Aller au contenu


Photo

American Crime (2015 - En cours)


10 réponses sur ce sujet

#1 Diane

Diane

    Marquise des anges

  • Members
  • 21938 Messages :
  • Profil:Femme

Posté 06 March 2015 - 18:55 PM

 

American Crime

 

 

A la manière de "AHS", chaque saison est indépendante mais on retrouvera une partie de casting.

 

Série créée par John Ridley.

 

 

______________________________________________________________________________________________

 

 

Synopsis Saison 1 :

 

L'enquête sur le meurtre "potentiellement raciste" de Matt Skokie, un vétéran, et de son épouse en Californie.

 

 
 

American-Crime-season-1-poster-ABC-key-a

 
 
 

Synopsis de la seconde saison :

 

En Indiana, un jeune étudiant accuse des membres de l'équipe de basketball de son lycée de l'avoir sexuellement agressé,

après la divulgation de photos compromettantes.

 

 
600x600bb-85.jpg

 




1X01
 
Bien apprécié ce pilote de John Ridley, parce que sonnant - majoritairement - juste, et évacuant immédiatement l'aspect enquête criminelle (les apparents coupables du meurtre du soldat sont chopés dès la seconde partie d'ailleurs un peu moins efficace que le début, même si on a des scènes très bien encore). Je croyais que c'était un énième cop show un peu spécial à la True Detective et c'est en fait un pur drama classique bien éloigné de la métaphysique, qui se veut totalement "commentaire social", donc faut aimer.

Et sur ce côté là, ça marche plutôt bien malgré l'aspect chorale du truc (tous les personnages ne se valent pas, notamment chez les drogués et les "criminels") qui empêche véritablement d'y aller de manière un peu plus directe.
 
Toutefois, le personnage austère, froid et mesquin (mais elle a ses propres raisons) de Felicity Huffman (très bien, mais c'est pas une surprise) qui balance des saillies racistes ordinaires, racisme qui est plus ou moins "expliqué" par son parcours à travers le fragile Timothy Hutton (lui aussi très bien d'ailleurs) affiche la température et c'est avec une certaine non-complaisance et un certain équilibre que Ridley filme les stéréotypes/discriminations racistes en tous genres, dans toutes les situations (Benito Martinez demande à son fils par exemple devant les flics s'il veut finir en prison comme la plupart de sa catégorie d'immigrants, le flic qui suppose que Aubry s'est fait tabasser par son petit ami Carter parce qu'il est noir et elle ne répond rien puisque le spectateur a vu plus tôt qu'il ne la violente pas, etc).

Mais donc, plus que le commentaire social en fait, qui sert de gros contexte, c'est surtout les personnages qui sont au centre ici, même si sur le pilote ça paraît être plus dilué pour cause de récit éclaté et j'aurais aimé en avoir plus. 
 
Mais très bonne impression pour ce pilote parfois glauque, cela reste du côté de l'humain plutôt que de la sociologie et aussi, ça possède une véritable tendresse entre les lignes pour ses personnages et ses acteurs.


Ce message a été modifié par Moody - 28 August 2016 - 12:53 PM.

208ifxy.jpg


#2 Aniya_san

Aniya_san

    Miyazaki is DOG !

  • Members
  • 23956 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Dans la tête de John Crichton...

Posté 06 March 2015 - 19:23 PM

Tu confirmes les bonnes critiques de American Crime, vais mater ça!


414810ezgifcomresize.gif


#3 Ganesh

Ganesh

    Ghoulies

  • Members
  • 195 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 09 March 2015 - 12:41 PM

1x01

 

Comme Diane, j'ai trouvé ça très prometteur. Maintenant, faut voir comment ça tourne.

Ça peut partir vite fait dans le drama larmoyant et là ce sera sans moi, mais j'en doute.

Le script s'efforce d'éviter les personnages unidimensionnels et les clichés et surtout, John Ridley a l'air d'avoir quelque chose à dire.

Wait & see, donc.



#4 Docteur Benway

Docteur Benway

    Wookie

  • Members
  • 2361 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Interzone

Posté 09 March 2015 - 21:59 PM

1x01

 

Que c'était nul!

Le problème majeur de la série, c'est déjà que son intrigue policière est complètement bâclée puisqu'elle ne sert que de faire valoir pour la question raciale, véritable thème du show. Et c'est bien dommage parce qu'on peut très bien mixer les deux.

