Aller au contenu


Photo

Christopher Priest


  • Please log in to reply
18 réponses sur ce sujet

#1 stan corben

stan corben

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5158 Messages :

Posté 06 October 2011 - 14:14 PM

Christopher Priest voit dans la ville de Cheadle en Angleterre le 14 juillet 1943.

Après des études d'expert-comptable qui lui ruine le cerveau, le p'tit Christopher se lance dans l'écriture en 1963.
 

cp_1973_2.jpg


Sa première nouvelle intitulée The run est publiée dans la revue Impulse en 1966. Quatre années passent avant la sortie de son premier roman Indoctrinaire.
Malgré la reconnaissance de son talent, notamment par ses pairs, le succès n'est pas au rendez-vous. C'est en 1974 qu'il conquiert le public grâce à la publication de son troisième roman : Le Monde inverti qui remporte, cette année-là, le prix British Science Fiction du meilleur roman.

En 1980,il commence son cycle de nouvelles connues sous le nom de L'archipel du rêve.
 

65703.jpg


Vers la fin du XXème siècle le cinéma le remarque enfin et commence à le faire bosser sur des scripts, sur le pas terrible Existenz de D.Cronenberg (il accepte pour le fric), et ensuite viendra l'adaptation d'un de ces livres les plus abordables : le prestige. Car la particularité de Priest c'est que ces histoires sont loin dêtre faciles daccès. Digne héritier de Ballard et Dick, ses persos naviguant constamment dans des univers virtuelles où hallucinatoires sans vraiment sans rentre compte.
Adepte des histoires dans l'histoire, des fins ouvertes, d'absence totale d'explication sur le pourquoi du comment,de violence, Priest écrit une S.F intelligente exigeante qui malgré une lecture à priori facile scarifie à jamais le cerveau du lecteur...

Vous l'aurez compris Priest est un très bon, pratiquement inconnu de tout le monde, sauf de ceux qui le connaissent (?), ce qui lui donne un qualité indéniable : c'est un écrivain singulier.




Ses oeuvres :

-Indoctrinaire, 1970

-Le Rat blanc, 1972.

-Le Monde inverti,1974.

-La Machine à explorer l'espace, 1976.

-Futur intérieur, 1977

-An Infinite Summer,1979(nouvelles).

-La Fontaine pétrifiante, 1981.

-Le Don, 1986

-Une femme sans histoire, 1991

-Le Prestige, 1995.

-Les Extrêmes, 1998.

-L'Archipel du rêve, 1999 (nouvelles).

-Existenz, 1999.

- La Séparation, 2003.

- Le glamour, 2005.Nouvelle édition de Le Don suite à une réécriture de l'auteur.

- Les insulaires, 2013.
 

- L'adjacent, 2015.

 

- L'inclinaison, 2016.

Mes lectures du bonhomme.


Le prestige.

prestige_priest.jpg

Andrew Wesley est journaliste et on le met sur tous les articles relevant de l'étrange depuis qu'il a pondu son premier papier de manière convaincante. Il se rend sur un lieu où une ambiance de secte semble régner et fait la connaissance de Kate Angier, une femme mystérieuse qui lui révèle qu'il est en fait Andrew Borden, descendant d'un prestigitateur très connu, Alfred Broden, et qui était de plus le grand rival de Rupert Angier, l'ancêtre de cette Kate. C'est au travers des journaux intimes de Alfred Borden et de Rupert Angier que Andrew va découvrir le Secret...

Histoire admirablement bien construite, au rythme lent et immersif, jouant constamment sur la perception de la réalité, Priest joue à l'équilibriste d'une façon exemplaire... c'est simple c'est magnifique !
Le plus abordable des Priest.



La séparation.


9782070356980_1_75.jpg

Une uchronie qui en cache une autre... une plongée dans linconscient de deux frères...
Un Priest en apparence facile à suivre, même si les apparences sont parfois trompeuses...




L'Archipel du rêve.

9782070441235FS.gif

Ensemble de nouvelles ou le décalage avec un S.F plus classique se fait sentir plus d'une fois... L'Archipel nous narre plusieurs aventures dans le monde original ou nous sommes aussi perdus que ces personnages...
Lecture très agréable, même si la logique n'a plus de mise.
À lire.



La fontaine pétrifiante.

.La_fontaine_petrifiante_m.jpg

C'est l'histoire d'un homme qui pète un câble ou pas...


