Aller au contenu


Photo

Les séries américaines sans topic (2016)


  • Sujet fermé Ce sujet est fermé
123 réponses sur ce sujet

#21 Stokes

Stokes

    Leprechaun

  • Members
  • 910 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:6EQUJ5

Posté 04 March 2016 - 16:31 PM

American Crime Story 1x01-06

 

Même quand on connait l'issue et l'histoire du procès de Oj Simpson, cette série reste passionnante car elle met l'accent sur l'intimité des protagonistes et leur choix moraux.On ressent bien la statut privilégiés des célébrités face a la justice et la manipulation qui peuvent intervenir dans les questions raciaux.Mention spécial pour Cuba gooding jr et David Schwimmer très bon en Oj et papa Kardashian et John Travolta excellent en avocat excentrique.


wNDztL.jpg


#22 Docteur Benway

Docteur Benway

    Wookie

  • Members
  • 3464 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Interzone

Posté 06 March 2016 - 00:12 AM

The Real O'Neals 1x01

 

C'était plutôt sympa à regarder, même si très inégal : autant certaines vannes sont très drôles, autant d'autres sont ratés.

Le problème majeur c'est peut être l'acting, lui aussi assez inégal : ça surjoue, et parfois ça surjoue assez mal.

Mais ça dure 20 minutes donc les défauts ne sont pas aussi flagrant que si ça durait le double.

 

 

Lucifer 1x02

 
C'est très générique encore et si Tom Ellis assure dans le rôle titre, la fliquette qui l'accompagne est méga fade.
C'est divertissant le temps que ça dure, surtout grâce à Tom Ellis mais c'est tellement dommage parce qu'il y avait bien mieux à faire avec le comics de base.

712690wald3.gif


#23 Docteur Benway

Docteur Benway

    Wookie

  • Members
  • 3464 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Interzone

Posté 09 March 2016 - 00:14 AM

The Family 1x01

 

Une trame policière/dramatique, des allers-retours entre le passé et le présent, des personnages à la morale douteuse... pas de doute, on est bien dans une série estampillé Shonda Rhimes tant dans sa structure ça ressemble à HTGAWM... sauf que ça n'en a pas la mise en scène, ni l'efficacité un brin putassière mais addictive. 

 

Là, le plus gros problème, c'est que l'intégralité des persos est détestable, ce qui empêche donc de s'attacher à quiconque. Et certains membres de la famille ne sont pas d'une grande utilité (le papa par exemple).

On a aussi quelques incohérences assez embêtantes : le môme est censé avoir passé 10 ans en captivité et avoir subi des sévices sexuels mais il ne souffre d'aucun choc post-traumatique et reprend sa nouvelle vie sans problème, ce qui ne choque personne  :teube: .

il reste donc le mystère et dans ce genre de série, c'est là dessus que ça repose en majorité. De ce coté, c'est pas trop mal, en tout cas suffisamment solide pour avoir envie de voir la suite, même si les premiers doutes commencent déjà à se faire sentir : en révélant que le médecin censé avoir pratiqué le test ADN n'existe pas (va falloir expliquer comment c'est possible), la série semble déjà donné les clefs de sa futur explication, tout ça ressemble fortement à l'affaire Frédéric Bourdin.

A moins que la série ne complexifie son intrigue comme l'a fait Blindspot, j'ai peur que tout ça n'aille pas bien loin (comme ses audiences en fait).


712690wald3.gif


#24 Meshuggah

Meshuggah

    Ghoulies

  • Members
  • 248 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 09 March 2016 - 17:31 PM

Damien 1x01

 

Damien Thorn a 30 ans, ancien photographe de guerre, il a oublié son passé satanique. Quand celui-ci ressurgit, une seule question se pose : Damien va t-il embrasser sa destinée et devenir l’Antéchrist ?

 

On oublie les 2 films suivants, la série est une suite du premier film. On fera pas attention aux problèmes temporels si le 1er film se passe dans les années 70. Bon ça reste gentillet , on suit le "héros" , un peu trop beau gosse pour moi pour incarner l'antéchrist, ,qui au fur à mesure de l'épisode découvre son histoire.Son chemin est parcourue de morts,  il y a une attaque de chiens comme dans le film mais pas trop brutale quand même. Quelques flash back du film sont utilisés aussi. Heureusement la fin de l'épisode à vu mon intérêt croître avec la mise en place d'enjeux, l'Eglise qui se met en chasse de Damien pour l'éliminer je suppose, mais surtout avec l'utilisation de la musique du film, toujours grandiose.