Mais pire que ça, c'est les personnages, empilages de stéréotypes inintéressants au possibles, portés par une galerie d'acteurs soit très mauvais, soit jamais crédible (coucou mamie Felicity Huffman qui a l'air d'avoir pris 20 ans dans la gueule depuis Desperate, et encore, c'est pas la pire, entre son ex-alcoolo de mari, le papa latino et les drogués, il n'y a que l'embarras du choix dans les persos merdiques). Y'avait des scènes qui devenaient super gênantes à regarder tant le tout sonnait de manière ultra clichesque (voir la dispute entre Felicity et son mari dans la voiture)

 

Alors la question du racisme aux USA semble promettre un propos intéressant, le problème c'est John Ridley, qui cumule les mêmes défauts que dans "12 Years A Slave" (que je n'avais déjà pas aimé) : c'est asséné de manière ultra lourdingue, chiante et plombante.

 

Si vous voulez un drama policier sur fond de question raciale, je préfère The Divide qui avait l'avantage d'avoir une intrigue policière intéressante et des personnages bien développés.


712690wald3.gif


#5 Diane

Diane

    Marquise des anges

  • Members
  • 21938 Messages :
  • Profil:Femme

Posté 10 March 2015 - 16:30 PM

Wow, t'es bien dur Docteur avec American Crime. :smile:
 
 
1X02
 
Bien aimé encore une fois, et peut-être un peu plus que le premier épisode à la limite, parce que ça paraissait plus direct dans ce que ça veut dire. Ici on se trompe pas vraiment de genre en fait, rien à voir avec un show à enquête comme on pouvait le croire avec la première moitié du pilote (c'est secondaire qui a vraiment fait le coup), et même si pour l'instant, ça ne va pas encore très loin les remarques racistes de Felicity Huffman (à Lili Taylor, ou face à la détective noire, sans lui dire vraiment mais en le sous-entendant complètement dans son comportement que ça la gêne qu'elle soit noire), c'est tout l'enjeu du truc et ça se répercute à travers Johnny Ortiz (détenu avec les délinquants), ou son père Benito Martinez dans une scène magnifique où sa fille lui envoie à la tronche qu'il aurait dû appeler un avocat pour son fils, et qu'en fait, il veut être blanc, tellement blanc qu'il déteste sa culture et ses origines.
 
Voir le Martinez prendre les mots de sa fille comme une gifle c'était :sad: , j'ai eu mal avec lui et ça faisait une belle scène.
 
W. Earl Brown en père de la compagne de la victime aussi était très bien et j'ai trouvé le personnage de Caitlin Gerard (Aubry), meilleur dans cet épisode (forcément elle était secondaire dans le premier). Curieuse de savoir si elle va rester une excuse pour la thématique du show, où si elle va vraiment participer à la narration, à savoir, si elle sait qui a vraiment tué le fils de Huffman et Hutton.


1X03
 
Huffman et sa coiffure :mrgreen:
 
Toujours sympa, avec des moments intéressants notamment Carter face à sa sœur convertie à l'Islam (les jugements qu'ils se balancent :love:  du genre "tu devrais te convertir à l'Islam et arrêter de fréquenter les blancs avec leurs filles délurées et leurs drogues" contre "arrête avec ton baratin religieux, et ton changement de prénom qui cache tes origines bien afro-américaines dont tu as honte"), ou la sœur de Tony, Jenny, qui confronte un flic pour une bêtise, et ça manque de partir en sucette parce qu'elle ne supporte pas l'autorité (sous-entendue raciste de son point de vue) qui lui est imposée sur le moment...
 
Au milieu de tout ça, des doutes de chacun, surnagent ici Hutton qui essaie de surmonter sa peur (il le dit lui-même) de son ex-femme toute puissante dans son rôle de victime, Benito Martinez qui tient bon mais fragile (même si son fils est disculpé concernant le meurtre, ils le gardent en juvénile) et Aubry, le personnage le plus à côté de la narration de tous, qui sert ici juste de caution sur ce qu'aurait fait ou non Carter (à savoir si c'est vraiment lui qui a fait le coup, elle prétend que non... Mais elle mentirait sans façons pour lui). J'espère vraiment qu'elle aura une place future elle, et que ça sera pas juste une excuse pour la thématique.
 
