Aller au contenu


Photo

Mad Men (2007 - 2015)


194 réponses sur ce sujet

#1 kea

kea

    Je suis peut-être complètement con

  • Members
  • 10926 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Loin devant...

Posté 03 June 2008 - 00:08 AM

Image IPB


Dans le New York du début des années 1960, l'agence publicitaire Sterling Cooper Advertising est une enseigne qui monte. Don Draper en est un des dirigeants, un homme au passé mystérieux et à l'instinct sûr qui séduit à la fois les femmes qui l'entourent et les entreprises qu'il courtise.


------------------------------------------------------




Salut les serial watchers. :)
Bon, ma recherche n'ayant rien donné sur cette série, hormis quelques posts isolés et un peu anciens (et plutôt mi figue mi-raisin), je me permets. (même si je suis un peu à la bourre sur l'actu, comme d'hab)
Je précise que je ne suis sans doute pas au top pour faire une étude approfondie, vu que je n'ai vu que le premier épisode, mais que je sache, il n'a jamais été nécessaire en ces lieux d'avoir vu un truc pour en faire des pages entières. ^^ (au moins, c'est sorti. :mrgreen: )

Or donc, hier soir, je promenais un morne ennui sur mes DD, passant d'un truc à l'autre sans m'attarder(un peu refroidi par un black snake moan très décevant vu la veille) quand je suis tombé par hasard sur ce truc. j'en connaissais rien, sauf le pitch : "<i>c'est sur des pubars des années 50, et il parait que c'est bien.</i>"
J'ai accroché dès le générique de début. Lorsque la fin est arrivé, j'étais fan hardcore.

Image IPB

Et donc, je vais vous expliquer pourquoi c'est absolument mortel. (avant même de mater la suite, on sait jamais, dès fois que ça retombe...Mais j'ai un doute, là quand même...)

Achtung, post chiant. (vous êtes prévenus)

Donc déjà c'est mortel, parce que les 50's aux US, c'est tout de suite une ambiance classe et jazzy, des nanas coiffées à la veronika lake en talons hauts, et des bars à whisky qui donnent envie.
C'est bien parce que les acteurs le font carrément, que ça a de la gueule, etc...

Mais ça tue pour une autre raison. Ca tue parce que c'est la série du moment.
L'expression peut être comprise de deux façons. En général, ça veut dire "le succès, le truc à la mode". On peut aussi le lire comme "le truc qui fait écho, en phase avec son temps".
Ici, les deux se croisent. Visiblement, la série a eu un petit succès critique (ça a gagné un prix, je crois. J'y connais rien, demandez à ceux qui savent...) Mais je pense que cette bonne réception vient du fait que la série touche à un point sensible. Bref, c'est le truc qui tombe au bon endroit, au bon moment. Et je pense que c'est volontaire, et maitrisé.
En fait, je crois que la série a été conçue/réalisée par des mecs qui savent de quoi ils causent (des pubars, donc....si quelqu'un pouvait confirmer...), et qui ont compris pas mal de choses. C'est une série dont le concept n'est pas innocent, et qui a une vraie portée politique et idéologique. Carrément.
Ici, la forme a été soigneusement choisie pour servir le fond. Par un chemin détourné (méthode de pubard), pour atteindre une efficacité maximum (méthode de pubard)...Les années 50, l'âge d'or américain et l'économie de marché triomphante....tout ceci n'est pas choisi au hasard, au moment ou l'économie de marché est en train d'être assassinée et mangée par ses enfants, où le rêve américain bat sérieusement de l'aile, ou la crise économique est de retour...
Le tout est décrit de manière très crue. Le côté impitoyable de la compétition est bien présent, sans parler du cynisme du milieu. C'est très fort. Commencer la série par les clopes, c'est taper fort. C'est très malin, ça accentue le gouffre qui s'est créé entre cette époque pas si lointaine et aujourd'hui (au niveau santé, publicité, idéologie, cinéma...) Si les épisodes suivants sont de ce niveau, c'est juste la meilleure série que j'ai vue depuis très longtemps. Du travail de pro.

Image IPB

Qu'est-ce qu'un pubar ?

En france, le milieu de la pub est infesté de deux espèces de nuisibles, qui restent cependant moins dangereuses que la minorité moins visible. Ces deux engeances dominantes (quantitativement) sont les abrutis et les connards.

