Aller au contenu


Photo

Critiques des séries américaines sans topic


151 réponses sur ce sujet

#121 Lurdo

Lurdo

    Aventurier en série(s)

  • Members
  • 22730 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:Down in the underground...

Posté 03 October 2017 - 22:21 PM

The Gifted 1x01 :

Le showrunner de Burn Notice + Bryan Singer à la réalisation pour une énième série dans l'univers des X-men (qui ici, ont disparu depuis longtemps), avec des parents (Amy Acker & l'autre endive de True Blood) qui découvrent que leurs enfants ont des pouvoirs, qui se retrouvent donc traqués par une organisation gouvernementale, et qui sont contraints de faire confiance à la résistance mutante.

 

En gros, ce sont en quelque sorte les prémices du futur de Days of Future Past, avec des Sentinelles au format araignées mécaniques et sans tous les mutants connus, et donc, on est en terrain ultra-balisé, pour le meilleur et pour le pire.

 

Et si ce n'est pas particulièrement mauvais (c'est même relativement regardable, et 20 km au dessus d'Inhumans), c'est aussi assez quelconque et terne, avec une Amy Acker (blonde... mwé) sous-exploitée en mère de famille éplorée (j'espère qu'ils ont quelque chose de plus intéressant pour elle en stock, parce que là, bof), des résistants mutants assez quelconques et insipides, et une ambiance générale assez peu engageante, du moins, en ce qui me concerne.

 

Ça plaira probablement nettement plus à d'autres spectateurs (d'autant que les touches de fanservice et le namedropping m'ont laissé de marbre), mais vu que je suis vraiment las des mutants à la sauce Singer, je ne pense pas continuer à suivre le show au fil de sa diffusion.

 

 

 

Kevin (Probably) Saves The World 1x01 :

Les showrunneuses de Reaper et de Agent Carter remettent le couvert pour ABC, avec un concept ultra-bancal : Jason Ritter en glandeur suicidaire bon à rien, qui emménage chez sa soeur jumelle JoAnna Garcia  :love: , et qui finit par découvrir l'un des 36 anges tombés du ciel sur la planète, un ange (une afro-américaine, parce qu'apparemment le cliché du Magical Negro guidant un protagoniste blanc sur le chemin du bonheur et de la spiritualité est toujours bien vivant) qu'il est le seul à voir et entendre, et qui lui apprend qu'il est destiné à sauver le monde en accomplissant des actes charitables pour autrui.

 

En gros, c'est la liste de My Name is Earl, avec une couche de religion façon Les Anges du Bonheur et Joan of Arcadia en prime, et un cast qui, s'il est sympathique, ne devrait pas être suffisant pour sauver la série de l'annulation, surtout au format 42 minutes.


# À partir du 20/11, le blog de Lurdo (feat. Sygbab) se consacre au Punisher dans toutes ses incarnations : Dolph Lundgren, Thomas Jane, Ray Stevenson, et bien sûr Jon Bernthal, avec des critiques de tous les films - animés ou en prises de vue réelles - mettant en vedette Frank Castle, et un bilan de la série Netflix ! #


#122 Docteur Benway

Docteur Benway

    Wookie

  • Members
  • 2597 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Interzone

Posté 04 October 2017 - 19:56 PM

Ten Days In The Valley 1x01

C'etait dégueu ce pilote.

Nouveau drama policier de ABC, pour ménagère, avec Kyra Sedgwick de The Closer dans le rôle d'une scénariste de série policière, alcoolique et droguée (rôle qu'elle joue de manière aussi crédible que Jessica Lange) dont la petite fille se fait enlevé. Evidemment, tout le monde a des petits secrets, à commencer par le père de l'enfant qui ment sur son alibi (alors qu'on sait très bien que ce n'est pas lui le coupable parce que ça essaie de le faire croire avec des sabots énormes).

Y'a rien qui va dans ce pilote, entre les personnages, l'intrigue ou la réal digne d'un téléfilm. Je n'irais donc pas plus loin et de toute façon, je ne donne pas cher de la série vu les faibles audiences de son démarrage.