Et puis on sait que la femme de Matt Skokie, Gwen, n'a pas été violée et qu'elle avait au moins deux amants...


1X04
 
Avec cet épisode j'ai l'impression que ça versait plus dans la sociologie de comptoir que dans l'étude de personnages, ou comme je le posais avant, dans "l'humain". :sweat:
 
La faute peut-être à la présence de la sœur musulmane de Carter, qui veut faire de l'arrestation de son frère un symbole pour tous les hommes noirs et qui est forcément assez pénible dans sa ferveur religieuse. Cela étant l'épisode semblait redondant et il faut attendre la fin pour retrouver du bon soap qui fonctionne, notamment lorsque l'autre fils militaire de Felicity Huffman (Barb) essaie de convaincre l'excellent W. Earl Brown (père de Gwen) d'arrêter de se battre contre sa famille. D'ailleurs ce second fils de Barb est étonnamment calme je trouve vues les circonstances et sa réaction auprès de Gwen est bien suspecte.
 
Après tout le reste est une compilation de parallèles plus ou moins éloquents sur les préjugés et pas seulement raciaux. C'est bien, mais j'attends de voir si ça va offrir un peu plus que ça au final. On sent que ça va déboucher sur quelque chose quand Barb va balancer à la soeur de Carter qu'elle peut aller en enfer, ou la discussion avec Lili Taylor et son histoire à elle (très beaux dialogues dans cette scène), mais l'épisode m'a donnée une grande impression de redite plutôt que d'évolution les trois quarts du temps (le personnage d'Aubry, la camée qui se came donc et rien d'autre encore même si sa famille essaie de l'aider, Hector et la possibilité de son renvoi au Mexique, etc).
 
Seule la fin offrait un avancement par rapport aux trois épisodes précédents : Gwen se réveille et ça va faire mal (brrrrr quand ils lui enlèvent son tube pour respirer en gros plan, beurk).


1X05
 
Mouais, pas mal. Disons que ça redistribue les cartes : si Carter & Aubry la plupart du temps ça semblait de la redite lourde, cela débouche sur une inversion intéressante des enjeux quand Aubry n'hésite pas à trancher la jugulaire d'un mec qui s'en prenait à Carter. Du coup on se dit qu'elle est tout à fait capable d'avoir dessoudé le fils de Huffman et Hutton et que Carter la protège parce que la meuf, elle est visiblement cinglée en dessous de son addiction et de ses rêves de magazines. Si ça se trouve, elle ne se souvient même pas de ce qu'elle a fait. Le personnage d'Aubry trouve donc sa place dans l'intrigue. Leurs dialogues ne disent jamais véritablement les choses telles quelles, et c'est interprétable dans un sens comme dans l'autre mais ils savent certainement qui a attaqué le couple.
 
Pour le reste, la blessure d'Hector est bien moche - c'est lui qui va prendre le plus cher on se dit à ce stade, la sœur de Tony reçoit un pain (après en avoir donné un) et Barb (Huffman) apprend que son second fils va se marier avec une femme "de couleur". Son fils en profitant pour lui rappeler qu'elle est raciste, mais c'est là que la série traite tous ses persos humainement, on la voit quand même insister pour rencontrer la fille, touchée, dans un élan de mère qui s'est construit un monde pour expliquer la violence de l'extérieur (et notamment le manque de responsabilités de Hutton).
 
Frustrant et un peu facile d'avoir montré la belle-fille consciente dans une seule scène. On ne sait donc pas ce qu'elle a vu ou pas, et on imagine qu'elle ne doit pas se souvenir de l'attaque. Cela avance mais lentement.
 
 
1X06
 
L'épisode insiste sur comment  la sphère individuelle, ou l'individualité peut influencer un système organisé pour obtenir une sorte de consolation purement individuelle (retour à la case départ). Du coup, ici, le racisme de Barb (Huffman) est relayé comme une excuse, pour soulager sa propre douleur et pour que quelqu'un paie pour la mort de son fils, et cette excuse est aussi bonne qu'une autre (après tout quand Carter frappe le dealer, il le traite de blanc, peut-être est-il raciste, ou peut-être la colère mène à l'utilisation du racisme). Sans le coup de gueule d'Huffman à propos de la petite virée de Carter, et sans son intervention à la télévision, elle n'aurait pas eu un durcissement de ton judiciaire à propos de son affaire. Mais jamais de toute façon le show et John Ridley ne perçoivent Barb comme une raciste au final, mais comme tous les autres ou presque, quelqu'un de blessé qui fait avec ce qu'elle est. Son "racisme" est juste l'état, la condition de sa douleur perso.
 