1) L'abruti : l'abruti se prend pour un artiste. Il se définit lui-même comme un "créatif", et se retrouve majoritairement dans la photographie, la vidéo, le graphisme, etc...L'abruti est persuadé d'avoir la flamme, et de ringardiser Goya en photographiant des nanas à poil surmaquillées devant un pot de yoghurt. Il faut noter que l'abruti peut posséder les connaissances et le savoir-faire d'un véritable artiste, sauf qu'il n'exprime pas. Il vend de la lessive. En réalité, son métier, c'est putain, mais il est trop bête pour s'en rendre compte ou le reconnaître, et se prend pour un vrai artiste (ou se drogue pour maintenir l'illusion)

2) Le connard : Le connard est un philosophe refoulé qui ne s'est pas remis de l'échec et de la mort de la philosophie. Trop faible et accro à la coque et aux putes pour se faire ascète, trop médiocre pour prendre acte de l'échec de la raison, il s'est tourné vers la communication et a cru y découvrir une explication intégrale du monde. Il est entré en communication comme on entre en religion, et se prend pour un initié au grand mystère. Son boulot principal, c'est de vendre les travaux des abrutis en prenant un air mystérieux et inspiré. Dans le fond, le connard est un grand frustré, car s'il aime se faire passer pour celui qui a tout compris, il est parfois assez lucide pour se rendre compte qu'il a raté le train. (du coup il boit. des trucs chers. beaucoup.)

Image IPB

Ceux-ci occupent le devant de la scène car ils sont nombreux, bruyants, et envahissants. Cependant, leur dangerosité reste assez limitée (et surtout définie par leur omniprésence) Mais ce ne sont pas de vrais publicitaires. Ce ne sont que des sous-fifres, des exécuteurs de basses-oeuvres, des ouvriers qui se la racontent.
Car la publicité, ce n'est sans doute pas de l'art (quoique, ça dépend de la définition qu'on lui donne), ce n'est certainement pas de la philosophie (c'te blague).
La pub, la vraie, c'est surtout de la psychologie.
Un pubar, un vrai, est un psychologue. Quelqu'un qui a une très bonne compréhension de la structure mentale des individus, des groupes, et des sociétés. Ceux-là sont plus discrets, moins nombreux, et beaucoup plus dangereux.

Le but de la pub, c'est de créer une cohérence inconsciente. un univers fermé qui fait écho à l'expérience sensitive du receveur et l'enferme dans un raisonnement fonctionnant en vase clos. (les crétins prennent ça pour une imagerie...hu hu hu...)
Disons plutôt quelque chose comme un anneau de moebius.
Des exemples ? Ok, on a qu'à prendre le über-célèbre. C'est facile.

Cow-boy marlboro.
C'est bien basique, et plutôt grossier (un vrai travail d'abruti chanceux).
Aventure, liberté, USA, vie rude et dangereuse, male attitude qui sent le crottin. -> Fumer c'est dangereux, mais je suis un vrai dur qui risque tout et qui fait ce qu'il veut (surtout si c'est dangereux et que ça gratte).
La clope comme déclaration de liberté et d'indépendance rebelle.
(ouais, les vrais pubars ont un humour tordu, aussi...)

Toutirikiki omomicro : plus fin, plus traitre.
On a reproché à la pub d'insulter son public.
Vrai, mais faux, car il y a mise en abîme. la pub se moque aussi d'elle même, des autres pubs du secteur qui elles-mêmes prennent le public pour des cons.
Ca crée une connivence, un second degré, une abstraction, et donc une adhésion. Le concept mis à nu.
Difficile de passer derrière sans s'enfoncer.
carton historique.

Vous êtes l'une des plus grosse marques du monde ?
Votre produit est copié par des milliers de prétendants ?
Un mot un seul suffit à vous définir comme le leader historique, à vous placer comme l'évidence incontestable, à vous donner une intemporalité indépassable en plaçant définitivement tout concurrent derrière vous, le tout en assénant l'ORDRE à l'acheteur de préférer votre produit.
Always coca cola. (Imbattable. du pur génie)

Sinon y'a la mise en abîme par la pub qui devient l’événement en soi (levi's et autres....pas vrai les consoleux ?^^ )

etc etc...