 

A voir sur l'épisode suivant, mais je voie pas la série partir dans le dark avec un Damien qui assume son côté diabolique. Je sens l'aspect rédemption développer genre même l'antéchrist peut combattre le Mal qui est en lui... Bref on verra bien.

 

 



#25 simidor

simidor

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 4911 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Université de l'Invisible

Posté 09 March 2016 - 18:31 PM

Damien (pilote)

 

Après Psychose et Evil Dead, c'est au tour de la malédiction de voir sa série-prolongement-dérivée. C'est A&E qui a fait Bates Motel qui est derrière le truc, et ça passe juste après sur la chaîne.

 

Les bons points:  - Ils ont repris des flashbacks du film originel ainsi que la musique. Oublié le remake inutile. Ca permettra de faire redécouvrir le film.

- Peut-être des développements un peu plus politiques impliquant le Vatican.

 

Les mauvais : - Le héros est une endive pleurnicharde. On est loin du Sam Neil de la malédiction finale.

- Les dialogues sont très pauvres et omniprésents.

- Le coté pseudo-réaliste/photo banale/caméra portée et cie rend quasiment impossible tout effet destiné à renforcer l'atmosphère malsaine. La musique et les flashbacks font donc à peu près tout.

- Comme l'a dit Messhugah, il y'aura un choix tiraillant entre le bien et le mal et on dirait bien que notre antechrist est un gentil.


Les chroniques du TARDIS , abordez Doctor Who du bon pied !


#26 Diane

Diane

    Marquise des anges

  • Members
  • 24193 Messages :
  • Profil:Femme

Posté 10 March 2016 - 18:24 PM

Damien 1X01

 

Je n'ai pas une grande sympathie pour la franchise en général mais là, c'est à mon goût tout à fait dans la lignée du remake. C'est à dire que c'est risible. Le cast, le lead en particulier, sans le moindre atout - jeu, même pas une larme de charisme -, l'écriture, l'angle du show (l'Antéchrist a oublié sa nature à l'âge de 30 balais et se trouve être un hipster, sans déconner, pourquoi ne pas repartir sur un Damien conscient de son état ?), on nage en plein ésotérisme aussi enthousiasmant que le show avec Anthony Edwards, Zero Hour avec effectivement un cadre très Point Pleasant. Qui était bien plus regardable en comparaison de ce pilote, qui se permet en plus de changer l'époque des événements du film original. Bref, du générique à dégager, et sans les quelques secondes de flashbacks du film de Richard Donner, on a rien.

 

Le reboot télévisuel de L'Exorciste s'annonce super bien.


1538739530-013731464545441177-2.jpg


#27 Docteur Benway

Docteur Benway

    Wookie

  • Members
  • 3464 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Interzone

Posté 10 March 2016 - 23:56 PM

Damien 1x01

 

​Étonnamment, l'angle choisi est le seul truc à peu près potable de la série. J'ai trouvé ça plutôt bien trouvé et assez "couillu" de vouloir faire une sorte de suite, avec un Damien adulte, alors qu'ils auraient pu choisir la voie de la facilité.

Malheureusement, le reste, c'est au délà du ridicule souvent.

 

Perso, tous ces trucs de possession, de Satan, et toutes les conneries religieuses en général, ça me gonfle très vite. autant dire que dès qu'on commence à me montrer Damien, rentrant dans une église, avec le vent qui souffle les cierges, et s'adresser à la statue de Jesus, ça me fait rire au mieux.

Et quand on se met à me sortir les versets de la Bible parlant de l'Apocalypse et à me monter une vieille hystérique qui arrache une touffe de cheveux au pauvre gars et après il se retrouve avec le nombre maléfique tatoué sur le crâne, je ne peux pas faire autrement que de crever de rire.

 

Laisser le diable tranquille, il a surement autre chose à faire le pauvre. 


712690wald3.gif


#28 Diane

Diane

    Marquise des anges

  • Members
  • 24193 Messages :
  • Profil:Femme

Posté 12 March 2016 - 16:31 PM

Underground 1X01

 

Anachronisme à part, je ne sais pas si c'est de la folie ou du génie de mettre du Kanye West (Black Skinhead) dans une histoire d'esclaves qui cherchent à fuir leur plantation parce que pleins de blancs méchants autour d'eux. Heureusement ils tombent sur des abolitionnistes qui eux sont gentils.

 

On a des séquences de fouettage/punition, toujours très divertissant à regarder, Marc Blucas en abolitionniste, et Christopher Meloni... Mais foutre du Kanye West en bande-son, même sporadiquement (début et fin)... Wow.


1538739530-013731464545441177-2.jpg


#29 Lurdo

Lurdo

    Aventurier en série(s)

  • Members
  • 23182 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:Down in the underground...