712690wald3.gif


#123 Docteur Benway

Docteur Benway

    Wookie

  • Members
  • 2597 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Interzone

Posté 05 October 2017 - 05:48 AM

The Gifted 1x01 :
Le showrunner de Burn Notice + Bryan Singer à la réalisation pour une énième série dans l'univers des X-men (qui ici, ont disparu depuis longtemps), avec des parents (Amy Acker & l'autre endive de True Blood) qui découvrent que leurs enfants ont des pouvoirs, qui se retrouvent donc traqués par une organisation gouvernementale, et qui sont contraints de faire confiance à la résistance mutante.
 
En gros, ce sont en quelque sorte les prémices du futur de Days of Future Past, avec des Sentinelles au format araignées mécaniques et sans tous les mutants connus, et donc, on est en terrain ultra-balisé, pour le meilleur et pour le pire.
 
Et si ce n'est pas particulièrement mauvais (c'est même relativement regardable, et 20 km au dessus d'Inhumans), c'est aussi assez quelconque et terne, avec une Amy Acker (blonde... mwé) sous-exploitée en mère de famille éplorée (j'espère qu'ils ont quelque chose de plus intéressant pour elle en stock, parce que là, bof), des résistants mutants assez quelconques et insipides, et une ambiance générale assez peu engageante, du moins, en ce qui me concerne.
 
Ça plaira probablement nettement plus à d'autres spectateurs (d'autant que les touches de fanservice et le namedropping m'ont laissé de marbre), mais vu que je suis vraiment las des mutants à la sauce Singer, je ne pense pas continuer à suivre le show au fil de sa diffusiion


Tout comme Lurdo.
C'est regardable sur la forme (c'est pas folichon pour autant) mais dans le fond, c'est tellement chiant.
Amy Acker et Stephen Moyer n'ont aucune alchimie et ne sont donc jamais vraiment crédible dans leur rôle.
J'ai pensé à Mutant X parfois, surtout lorsqu'ils utilisent leurs pouvoirs.
J'irais pas plus loin et vu les audiences, la série n'ira pas au delà de sa 1ère saison (tant mieux).

712690wald3.gif


#124 Hiéroglyphe

Hiéroglyphe

    Leprechaun

  • Members
  • 750 Messages :

Posté 05 October 2017 - 08:07 AM

Big Mouth
 
La première saison vient de sortir sur Netflix et c'est assez fendard. Amateurs de bon goût, passer votre chemin, la série parle de cul (ou plutôt d'éducation sexuelle) de la manière la plus crue possible, mais avec un twist bien trouvé: les hormones sont littéralement représentées par des monstres, sortent d'entités invisibles qui expriment tout haut les nouveaux désirs. C'est graphique (plus que South Park) mais aussi drôle, extrêmement bien doublé (en tout cas en VO) et surprenant subtile, c'est à dire qu'il ne s'agit pas juste d'une succession de blagues potaches. On se prend rapidement d'affectation pour cette bande de jeunes humains découvrant la vie.
 

"If you're not walking on the edge, you're taking up too much space."


#125 Lurdo

Lurdo

    Aventurier en série(s)

  • Members
  • 22730 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:Down in the underground...

Posté 06 October 2017 - 21:34 PM

The Orville 1x04 :

 

Et allez, MacFarlane & co continuent de reprendre littéralement les grandes lignes de ce qui a déjà été fait par Star Trek (Au Bout de l'Infini, TOS 3x08, inspiré de Robert Heinlein), d'y rajouter quelques gags graveleux et lourds (totalement dispensables), une référence à Friends qui fait tache, un caméo final parfaitement gratuit, et d'enrober le tout d'une couche d'effets spéciaux modernes, pour vendre ça comme quelque chose de nouveau, et un "hommage" à la franchise Trek.

 

Je veux bien, mais franchement, plus le temps passe, et plus la série s'éloigne de l'hommage et du pastiche, pour se rapprocher du plagiat fainéant et creux. Et les audiences, elles, continuent de chuter...