Vol au dessus de la folie et plongée en abyme dans l'écriture, difficile de définir ce roman (qui m'a incité à ouvrir ce topic)...
Grosse claque qui ne laisse pas indemne.


Bonne lecture ! ( à ceux qui auront lut jusquici ).



#2 Herr Mad Doktor

Herr Mad Doktor

    Patriiiiiiiiiick !!

  • Members
  • 4389 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:À l'année

Posté 06 October 2011 - 16:26 PM

Très chouette idée ce topic sur Priest.

J'ai découvert l'auteur grâce au Prestige, lu après avoir adoré le film. Eh bien j'ai surkiffé le roman, original et jouissif dans sa narration! Cerise sur le gâteau l'adaptation cinématographique mérite réellement le nom d'adaptation, ce qui fait que le livre réserve des surprises de taille.

J'ai enchaîné avec le livre qui l'a fait connaître : le récit de SF Le Monde Inverti, que je considère comme un chef d'oeuvre à l'indéniable influence K.Dickienne. Certains passages, notamment les rencontres avec les autochtones dont l'apparence varie en fonction du champ magnétique, sont juste "autres". Le roman mérite sa réputation de classique.

Plus contemplatif, L'Archipel du Rêve vaut le coup d'oeil. Après un début un peu lent, les évènements s'emballent vers la fin et déboussolent le lecteur (dans le bon sens du terme). Tout le récit baigne dans une ambiance onirique des plus agréable.

Trop proche du Prestige sans jamais en atteindre le brio, La Séparation est selon moi décevant. Deux versions alternatives d'un même récit, qui ne mène nulle part...

Contrairement à stan je ne garde guère de souvenirs de La Fontaine Pétrifiante que j'avais trouvé chiantissime (je me souviens de longs passages où le héros retape une vielle bâtisse à la campagne en tournant en rond, sur fond d'accident nucléaire).

Quant à La Machine à Explorer l'Espace, dont le style se démarque fortement des autres romans de l'auteur, je n'en ai pas dépassé la moitié. On est dans du steampunk pour ado qui se veut un hommage (raté) à HG Wells...

Pas lu le reste, La Séparation m'ayant un peu donné l'impression que l'auteur se contentait de répéter une même formule ad nauseam. Je crois que son dernier roman, The Islanders, est du même acabit... Ce sera sans moi!

Bref, Christopher Priest est un auteur dont certains romans méritent d'être découverts, mais qui je pense ferait mieux de se ré-inventer sous peine de perdre la majorité de son lectorat.

#3 foetus

foetus

    Leprechaun

  • Members
  • 641 Messages :

Posté 07 October 2011 - 08:38 AM

LE PRESTIGE chef d'oeuvre
LA SEPARATION chef d'oeuvre
LE MONDE INVERTI chef d'oeuvre
LA FONTAINE PETRIFIANTE intéressant mais un peu moyen
LE GLAMOUR intéressant aussi mais moyen
L'ARCHIPEL DU REVE personnellement mitigé

voilà Priest génie total... même ses romans moyens sont intéressants...
son secret : il écrit peu, et prend son temps pour bien parfaire ses romans.
"Remember : short controlled bursts" Cap. Hicks.

#4 stan corben

stan corben

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5158 Messages :

Posté 06 January 2012 - 17:41 PM

Image IPB


Le monde inverti (1974).

Helward Mann qui vient d’atteindre cet âge vit sur une planète inconnue dans une cité appelée Terre. Cette cité présente l’étrange particularité de se déplacer lentement sur des voies de chemin de fer. Au fur et à mesure de son déplacement, les techniciens de la Guilde des voies retirent les rails situées à l’arrière de la cité pour les placer à l’avant afin de lui permettre de continuer à avancer. Le chemin à suivre est fixé par la Guilde des topographes du futur et le but à atteindre est l’Optimum.



Excellent bouquin, gros bonheur de lecture, Priest maitrise avec un texte épuré la narration comme jamais.
Les différents points de vue du narrateur sont en totale édéquation avec l'intrigue, qui à priori peut paraitre banale, mais plus les pages se lisent plus cela en devient captivant...
Putain c'était bon !

Au jour d'aujourd'hui c'est son meilleur pour moi (ex-aequo avec le prestige) et aussi un des plus abordables.

#5 stan corben

stan corben

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5158 Messages :

Posté 21 November 2012 - 12:37 PM

Le nouveau Chrispoher Priest sortira début 2013.
Image IPB

L'ouvrage a déjà reçu le prix du Prix British Science Fiction pour l'année 2011. ( Priest l'a déjà reçu 5 fois).
S'il y a pas de l'impatience là, je ne m'y connaîs pas.

