchador

  • Members
  • 19542 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Pitibon sur Saône dans le Bouchonois

Posté 25 November 2007 - 10:36 AM

CITATION(Sanjuro @ 25 11 2007 - 09:38) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(Kabukiman @ 25 11 2007 - 00:39) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(dmonteil @ 24 11 2007 - 22:57) <{POST_SNAPBACK}>
A côté de ça, étrangement, ces autres oeuvres me tentent pas (sauf Green Snake).

Pourtant, y a encore du lourd à découvrir, ses Once Upon a Time in China et Shanghai Blues plus particulièrement. Sans oublier The Master et Black Mask 2 (rires).


J'aime bien Black mask 2. sweat.gif
Mais, malgré tout, je trouve ça hyper fun, plutôt dynamique et loin d'être mal filmé. En même temps un film dans lequel un super heros affronte une ribambelle de CATCHEURS MUTANTS (au facies fort caoutchouteux) à DOS D'ELEPHANT, dans lequel Scott Adkins grimmé en Docteur X (le méchant de la série de jouets Action Man !) tape la discute avec un cerveau géant (!), dans lequel le héros se déplace en faisant des cabrioles sans la moindre raison (même quand il est dans sa chambre), dans lequel Tsui Hark convoque un "sosie" de Jean Claude Van Damme et s'amuse à "traverser" Traci Lords avec sa grosse... caméra (petit coquin !) ne pouvait que me séduire et titiller ma fibre de gros bisseux !
Moi, pareil j'aime bien Black Mask II, puisle sosie de JVCD c'est RDV a.k.a Rob Van Dam (sisi un vrai catcheur fan d'art martiaux dedans qui joue sur sa ressemblace avec the Muscle from Brussels). Ca se barre dans tous les sens mais on s'emmerde pas une seconde je trouve.



Par contre Legend Of Zu, je reste sur ma position, je trouve completement foiré...sur les 4578 perso présent, 4572 ne servent stritement à rien et je cherche encore une bout de trame narrative. Autant je suis fan des films de Jeff Lau, autant ce Legend Of Zu, j'aime pas, je trouve que ca se prend hyper au sérieux alors qu'en fait c'est une belle part de flan...mais bon on ne peut pas faire que des bons films hein, surtout avec une filmo aussi pléthorique et hétéroclite. Tsui Hark c'est un des seuls vrair éals innovants a chaque film et capable de réinventer le cinéma, de le pousser dans ses derniers retranchements, un trve génie quoi, un des rares qui mérite ce terme tellement galvaudé. Sinon ben THRTW quoi, 5 films et tout est dit: The Lovers, The Blade, Green Snake, Il Etait Une Fois En Chine I&II et Time and Time.

(faudrait post ité ce topic non de nom!! On l'a bien fait avec celui de l'horrible bestiole velue...)
Andrew Clark : Why do you have to insult everybody?
John Bender: I'm being honest, asshole. I would expect you to know the difference.

Image IPB


#11 Sanjuro

Sanjuro

    Be dumb !

  • Members
  • 12553 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Sono

Posté 25 November 2007 - 12:11 PM

Shanghai blues:

Suite à l'échec personnel de Mad mission 3, THRTW, aidé par sa femme Nansun Shi, décide de monter sa propre maison de production: La film Workshop, où il pourra réaliser ses films en toute liberté et épauler nombre de réalisateurs talentueux (John Woo, Ching Siu-Tung, Kirk Wong, Johnny To, etc…) qui, la plupart du temps, ne pourront s’exprimer librement car bridés (hum…) par la personnalité "envahissante" du maître.
On ne pouvait imaginer plus beau film pour inaugurer cette usine à rêves (pour le spectateur du moins) qu’est la Film Workshop. Le temps d’un métrage, Tsui Hark ressuscite, à quelques milliers de kilomètres des USA, l’âge d’or du cinéma hollywoodien: Il y’a du Donen, du Curtiz et du Hawks dans cette comédie romantique aux couleurs flamboyantes évoquant les plus belles heures du technicolor.
Que dire si ce n’est qu’il s’agit d’une inestimable bulle de bonheur portée par un rythme trépidant, une musicalité omniprésente (le score de feu James Wong figure sans conteste parmi ses beaux auprès de Green snake), un humour vaudevillesque délicieux, des actrices sans cesse magnifiées (même quand elles étendent le linge !), sans oublier une mélancolie souvent bouleversante qui, parfois, s’immisce lors des séquences les plus burlesques (je pense en particulier à ce passage montrant des anciens combattants, devenus clochards, obligés de donner leur sang pour survivre… Une scène parcourue d’un humour ouvertement « slapstick » mais aussi d’une infinie tristesse).
…Un chef d’œuvre (ce terme reviendra souvent lors du topic, donc s’il vous sort par les yeux, je vous conseille d’aller voir ailleurs icon_mrgreen.gif ) intemporel qui en moins de deux (courtes) heures réveille les fantômes enchanteurs et dansants d‘une forme de cinéma magique qui semblait avoir disparu à jamais.
Peking opera blues, réalisé 2 ans plus tard, s’avérera tout aussi (si ce n’est plus) définitif… Jusqu’où ira-t-il ?

(mais là, je n'ai pas le temps d'en parler)
6/6

Voila

4kzE.gif

-Que le ciel et la terre me prêtent leur force ! Poyé polomi !


#12 Sanjuro

Sanjuro

    Be dumb !

  • Members
  • 12553 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Sono

Posté 25 November 2007 - 13:54 PM

A propos de la réputation de gros bordel scénaristique que possède Time and tide, je citerais Big monster:

CITATION
c'est pas ce film qui est nawak, ce sont tous les autres
cool.gif

(Sérieux, je trouve l'aspect "touffu" -ou tout fou^^- du script en totale adéquation avec le propos délivré par Tsui Hark)
(on y reviendra)
(ou pas)

CITATION("Jigsaw")
une des fin les plus belles que j'ai vu

Putain ouais !


Au commencement il y'avait le néant.
Le patron créa beaucoup de choses.
Ce ne fut que problèmes et contradictions.
Que lui même ne put résoudre.



Alors il créa une dernière chose.
C'était l'espoir.



Avec l'espoir...
Tout peut recommencer.



Voila

4kzE.gif

-Que le ciel et la terre me prêtent leur force ! Poyé polomi !


#13 Mzk0

Mzk0

    Gremlins

  • Members
  • 1314 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Porte des Cévennes

Posté 25 November 2007 - 14:04 PM

Aha ! Un topic sur Tsui !
Un de mes trois modèles de réalisateur et probablement mon plus grand maitre à penser.
Je viendrai participer: le topic de Sanjuro m'a redonné envie de mater ses films ! wub.gif

#14 JLP

JLP

    Wookie

  • Members
  • 2181 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 25 November 2007 - 15:59 PM

CITATION(dmonteil @ 24 11 2007 - 22:57) <{POST_SNAPBACK}>
A côté de ça, étrangement, ces autres oeuvres me tentent pas (sauf Green Snake).


Passe quand meme pas à coté du premier ouatic si tu l'as jamais vu,ca serait trop du gachis.
Le combat avec les echelles c'est juste la perfection au niveau baston,avec une réa qui transcende les chorés (à moins que ca soit l'inverse,les deux jouant en tout cas de concert dans une inventivité constante),servant sur un plateau doré des gestes martiaux splendides portés par deux persos ubber charismiques;aux enjeux de plus pas cons:la claque que se prend le "méchant" par fei hung est avant tout morale,et elle fait franchement mal (le ralenti génial de Tsui lorsque le méchant est "scalpé" par fei hung,perdant ainsi tout honneur,parvient à changer le point de vue du spectateur,dun coup empli de compassion voir de pitié,en meme temps que le personnage principal (contre-champ juste parfait)...le pire étant que les péripéties sont parfaitement cohérentes thématiquement avec les dilemnes moraux des personnages (la notion d'equilibre)
Putain de scène!