Cela rejoint le besoin d'alcool de Tony après qu'il ait brutalement frappé le mec qui avait agressé sa sœur (qui apparemment ne voulait pas être vengée, après tout c'était elle qui avait donné le premier coup). Contrairement aux autres de la bande, il n'est visiblement pas fier de son geste.
 
Le show reste efficace (merci à la direction de Ridley), même s'il n'est que la répétition de ses propres thématiques depuis le début, plus qu'une réelle exploration de celles-ci. Les scènes avec Aubry ici étaient encore une fois redondantes, et le personnage d'Hector semble prendre une importance qu'il n'avait pas. De même, Gwen soit fait semblant de ne pas se souvenir réellement de l'attaque, soit elle a dérouillé sévère. Mais elle ne reconnaît personne sur les photos proposées. M'étonnerait pas que ce soit elle qui soit à l'origine de tout ce bordel...
 
Brent Sexton fait un guest sympa dans cet épisode dans une belle petite scène avec Lili Taylor.
 
 

1X07
 
Malheureusement la série devrait susciter un intérêt supplémentaire que son canevas de base à ce stade. Et c'est loin d'être le cas. La seule chose notable c'est que c'est plutôt bien interprété, réalisé et écrit pour ce que c'est. Mais ça semblait pouvoir être mieux, largement mieux. Le discours sur le racisme et autres joyeusetés du même ordre est ultra redondant maintenant, voire même franchement ridicule (la discussion qui tourne mal entre Barb et sa future belle-fille asiatique, trop convenu, Tony qui refuse l'aide de son père, etc).
 
Seul l'échange entre Carter et sa sœur musulmane était réellement intéressant dans cet épisode.
 

1X08
 
Barb qui essaie de contrer la manifestation de la soeur musulmane de Carter en allant voir les White power lisses en apparence du coin (ce qui lui fait un choc quant à sa propre image, c'est là d'ailleurs que le discours du show sur le personnage de Huffman explique bien qu'elle n'est pas une "vraie" raciste hardcore, que tout cela naît de blessures personnelles qui cherchent des référents extérieurs pour subsister, dans son cas, le fait qu'elle ait été abandonnée par Hutton), manifestation qui va tourner au désavantage de Carter pour sûr, le ridicule échange entre Hector et sa meuf... Pas bien terrible tout ça.
 
On a donc des images de flics, de protestations vénères, de drame social à peu de frais qui produit beaucoup d'agitation et beaucoup de courants d'air aussi, la panoplie habituelle du discours médiatique américain dont ils se repaissent sans fin - et nous aussi ici d'ailleurs, sauf qu'on brandit des crayons en l'air en plus. Tout cela ne fonctionnait pas et la série s'écroule un peu sur elle-même (mais bon aucune chance d'être renouvelée, bien que cela a toujours été vue comme une possible anthologie).
 
La seule qualité de l'épisode c'était Timothy Hutton qui l'offrait, son personnage assez touchant de père indigne que personne ne veut mais qui fait pour la première fois ce qu'il n'a jamais voulu faire : s'intéresser au sort de sa famille.
 
 
1X09
 
Avec l'incident de Tony chez les délinquants en juvénile, j'étais prête à arrêter là, ça tournait grave en rond. Et puis Carter, à la demande de la mère d'Aubry, "rompt" à distance avec elle. Du coup la Aubry, elle se met à parler. On sait pas si c'est du mensonge (comme le truc sur les viols qu'elle aurait subit de son frère et ses copains) mais la façon dont c'était amené, et la précision avec laquelle elle raconte, tout cela était suffisamment dramatique et inattendu que ça m'a donné envie de poursuivre. Si elle n'a pas fait ce qu'elle a dit, Aubry était certainement présente lors du meurtre.
 