 

(et puis honnêtement, la civilisation extra-terrestre à l'architecture terrienne, aux voitures et camionnettes terriennes,et aux seringues en plastique terrienne, c'est assez limite)

 

(par contre, les compositeurs se font plaisir)


# À partir du 20/11, le blog de Lurdo (feat. Sygbab) se consacre au Punisher dans toutes ses incarnations : Dolph Lundgren, Thomas Jane, Ray Stevenson, et bien sûr Jon Bernthal, avec des critiques de tous les films - animés ou en prises de vue réelles - mettant en vedette Frank Castle, et un bilan de la série Netflix ! #


#126 Pie Hunter

Pie Hunter

    Critters

  • Members
  • 381 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 09 October 2017 - 20:56 PM

HBO, mini-série, le président Andrew Jackson, Sean Penn, ça vous dit?
 
C'est en fin d'année et ça s'appelle American Lion

https://en.wikipedia...on_(miniseries)

"And that's why cable will never replace the moviegoing experience.", Al Bundy


#127 Captain Cavern

Captain Cavern

    Je consulte un psy

  • Members
  • 9691 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:In bed with Melissa auf der Maur

Posté 09 October 2017 - 21:33 PM

Ghosted 1x02 : c'est toujours pas la folie, mais ça va mieux. Le côté "présentation aux forceps" est absent, permettant au duo de carburer tranquillement, ce qu'il fait de manière toujours aussi efficace. L'enquête du jour avait un point de départ sympathiquement débile (un chat zombie :teube: ), et la série à la bonne idée de couper court aux séquences émotions qui pourraient devenir très vite insupportables. On va dire que c'est sur la bonne voie, mais y'a encore du boulot.

 

Superstore 3x02 : la série a trouvé son rythme de croisière depuis déjà quelques temps, ça se confirme avec cet épisode, qui sans être exceptionnel reste très agréable. Le duo Cheyenne/Matéo fonctionne très bien, Jonah a bien évolué depuis les débuts de la série (son besoin d'être reconnu comme ami par Gareth est aussi touchant que drôle :mrgreen: ), et Dina révélant une certaine fragilité est un élément bienvenue.


Science, progress, laws of hydraulics, laws of social dynamics, laws of this, that, and the other. No place for three-legged cyclops in the South Seas. No place for cucumber trees and oceans of wine. No place for me.

#128 MaxiBestOf

MaxiBestOf

    Wookie

  • Members
  • 3767 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Don't step on the grass, Sam

Posté 11 October 2017 - 14:13 PM

 

une référence à Friends qui fait tache, 

 

 

Elle est quand même à pleurer de rire cette blague.

 

Mais sinon plutôt d'accord avec tout ce que tu dis. 


33n8a3d.png


#129 Lurdo

Lurdo

    Aventurier en série(s)

  • Members
  • 22730 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:Down in the underground...

Posté 15 October 2017 - 22:30 PM

The Orville 1x05 :

Encore une fois, la même formule recyclage de STTNG + guest star + références à la pop culture actuelle.

 

Ici, on recycle "Data tente de comprendre ce qu'est l'humour" (avec extraits de Seinfeld), on recycle "un archéologue venu d'une autre époque arrive à bord sous un faux prétexte" (avec une autre "amie" de MacFarlane en guest star, Charlize Theron - je suppose qu'Emilia Clarke, Mila Kunis et Eliza Dushku finiront par faire de même, si la série dure suffisamment longtemps), on continue dans le fanservice (avec MacFarlane qui s'écrit une romance avec Theron, et Palicki qui est forcément jalouse), et voilà, encore un épisode de The Orville assez générique et quelconque.

 

Cela dit, l'équilibre humour/sérieux était un peu mieux maîtrisé que les semaines précédentes (tout ce qui était Mr Patate et la jambe en moins, c'était relativement amusant), et les effets spéciaux et la musique sont toujours très réussis, c'est toujours ça de pris.