Bref, pour en revenir à Mad men, la série applique de façon plutôt efficace ce genre de concept. C'est carrément le procès de toute une époque. Présenter les années 50 et la capitalisme triomphant aujourd'hui, c'est forcément provoquer une comparaison, voire un procès. Ca fait écho, forcément, c'est la matrice. Et la série n'y vas pas avec le dos de la cuiller. Machisme, antisémitisme, cynisme, on a droit à la totale. J'ai peur d'être déçu par la suite, mais vu comment c'est parti, ça peut virer au brûlot d'une violence rarement atteinte. (qui produit ce truc ?)
Bien entendu, ça attaque de biais, et c'est pour ça que ça marche. bien entendu, ça crée une connivence avec le spectateur, en lui faisant croire qu'il est intelligent parce qu'il comprend l'allusion (le coup des représentants du tabac qui toussent...)
Bref, on applique les techniques en les disséquant.
C'est très fort.
Je vous laisse, j'ai le second épisode à mater avant d'aller dormir. :mrgreen:

#2 Lurdo

Lurdo

    Aventurier en série(s)

  • Members
  • 22775 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:Down in the underground...

Posté 03 June 2008 - 01:55 AM

CITATION(kea @ 03 6 2008 - 01:08) <{POST_SNAPBACK}>
Mais ça tue pour une autre raison. Ca tue parce que c'est la série du moment.
L'expression peut être comprise de deux façons. En général, ça veut dire "le succès, le truc à la mode". On peut aussi le lire comme "le truc qui fait écho, en phase avec son temps".
Ici, les deux se croisent. Visiblement, la série a eu un petit succès critique (ça a gagné un prix, je crois. J'y connais rien, demandez à ceux qui savent...)


Gros succès critique. C'était la série plebiscitée par tous les critiques séries aux States. Limite érigée comme meilleure série du monde de la saison.

Aidé en cela par le statut d'outsider de la chaîne qui produit. (AMC)

Et par le passif du créateur du show.

CITATION
Mais je pense que cette bonne réception vient du fait que la série touche à un point sensible. Bref, c'est le truc qui tombe au bon endroit, au bon moment. Et je pense que c'est volontaire, et maitrisé.
En fait, je crois que la série a été conçue/réalisée par des mecs qui savent de quoi ils causent (des pubars, donc....si quelqu'un pouvait confirmer...), et qui ont compris pas mal de choses. C'est une série dont le concept n'est pas innocent, et qui a une vraie portée politique et idéologique. Carrément.
Nope, Matthew Weimer, le créateur et scénariste principal de la série, est un scénariste pur jus, issu de l'école des Sopranos, et n'est pas - à priori, de ce que l'on en sait - un pubar. Mais cela n'empêche pas qu'il a peut-être bien fait son travail de documentation.

CITATION
Ici, la forme a été soigneusement choisie pour servir le fond. Par un chemin détourné (méthode de pubard), pour atteindre une efficacité maximum (méthode de pubard)...Les années 50, l'âge d'or américain et l'économie de marché triomphante....tout ceci n'est pas choisi au hasard, au moment ou l'économie de marché est en train d'être assassinée et mangée par ses enfants, où le rêve américain bat sérieusement de l'aile, ou la crise économique est de retour...
Le tout est décrit de manière très crue. Le côté impitoyable de la compétition est bien présent, sans parler du cynisme du milieu. C'est très fort. Commencer la série par les clopes, c'est taper fort. C'est très malin, ça accentue le gouffre qui s'est créé entre cette époque pas si lointaine et aujourd'hui (au niveau santé, publicité, idéologie, cinéma...) Si les épisodes suivants sont de ce niveau, c'est juste la meilleure série que j'ai vue depuis très longtemps. Du travail de pro.

(...)

Bref, pour en revenir à Mad men, la série applique de façon plutôt efficace ce genre de concept. C'est carrément le procès de toute une époque. Présenter les années 50 et la capitalisme triomphant aujourd'hui, c'est forcément provoquer une comparaison, voire un procès. Ca fait écho, forcément, c'est la matrice. Et la série n'y vas pas avec le dos de la cuiller. Machisme, antisémitisme, cynisme, on a droit à la totale. J'ai peur d'être déçu par la suite, mais vu comment c'est parti, ça peut virer au brulot d'une violence rarement atteinte. (qui produit ce truc ?)


