Aller au contenu


Photo

Paris International Fantastic Film Festival (PIFFF) - du 5 au 10 décembre 2017


  • Please log in to reply
1051 réponses sur ce sujet

#1041 Alex Corvis

Alex Corvis

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5422 Messages :
  • Profil:Inconnu

Posté 09 January 2018 - 15:47 PM

Tu dis ça pour lui remonter le moral après les paroles de L'aubergiste  :mrgreen:

 

Non bon sérieusement, écrivons peu mais bien. Cyril, on est d'accord que l'an prochain on a la séance culte de L'antre de la folie  :tongue: ?



#1042 Cyril Despontin

Cyril Despontin

    Leprechaun

  • Members
  • 862 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Paris

Posté 09 January 2018 - 17:14 PM

On va arrêter avec John Carpenter, maintenant on s'attaque à la filmo de David DeCoteau (on tient easy 55 festivals avec ça)

Merci de ton soutient Corvis, on est peu mais on sait qu'on est dans le vrai. Curtain vaincra !!!

 

(le film s'appelle The Gateway maintenant, et même si on pouvait difficilement faire plus moche que l'ancienne, l'affiche est vraiment pas bien)

 

MV5BMTY2ODEyMjk0M15BMl5BanBnXkFtZTgwNjQ2


"Comme disait mon ami Richard Nixon, mieux vaut une petite tâche sur la conscience qu'une grosse sur l'honneur. Allez en vous remerciant bonsoir."


#1043 Cobretti

Cobretti

    Wookie

  • Members
  • 2626 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Au milieu et en même temps...

Posté 09 January 2018 - 17:34 PM

 

Merci de ton soutien Corvis, on est peu mais on sait qu'on est dans le vrai. Curtain vaincra !!!

 

Michaelscottfacepalm1.gif

 

:mrgreen:



#1044 Alex Corvis

Alex Corvis

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5422 Messages :
  • Profil:Inconnu

Posté 09 January 2018 - 17:43 PM

LOL David DeCoteau pour remplacer Carpy, en vla une idée :mrgreen:

Faites un partenariat pour une séance Nanarland la nuit du samedi alors, ça nous donnera une diptyque Creepozoïds + Le retour des tomates tueuses.



#1045 Alex Corvis

Alex Corvis

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5422 Messages :
  • Profil:Inconnu

Posté 09 January 2018 - 19:15 PM

PIFFF jour 5 (je ferai plus tard les courts et Downrange)
 
Revenge
 
Bon alors j'ai adoré ce film. Enfin adoré... en tous cas j'ai kiffé, mais curieusement par pour les raisons voulues par l'auteure/réalisatrice. Et c'est important vu que c'est clairement le but du film de Coralie Fargeat. Il film se veut un rape & revenge féministe. L'histoire, c'est pas très compliqué. Une fille, 3 mecs, un endroit paumé dans la pampa, un viol... et la laissée pour morte revient se venger. Voilà.
 
Bon. Mais la fameuse touche féministe qui fait totalement différer le film d'un genre ultra masculin, je suis pas sûr de bien la voir. Le film est bien hein, dans son genre c'est un bon rape & revenge. Bien gaulé, bien joué, bien violent. Il y a une petite touche fantastique même, puisque notre héroïne subit des blessures et s'en accomode de telle manière que cela rend le récit complètement surréaliste. Il y a une petite scène Rambo, avec la guérison par la brulure des blessures (avec canette de bière mexicaine svp !!).
 
Mais en quoi le film est-il plus féministe que les autres rape & revenge ? Certes les hommes sont des lâches et des connards criminels. Certes la nana finit par se rebeller, par dégommer les mecs. Mais c'est la même dans les autres films du genre non ? D'autant que si on part du principe que le genre du rape & revenge véhicule des clichés et fantasmes masculins, telle que la nana hyper bonne, dont on filme le cul, la nana allumeuse qui s'amuse a jouer des hommes, la fille qui devient badass et qui revient armée de gros flingues, dans un combat ou elle finit a moitié nue... bah tous ces clichés sont là et carrément là. 
 
On aurait pu imaginer, pour prendre le contre pied du genre, que l'héroïne ne soit pas une super bombe par exemple. Qu'on ne montre pas la scène de viol, ou pas de manière graphique comme cela. Que la fille ne soit pas séductrice. Que la vengeance fasse moins appel aux clichés masculins comme les gros flingues ou la fille toute nue. Enfin j'en sais rien, moi je vois pas la différence avec un film fait par un mec. Je veux bien croire que je sois passé a côté mais en l'état j'ai pas compris.
 
Mais ça remet pas en cause la qualité du film en tant que film de genre. C'est un bon rape & revenge comme je disais, bien fait, élégant, bien foutu, bien violent. Donc a voir.
 
 
Matar a Dios
 
Un film qui m'a laissé sur ma faim, mais dont je garde un bon souvenir. Lors d'un dîner familial (qui tourne mal) a la cambrousse espagnole, un nain barbu alcoolique débarque d'on ne sait ou et affirme être Dieu sur le point de déclencher l'apocalypse. Mais il laisse le soin aux convives de choisir 2 humains pour survivre. Alors, clodo alcoolique ou vrai dieu farfelu ?
 