Posté 14 March 2016 - 05:40 AM

Fuller House : La Fête à la maison : 20 ans après - saison 1 :

 

Le reboot/revival/remake/suite de La Fête à la Maison par Netflix, avec tout le monde qui rempile de manière plus ou moins régulière (les adultes du show original ne font ici que des caméos, de temps en temps), pour treize épisodes... sauf les soeurs Olsen (ce qui leur vaut plein de vannes et de remarques méta à leur dépens).

 

Sans surprise, ce Fuller House est exactement comme la série originale, ni meilleur, ni pire, et avec les mêmes qualités et défauts. Ce qui rend les critiques assassines, outre-atlantique, assez "amusantes", tant elles donnent l'impression d'avoir été écrites par des personnes n'ayant jamais regardé la série mère, et/ou choisissant d'adopter une posture cynique et sarcastique du genre "ha, comment c'était trop de la daube, les séries des années 80, heureusement qu'aujourd'hui on a The Big Bang Theory et Modern Family, ça c'est de la sitcom de qualité sans clichés et sans vannes pourries."...

 

Cela dit, avis personnel, mais bien que le tout reste effectivement typiquement kitschouille 80s, ça passe nettement mieux sans Dave Coulier (et ses imitations médiocres) et sans les Olsen (et leur personnage tête à claques et envahissant), au point que le tout soit (presque) agréable à regarder. Ou du moins, pas désagréable, pour peu qu'on sache dans quoi on s'embarque.

 

(bémol, DJ Tanner manque un peu trop de charisme ou d'alchimie avec ses enfants, ce qui fait qu'elle se fait clairement éclipser à l'écran par sa frangine et par l'autre cinglée)

 

Je m'attendais à avoir envie de zapper après 15 minutes du premier épisode, et en fait, je pense que je reviendrai probablement en seconde saison, pour voir si ça continue sur cette lancée.


# Depuis début octobre, le blog de Lurdo est passé en mode Halloween, pour l'Oktorrorfest 2018, avec chaque jour, des critiques de films fantastiques et d'horreur, et le week-end, des séries ! Cette semaine, entre autres, Cold Skin, Goal of the Dead, Hellraiser : Judgement, Cargo, Annabelle : Creation, Winchester, Wolfcop 1 & 2Wellington Paranormal - saison 1, Bobcat Goldthwait's Misfits & Monsters - saison 1, etc... ! #


#30 Mad-Minds

Mad-Minds

    Gremlins

  • Members
  • 1439 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Paris

Posté 18 March 2016 - 22:45 PM

Damien 1x01-02

 

Bonne série, même si ça ne révolutionne rien et ne s'élève pas du lot. Rien de neuf à l'horizon, dans le même moule que toutes les autres mais ça reste regardable et appréciable.

 

Par contre j'espère qu'ils vont se dépêcher de lui sortir les doigts du derrière et que de photographe il va embrasser la carrière politique car ce n'est pas en prenant des photos qu'il va répandre l'Apocalypse.

 

Autant j'ai eu peur de la romance baveuse, qui ne sert à rien et moralisatrice (l'actrice arrive en 4 scènes a être insupportable), donc merci aux scénaristes de la virée de suite, mais si c'est pour nous coller un meilleur ami tout aussi relou avec le peu de scène qu'il a (deux acteurs qui arrivent en peu de temps à être énervant, c'est bien joué) et sa romance que l'on voit à des kilomètres...

 

Toujours ces petits clins d'oeil au film originel, qui nous procure de la nostalgie, à grands renforts en faisant intervenir le costume et les accessoires du film dans une collection morbide et fanatique. Si j'ai bien compris la fin de ce deuxième épisode, le personnage de Ann Rutledge est le même que Madame Baylock ? Nous faire croire que c'est elle des années plus tard ?

 

L'intrigue rame un peu, il a beau avoir vu les chiffres sur son crâne, il ne comprend toujours pas et lorsqu'on va lui expliquer, pouf fin de l'épisode. ça allait plus vite dans le deuxième film et je trouvais que ça rendait.

 

Au moins cette série a un avantage : remonter l'intérêt et l'estime des deux séquelles de la franchise (même si le 4 est si décrié mais indulgent comme je suis, j'aime bien).


d_copi10.jpg


#31 Meshuggah

Meshuggah

    Ghoulies

  • Members
  • 248 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 24 March 2016 - 20:06 PM

Flesh and Bone
 
Des corps meurtris, une pression insupportable et des jalousies constantes, tel est le quotidien des danseurs de ballet. Un quotidien dont rêve Claire , jeune danseuse de Pittsburg fraichement débarquée à New York pour intégrer l’American Ballet Company. Là-bas, la jeune fille devient la coqueluche de Paul Grayson, directeur artistique colérique, sadique et manipulateur qui voit en elle une future star, une Etoile.
Elle découvre que le prix à payer pour y parvenir n’est pas que celui de la torture de son corps au fil entrainement drastiques et de privations. Cela revient, parfois, à vendre son âme au diable.
 