Je vais pas répêter ce que j'avais déjà dit sur le show à l'époque - vu que tu as déjà du le lire si t'as farfouillé dans le forum - mais c'est précisément ce que je n'ai pas aimé avec la série. Ce côté brulôt/ sans nuances / tout le monde est pourri / détruisons une période habituellement vénérée par l'Amerique...
C'est tellement appuyé que ça vire presque à la caricature. Limite si les mecs et femmes de Mad Men ne sont pas tous des Jim Profit, sans aucun personnage moins torturé pour faire un contrepoids.

Donc nan, j'aime toujours pas Mad Men. En plus, c'est souvent très mou, donc ça aide pas.
# Depuis le 27/11, le blog de Lurdo (feat. Sygbab) a basculé en mode Noël, pour la Christmas Yulefest 2017, avec trois critiques de films festifs par jour, du lundi au samedi, jusque début janvier ! Et le week-end, les Gilmore Girls - Une Nouvelle Année et l'intégrale de la série Spartacus #

#3 thedeparted

thedeparted

    Leprechaun

  • Members
  • 940 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 27 July 2008 - 10:06 AM

Spoilers minimes.

Je viens de finir la saison 1, j'ai beaucoup aimé, mais je n'ai pas adoré. Explications : la série n'invente rien. On a droit à des intrigues principales professionnelles, autour de campagnes de pub, où on comprend rapidement que les maîtres du monde de la pub, hormis les patrons qui ont de la bouteille, l'art de la guerre et un tant soit peu de jugeotte, sont des connards finis qui trompent leur femme, boivent pas que de la Vittel, etc. On a ensuite droit à des intrigues secondaires et c'est un peu là que le bas blesse dans le sens où on a droit à un mix de tout ce qu'on a déjà vu ailleurs... Alors j'ai reconnu dans le lot du Soprano (notamment pour les personnages de Carmela et Vito qui sont quasi repris comme tels, si vous voyez ce que je veux dire, y a même plein de séances chez le psy) bien sûr, du Brotherhood, un peu, et je dis bien un peu, de Desperate Housewives, du Profit en effet et la liste continue. L'originalité vient du contexte, 1960, la fin des soit-disantes illusions (j'ai jamais cru qu'on pouvait tous être heureux seulement 10/15 ans après avoir vécu l'Holocauste, la Guerre et 2 bombes atomiques mais bon, il paraît qu'avant c'était mieux).

Et rien qu'à cette courte description, on comprend pourquoi les critiques adorent : on les brosse dans le sens du poil avec une série où dès le générique (exceptionnel, ça en revanche y a pas à dire, classique, simple, musique superbe), on met le boulot des commentateurs, des critiques, des publicistes au centre du monde, même la politique ne tourne qu'autour d'eux qui ont conscience d'être les esclaves torturés d'une société de consommation qui ne les rend pas plus heureux. Pas étonnant que chacun crie au chef d'oeuvre, ça renvoie directement aux connards de critiques qui spoilent l'intégralité d'un film avec une complaisance et une ironie mal placée en pensant être au dessus de la masse.

Je trouve ça assez hypocrite, car parler de Mad Men comme de la meilleure série de l'année (Et pan The Wire, droit dans le... encore une fois!) c'est n'avoir pas regardé HBO et Showtime depuis 10 ans. C'est aussi pour ça que la saison 2 sera importante, on verra si la série ose ou non dénoncer ceux qui la soutiennent aveuglément. (Ca me rappelle les critiques qui militaient pour Lost In Translation pour les Oscars 2004, "ouais un des plus beaux films jamais faits, etc, etc, parce que le film reprend tel quel (selon moi je précise) une esthétique et une intrigue dignes de Vogue ou Jeune & Jolie en rajoutant un ethnocentrisme, un égocentrisme et un spleen en plastique juste vomitifs (je répète, ça n'engage que moi).)


Mad Men n'invente strictement rien, mais fait bien ce qu'on lui demande. Est-ce que ça a la fulgurance des premières saisons des Soprano ? Non. Est-ce que c'est aussi bien écrit qu'un Brotherhood ou un The Wire ? Non clairement pas non plus. Est-ce que ça a la malice critique d'un Profit ? Allons, soyons sérieux. Mad Men n'est finalement qu'un mélo où chacun joue son rôle, héros désabusé mais responsable, patrons philosophes et volages, femmes trompées dépressives, vitriol jeté contre des politiques et grandes marques (on cite des marques et des produits de l'époque toutes les 20 minutes environ, ça donne un cachet critique et authentique il paraît), etc., etc.