#6 Herr Mad Doktor

Herr Mad Doktor

    Patriiiiiiiiiick !!

  • Members
  • 4389 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:À l'année

Posté 21 November 2012 - 16:02 PM

S'il y a pas de l'impatience là, je ne m'y connaîs pas.

Ben prix ou pas, moi je suis pas si impatient que ça...
J'espère que Priest ne va pas nous resservir la même formule que dans ses derniers romans.

#7 stan corben

stan corben

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5158 Messages :

Posté 02 March 2013 - 13:56 PM

Image IPB

(1977).


39 scientifiques, dont l’héroïne Julia sont projetés dans un futur virtuel. Ils mènent tous deux vies différentes, celle du présent, et celle du Wessex. La bas ils sont chargés d'imaginer des remèdes aux crises du présent. Jusqu'au jour où les deux réalités s'imbriquent...

Comme toujours chez Priest, nous retrouvons le thème de la réalité altéré. Comme toujours c'est amené d'une façon subtile, sans effusion de sang et de poursuites ridicules. Ici tout est histoire de sensibilité, et d'acceptation aux chimères. le Wessex, le monde du futur, est un bout d'île au large de l'Angleterre, où les habitants vivent de partie d'aquaplane et d'amour au ceur de la lande, face au château de Maiden castel...
Sauf qu'ici, l'intrigue tire tellement en longueur, que certains passages nous semblent inutile, comme certains personnages secondaires...
À l'arrivée, nous avons plus une ébauche de son futur roman culte " la foret pétrifiante ", qu'un livre majeur.

À conseiller aux fans du bonhomme, car les autres risquent d'être dérouter, mais Priest reste un grand (pour moi ).

#8 astroboy

astroboy

    Le petit bobo

  • Members
  • 8051 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:perdu dans le multivers

Posté 02 March 2013 - 18:36 PM

mais Priest reste un grand (pour moi ).


Oui, il faut lire Priest.

Le Monde Inverti est vraiment un super bouquin avec l'histoire de cette cité constamment en mouvement et aux paysages fluctuants (et cette fin WTF :huh: ).

Les Extrêmes et La Séparation sont aussi très bon, même si le premier est un peu difficile a appréhender.

Pour Le Prestige, ça m'enerve, je me rappelle trop bien du film de Nolan et j'ai peur que la lecture soit moins prenante une fois le twist éventé.

Mais, oui, il faut lire Priest :)

The-Last-Guardian1-620x230.jpg


#9 anya

anya

    Critters

  • Members
  • 436 Messages :

Posté 08 May 2013 - 10:03 AM

Le Monde Inverti est vraiment un super bouquin avec l'histoire de cette cité constamment en mouvement et aux paysages fluctuants (et cette fin WTF :huh:/> )


La seule chose qui me gène sur la fin, c'est la façon dont elle est amenée :
Spoiler
. Ce n'est ni la brutalité ni sa concision ni la nature même du fameux monde inverti (qui sont parfaitement logiques), c'est le didactisme ; imaginez-vous "Mullholland Drive" si Lynch terminait le film avec un cour de psychanalyse.
Je trouvais les 1ères levées de voile sur le monde inverti comme les dessins du héros (le cheval, le soleil, Elisabeth) beaucoup mieux amenées. Par contre, tout le passage sur son voyage dans le passé est pour le coup totalement WTF !!!!!
En fait, j'avais entrevu le fameux monde inverti assez tôt (sans en deviner les détails) car tout me faisait penser au
Spoiler
avec la description minutieuse des guildes et des répercutions sociales et éducatives. C'est pour moi la véritable originalité du livre : dans un contexte futuriste, reprendre cette idée antique de Platon ; c'est très paradoxal car la cité est tout de même avancée technologiquement.
Je déconseillerais aux fans de Priest d’appâter des gens qui n'ont jamais lu ce livre en faisant miroiter une fin extraordinaire car pour le coup ils seraient déçus, l'intérêt du livre n'est pas là.


J'ai lu "le Prestige" après avoir vu le film de Nolan, et j'ai trouvé que le réalisateur en avait fait une adaptation réussie. Bien évidemment, il n'a pas pu reprendre toute la richesse du livre ni les histoires des descendants des magiciens, mais je trouve que ses choix d'adaptation sont judicieux (sauf que chez Nolan on grille le twist très vite).