Aussi, Hutton découvre les photos militaires de son fils, qui pose joyeusement avec des victimes civiles en Irak - un peu comme l'horrible Kill Team - et les brûle, comme s'il regardait quelque chose dont il était en partie responsable. Non, son fils était loin d'être un chic type. La dernière scène entre lui et Barb appuyait le fait qu'il se sentait responsable pour "tout le négatif", et elle était également suffisamment réussie pour que je poursuive au moins un épisode de plus.
 
 
1X10
 
Renouvelée pour une saison 2 ! (malgré les mauvais scores, mais comme les critiques adorent et que c'est un show à prix...
Apparemment la seconde saison n'aura rien à voir, pour cause d'anthologie)
 
Sympathique cet épisode - la dernière scène était triste et glaçante. Apparemment, et à moins d'un rebondissement dans le prochain - le dernier je crois - c'est bien Aubry qui a tué le fils de Hutton et Huffman. Je m'attends toujours à ce que sa femme survivante, Gwen, bien mise de côté (comme Aubry avant), nous fasse un coup de théâtre car c'était probablement une femme battue, mais Aubry a décrit des trucs trop précis et j'ai commencé à la croire à propos des viols subit par les copains de son frangin (elle en veut trop à son père, certainement de n'avoir rien vu de ce qui se passait). Il est clair qu'elle sait trop de trucs et elle était au moins présente le soir du meurtre. En plus, la soeur de Carter qui emmène son frère sans lui dire ce qui se passe, là aussi, Carter peut provoquer un énième rebondissement sur l'affaire mais la saison a bien insisté à renverser les valeurs instaurées par l'épisode pilote : dans le couple, c'était Aubry qui faisait le plus gros des conneries.
 
Bon, après Carter a certainement une responsabilité là-dedans... Bah je verrai bien.
 
En fait, en voyant les touchantes scènes parsemées dans l'épisode (entre Tony et sa famille, alors que ça devenait pénible, ou Hutton et son fils, ou encore plus tard Hutton et Huffman quand elle lui donne son flingue), on se rend compte que la série a été dépréciée à mon goût par son discours omniprésent, qui ne s'inquiétait absolument pas de manière évidente de développer la narration. Le côté non extraordinaire de la révélation (à condition qu'ils en restent à Aubry comme véritable coupable, ce qui serait pas plus mal je trouve) a permis de redonner un élan à l'ensemble, malheureusement ça sert juste à boucler la saison.
 

1X11 Season Finale
 
Excellente conclusion à une première saison mi-figue mi-raisin.
Là où l'épisode aurait pu abuser de retournements narratifs, ils jouent l'anti-surprise et mise tout sur la thématique dans l'écriture.
Contrairement au plus gros de la saison, là ça gagne du sens à la toute fin, avec comme piste dès les premières scènes, le concept du "pardon" dans un cadre religieux.
Pour les faits, on en restera sur Aubry ayant confessé le meurtre, en prétendant qu'elle était seule mais vu le comportement de Carter (et ce que lui dit le frère Timothy : "les mensonges retombent sur les menteurs", le mec ne semble pas du tout croire qu'il soit innocent dans ce crime) il en sait davantage pour sûr, mais rien ne sera vraiment expliqué ou retourné : l'enjeu de l'épisode, c'est finalement de montrer comment de tout cela, les personnages choisissent une autre destinée.
Le pardon (mais cette fois pas seulement avec une notion religieuse) ou la poursuite de la haine.
 
Et c'est certainement le personnage de Timothy Hutton qui a la fin la plus triste à mon goût : malgré Barb qui accepte un peu de consolation de sa part, elle lui refuse malgré tout un lien que Russ voudrait entretenir pour "tenir en place cette famille". Mais Russ sa famille il l'a perdue et il l'a oublié en rénovant et nettoyant la maison après le meurtre de son fils. Le voir flinguer froidement Carter - qui voulait parler à Aubry au téléphone - Russ ne croyant pas Aubry coupable faisait bien de la peine (et dans la mise en scène c'était tout à fait choquant). Et ce qui s'ensuit juste après achève un peu plus la sinistrose mais aussi une sorte de soulagement (il se suicide mettant Barb dans la position où il était au début du show : à la morgue en train d'identifier un proche).
 