Mini série de 8 épisodes sur les coulisses d'une compagnie de danse classique vu à travers Claire qui s 'est enfuie de chez elle pour réaliser son rêve.On pourrait  trouver que la série ne révolutionne rien avec ses intrigues,ses rivalités, la rudesse de l'entrainement et des répétitions en opposition avec la grâce et la beauté des mouvements des danseurs.Mais l'interprétation vraiment excellente des différents acteurs ou actrices et  la réalisation qui fait largement le boulot apportent une plus-value à la série. Le plus intéressant  pour moi c'est le côté glauque de la série, son traitement est vraiment surprenant. Ca mélange de la folie,de  l'inceste, de la prostitution, des esclaves sexuelles ( le temps d'un épisode vraiment pas marrant ), c'est présent par petites pointes, on y fait pas tout de suite attention puis on se dit à merde oui quand même. Ce n'est pas du voyeurisme mais plus pour montrer que le monde est loin d'être rose. Enfin c'est surtout une série sur un personnage féminin qui évolue de petite victime j'ai envie de dire à une femme forte qui s'est dire non à la fin.
 
Pour ceux ou celles qui aiment les ballets, je conseille la série. Les principaux acteurs et actrices sont des danseurs ou anciens danseurs professionnels et ça se voit dans les passages dancés qui sont rarement cuts mais montrent au contraire la beauté et la difficulté d'être danseurs. Et le ballet final est assez chouette.
 
Dommage qu'il n'y ait pas de saison 2 vu comment un personnage s'est rapproché du ballet cela aurait pu être intéressant.

Le générique que je trouve assez sympa :
                                    


#32 Lurdo

Lurdo

    Aventurier en série(s)

  • Members
  • 23182 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:Down in the underground...

Posté 01 April 2016 - 22:12 PM

Rush Hour 101 :

J'avais un peu d'espoir en apprenant que Bill Lawrence showrunnait le tout, mais... nan. Deux leads sans une once de charisme, qui font du sous-Chris Tucker mâtiné de Chris Rock, et du sous-sous-sous-Jackie Chan (et encore : c'est plutôt du sous-sous-sous-sous-generic-asian-guy sans une once de ce qui fait tout le charme de Chan) ; un bad guy peroxidé encore moins charismatique ; un rythme mollasson ; une illustration musicale déjà datée (Uptown Funk, c'est sympa, mais bon) et souvent mal choisie ; une réalisation médiocre (notamment dans les scènes de combat) qui fait passer Rattner pour Spielberg... ouép, Le Flic de Shangaï c'était un chef d'oeuvre en comparaison.

 

(mais comme c'est sur CBS, ça risque de tenir au moins deux saisons)


# Depuis début octobre, le blog de Lurdo est passé en mode Halloween, pour l'Oktorrorfest 2018, avec chaque jour, des critiques de films fantastiques et d'horreur, et le week-end, des séries ! Cette semaine, entre autres, Cold Skin, Goal of the Dead, Hellraiser : Judgement, Cargo, Annabelle : Creation, Winchester, Wolfcop 1 & 2Wellington Paranormal - saison 1, Bobcat Goldthwait's Misfits & Monsters - saison 1, etc... ! #


#33 Docteur Benway

Docteur Benway

    Wookie

  • Members
  • 3464 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Interzone

Posté 04 April 2016 - 23:16 PM

The Path 1x01

 

Ils ont un joli générique.

Ils ont Michelle Monaghan aussi, ce qui est un argument suffisant pour certains  :mrgreen:

Le reste... je me suis endormi devant  :ninja: .

(Et puis j'ai jamais pu blairer Aaron Paul, ni les illuminés religieux)

(Et c'est produit et réalisé par Jason Katims)


712690wald3.gif


#34 Docteur Benway

Docteur Benway

    Wookie

  • Members
  • 3464 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Interzone

Posté 16 April 2016 - 23:32 PM

Game of silence 1x01

 

La série a fait illusion pendant 1 mn 30, avant de se vautrer dans le caca la tête la première.

 

4 mômes (et une fille mais qui ne sert à rien, juste à faire jolie) vivent dans l'insouciance jusqu'à ce qu'ils fassent une grosse connerie : au volant d'une voiture, ils percutent une automobiliste. eux s'en sortent indemne mais en face, l'autre est grièvement blessée (alors qu'ils n'avaient même pas mis leur ceinture, comme quoi tous ce que dit la sécurité routière, c'est rien de que des conneries  :closedeyes: ).