Image IPB


#15 Sanjuro

Sanjuro

    Be dumb !

  • Members
  • 12553 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Sono

Posté 25 November 2007 - 21:12 PM

CITATION(JLP @ 25 11 2007 - 15:59) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(dmonteil @ 24 11 2007 - 22:57) <{POST_SNAPBACK}>
A côté de ça, étrangement, ces autres oeuvres me tentent pas (sauf Green Snake).


Passe quand meme pas à coté du premier ouatic si tu l'as jamais vu,ca serait trop du gachis.


+1

Puis matte aussi le 2, le 3, le 5 et Iron monkey (la prequelle avec Donnie Yen dans le rôle du père de Wong Fei-Hung), ce serait vraiment, mais VRAIMENT dommage de passer à côté.

Voila wink.gif

4kzE.gif

-Que le ciel et la terre me prêtent leur force ! Poyé polomi !


#16 Kabukiman

Kabukiman

    Critters

  • Members
  • 462 Messages :
  • Location:LG93

Posté 25 November 2007 - 21:47 PM

CITATION(Sanjuro @ 25 11 2007 - 21:12) <{POST_SNAPBACK}>
(puis matte aussi le 2, le 3, le 5 et Iron monkey (la prequelle avec Donnie Yen dans le rôle du père de Wong Fei-Hung), ce serait vraiment, mais VRAIMENT dommage de passer à côté.

Iron Monkey c'est pas vraiment une préquelle à OUATIC (et c'est pas un Tsui Hark).

#17 quarx

quarx

    Gremlins

  • Members
  • 1539 Messages :
  • Location:la 4e dimension sur la droite

Posté 25 November 2007 - 21:58 PM

Ben même si c'est pas une prequelle officielle, on y fait la connaissance de Wong Fei-Hung gamin, donc ca reste quand même lié aux OUATIC.
(et pis c'est une prod Film Workshop, donc si, c'est un Tsui Hark wink.gif )

#18 Sanjuro

Sanjuro

    Be dumb !

  • Members
  • 12553 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Sono

Posté 25 November 2007 - 22:27 PM

CITATION(quarx @ 25 11 2007 - 21:58) <{POST_SNAPBACK}>
Ben même si c'est pas une prequelle officielle, on y fait la connaissance de Wong Fei-Hung gamin, donc ca reste quand même lié aux OUATIC.
(et pis c'est une prod Film Workshop, donc si, c'est un Tsui Hark wink.gif )

Yep, et en plus de son poste de producteur, Tsui Hark y est crédité en tant que (co) scénariste.

Enfin pequelle ou pas, le film est une bombe chorégaphique à voir absolument... Et sûr ce point, je pense qu'on est tous d'accord. smile.gif

Voila

4kzE.gif

-Que le ciel et la terre me prêtent leur force ! Poyé polomi !


#19 Kabukiman

Kabukiman

    Critters

  • Members
  • 462 Messages :
  • Location:LG93

Posté 25 November 2007 - 23:27 PM

CITATION(Sanjuro @ 25 11 2007 - 22:27) <{POST_SNAPBACK}>
Enfin pequelle ou pas, le film est une bombe chorégaphique à voir absolument... Et sûr ce point, je pense qu'on est tous d'accord. smile.gif

Ouep, mais là c'est un topic THRTW ! Si on commence à partir sur Yuen Woo-Ping, autant créer un autre thread, parce que y a de quoi faire aussi.

#20 Vin Boss

Vin Boss

    Wookie

  • Members
  • 3051 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 26 November 2007 - 09:37 AM


Plus petite la sign, merci !




2 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 2 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)