Vous allez finir par croire que j'ai pas aimé, mais non, je l'ai dit au début, j'ai beaucoup aimé. Pourquoi? Parce que bien que classique, c'est un drama bien écrit, avec des thématiques assez larges dès lors qu'on ne tombe pas dans le cynisme automatique que je décriais plus haut et surtout parce que c'est exceptionnellement interprété.

Je ne connaissais pas Jon Hamm, l'acteur principal, mais il est juste hallucinant de justesse dans son rôle avec son allure de Christopher Meloni classe et éduqué. Le reste du casting est au diapason, bien que j'émette toujours un bémol puisque hormis Don Draper (et admettons-le son assistante Peggy très bien aussi), les autres acteurs ont des rôles tout tracés déjà vus ailleurs (l'arriviste malheureux, le collègue rigolo et cynique qui en fait aime sa femme comme sa propre vie, celui qui a une âme d'artiste mais qui perd son temps à faire de la pub...) ce qui donne néanmoins envie de connaître la suite pour savoir si la série rentrera dans l'élite du genre ou restera uniquement plébiscitée par ceux qui y voient un reflet de leur imaginaire magnificence. A suivre.

#4 LMD

LMD

    La Mère Doku

  • The Devil's Rejects
  • 14162 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Le passé

Posté 28 July 2008 - 12:38 PM

Tiens kea, tu devrais mater ce filmicon_mrgreen.gif
Je serais curieux de voir quelques épisodes de cette série...

(Et sinon k. quand tu reviens, tu nous diras si t'es un "abruti" ou un "connard" Moi c'est la deuxième catégorie. icon_mrgreen.gif )

The age of Peace had ended. There was to be no lack of war. There was to be enough for all. Aye, enough and to spare.


#5 simidor

simidor

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 4696 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Université de l'Invisible

Posté 05 October 2008 - 00:49 AM

Les débuts étaient sympas, pas exceptionnels mais j'aurais pas arrêté de regarder même si c'était très moyen sur le fond, il suffit qu'on me montre quelque chose de cette époque pour que j'aime bien. Finalement j'ai bien fait de rester, ça le fait de plus en plus. Loin d'être la meilleure série de ces dernières années et pas très innovante, mais assez intéressante et bien faite pour tenir en haleine pendant quarante minutes et vouloir voir la suite. Et puis Jon Hamm a assez de charisme pour porter la série (et le perso est très bien écrit), Vincent Kartheiser se débrouille pas mal dans un rôle pas évident à rendre intéressant et la secrétaire de Don est à suivre.

Les chroniques du TARDIS , abordez Doctor Who du bon pied !


#6 thedeparted

thedeparted

    Leprechaun

  • Members
  • 940 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 05 October 2008 - 18:40 PM

J'ai vu la moitié de la saison 2, c'est meilleur que la 1. On a plus de psychologie de bazar, le personnage de Peggy est beaucoup plus développé, au point d'avoir des épisodes centrés sur elle, Don Draper est un connard et Vincent Kartheiser est bien plus intéressant. En fait cette saison propose des scénarios plus intéressants, des personnages secondaires récurrents et pas juste sur un ou deux épisodes, davantage de rivalité, et surtout moins de cynisme gratuit et de dialogues un brin pompeux... Bref c'est excellent! bluesbro.gif

#7 A. Bandini

A. Bandini

    Leprechaun

  • Members
  • 524 Messages :

Posté 29 November 2008 - 18:23 PM

Je viens de voir le pilote, ça a l'air sympa, sans plus. Ca me fait un peu penser à du Boston Justice dans le milieu de la pub...

#8 A. Bandini

A. Bandini

    Leprechaun

  • Members
  • 524 Messages :

Posté 29 November 2008 - 20:19 PM

Abandonné au milieu du deuxième zode. Sans intérêt pour ma part...

#9 StanleyGrieves

StanleyGrieves

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 4274 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Hamish Main, sur le rallye vitis vinifera.