#10 stan corben

stan corben

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5158 Messages :

Posté 03 January 2014 - 09:35 AM

Image IPB



Les insulaires.



Dernier livre de Priest sortit de par chez nous, et c'est encore excellent. Ici il s'agit de plusieurs nouvelles qui font découvrir l'Archipel du rêve à travers sa géographie et le parcours de certains artistes des îles. Une plongée au cœur d'un univers troublant et vraiment singulier. Pas de fil conduteur pour lire toutes ces nouvelles, à part un meurtre dans un théâtre, et encore. Donc, comme toujours, un livre seulement pour les fans ,dans la continuité de l' Archipel du rêve... si on accepte le plongeon, c'est le plaisir total.

#11 stan corben

stan corben

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5158 Messages :

Posté 29 May 2014 - 10:53 AM

LE GLAMOUR



Image IPB




Richard Grey a été grièvement blessé dans un attentat à la voiture piégé. Amnésique, il a tout oublié des semaines qui ont précédé cet attentat. Alors qu’il est en rééducation, il reçoit la visite de Susan qui dit avoir été son amante à ce moment là et espère pouvoir l’aider à retrouver ses souvenirs. Au fur et à mesure de l’histoire, il est évident qu’elle possède une capacité bien étrange appelé Le glamour… ou la possibilité de se rendre invisible…




Nouveau tour de force de Priest.
La glamour est une très belle histoire d'amour entre une homme et une femme qui se cherchent pour mieux se perdre. L'argument fantastique, l'invisibilité, sert à mieux cerner un univers différent ou il n'y a plus de limites entre le vrai et le délire. L'écriture, comme souvent, avec différents points de vue qui tordent toujours l'histoire pour l'amener dans une autre direction est magistrale.
Une relecture permettrait encore plus de voir la force de l'oeuvre.

Non vraiment c'est un très beau livre avec une histoire que l'on devine finalement tragique.



Pour l'anecdote, Le Glamour est une réécriture du roman Le Don sortit dans les années 80 du même auteur...

#12 anya

anya

    Critters

  • Members
  • 436 Messages :

Posté 29 May 2014 - 18:48 PM

Moi aussi, j'ai beaucoup aimé ce "Glamour" jugé mineur.

Priest se sert du don d'invisibilité pour en faire une parabole sur l'invisibilité sociale : celle de Sue (une illustratrice qui travaille comme intermittente, et cherche de toutes ses forces à être littéralement visible à son travail, à avoir un logement, bref à s'intégrer), Niall (autre artiste assez sombre) lui qui s'est totalement fondu dans le monde invisible et s'y complaît, le caméraman qui a fait ses meilleures reportages en étant inconscient de son don d'invisibilité (et qui lui appartient de ce fait à une classe sociale plus aisée que Sue et Niall). Le monde des glammers invisibles, décrépis et qui croupissent dans la maladie (du fait de leur invisibilité, il ne peuvent se faire soigner) est saisissant et parfois glauque (le face à face de Sue et d'un invisible dont elle comprend qu'il peut la violer dans l'espace public devant tout le monde sans pouvoir appeler à l'aide).

J'ai été très sensible à cet aspect social qui n'est jamais lourd (on sent l'Angleterre thatchérienne).

A côté de cela, Priest réussit quelques scènes très ambivalentes sur le thème du voyeurisme comme celui du strip tease de Sue (rappelons qu'elle est invisible !) devant une famille qui regarde du foot ou le triolisme avec Niall, il réussit là où Verheoven n'avait pas eu les coudées franches pour son "Hollow man".

J'ai souvent rêvé de ce que donnerait une adaptation cinématographique de ce livre par Verhoeven, ou même Cronenberg ou Lynch, certains des thèmes du livre sont hautement cinématographiques (rien qu'avec un héros caméraman), et existent dans l'oeuvre de ces cinéastes.

Bref un Priest très sous estimé.

#13 Docteur Benway

Docteur Benway

    Wookie

  • Members
  • 2667 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Interzone

Posté 23 June 2014 - 20:44 PM

Dans ma vaine quête de trouver un jour un successeur digne de ce nom aux légendaires ainés de la SF, j'ai tenté ce Christopher Priest.
J'ai décidé de commencer par "Le Monde Inverti", dont on m'a tant vanté les mérites et qu'on a comparé à K.Dick (si vous me prenez par les sentiments...).