On a d'abord droit à une première partie de film très axée comédie, qui sert de présentation des 4 protagonistes et de leurs propres dilemmes. Et au milieu du métrage, l'intrigue bifurque totalement et fait surgir le nain. Le film joue habilement du doute sur le fait qu'il soit un mytho ou qu'il dise la vérité, et ce, jusque dans les dernières secondes, vraiment belles. Cette seconde partie comporte a la fois le meilleur et le pire du film. Déjà le concept est assez génial, et il bénéficie d'une espèce de mélancolie qui s'installe au fur et à mesure. Le souci, c'est que ça vient s'inscrire dans une intrigue jusque là hyper comique. Ce qui donne un espèce de mélange des genres hyper batard, tragico-loufoque fantastique, dur a décrire. C'est débile, mais sérieux. C'est vulgaire, mais poétique. C'est gras, mais avec du fond.
 
J'ai du mal a en parler, mais je pense que c'est un film a voir même le mutant issu de l'hybridation a pas mal d'imperfections.
 
 
Leatherface avec SPOILERS
 
Tout gamin, le jeune Jedidiah Sawyer est éloigné de sa famille criminelle puis placé en asile psy. Des années plus tard, une émeute éclate dans ce fameux asile, et plusieurs patients prennent la fuite.
 
Là voilà donc cette nouvelle mouture de MALT qui cristallise une belle shitstorm. Moi j'ai été agréablement surpris en sortant du film. Sans tutoyer les sommets évidemment, je trouve que c'est un très honnête film d'horreur du samedi avec pizza bière peinard. Je ne note plus les films parce que c'est trop réducteur, mais pour vous donner une idée, je lui collerai quelque chose comme 3/6, ni nul ni excellent.
 
Bon j'évacue rapidement le twist (le film joue sur "qui est Leatherface dans le groupe de jeunes en fuite ?" et on devine bien vite qui est l'heureux élu tant la fausse piste agitée sous notre nez est grossière) pour simplement dire qu'en tant que film de genre qui tente d'avoir une âme, je trouve ça tout à fait correct. C'est pas tant un slasher au final, ça mélange plutôt road movie et horreur et en cela, on dirait que l'intention était surtout de revisiter The Devil's Reject plutôt que MALT. A ce titre, le rôle de ce bon vieux Stephen Dorff va totalement dans ce sens, c'est un cc du Sheriff Wydell. Il joue pas mal d'ailleurs le bougre, ça faisait un moment que je l'avais pas vu. Le souci c'est que Leatherface arrive justement après The Devil's Reject, alors tout ça est moins novateur, même si l'intention de ce côté me plait bien.
Pour ce qui est de l'horreur, bon faut pas s'attendre a pisser dans son pantalon, mais on note quelques scènes assez dégueu, du tronçonnage bien sûr, mais aussi un plan à 3 nécrophile ! La fin originale aussi, montrant Lizzy vivante mais avec la moitié du visage découpé pour les besoins du masque de Jackson, était vraiment mieux. Mais bon c'est la vie... faudra se contenter de la décapitation à la tronçonneuse !
 
On ne peut que regretter les coupes et désidératas imposés par la production, qui sont monnaie courante à Hollywood, cela dit faut pas se planquer derrière cela. D'ailleurs, LE gros reproche que je fais au film n'a rien a voir avec les retouches ni rien : le basculement de Jackson à Leatherface est 10 fois trop rapide et brutal. Et ça nique tout. C'est d'autant plus con que j'adore, mais vraiment, l'idée d'avoir voulu faire de Leatherface un personnage a part entière et de montrer son basculement dans la folie plutôt que d'en faire le croque mitaine habituel sur lequel on a tout dit. Sauf que là il y a un gros problème : pendant les 2 tiers du film, il est hyper sympa le mec. Il refuse la violence, s'amourache de Lizzy (pas en mode crevard, non, en mode loveur), l'aide à l'asile, lui laisse entendre qu'il voudrait une relation amoureuse normale avec elle, prend la défense de son bon ami simplet Bud et refuse de le laisser tomber, il s'oppose à Ike plusieurs fois, ne blesse jamais quiconque etc. Il ne fait que des bons choix ! A la limite on se demande ce qu'il fout à l'asile tellement il a l'air sympa. Et d'un coup d'un seul, parce que la fille l'a vexé et qu'il est blessé par Dorff, il passe de mec sympa à tronçonneur qui se fabrique des masques humains. Ouais bah non... Il fallait, soit le rendre plus sombre au départ, soit le faire évoluer beaucoup mieux dans le film, le voir hésiter a soutenir Ike puis petit a petit prendre des mauvaises décisions, céder a des pulsions morbides etc. Mais là l'équilibre n'y est pas et c'est vraiment dommage.
 