Posté 03 July 2009 - 09:44 AM

Sai.01; ép.01-06: Toujours autant accroc à la période feutrine et cadillac eldorado, c'est pas avec cette série que je vais bouder mon plaisir. C'est fin, c'est fort, c'est foutrement bien complet. Grosse mention pour le zode 6, lequel s'attarde sur la radiographie de la condition féminine de l'époque. La conjugaison des différents portraits sonne juste, capte tout en dynamisant un faux rythme lent ('tain de scène lors des tests de rouge-à-lèvres blink.gif. Inspirés les gus y'a pas à dire...) et les constats sont froids, cyniques, et pas franchement optimistes sans pour autant verser ds le lourd où le message surstabiloté en fluo pour être ensuite hurler en climax inutile.
Alors certes on se sent un peu balloté à la fin de certains zodes, façon "mais ça mène où tout ça ?!", mais peu importe. Le truc avec l'immersion c'est bien de se laisser balader alors je me laisse porter comme pour une parenthèse suspendue ds le temps.
J'enchaine icon_arrow.gif...

15502129602_c3bcf2efbf_o.jpg .... La "subversion subventionnée" est le Big Crunch libertaire, soit la géronto-modernité de l'anti-matière grise ! .... (Clousclous Card-bit )


#10 Milkshake

Milkshake

    Ghoulies

  • Members
  • 242 Messages :

Posté 13 July 2009 - 07:18 AM



La saison 2 : grandiose. cool.gif

La série développe plus ses personnages secondaires tout s'enchaine de manière naturelle jusqu'à devenir un récit dense et passionnant (un peu plus dramatique aussi) sur les dernier épisode ou le contexte historique prend de l'importance (la mort de Monroe, le blocus de Kennedy sur Cuba, la peur d'une guerre nucléaire) et le contexte social est traité toujours aussi subtilement (ségrégation, homosexualité, religion, avortement).
Le passé de Don Draper s'avère plus complexe, Betty prend de l'épaisseur à mesure qu'elle s'affranchit, en fait tout les personnages prennent de la bouteille et s'avère plus mature (sauf Sterling icon_mrgreen.gif ) le voyage en Californie est une superbe idée scénaristique comme le personnage du comique.

A quand la suite, je suis déjà en manque. blush.gif



#11 thedeparted

thedeparted

    Leprechaun

  • Members
  • 940 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 13 July 2009 - 19:04 PM

La saison 2 est excellente en effet, elle rattrape largement les faiblesses de la saison 1, faiblesses que j'évoquais dans un excellent post situé un peu plus haut sur cette page... icon_mrgreen.gif

#12 seward

seward

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 4147 Messages :
  • Profil:Femme
  • Location:Paris

Posté 20 August 2009 - 14:37 PM

Début de la saison 3.

ATTENTION SPOILERS!!!


Un peu déçue par ce 3x01.
Un saut narratif de plusieurs mois, avec une Betty prête à accoucher.
Draper et son passé semblent être un des fils conducteurs de cette nouvelle saison.
La société a été reprise par des anglais, et Peggy commence sa carrière.
L'homosexualité de Romano semble être enfin un thème exploité(latent depuis la 1ere saison, mais seulement effleuré).
Une jolie subtilité de la part de Draper en fin d'épisode, le seul à être maintenant au courant.

C'est tjrs de belle facture, d'une grande finesse psychologique, et distillé avec une lenteur qui peut en exaspérer certains.
Moi qui sors de Sons Of Anarchy, ça fait tout bizarre.


Le grand public il a qu'à se sortir les doigts du cul (Corvis)

#13 simidor

simidor

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 4696 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Université de l'Invisible