 

 

 

The Orville 1x06 :

Premier épisode à ne pas être écrit par Seth MacFarlane, et premier épisode à ressembler à quelque chose de satisfaisant, qui ne semble pas directement plagié sur du Trek existant.

 

Bon, ce n'est pas forcément le comble de l'originalité (MacFarlane et le pilote partent en infiltration à bord d'un vaisseau ennemi pour y étudier leur religion, ils y découvrent une arme de destruction massive, et ils doivent choisir entre finir leur mission originale ou tout détruire, y compris les enfants vivant à bord), mais la structure est nettement plus homogène (c'est un ancien de Star Trek Enterprise qui a écrit le tout, et Jon "24 heures chrono" Cassar qui réalise), l'humour nettement plus naturel et mieux intégré, la guest star est anecdotique (Kelly Hu en officier supérieur de l'Union pendant trente secondes), et si la série reste à la gloire de MacFarlane, action hero et séducteur, le tout était déjà nettement plus compétent et honorable que précédemment.

 

Reste toujours le problème de ces références pop contemporaines (Katniss, Avis, Hertz, etc), qui seraient totalement naturelles dans la bouche de l'équipage... si l'on était dans Galaxy Quest - la série (avec des membres d'équipage issus de notre Terre actuelle), et pas plusieurs siècles dans le futur. Mais bon...


# À partir du 20/11, le blog de Lurdo (feat. Sygbab) se consacre au Punisher dans toutes ses incarnations : Dolph Lundgren, Thomas Jane, Ray Stevenson, et bien sûr Jon Bernthal, avec des critiques de tous les films - animés ou en prises de vue réelles - mettant en vedette Frank Castle, et un bilan de la série Netflix ! #


#130 Captain Cavern

Captain Cavern

    Je consulte un psy

  • Members
  • 9691 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:In bed with Melissa auf der Maur

Posté 16 October 2017 - 23:01 PM

Episodes saison 5 : dernière saison pour le show de LeBlanc, qui revient dans l’anonymat après 2 ans de hiatus. Malheureusement cette saison est dans la lignée des précédentes, alternant quelques bonnes idées avec des digressions inutiles et pas drôles. Ainsi l'idée irrigant les derniers épisodes (la querelle Beverly/Sean vs. Matt à propos de la paternité d'une série) aurait largement pu servir de fil rouge exclusif à toute la saison, mais on doit finalement se coltiner des scènes à propos d'un sanglier blessé ou sur la mort du père de Matt. Sans oublier l'arc poussif consacré à Carol, dont on sent clairement que les scénaristes ne savaient pas trop quoi faire. Reste un trio Greig/Mangan/LeBlanc toujours aussi attachant, et qui au final aura souvent été mal utilisé au cours de la série. Dommage.


Science, progress, laws of hydraulics, laws of social dynamics, laws of this, that, and the other. No place for three-legged cyclops in the South Seas. No place for cucumber trees and oceans of wine. No place for me.

#131 Ikki

Ikki

    Lézard tordu

  • Members
  • 9116 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:France d'en bas

Posté 23 October 2017 - 23:59 PM

Atlanta saison 1

Série comique de Donald Glover dans laquelle il interprète un jeune noir fauché qui entreprend de manager son cousin rappeur. Les personnages sont peu nombreux mais c'est plutôt bien écrit. Je rempilerai probablement pour la saison 2 prévue pour l'année prochaine.


826446Yakuza.jpg


#132 Captain Cavern

Captain Cavern

    Je consulte un psy

  • Members
  • 9691 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:In bed with Melissa auf der Maur

Posté 26 October 2017 - 09:33 AM

Ghosted 1x03/04 : tout doucement le show s'améliore, à mesure que les personnages secondaires se développent. Le duo Max/Leroy occupe naturellement le devant de la semaine, mais ils ont de plus en plus d'interactions avec le reste de l'équipe, ce qui permet de donner plus de vie au show. Certaines idées ne sont pas forcément très engageantes (on semble se diriger doucement vers une romance entre Anna et Max, intrigue boulet en perspective), et ça manque toujours de fil rouge, mais ça prend globalement une direction plus agréable que ce que le pilote pouvait laisser espérer. A confirmer sur la durée.


