Aller au contenu


Takeshi Kitano est un génie


  • Please log in to reply
494 réponses sur ce sujet

#41 Dirty Flichty

Dirty Flichty

    Squirt Lover

  • Members
  • 18054 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:VCD et VHS

Posté 04 September 2005 - 01:28 AM

Première critique de son nouveau film (trouvée sur le site d'ARTE) :

Takeshis’ est une vision façon fête foraine cauchemardesque de la complexe psyché d’un cinéaste : Takeshi Kitano. Frappant là où on ne l’attendait pas, le cinéaste déverse sans retenue un torrent d’images décousues, de visions, drôlatiques, violentes ou oniriques sans qu’apparaisse à aucun moment le moindre fil d’Ariane entre les scènes, excepté le thème du « double Takeshi ». Le film se compose de variations sur le thème de la schizophrénie réelle ou imaginaire autour de laquelle se construit la vie professionnelle de Takashi Kitano : star populaire de la télévision japonaise en tant que Beat Takeshi ou cinéaste proclamé auteur par l’Europe sous le nom de Takeshi Kitano.

Il n’apparaît pas exactement ici sous ces deux aspects car s’ajoutent à cette dualité quelques névroses : un fort syndrome d’imposture dû au manque de confiance en soi devant le succès ou encore un doute permanent sur la valeur artistique de son œuvre. Il est donc à la fois cette star adulée, qui se met en scène dans des rôles parfois absurdement violents de yakusa sensible et ce looser timide qui refoule une violence terrible qui grandit en lui devant tant d’injustice. Kitano signe ici son « Huit et Demi » où la seule cohérence se cache dans sa propre personnalité. Il fait une déclaration presque morbide à son public dont il explique qu’elle va lui servir à tourner une page sans toutefois préciser laquelle.

Takeshis’ pose des références constantes à son oeuvre : tueries ultra-violentes, contemplation sur une plage avec une femme ou un enfant, scènes singulières de silence, humour trash ou de comique de situation, etc. Une femme malveillante, totalement pénible, qui revient dans chaque scène pour exaspérer Takeshi jusqu’à la lie constitue par exemple une sacrée trouvaille de personnage, la « femme à baffes » en quelque sorte, suivie du yakusa débile, de l’enfant prodige et des frères sumos. Mais toutes ces pièces disparates, à l’instar du jeu de Mah-jong auquel sont accros les deux héros doppelgänger, sont constamment bousculées, dérangées remises en ordre, mélangées jusqu’à l’écœurement, jusqu’au délire le plus total sans que jamais la poésie de Federico Fellini ne soit malheureusement égalée. Parfois trop long avec des « tunnels » impressionnants dans la narration, le jeu dont la partie se déroule ici demeure obscur, parfois surprenant. Inclassable, Takeshis’ tient à la fois de la confession presque insoutenable, crépusculaire, du foutoir le plus total et de la catharsis salvatrice.

Delphine Valloire
6kePM3Z.jpg

#42 simidor

simidor

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5020 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Université de l'Invisible

Posté 06 September 2005 - 14:34 PM

J'ai hâte de voir ça biggrin.gif . Aucune sortie française prévue?

Les chroniques du TARDIS , abordez Doctor Who du bon pied !


#43 jason13thh

jason13thh

    Je consulte un psy

  • Members
  • 9820 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Bruxelles

Posté 06 September 2005 - 14:38 PM

De lui je n'ai vu que Sonatine et ces autres films de Yakuza mais j'ai oublié leurs noms.

Je l'aime bien aussi dans Battle Royale où il joue le rôle d'un prof/maître du "jeu" sur l'île.

Je sais pas si c'est dans Sonatine où les yakuza sont montrés comme de grands enfants et s'amusent sur la plage en fait ils sont réfugiés là parce que les choses ne tournent pas comme ils voudraient.

Très chouette film mais mine de rien assez dur.

#44 ffwd > burnout !

ffwd > burnout !