Posté 21 August 2009 - 23:14 PM

Saison 2

Mad Men continue de laisser vivre ses personnages quitte à ce que certaines scènes n'aient pas de sens immédiatement. A ce niveau, le pari de la saison 2 est relevé haut-la-main. Chacun des acteurs a eu l'occasion d'asseoir son personnage et ils se sont tous montrés convaincants. Don Draper/Richard Whitman devient plus abordable, moins renfermé que dans la première saison. Sa relation avec Betty est mise à rude épreuve et tout explose. C'est l'occasion de la sortir du personnage de la femme bafouée pour voir réellement qui elle est. Le dernier plan de la saison attire immédiatement la sympathie sur le couple. Après les avoir suivi tout deux séparemment, on a envie qu'ils prennent un nouveau départ (ce qui était différent à la fin de la première saison). Peggy est quand à elle surprenante et on peut dire que le pacte secret qui les lie sur leur dénégation commune en a fait le double féminin de Don. On peut déjà prédire qu'elle ira loin, vu sa progression en si peu de temps. Joan est toujours aussi magnifique. Campbell place ses pions, les seconds rôles sont mieux définis. En dehors de cet effort remarquable sur les personnages, le contexte est aussi habilement maîtrisé. On va cette année de la Baie Des cochons à la crise des missiles en passant par la mort de Marylin et on aborde certains sujets tabous comme l'avortement, la ségrégation raciale ou l'homosexualité. Enfin la toile de fond des compagnes créatifs est toujours là, mais les choses sont amenées à changer avec la fusion et les projets de Duck à la présidence. Ainsi on passe progressivement à une vision plus commerciale et contemporaine de la publicité. Bref, une série toujours aussi élégante, bien écrite et agréable à suivre.

Les chroniques du TARDIS , abordez Doctor Who du bon pied !


#14 Moody

Moody

    Moodpecker

  • The Devil's Rejects
  • 23585 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Outer Heaven

Posté 18 October 2009 - 15:02 PM

3x06

 

Spoiler


Alors là, quel choc !
Les nouveaux pattons débarquent d'Angleterre pour réorganiser, chacun doute entre promotions possibles et mutations/renvois, mais alors que tout se décide un évènement remet tout en cause...et quel évênement ! Hallucinante scène que celle-ci, vraiment inattendue à ce point. A côté de ça la gamine de Don commence vraiment à taper sur les nerfs de sa mère comme des spectateurs, heureusement American Dad veille au grain.



#15 thedeparted

thedeparted

    Leprechaun

  • Members
  • 940 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 18 October 2009 - 21:16 PM

Moi aussi cette scène m'a blink.gif

La saison a l'air moins prenante que la seconde pour le moment mais c'est élégant et ça se suit toujours avec grand plaisir.

#16 simidor

simidor

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 4696 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Université de l'Invisible

Posté 19 October 2009 - 14:09 PM

Saison 3 posée mais très agréable, on sent les scénaristes plus à l'aise et ils peuvent se permettre quelques coups d'éclat dans le genre de temps en temps (pour le grand père c'était aussi assez brutal).

J'espère juste que Joan va revenir.


Les chroniques du TARDIS , abordez Doctor Who du bon pied !


#17 Moody

Moody

    Moodpecker

  • The Devil's Rejects
  • 23585 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Outer Heaven

Posté 19 October 2009 - 14:44 PM

3x07

Première fois que Sterling intervient aussi brutalement.

Betty commence vraiment à me gaver avec ses bouffées de chaleur adultères, sa nouvelle déco est affreuse.

Peggy nous illustre la célèbre promotion canapée...toujours aussi bon.

Pour Joan j'espère également son retour, l'actrice est tellement miam.

Et puis je veux qu'elle couche avec Don, c'est pas possible qu'il mange pas de ce pain là.



#18 Dale

Dale

    Critters

  • Members
  • 271 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Zion

Posté 01 April 2010 - 22:09 PM

Le season finale de la saison 3 était tout simplement excellent avec Don qui doit gérer sa femme et ses envies de divorce et décide de mon monter sa propre boite avec l'aide de Cooper et Roger sterling .

 

Bref , j'ai adoré.
La saison 4 est en tournage mais aucune date officielle pour la diffusion.
Vivement !



#19 thedeparted

thedeparted

    Leprechaun

  • Members
  • 940 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 27 April 2010 - 22:21 PM

C'est aussi ce que je pense : Mad Men, la seule série qui s'améliore saison après saison...

#20 darklinux

darklinux

    Truand 2 La Grammaire

  • Members
  • 8592 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 18 May 2010 - 10:34 AM

J ' ai depasé la première partie de la première saison de Mad Men , j ' èspere que Péggy va rapidement bouffé ces machos , que la pseudo Numéro6 ( la rousse qui couche avec le patron ) va ètre ejecté avec perte et fracas , que la femme de Daper va se réveillée et viré son mari et enfin que Draper se fasse buté par Buffy Summers




Ajouter une réponse



  


0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)