Science, progress, laws of hydraulics, laws of social dynamics, laws of this, that, and the other. No place for three-legged cyclops in the South Seas. No place for cucumber trees and oceans of wine. No place for me.

#133 Redux

Redux

    Du rire aux larmes

  • Members
  • 9616 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Tarif à la journée, voir modalités en magasin.

Posté 29 October 2017 - 08:55 AM

Room 104 1x10 L'épisode s'ouvre sous une tente rouge où un jeune homme (Keir Gillchrist, vu dans It Follows) s'affaire sous la pression d'un autre camarade situé à l'extérieur. Il s'avère que le jeune homme travaille à l'amorçage d'une bombe en vue de la faire sauter lors d'une convention d'un candidat à la présidence.

Cet épisode questionne la motivation de ces jeunes activistes, embrigadés on ne sait trop comment pour commettre des actes criminels. Des jeunes qui doutent, à l'image de l'acolyte qui a tôt fait de se carapater, laissant son camarade seul face à ses choix. Heureusement, une canicule assortie d'une panne de la climatisation mettra sur le chemin de l'apprenti criminel un réparateur dont le bon sens, et quelques coïncidences bienvenues (l'un de ses fils est présent à la convention), l'empêchera de commetttre l'irréparable. Comme toujours, l'épisode se traîne en longueur et n'est pas avare en péripéties saugrenues comme le téléphone servant de détonateur qui se met soudain à sonner en présence du réparateur.

 

1x11 Un épisode 100% féminin où deux combattantes de MMA en fin de carrière partagent leur lassitude à se faire exploiter par leurs promoteurs. Elles décident alors, pour leur dernier combat à guichets fermés, de parier sur l'une d'entre elles afin de toucher le jackpot.

L'épisode se résume en un long mano à mano, les deux femmes ne pouvant s'admettre vaincues. Un long combat en huis clos qui préfigure celui qui aura lieu le lendemain (physiquement, on se demande comment elles peuvent enchaîner vu ce qu'elles se mettent dans la tronche la nuit précédente) avec une conclusion pour le moins douloureuse pour l'une d'entre elle. Mais laquelle ? Il est ici essentiellement question de la fierté du sportif de haut niveau, incapable de faire profil bas même lorsqu'il s'agit d'un combat "amical". Pour rompre la monotonie, le récit est déconstruit, commençant en plein combat puis se proposant de remonter le temps pour comprendre les raisons de cette lutte dans une chambre d'hôtel transformée en ring de fortune.

 

1x12 L'épisode romantique de la saison avec ce couple d'octogénaires (dont Philip Baker Hall) revenus dans la chambre 104 pour revivre leur nuit de noces. Monsieur a prévu le viagra pour ne pas faillir mais pas que son coeur s'emballerait au point de l'empêcher d'aller au bout de son action. Mais contre toute attente, c'est son épouse qui finit par mourir dans son sommeil, sans doute lasser d'attendre que monsieur veuille bien relancer la machine.

Et c'est parti pour la partie introspection, monsieur évoquant quelques secrets au cadavre de sa femme (il cachait des oreo double crème dans son tiroir à chaussettes alors que sa santé ne lui permettait pas ce genre d'écart culinaire) et lui avouant qu'il s'avait pour sa relation adultère et à quel point il s'était senti soulagé lorsqu'il avait compris qu'elle l'avait choisi lui plutôt que son amant. Bref, rien de passionnant et seule la bonne prestation de Philip Baker Hall sauve l'épisode du 0 pointé.

 

C'est d'ailleurs la note que mériterait cette série, d'un inintérêt gênant.



#134 Lurdo

Lurdo

    Aventurier en série(s)

  • Members
  • 22730 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:Down in the underground...