    Gremlins

  • Members
  • 1003 Messages :
  • Location:Landing on the mountains of Meggido

Posté 06 September 2005 - 15:13 PM

CITATION(Dirty Flichty)
Il fait une déclaration presque morbide à son public dont il explique qu’elle va lui servir à tourner une page sans toutefois préciser laquelle.


du moment qu'on évite


#45 axleu*

axleu*
  • Guests

Posté 06 September 2005 - 15:41 PM

"looser"

Un loser, on écrit un loser, pas un looser,  :evil:



#46 dam

dam

    mad

  • Members
  • 25574 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Cthuluse

Posté 10 September 2005 - 15:59 PM

ça me donne envie cette critique d'arte, ça m'a l'air un objet filmique non identifié ce kitano.

#47 Malastrana

Malastrana

    Je consulte un psy

  • Members
  • 8158 Messages :
  • Profil:Inconnu

Posté 01 November 2005 - 13:55 PM

J'ai enfin trouvé le courage de finir Dolls, que j'avais arrêté de regarder en juillet 2004. Eh bien c'est comme je m'en doutais (j'avais de bonnes raisons d'enlever le dvd du lecteur) une catastrophe, chiant et qui n'aboutit à rien. Y a bien quelques belles idées (l'otaku qui se créve les yeux pour "voir" son idole, le vieux yakuza qui revient sur le banc), mais ça ne suffit pas à donner du sens (et du rythme) à son film. Heureusement qu'ensuite il a enchainé sur son chef d'oeuvre Zatoichi.

Si ceux qui disent du mal de moi savaient ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage ! (Sacha Guitry)


#48 Moody

Moody

    Moodpecker

  • The Devil's Rejects
  • 26612 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Outer Heaven

Posté 01 November 2005 - 16:30 PM

"Dolls" est le plus intimiste de ces films, le plus difficile d'accès.

"Zatoichi" est quasimment son film le plus commercial mais attention je ne critique pas le film que j'ai adoré mais l'effet marketing soudain autour de Kitano, du Kitano qui passe tout d'un coup en mutliplexe et à droit à une horrible vf ...  alors qu'il était si bien en ciné de quartier + vost.

Kitano me passionne, mon film favori reste "Kids Return" dans lequel il n'apparait d'ailleurs pas, formidable fan sur l'amitié qui m'a touché droit au coeur, ambiance qu'on peut retrouver dans le manga GTO par exemple.

Kitano devant la caméra oui, mais si il est derrière également sinon ce n'est jamais aussi bon.

 

"Dolls" fût mon premier Kitano en salle et je n'ai pas été déçu, complètement pris dans cette posésie qu'il nous offrait là, un film à voir une fois pour rêver, sourire, pleurer, et pourquoi pas plusieurs fois ensuite pour y décoder toutes les métaphores, significations et petits détails qui fourmillent.


181101093307121824.jpg


#49 Rom1

Rom1

    Je ponctue chaque phrase par un pet

  • Members
  • 17437 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Reims

Posté 01 November 2005 - 16:38 PM

il a enchainé sur son chef d'oeuvre Zatoichi.


:?

#50 Moody

Moody

    Moodpecker

  • The Devil's Rejects
  • 26612 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Outer Heaven

Posté 01 November 2005 - 16:58 PM

Zatoichi est excellent mais pas un chef d'oeuvre, et tant mieux si il a permis aux gens de découvrir la saga originelle (ce dont je doute ).


181101093307121824.jpg


#51 dam

dam

    mad

  • Members
  • 25574 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Cthuluse

Posté 29 November 2005 - 01:44 AM

Takeshis :3/6



#52 roboris45

roboris45

    GO du club Mad

  • Members
  • 14102 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:dans la cave.

Posté 29 November 2005 - 02:06 AM

La première fois qu'on a vu Gettin Any, on a rigolé à en crever la première demi-heure et puis on s'est ennuyé grave la demi-heure suivante...

On a du bien revoir le film 6 ou 7 fois depuis  smile.gif ...

SEX SHOP WONDERLAND (BD - tomes 1 et 2 disponibles) --> http://www.mad-movie...ic=30561&page=1


#53 naka

naka

    Critters

  • Members
  • 496 Messages :
  • Location:Monade urbaine 116 788ème étage

Posté 02 December 2005 - 23:56 PM

CITATION(Fred Boot)
Getting any, c'est un suicide artistique qu'il serait bon de mettre en parallele de Hana-Bi. Y a quelque chose qui préfigure la suite (EDIT: Getting any sera suivi par Kids Return et Hana bi) dans ce film à l'humour lourdingue (encore plus que le peu de ses émissions tv que j'ai pu voir), quelque chose d'autodestructeur. Pour moi, Getting Any et Hana-Bi sont les deux facettes d'une même piece, difficile de comprendre le sensei en loupant l'un des deux.