En conséquences, ils sont condamnés et incarcérés dans une prison pour mineur hyper strict, à base de maton violent et abusif, de détenu très méchants et autres joyeuseté sur lesquelles la série n'est pas très claire.

Des années plus tard, devenus adultes, l'un d'entre eux (le plus chétif de la bande of course) tabasse un mec à mort parce qu'il reconnait l'un de ses tortionnaire. 2 de ses camarades vont donc retrouver le dernier laron de la bande, devenu grand avocat, et vont découvrir qu'il se passe plein de trucs louches dans leur ville.

 

Le casting est à chier, c'est écrit avec les pieds, tout est exagéré dans le but d'essayer de maintenir le spectateur éveillé mais c'est le néant total sur tous les plans.

On dirait Sleepers mais en version naze.

Si les audiences ne s'effondrent pas dans les semaines à venir...


712690wald3.gif


#35 Mad-Minds

Mad-Minds

    Gremlins

  • Members
  • 1439 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Paris

Posté 17 April 2016 - 10:47 AM

Damien 1x03-04-05-06

 

Cette série est sympathique mais dieu car elle arrive à être lente. Syndrome "Once Upon a time", le héros n'arrive toujours pas à croire qu'il est l'antichrist. Il se bagarre toujours avec ce côté obscur.

 

L'épisode 6 était le meilleur pour le moment. Retour du personnage de la mère de Damien avec une actrice qui ressemble assez bien à Lee Remick d'ailleurs. L'épisode qui remet tout en cause. Le signe "666" ne serait qu'un tatouage. Le retour de la mère non morte à l'hôpital où tu es à deux doigts de te dire, mais c'est quoi cette hérésie face au film originel ? Tout le monde, même son meilleur ami, complotent ensemble. Avant un twist final rassurant.

 

l'épisode 5 avec ce côté "Kingdom" de Lars Von Trier était intéressant et bienvenu, mais pour le côté fantastique qui débarque en deuxième partie, car toute la première n'apporte strictement rien. On faisait du surplace niveau narration, tant ça n'apportait rien à l'intrigue. Juste histoire de dire qu'on retrouve la mère du petit sauvé dans le métro par Damien façon Superman.

 

Barbara Hershey est la Révélation de cette série. Ses uniques scènes sont les plus intéressantes du show.

 

L'acteur qui joue Damien est quand même un peu tête à claque. Heureusement, ils nous auront pas collé de romance.

 

Tout ce qui se déroule au Vatican est trop furtif et secondaire. Bien dommage, là où la franchise s'y intéressait plus longuement, notamment au chapitre 3.

 

C'est dommage, j'aurais bien voulu voir Damien partir en Italie, retrouver le monastère où repose le cadavre du chacal qui l'a enfanté. Voir un peu plus cette société de moines et prêtres qui possèdent les dagues et attendent (on ne sait quoi) de contrer le mal. D'autant qu'en épisode 5, ils nous collent une femme "illuminée" par l'envie de le détruire et son apparition est trop courte alors que cela apportait quelque chose d'original et assez frais à l'intrigue qui fait du surplace temps qu'il ne saura pas qui il est vraiment.

 

Juste à force, je ne vois que deux options possibles pour le futur de ce personnage : le suicide pour rejeter son côté maléfique ou l'embraser à mort mais oseront-ils transformer leur personnage principal en méchant ?


d_copi10.jpg


#36 Killzeus

Killzeus

    Ghoulies

  • Members
  • 240 Messages :

Posté 17 April 2016 - 13:40 PM

The Girlfriend Experience - Saison 1
 
Donc voila, c'est l'adaptation en série du film éponyme de Steven Soderbergh, qui est pour le coup producteur exécutif, mais qui en réalité a eu une implication sur a peu près toutes les phases de production de la série.
Choix des réalisateurs Lodge Kerrigan / Amy Smeitz, et de l'actrice principale,  Riley Keough (la petite fille d'Elvis) , montage, etc..
Son héroïne, Christine Reade (Riley Keough) est une étudiante en droit, assistante dans un important cabinet d'avocats de Chicago.
Encouragée par sa meilleure amie, elle décide d'intégrer une agence de call girls, la "Girlfriend Experience", et de jouer à la "petite amie" avec de riches hommes affaires, de leur tenir compagnie, d'écouter leurs complaintes, de les réconforter.
Et de coucher avec eux. Grosse merdo c'est à peu près ça...
 