Posté 01 November 2017 - 23:46 PM

The Orville 1x07 :
 
Lors d'une mission sur une planète très similaire à la Terre du 21ème siècle, où le vote populaire fait force de loi par le biais des médias et des réseaux sociaux, Lamarr commet un impair en public, et est arrêté. À l'équipage de le tirer de là avant qu'il ne soit lobotomisé...
 
Seth MacFarlane de retour au scénario, et on retombe immédiatement dans des sentiers bien arpentés par les franchises Trek (Wesley Crusher dans l'épisode Justice, STTNG 1x08), Sliders, mais aussi par Black Mirror et Community (MeowMeowBeenz) : on a donc droit à un script melting-pot qui recycle tout ça en une sorte de satire inégale de la société américaine moderne, de la vindicte populaire, etc.
 
Rien de bien original, le traitement est très simpliste, ça repompe à droite et à gauche et ça permet d'économiser du budget en tournant à 90% dans une ville contemporaine, mais ça pourrait presque fonctionner si Lamarr n'était pas un boulet insupportable, si l'équipage n'était pas composé de bras cassés (qui se contentent de tout observer depuis l'orbite sans rien tenter pendant 95% de l'épisode), et si le script ne manquait pas à ce point de profondeur et de rigueur : par exemple, on ne nous explique jamais à quoi servent les upvotes ; Alara est obligée de se déguiser à l'arrache, alors que dans l'épisode précédent, deux membres d'équipage changeaient complètement d'apparence pour s'infiltrer, sans problème ; l'équipage arrive sur place en touriste, sans rien connaître de la planète, pas même son fonctionnement basique, alors même que des anthropologues de l'Union envoyaient supposément des rapports détaillés et réguliers depuis sa surface ; le dispositif de camouflage de la navette sort de nulle part, et y retourne tout aussi vite...
 
Bref, un épisode tout à fait regardable, mais ultra-dérivatif, et donc typique de ce qu'est The Orville sous la plume de MacFarlane.

# À partir du 20/11, le blog de Lurdo (feat. Sygbab) se consacre au Punisher dans toutes ses incarnations : Dolph Lundgren, Thomas Jane, Ray Stevenson, et bien sûr Jon Bernthal, avec des critiques de tous les films - animés ou en prises de vue réelles - mettant en vedette Frank Castle, et un bilan de la série Netflix ! #


#135 DolbyEX

DolbyEX

    JarJar

  • Members
  • 14 Messages :

Posté 06 November 2017 - 10:17 AM

Slasher Saison 1

 

C'était à la fois pourri et génial. C'est un slasher étalé sur 8 heures, donc lourd. Les personnages sont chiants.

La mise en scène bateau.  On s'en fout un peu au final de ce qui va se passer. Mais j'ai quand même enchaîné les épisodes.

 

J'ai un souci avec les meurtres en rapport avec la Bible...

 

Je ne vois que cette théorie pour expliquer le fait que j'ai maté ça  jusqu'au bout.

 

Ça et Dean Mc Dermott. 

 

C'est un bon résumé, qui marche aussi pour la saison 2, en plus sanglant, on ne s'embarrasse pas avec la cohérence, c'est l'esthétisme du meurtre qui prime. Alors on se laisse porter par l'intrigue et on se retrouve à avaler les épisodes parce qu'on veut savoir. J'aime bien ce format de séries, petites saisons sans lien les unes par rapport aux autres.



#136 Carnage

Carnage

    Pompeur

  • Members
  • 2638 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 07 November 2017 - 14:50 PM

Personne n'a encore vu Manhunt : Unabomber ?

 

 

C'est réalisé par Greg Yaitanes (qui a fait quelques épisodes de Banshee)


575039cfc731d56a87e02b237d349983abcc73d6


#137 Mccoy

Mccoy

    Mccouille

  • Members
  • 13882 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Au ciné, sans lunettes 3D

Posté 07 November 2017 - 16:00 PM

Et c'était lui aussi Quarry. Du coup je suis curieux. Je vais jeter un coup d'oeil.


pain-gain-dwayne-johnson-mark-wahlberg-a

"I don't change my style for anybody. Pussies do that. "


#138 Lurdo

Lurdo

    Aventurier en série(s)

  • Members
  • 22730 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:Down in the underground...