Toute cette partie était d'ailleurs finement écrite et réalisée (les scènes d'urgence sont vraiment sanglantes et brutales dans ce show, c'est pas comme le trailer de Code Black tiens :mrgreen: ), avec également la conséquence sur Aubry (son suicide, avec les cris de l'infirmière dans le rêve - elle imagine Carter revenir à la vie - qui débordent dans le réel nous ramenant à son geste).
 
Pour Tony et sa famille c'était oubliable, mais pour Hector, bien qu'ils soient allés un peu trop vite pour sa libération, ils nous offrent de superbes scènes et dialogues, remarquablement interprétés. Hector est le seul qui ressort de tout cela avec une pointe d'espoir (c'est beau ce qu'il dit pour avoir un job, vraiment) et j'ai trouvé ça assez malin (et très The Sopranos :mrgreen: ) lorsque sa petite amie lui demande comment il se sent juste après avoir été embauché pour la première fois de sa vie, on a pas sa réponse.
On sait juste qu'il veut s'acheter une nouvelle chemise pour être un peu plus présentable au premier jour de son travail.
 
Du coup la saison finit sur un potentiel positif. Le seul problème dans cette première saison c'était l'écriture, ultra redondante par moments, 8 épisodes également auraient suffit mais les acteurs étaient souvent excellents, et plus particulièrement dans cet épisode, un sans faute complet de tout le monde.
 
Curieuse de voir ce que va donner la saison 2 sur une autre histoire en espérant revoir certaines têtes de cette année.


Ce message a été modifié par Moody - 28 August 2016 - 12:57 PM.

208ifxy.jpg


#6 Docteur Benway

Docteur Benway

    Wookie

  • Members
  • 2361 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Interzone

Posté 25 March 2016 - 00:20 AM

Saison 02

 

J'avais très vite laissé la saison 1, pas super emballé par Ridley qui me semblait aussi subtil que sur "12 Years A Slave" sur la thématique du racisme. Le sujet de cette saison me branchait déjà plus et j'ai trouvé cette seconde saison assez réussie.

 

A travers le viol d'un adolescent dans une école privée réputé, lors d'une fête clandestine organisé par l'équipe de basket, Ridley met de coté son cheval de bataille favori pour pointer du doigt d'autres failles de la société américaine.

Si au premier abord il pourrait sembler que cette saison parle d'homosexualité, en réalité elle brasse plus large.

Cette affaire de viol va mettre en lumière de nombreux secrets et de nombreux dysfonctionnement, non seulement au sein du système éducatif mais aussi au sein de la société elle même.

 

Ridley dresse le portrait d'un pays qui pense connaitre sa jeunesse mais finalement ne la connait pas si bien que ça; et lorsque la vérité éclate, plutôt que de prendre les bonnes décisions, les adultes pensent surtout à eux et à leur réputation.

Pareil pour le système éducatif qui ne joue pas son rôle de pédagogue mais est surtout décrit comme composé d'adultes qui ne pensent qu'à leur poste, aux bénéfices qu'ils pourraient tirer de cette affaire et à sauvegarder leur réputation à tout prix, y compris en salissant les autres.

 

La réalisation de John Ridley est toujours très classe et permet encore un peu plus de démarquer la série, même si j'ai regretté de ne pas avoir une valeur ajoutée avec Araki derrière la caméra dans le 2x03.

Après, j'ai quand même un petit problème avec le style Ridley : son but est avant tout de dénoncer, de pointer du doigt les faiblesse de la société américaine (mais on peut aussi englober la société tout court, les problèmes décrits dans la série n'étant surement pas réservé aux seuls USA) et donc n'importe quelle scène dans la série est conçue dans ce but (pas convaincu de la tournure de la phrase mais la flemme d'en chercher une meilleure)... ce qui fait que la série peut sembler assez froide par moment, délaissant les personnages pour s'intéresser aux faits et créant du coup des ellipses assez bizarres parfois.

 

Même quand il veut insuffler un peu plus d'émotion à sa série, Ridley est assez maladroit, voir les témoignages des rescapés de Colombine dans le 2x08 qui sont intéressant mais je me suis demandé si c'était bien à sa place dans une série.

 

J'ai pas été non plus totalement convaincu par les événements de l'autres école, qui m'ont semblé assez hors propos et en rupture avec l'intrigue principale qui se suffisaient à elle même. et la fin m'a semblé un peu abrupte et un peu floue.