Ma déception est à la hauteur de mes attentes et des éloges qu'on m'en a fait.

J'ai failli arrêter à la fin de la première partie, tellement je me suis fait chier, mais j'ai quand même décidé de persévérer, sentant qu'il y aurait peut être une explication digne de ce nom à la fin.
Le problème du roman, c'est que si la base de l'histoire est sympa (un monde en perpétuel mouvement, qui avance sur des rails qu'on en lève et repose, et qui ne peut pas s'éloigner de l'Optimum), le tout est miné par des idées qui ne m'ont pas séduite : le principe des Guildes par exemple, idée cohérente et nécessaire pour l'histoire, mais j'ai pas "adhérer", j'ai trouver ça assez chiant et redondant le principe du "je peux pas te dire, tu verra par toi même". les personnages ne sont pas franchement intéressants non plus : j'ai eu du mal à me passionner pour le protagoniste principal, pour son histoire d'amour avec Victoria...
Et puis il y a surtout beaucoup de longueur : le résumé de la 4e de couv résume plus de la moitié du roman donc c'est quand même 160 pages sans surprise. J'ai commencé à être un peu intéressé à partir du moment où Helward part dans le passé et où les filles subissent les transformations mais même après, y'a des moments où mon intérêt à recommencer à bien baisser. Priest a d'ailleurs failli me perdre à nouveau lorsqu'il parle de monde hyperbolique : je ne suis pas un matheux, c'est donc non seulement un truc auquel je n'ai pas pigé grand chose (même expliqué) mais surtout qui ne m'a pas parlé et dont je me fout. Comme c'est pas un truc hyper important pour la compréhension de l'histoire, ça va encore.
La plus grande déception vient de la fin : tout ça pour ça, c'est ça son explication? C'est la fin la moins séduisante d'un roman que j'ai pu lire, je persiste à croire que tout ça aurait pu être largement meilleur.

Grosse déception donc pour un roman qui ne me restera pas en mémoire.

712690wald3.gif


#14 stan corben

stan corben

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5158 Messages :

Posté 23 January 2015 - 18:57 PM

  

Une femme sans histoires

 

 

9364.jpg

 

 

Alice Stockton est une romancière sans histoires jusqu'au jour où son nouveau livre est confisqué par le gouvernement dans le cadre d'une censure visant à empêcher la publication d'ouvrages mettant en danger la sécurité de l'État. Quelques jours plus tard, une amie et voisine dont elle planifiait de relater la vie dans une future biographie est assassinée. Réalité et fantasmes vont alors se mêler alors qu'Alice entreprend des recherches sur le passé de sa voisine ainsi que sur les raisons de la censure de son livre.

 

 

   Thriller, S.F, fantastique, romance, ce roman de Priest mélange les genres pour mieux nous séduire.  Comma d'hab' chez l'auteur on est prit dans le tourbillon d'une réalité éclatée où on ne comprend pas toujours ce qu'il se passe...

  N'empêche c'est bien écrit et en dépit d'une fin assez ouverte - qui ne répond finalement à pas grand chose -, j'ai adoré.-  même si ce n'est pas le meilleur de ses ouvrages -.

 



#15 stan corben

stan corben

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5158 Messages :

Posté 24 April 2015 - 10:29 AM

  Le nouveau Priest est arrivé :

 

  adjacent.jpg

 

  Quatrième de couverture :   

 

  En Anatolie, l'infirmière Melanie Tarent a été victime d'un attentat singulier : totalement annihilée, elle n'a laissé au sol, comme seul vestige de son existence, qu'un impossible cratère noir et triangulaire.

De retour en République Islamique de Grande-Bretagne, son mari, le photographe free-lance Tibor Tarent, apprend qu'un attentat a eu lieu le 10 mai à Londres, qu'il a fait cent mille morts, peut-être le double. Là aussi, la vaste zone touchée était inscrite dans un triangle parfait.
Alors qu'il est emmené dans une base secrète afin d'être interrogé sur ce qu'il a observé en Anatolie (globalement rien, en dehors de l'étrange point d'impact), Tibor entend parler pour la première fois du phénomène d'adjacence. Mais à bien y réfléchir, est-ce vraiment la première fois ?
 
 
   Je reviens ici dans quelques mois - j'ai plein de livres à lire avant - , mais ça a l'air Dantesque tout ça, je me demande comment je vais tenir. Ou pas.