Posté 07 November 2017 - 23:32 PM

The Orville 1x08 :

 

Encore un épisode qui me laisse étrangement mitigé... d'un côté, avec Braga & Bermanis (de Star Trek Voyager) à l'écriture, on se retrouve avec un script ultra-balisé (le médecin et ses deux enfants partent en vacances en navette, avec le robot aux commandes, ils ont un accident qui les fait s'écraser sur une planète inconnue où ils sont tous séparés en deux groupes : le doc, qui nous refait 10 Cloverfield Lane aux mains d'un psychopathe, et le robot, qui doit gérer les enfants et les aider à survivre), qui a le rythme d'un épisode typique de ces deux scénaristes, qui passe par tous les moments incontournables de ce genre d'épisode, qui a les problèmes inhérents aux scripts de Braga (le doc qui éventre son geôlier sans hésiter pour s'évader, et qui, trois minutes plus tard, explique à son fils qu'il doit régler son phaseur sur "étourdir" pour se défendre contre les hordes d'autochtones hostiles, parce qu'il ne faut pas se rabaisser à leur niveau et commencer à tuer), etc, bref : qui est cliché de bout en bout, et n'a pas la moindre dose d'originalité.

 

Et d'un autre côté... ça ne fonctionne pas trop mal, principalement au niveau de l'interprétation et des liens qui se tissent entre les personnages.

 

Donc je suis assez mitigé, comme je pouvais l'être devant bon nombre d'épisodes de Voyager mêlant scénario insipide à personnages attachants.


# À partir du 20/11, le blog de Lurdo (feat. Sygbab) se consacre au Punisher dans toutes ses incarnations : Dolph Lundgren, Thomas Jane, Ray Stevenson, et bien sûr Jon Bernthal, avec des critiques de tous les films - animés ou en prises de vue réelles - mettant en vedette Frank Castle, et un bilan de la série Netflix ! #


#139 Aniya_san

Aniya_san

    Miyazaki is DOG !

  • Members
  • 23985 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Dans la tête de John Crichton...

Posté 08 November 2017 - 12:02 PM

Personne n'a encore vu Manhunt : Unabomber ?

 

 

C'est réalisé par Greg Yaitanes (qui a fait quelques épisodes de Banshee)

 

J'ai fini hier soir et c'était sympa.

Je ne me rappelais pas du tout de cette histoire, je sais pas si on en parlait en France à l'époque.

 

Sinon les acteurs et le cast sont bons, j'ai eu peur avec Worthington, qui est souvent inexpressif, mais il était parfait!

Parfois la voix off est relou, mais bon c'est Discovery Channel...

 

(le trailer spoile grave, heureusement que je ne l'avais pas vu)


414810ezgifcomresize.gif


#140 Captain Cavern

Captain Cavern

    Je consulte un psy

  • Members
  • 9691 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:In bed with Melissa auf der Maur

Posté 08 November 2017 - 22:54 PM

Superstore 3x06 : la série renoue avec sa veine sociale, qui était un peu oubliée ces derniers temps, et c'est une fois de plus excellent. Cette fois Jonah essaie de mettre en place une espèce de Sécu interne à l'entreprise, pour compenser l’absence de couverture médicale professionnelle. Mais il va vite se rendre compte que c'est plus compliqué que prévu, et se retrouve à gérer une espèce d'arnaque pyramidale :mrgreen:

La série aborde donc un nouveau sujet social, ici l'accès aux soins de la classe moyenne, avec toujours autant d'humour : les magouilles du pharmacien :mrgreen: les différents conseils pour soigner une otite, les différentes formules de Sécu proposées par Amy et Jonah en salle de pause :LSHaPXD:


Science, progress, laws of hydraulics, laws of social dynamics, laws of this, that, and the other. No place for three-legged cyclops in the South Seas. No place for cucumber trees and oceans of wine. No place for me.



Ajouter une réponse



  


0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)