 

Mais globalement, la série a trouvé un ton assez inédit à la télé US, qui n'a pas grand chose à voir avec les autres cop show et qui se révèle même salutaire par son propos. Dommage que les audiences n'aient pas suivi, signant probablement la fin de la série  :sad: .

 

(Vais ptet redonner une chance à la saison 1 du coup tiens)


712690wald3.gif


#7 Mad-Minds

Mad-Minds

    Gremlins

  • Members
  • 1345 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Paris

Posté 27 August 2016 - 19:42 PM

2x01 (Je me ferais la première après)

 
Ambiance tendue, intense. C'est lent et pourtant ça passe très vite.
Un véritable épisode d'exposition, qui prend le temps de dessiner tous ses personnages, et surtout de leur donner de suite de l'épaisseur.
On passe par le cliché pour de suite nous montrer que ce ne sera pas aussi simple et que tout sera plus complexe. 
 
Très content de retrouver Felicity "Lynette Scavo" Huffman (présente déjà en saison 1 dans le rôle de la mère du vétéran assassiné) sous les traits de la conseillère d'orientation d'une prestigieuse école.
 
Brune, classe et qui nous fait oublié l'ancienne série populaire et qui en deux plans nous prouve son talent;
Tout comme Lili Taylor, que j'admire toujours autant, d'une justesse rare dans l'émotion.
 
Un épisode qui prend son temps pour dévoiler tout l'enjeu et qui ne tombe jamais dans le pathos ou le malsain.
La réalisation est juste ultra soignée et avec un vrai parti pris. Dieu que c'est bon de revoir ce type d'envie dans une série. Rien de consensuel. 
 
L'intensité et l'émotion va crescendo. Hâte de voir la suite.


Ce message a été modifié par Moody - 28 August 2016 - 12:53 PM.

20292910.jpg


#8 Docteur Benway

Docteur Benway

    Wookie

  • Members
  • 2361 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Interzone

Posté 27 August 2016 - 23:17 PM

La saison a été renouvelé pour une saison 3?

Je pensais pourtant qu'elle avait été annulé faute d'audience satisfaisante... (m'enfin si c'est le cas c'est plutôt une bonne nouvelle).

 

C'est une série assez à part dans le paysage télévisuel US, Ridley cherche surtout à pointer du doigts les failles de la société américaine et donc tout dans la série n'est conçu que dans ce but, y'a pas de gras.

 

La saison 1 m'avait moins emballé que la 2.


712690wald3.gif


#9 Mad-Minds

Mad-Minds

    Gremlins

  • Members
  • 1345 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Paris

Posté 10 September 2016 - 22:15 PM

Oui la saison 3 aura bien lieu, la chaîne a renouvelé et le casting commence à se dévoiler.

Ce sont surtout les critiques ultra bonnes du show, qui permettent à la série de continuer.

 

Pas encore d'infos sur le thème.


20292910.jpg


#10 fanatic

fanatic

    Faut que j'aille dormir

  • Members
  • 18460 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Avec Cliff, Norm et les autres...

Posté 30 January 2017 - 14:04 PM

Saison une disponible sur canalplay.
Image IPB

#11 Docteur Benway

Docteur Benway

    Wookie

  • Members
  • 2361 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Interzone

Posté 18 March 2017 - 19:32 PM

3x01

On garde les têtes connus (Felicity Huffman, Regina King, Connor Jessup avec les cheveux courts et de la barbe...) et on ajoute des nouveaux (Hannah Murray, aka Cassie de Skins, que je n'avais pas reconnu au début).

Ce premier épisode pose les bases thématiques de cette saison : des immigrés clandestins mexicains qui passent la frontière, des propriétaires de ferme qui font face à la concurence chinoise moins chère, des gens obligés de se prostituer...
Ça ne respire pas la joie mais Ridley parvient toujours à entrer en résonance avec les problématiques actuelles, et ce qu'il pointe du doigt n'est pas réservé qu'aux seuls USA.

Niveau réal, Ridley reprends les mêmes procédé mais addouci encore un peu son style.
C'est toujours agréable de retrouver cette série qui porte bien mal son nom, laissant croire à une énième série policière alors qu'elle n'a pas grand chose à voir avec.

712690wald3.gif




Ajouter une réponse



  


0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)