Donc voilà c'est con parce que ça nique la crédibilité du personnage central et de l'enjeu du film qui était de voir comment Jedidiah/Jackson a pu devenir aussi sauvage. Echec là dessus, mais réussite pour Lizzy, le personnage féminin est bien, juste ce qu'il faut. Bon encore une actrice au physique trop "hollywoodien" mais bon... mais je maintiens qu'en tant que film de genre, ça se défend tout à fait. On voit du décor en compagnie d'une bande de maboules, ça dépote un minimum, j'ai trouvé ça plutôt bien filmé.
 
Donc voilà c'est un film moyen.


#1046 Cyril Despontin

Cyril Despontin

    Leprechaun

  • Members
  • 862 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Paris

Posté 09 January 2018 - 21:19 PM

 

 

Merci de ton soutien Corvis, on est peu mais on sait qu'on est dans le vrai. Curtain vaincra !!!

 

Michaelscottfacepalm1.gif

 

:mrgreen:

 

Ah putain sorry Cobretti ... :(


"Comme disait mon ami Richard Nixon, mieux vaut une petite tâche sur la conscience qu'une grosse sur l'honneur. Allez en vous remerciant bonsoir."


#1047 Alex Corvis

Alex Corvis

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5422 Messages :
  • Profil:Inconnu

Posté 12 January 2018 - 16:30 PM

Downrange
 
6 jeunes en bagnole, un pneu crevé, un sniper qui s'en prend a eux. Cherchez pas plus loin, le concept tient sur un timbre poste, et pourtant, il a donné l'un des films les plus bandant de cette édition du PIFFF. En effet, Ryûhei Kitamura, 5 ans après No one lives et presque 10 ans après Midnight Meat Train nous revient dans une forme pétaradante pour nous faire plaisir. Oui c'est un film simple (pas simpliste, juste simple) et hyper généreux. On ne s’embarrasse pas d'intrigues secondaires, on rentre rapidement dans le vif du sujet et on ne fait pas dans la dentelle ; et surtout, on le fait bien. Et au final, on se retrouve avec un survival (ascendant thriller) totalement coup de poing, gore, fun, et sans temps morts (allez, quelques minis longueurs au milieu, juste ce qu'il faut pour présenter les personnages).
 
Le film est impec techniquement. Les acteurs ça va. Les effets gores sont très réjouissants. J'ai kiffé aussi la bonne réalisation avec des mouvements de caméra hyper stylés, et surtout la gestion de la topographie, claire et assez instinctive chez les spectateur qui comprend bien vite l'intérêt stratégique et vital de telle ou telle position sur le terrain. Aidé en cela par l'unité de lieu bien sûr. Le pourquoi de ce qui se passe n'est pas du tout l'intérêt du film, ce n'est pas un film de scénario, c'est plutôt un film de script. Limite c'est comme dans Duel, le chauffeur on saura jamais vraiment pourquoi il a fait ça, ce qui est important c'est les péripéties ; là c'est pareil.
 
Je ne saurais donc trop recommander cet excellent film. Ce n'est pas une révolution, c'est juste un excellent survival qui se veut gore, fun, et qui fait totalement le taffe.


#1048 Cyril Despontin

Cyril Despontin

    Leprechaun

  • Members
  • 862 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Paris

Posté 12 January 2018 - 16:51 PM

Et la musique du générique de fin, sur fond de bruit de fusil qui se recharge, est assez jouissive (je suis resté revoir la fin à la projo juste pour voir toute la fin du film et ré-écouter la musique)


"Comme disait mon ami Richard Nixon, mieux vaut une petite tâche sur la conscience qu'une grosse sur l'honneur. Allez en vous remerciant bonsoir."


#1049 morfale

morfale

    JarJar

  • Members
  • 21 Messages :

Posté 12 January 2018 - 17:42 PM

Bonjour Cyril,

Sais-tu si le distributeur de Downrange a (ou va) utiliser les prises de vue réalisées pendant la projo du PIFFF ?



#1050 Cyril Despontin

Cyril Despontin

    Leprechaun

  • Members
  • 862 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Paris

Posté 14 January 2018 - 21:53 PM

C'est les producteurs qui m'ont demandé de faire cette vidéo, je ne sais pas vraiment à quoi elle va servir :(


"Comme disait mon ami Richard Nixon, mieux vaut une petite tâche sur la conscience qu'une grosse sur l'honneur. Allez en vous remerciant bonsoir."


#1051 morfale

morfale

    JarJar

  • Members
  • 21 Messages :

Posté 15 January 2018 - 13:28 PM

On est plusieurs à s'être donné à fond pour qu'ils aient des "scare shot" de fou... En espérant qu'ils en fasse quelque chose un jour.

En tout cas, merci pour la réponse.



#1052 Cyril Despontin

Cyril Despontin

    Leprechaun

  • Members
  • 862 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Paris

Posté Hier, 09:58 AM

Ah ah c'est cool :)

Je vais leur demander à quoi elle va servir, je vous tiens au courant. 


"Comme disait mon ami Richard Nixon, mieux vaut une petite tâche sur la conscience qu'une grosse sur l'honneur. Allez en vous remerciant bonsoir."





1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)