C'est vraiment une série qui pour le coup sort des sentiers battus, que ce soit dans le rythme, la narration, l'ambiance.
C'est très froid, très austère, limite clinique, accentué par la caractérisation du personnage, difficile à juger.
D'ailleurs la série évite toute forme de moralisme, tant le personnage de Christine, ses motivations et sa psychologie reste très ambiguë. 
Elle est complètement détaché dans tous les aspects de sa vie, que ce soit dans le monde du droit ,de son stage ou lors des scènes d'escorting.  
A noter également la performance de Riley Keough, dans un rôle assez compliqué.
Expression faussement inexpressive et fermé, elle arrive à donner de la nuance et des subtilités à son personnages.
Elle est excellente, vraiment.
 
Tout cela mélangé à un rythme lent, destructuré, faussement ennuyeux, aurait pu en l'état donner quelque chose sans véritable point d'accroches, de repères.
Mais étonnamment, la série est fascinante, audacieuse .
Les relations avec les clients évitent le racolage complètement mercantile.
 
Bon, par contre déçu du final qui se termine en queue de poisson, aucune résolution par rapport à toute l'intrigue liée à son stage dans l'entreprise financière/avocats.
 
Pas la série de l'année mais très bonne EXPÉRIENCE .

Ce message a été modifié par Moody - 03 June 2016 - 15:21 PM.
Balises qui rendent le texte illisible supprimées


#37 Kentis Cocker2

Kentis Cocker2

    Je consulte un psy

  • Members
  • 8654 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:dans ta tête

Posté 06 May 2016 - 10:16 AM

Time Travelling Bong

ep1,2

 

pour les clients de Broad City puisqu'on retrouve deux acteurs de la série à savoir Ilana Glazer et Paul W. Downs

pour un délire à la Cheech & Chong et/ou Bill & Ted 1, deux cousins trouvent un bong du futur permettant de faire des bonds dans le temps et donc de traverser plusieurs époques.

 

Les deux premiers épisodes couvrent Salem (mauvaise époque), la préhistoire, les champs de coton de l'oncle sam et les sixties.

C'est con et c'est trash mais ça fait du bien aux yeux.

 

 

à l'origine un sketch de CollegeHumor d'y a 4 ans

 

 

ep3 :  :fullbranlette:

 

il n'y a que trois épisodes en fait


Ce message a été modifié par Kentis Cocker2 - 06 May 2016 - 11:39 AM.

tossin1.gif

c'est beau comme un accident


#38 sygbab

sygbab

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 6831 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Partout

Posté 06 May 2016 - 23:03 PM

The Munsters

 

Ou comment essayer de concurrencer un autre show sans avoir la même inventivité. Rivale directe de The Addams Family pendant ses deux années d'existence, la série s'articule autour de personnages tirés tout droit des classiques du fantastique, mais sans aller au bout de ses idées. En effet, la condition des protagonistes en tant que vampire, loup-garou ou autre créature de Frankenstein n'est jamais réellement exploitée dans un autre but que de marquer la différence de cette famille. Ce qui est d'ailleurs un non-sens : ceux qui la composent veulent intégrer la société et ressembler à une famille modèle, mais sont persuadés que leur apparence est la norme.Cela crée un décalage assez gênant au niveau du propos, d'autant que la réaction des gens face à eux - entre horreur et indifférence - varie selon les envie des scénaristes.

 

L'humour est différent également, car il n'y a pas ce petit côté morbide qui conférait à la famille Addams cet attachement particulier. Il n'y a guère que le grand-père qui tire son épingle du jeu, les autres personnages étant assez insipides dans leur ensemble. Entre Eddie qui n'arrête pas de chouiner et Hermann qui est d'une bêtise absolue, il est difficile de s'attacher à ce petit monde. Cela nuit fortement à un quelconque plaisir, même si nous sont proposées quelquefois des sorties en dehors du vieux "manoir" pour essayer de rompre les habitudes.

 

Ces tentatives restent la plupart du temps lettre morte car les situations ne sont pas bien mises en place et reposent beaucoup trop souvent sur la naïveté et la bêtise confondantes de ce bon vieux Hermann, comme évoqué plus haut. Cela devient vite assez lassant, et il n'y a pas assez de renouvellement pour susciter de nouveau l'intérêt, si tant est qu'il soit bien là au départ. C'est assez rageant car cette famille atypique a de base un potentiel très intéressant.

 

Au petit jeu de la comparaison entre les deux séries, The Munsters tient difficilement la route.

 

 

The Addams Family
 
Que ce soit de nos jours ou il y a des décennies, le plus grand défi d'une comédie est de séduire dans un premier temps avec un humour qui lui est propre, et de maintenir ensuite un niveau à peu près équivalent.
 