Lorsque j'ai commencé à leur dire que j'aimais les films de Kitano (je n'ai pas tout vu, mais j'adore Sonatine et A Scene), mes potes japonais ont tenu à préciser qu'en son pays, Beat Takeshi est d'abord reconnu comme un petit rigolo, faiseur de shows télé bien débilos.

Getting Any n'a rien d'un dérapage. C'est même la première facette du bonhomme, dont parle Fred Boot plus haut.

#54 frodo.courleciel

frodo.courleciel

    Critters

  • Members
  • 354 Messages :
  • Location:Dans Tout Caen

Posté 03 December 2005 - 22:56 PM

 
Zatoichi est excellent mais pas un chef d'oeuvre, et tant mieux si il a permi aux gens de découvrir la saga originelle (ce dont je doute).

En ce qui me concerne, c'est le cas.

Bon, mon ptit /6 perso (j'aime pas noter, mais je vais faire genre j'ai des choses à dire):
Jugatsu: 2/6. Po rentré dedans.
A Scene...: 3/6. Assez vain. Mais mimi. mais vain.
Kid's Return: 3.5/6. Un souvenir un peu flou, mais je crois avoir trouvé ça plutôt intéressant à l'époque.
Sonatine: 3.5/6. Devient un peu lourd dès la 3e vision.
Hana-Bi: 6/6. Que dire...
Kikujiro: 5/6. Touchant.
Dolls: 4/6. Beau. Chiant mais beau.
Zatoichi: 5/6. Une leçon de "remaking".
Aniki: 5/6. Assez meséstimé je pense.
Violent Cop: 4/6. Un peu loin aussi dans mes souvenirs, mais bon.

Et je n'ai pas vu Getting Any...



#55 MechaTakeshi

MechaTakeshi

    Wookie

  • Members
  • 3228 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 07 December 2005 - 17:25 PM

Ce mec est un génie et tout les films de lui que j'ai vu -tous sauf Dolls- sont des tueries à arracher la culotte grosse péniche de ta mémé amha tout ça, à part Zatoichi.
J'avais découvert la saga originelle par le biais des Baby Cart -Tomisaburo Wakayama étant le frère de Shintaro Katsu- et Kitano n'arrive pas à la cheville de Katsu en tant qu'acteur, ni à celle de Misumi en tant que réal.
(Et c'est encore plus raté si ça se voulait parodique.)

FGtmMdM.png

Everybody's dead, Dave.


#56 Moody

Moody

    Moodpecker

  • The Devil's Rejects
  • 26612 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Outer Heaven

Posté 18 January 2006 - 17:28 PM

Ma critique de Kikujiro sur le topic éponyme.

"A Scene at the sea" vu à l'instant.

Ce film est une vague: il débute lentement chargé de beaucoup de petites choses dans son élan, puis s'accroit sans arrêts faisant monter notre interet et notre attention, pour mieux en fin de compte finir par un choc finalement redouté mais obligatoire, et terminer en douceur en disparaissant...jusqu'à la prochaine fois qu'on regardera où le cycle reprendra.

Le bruit des vagues justement, qui à notre esprit parait logique et attendu à la mer, ne l'est pas pour nos deux prinicpaux protagoniste sourds & muets, eux sont portés par leurs regards, leurs perception olfactive autre qu'on dit plus efficace quand un des sens est altéré ou manquant. Kitano voulait transmettre l'idée que cette plage anodine polluée et sale pouvait apparaître à ces gens bien plus belle qu'elle ne l'est à nos yeux, pour lui c'est loin d'être passé, mais on ne reste pas indifférent à elle, elle est partie intégrante de la magie du film.

Les surfeurs, qu'on voit souvent "à l'américaine" dans le cinéma ou les séries, des nomades fluos communistes (sauf pour leur matos) et des personnes, faisant fêtes sur fêtes et s'adonnant à "Sea, Sex and Sun".