#16 stan corben

stan corben

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5158 Messages :

Posté 03 October 2015 - 12:53 PM

  Bon, ben je reviens ici après la lecture du dernier Christopher Priest :L'adjacent.

 

  Un livre monde mais intimiste, plusieurs histoires qui se recoupent d'une façon subtile à la toute fin de l'histoire, l'Adjacent est une belle réussite ou l'auteur semble récupèrer par mal de ses thémes (la magie, les univers parallèles, l'amour, une histoire mystèrieuse...) pour les éclairer d'une nouvelle façon.

  Tout commence par la description d'une Angleterre futuriste mais proche de nous, pour continuer dans l'Archipel du rêve ; on semble retrouver les memes personnages avec quelques variantes, et puis non, nous repartons en Angleterre au milieu du 21ème siècle... Il ne s'agit pas de monde parallèles avec des portes cachées, mais plutôt des mondes proches, collés les uns au autres. qui peuvent se rencontrer. La SF chez Priest n'est pas une imagination scientifique mais cérébrale et intuitive... son dernier livre est comme ça : un soleil immense qui nous inonde pour ne pas tomber dans l'ombre... Encore un tour de force. bravo l'artiste.

 

 

 

 

 

 



#17 stan corben

stan corben

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5158 Messages :

Posté 30 April 2016 - 17:39 PM

extr%C3%AAmes.jpg

 

              Les Extrêmes.

 

 Teresa Simons, jeune enquêtrice du FBI, a suivi la formation aux sessions ExEx - aussi appelées les " extrêmes " -, ces mondes virtuels violents et ultra-réalistes reconstituant à la perfection des situations de crise ayant réellement existé afin de former les nouveaux agents.
Mais depuis qu'Andy, son mari, est mort dans une intervention qui a mal tourné, Teresa ne parvient plus à s'extraire de la virtualité et s'enfonce peu à peu dans ses souvenirs. Elle décide de se rendre à Bulverton, dans le sud de l'Angleterre, où le jour de la mort de son mari eut lieu un terrible massacre. C'est là, au sein d'une petite communauté traumatisée, que Teresa va découvrir ce qu'impliquent réellement les " extrêmes "...

 

 

   Où se trouve la réalité ou commence les réminiscences, que sont les souvenirs ? Ce livre de Priest parle de ça et plein d'autres choses encore... la narration éclatée, les persos perdus dans un univers qui nous semble quotidien... il y a de tout, et surtout du bon, du très bon. Car avec un pitch pareil, on aurait pu s'attendre à un pure délire, et ben non, c'est rigoureux en posant plein de questions, c'est audacieux en nous plongeant dans une autre Angleterre. Alors faut pas s'attendre à une révélation finale, qu'importe c'est l’expérience le plus intéressant... Encore un grosse réussite de Priest.

 



#18 stan corben

stan corben

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5158 Messages :

Posté 22 December 2016 - 17:47 PM

  Nouveau Priest.

 

ob_08bc74_linclinaison2.jpg

 

  J'y reviens d'ici quelques mois, j'ai mon livre a finir.



#19 stan corben

stan corben

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5158 Messages :

Posté 18 February 2017 - 11:25 AM

  denoel-lunes10976-2014.jpg

 

 

  

     Je suis sale. J'ai les cheveux desséchés, pleins de sel, des démangeaisons au cuir chevelu. J'ai les yeux bleus. Je suis grand. Je porte les vêtements que je portais il y a six mois et je pue. J'ai perdu mes lunettes et appris à vivre sans. Je ne fume pas, sauf si j'ai des cigarettes sous la main. Je me saoule une fois par mois, quelque chose comme ça. La dernière fois que j'ai vu ma femme, je l'ai envoyée au diable mais j'ai fini parle regretter. J'adore ma fille, Sally.
     Je m'appelle Alan Whitman... Et je survis dans une Angleterre en ruine, envahie par des populations africaines obligées de fuir leur continent devenu inhabitable.
 
   Premier livre de Priest sorti au début des années 70 sous le nom du Rat Blanc et qui ressort avec une révision vu par l'auteur. Il y a dèja tout dans cet ouvrage du style de Priest avec une écriture presque déstructurée au relation ambigue homme-femme. Sa vision apocalytique d'une invasion par les continents du sud de l'Angleterre est juste de propos et d'interrogations. L'arrogance d'une culture qui se croit supèrieur est bien raconté. Comme d'hab', j'aime toujours autant, meme si son style est en devenir et une forme a travaillé... Trés bon livre.
 





0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)