Le premier point est validé sans aucune difficulté. La première saison réussit à rendre attachants les membres de cette famille aux tendances morbides mais pour autant unie et aimante. L'ambiance est assez légère, et la naïveté candide des Addams face à leurs congénères est assez drôle. Même si les schémas se répètent souvent dans les premiers épisodes (un personnage rentre chez les Addams, est effrayé par ce qu'il voit, et ne demande qu'à prendre ses jambes à son cou tant il est mal à l'aise), cela s'améliore par la suite. Les scénaristes commencent à se centrer sur chaque protagoniste et mettre en exergue ses particularités complètement loufoques, jouant aussi sur des gimmicks qui fonctionnent assez bien (Fester qui allume des ampoules, Lurch qui apparaît à peine le gong sonné, la Chose qui apporte le courrier). Cela donne un ensemble assez homogène, et la série n'est jamais meilleure que quand elle se consacre à Lurch, interprété à merveille par Ted Cassidy.
 
Malheureusement, la saison 2 n'est pas du tout du même tonneau. La plupart des personnages sont relégués au second plan, d'autres ne servent que de ressorts comiques de façon encore plus voyante qu'auparavant (le cousin Itt en est le parfait exemple), et le coupe Morticia/Gomez phagocyte l'écran. Le nombre d'épisodes les mettant en scène dans des rôles différents de ceux qu'ils tiennent au quotidien devient croissant, et les gimmicks commencent à devenir de plus en plus omniprésents, au point d'en devenir gênants. Il ne se passe pas un seul épisode sans que Gomez devienne fou car Morticia parle en français (parfois même, cela se produit plusieurs fois au sein d'un même épisode), et cela finir par devenir lassant. Il y a bien quelques petits moments sympathiques, mais cela tourne en rond, et l'ennui commence à faire son petit nid.
 
Découvrir cette série si longtemps après sa sortie rend son appréciation globale difficile dans la mesure où la perception est forcément faussée par ce qui a été fait par la suite, mais elle est intéressante sur plusieurs points. De manière positive parce qu'elle montre que l'humour noir et le morbide peuvent être drôle en étant subtilement distillés, ainsi que la facilité de dépeindre une famille "modèle" (outre son mode de vie bizarre et étrange, il n'y a strictement rien de dysfonctionnel : ils sont relativement sans danger pour autrui et s'aiment sincèrement) sans être guimauve. De manière un peu plus négative car c'est un exemple à ne pas suivre : se reposer sur ses acquis et sur ses gimmicks sans se renouveler ne fonctionne pas éternellement.
 
Longue vie à Lurch et à la Chose. Et à Wednesday, qui est trop chou.


#39 Donowitz

Donowitz

    Wookie

  • Members
  • 2428 Messages :
  • Profil:Femme
  • Location:DTC

Posté 07 May 2016 - 10:10 AM

The Ranch (sur Netflix) 

 

Saison 1 épisodes 1 et 2. 

 

 

 

Après une carrière dans le football américain semi-pro, Colt Bennett (Ashton Kutcher), retourne vivre dans le ranch familial du Colorado qu'il essaye de diriger avec son frère ainé, Jameson (Danny Masterson), malgré les problèmes de cohabitation avec son père, Beau (Sam Elliott)

 

En gros, ce sont les mêmes ressorts que That '70s show (les décors en carton pâte, les rires enregistrés, les dialogues potaches) mais de nos jours et à la sauce redneck. Le duo Ashton Kutcher/Danny Masterson fonctionne bien et Sam Elliott est très convaincant dans ce rôle de cowboy (désab)usé. 

En fait, les persos de Kutcher et Masterson pourraient être les descendants de leurs persos de Kelso et Hyde, y'a juste l'époque qui change. 

 

Alors, c'est très américano-centré et ça se moque allègrement de tous les travers de ce genre de population (le vieux fermier redneck raciste/obtus vétéran de guerre, pro-armes, etc), je sais pas si, l'air de rien, c'est une volonté de Netflix de ratisser large au niveau audience en dépeignant ce genre de personnage. 

On assiste aussi à un conflit de générations bien symptomatique de nos jours. 

 

En tout cas, c'est plaisant, c'est pas LA série de l'année mais c'est somme toute divertissant, je vais me laisser tenter mais j'ai peur que ça tourne en rond. A voir. 

 

A savoir que Netflix prépare une saison 2. 