Le surf est souvent un sport que l'on a envie de faire, mais qu'on ose rarement approcher, par peur du ridicule ou par doute de ses propres capacités, dommage.

Ici c'est un surf amical dans une bonne ambiance qui nous est livré, de la persévérance pour notre héros qui se retrouve passionné, suivi de son amoureuse spectatrice, et vite rejoint par les habituels surfeurs assez ouverts.

Troisième film, première collaboration avec Joe Hisaishi qui fût le début pour ces deux-là d'une histoire aujourd'hui dans l'impasse mais qui a su à chaque fois nous marquer, nous toucher.

Les notes du thèmes principales ne sont pas sans me rappeler celles de "Kids Return" d'ailleurs.

Dénoncer la discrimination envers les handicapés au Japon, c'est aussi ce que voulait Kitano, qui nous a habitué à nous montrer le revers de la médaille du pays, avec des clochards ici et là dans ses films, et ici le métier d'éboueur (la scène marquante où l'éboueur remplaçant qui ne ramasse pas ses propres déchets...).

On sourit souvent quand même, comique de répétition des chutes ou habituels duo de glandus, c'est suffisant et assez régulier.
Mais le drame de la vie garde le dessus, on est habitué avec Kitano à des fins tristement belles, qu'il voit d'ailleurs comme quelque chose qui ne finit pas mal, à raison car on en ressort avec l'envie de s'y remettre immédiatement, touchés par la beauté du spectacle.

Un Kitano reposant, apaisant et surtout rafraîchissant, on se laisse porter et on glisse.


181101093307121824.jpg


#57 Fraggle

Fraggle

    Rock

  • Members
  • 14341 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 15 July 2006 - 13:44 PM

C'est quand même bien zarb Takeshi's...

j'ai pas vu tous les Kitano mais ça m'étonnerait que moyennement que ce soit son film le plus noir, la névrose suicidaire qui parcours son oeuvre étant ici poussée à l'extrème...

à part ça on pourra aussi facilement être intrigué ou décrocher devant ce concept de personnages et de dialogues qui se font écho d'une scène à l'autre. Bref je sais pas trop quoi en penser (je dois pas être le seul) c'est plutôt intéressant, souvent drôle, mais vraiment très nombriliste (forcément) et au final un peu vain.
Image IPB

#58 DarK ChoueTTe

DarK ChoueTTe

    Dark ChouqueTTe

  • The Devil's Rejects
  • 22674 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:A flying blue box

Posté 15 July 2006 - 14:37 PM

Y'avait un topic m'sieur ^^
http://www.mad-movie...mp;#entry609774

Mais oui Takeshi's c'est assez zarb'...loin d'être parfait mais intéressant...à revoir d'ici quelques temps en sachant à quoi s'attendre pour voir ce que ça donne passé la surprise.

#59 kitano

kitano

    Wookie

  • Members
  • 3255 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Tarbes

Posté 07 August 2006 - 10:24 AM

Je vois qu'on a su me rendre hommage sur ce topic et je vous en remercie...

J'ai cru voir que Dolls n'a pas plu à tout le monde et c'est compréhensible, c'est souvent le cas pour les films à ambiance, ou bien on y est embarqué ou bien on reste sur le quai...
Pour ma part je l'ai regardé tard en somnolant ( une heure plus propice pour apprécier ce genre de films ) et le mot qui me vient à l'esprit est " envoûtant"

Pour moi 6/6
comme pour le reste de la filmo (désolé peut pas être objectif)



#60 Screamy

Screamy

    Cookie Monster

  • Members
  • 3207 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:Dans une jarre à cookies géante !

Posté 07 August 2006 - 10:53 AM

Getting Any, c'est de la grosse comédie bien grasse comme un cornet de frites noyées dans l'huile. Je crois qu'il y a des gags que même les frères Farrelli n'auraient pas osé (le tas de merde géant, le pilote d'avion qui se trémousse en string "mambooooo!!").
Pour ceux qui veulent découvrir le contenu de ses fameuses émissions débillissime à un point qui touche au sublime je crois qu'il doit y avoir des extraits sur youtube.com (de toute façon, ce site est une caverne d'Ali Babette).




0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)