#40 sygbab

sygbab

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 6831 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Partout

Posté 08 May 2016 - 22:14 PM

Tekwar

 

2045. Au milieu de toutes les avancées technologiques dont les androïdes qui font désormais partie intégrante de la population et une "matrice" qui permet d'explorer le Web de manière interactive, une nouvelle drogue permettant à ses addicts de voyager dans un univers imaginaire est apparue, et fait des ravages. Accusé d'avoir dealé, Jake Cardigan est condamné à être cryogénisé pendant une période de 15 ans. Libéré au bout d'un peu plus de quatre ans sous l'impulsion du mystérieux Bascom, il se retrouve embauché à Cosmos, une société de sécurité dirigée par son bienfaiteur et dans laquelle travaille son ancien partenaire, Sid.

 

Basée sur la suite de livres écrites par William Shatner himself, la série commence par quatre téléfilms dont la qualité est assez disparate, parfaitement représentative de son époque avec une imagerie assez désuète notamment en ce qui concerne la Matrice. Pour autant, les efforts fournis pour dépeindre un univers cohérent, dirigé par de grandes corporations qui font leur business autour de cette puissante drogue (le concept des trips autour de réalités virtuelle et sensorielle n'est pas sans rappeler Strange Days, qui sortira quelques années après la première saison), sont assez louables même s'ils ne sont pas complètement couronnés de succès. En effet, les à-côtés sont assez rédhibitoires dans un premier temps, avec un manque de rythme flagrant et des scènes d'action peu engageantes tant elles ne sont pas très crédibles. Pourtant, cela donnera lieu à une suite avec une unique saison de 18 épisodes.

 

Malheureusement, les défauts entrevus lors des téléfilms ne sont pas gommés. Malgré l'éventuelle richesse de ce monde aux accents cyberpunk, les scénaristes se limitent à ne proposer qu'un cop show somme toute assez banal dans son ensemble, avec l'enquête de la semaine qui tourne toujours autour des méchants dealers qui vendent le tek dans les sombres rues des quartiers assez mal fréquentés. La seule bonne note, c'est que le duo que forment Cardigan et Sid fonctionne plutôt bien, mais cela ne durera pas. En effet, Sid ne tarde pas à être abattu froidement dans une scène sacrément mal amenée, laissant la place à une nouvelle recrue en la personne de Sam Houston. Une association qui n'aide pas la série à avancer dans le bon sens, vu qu'il n'y a pas de réelle alchimie entre les deux protagonistes.

 

Au niveau des thèmes abordés, comme évoqué auparavant, cela reste énormément centré sur le effets nocifs du tek, et de la volonté farouche de Cardigan de démanteler tous les réseaux qui en distribuent. Cette drogue est le synonyme de la déchéance de la société, appelant tous les bas instincts de l'homme à être assouvis, et est représentée comme le symbole de ce que peuvent amener des dérives technologiques développées dans un premier temps pour améliorer la condition humaine. C'est assez classique, mais comme toujours le traitement fait la différence et les motivations de Cardigan sont trop primaires - il se bat plus au nom d'une vendetta personnelle que par réelle conviction - pour que cela ait un réel impact. De même qu'il faut croire les scènaristes sur parole au sujet de la nocivité de la drogue : il n'y a quasiment jamais d'incursions dans ce monde virtuel pour en évaluer les risques, et cela rend de facto le propos assez manichéen, sans contrepoids.

 

Par ailleurs, ce point soulève la question de la créativité de l'équipe en charge de la série. Avec une drogue basée sur un tel concept, il y avait sûrement moyen de proposer des épisodes bien plus inventifs en se servant de la réalité virtuelle autrement que pour évoquer les fantasmes sexuels (par exemple) et peut-être quelque chose se rapprochant plus des épisodes holodecks de Star Trek, sans forcer sur la dose. Cela vaut aussi pour l'utilisation de la Matrice, qui n'est que superficielle et qui aurait pu donner lieu à un autre genre d'épisodes (même une mission tirée des plus mauvais Shadowrun aurait fait l'affaire). Quant aux androïdes, à part un épisode pour parler un peu du cas du Lieutenant Winger (le vilain flic qui met tout le temps des bâtons dans les roues de Jake), ils sont assez peu mis en avant.

 

Encore une de ces trop nombreuses séries de science-fiction pour lesquelles les créateurs se sont reposés sur leurs lauriers en pensant que seul un concept intéressant suffit pour faire une bonne série, et qui se sont bien plantés. À force de médiocrité, le peu de capital sympathie accordé au départ finit par s'envoler en éclats. Finalement, le générique est un bon condensé de ce que la série a de pire (et de manière bien trop régulière) : en plus de posséder une musique absolument affreuse et dissonante, il fait mal aux rétines en exposant de manière flagrante des scènes d'action pas loin d'être honteuses.

 

À déconseiller fortement pour ceux qui auraient envie d'y jeter un oeil.






0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)