Aller au contenu


Les Documentaires et Documenteurs - Index P.1


  • Please log in to reply
936 réponses sur ce sujet

#1 Poltermok*

Poltermok*
  • Guests

Posté 27 February 2006 - 12:38 PM

J'en ai profité pour mettre à jour l'index du topic, si un modo voulait bien le coller à la place de l'ancien en première page ça serait super.
 
A noter depuis la dernière fois que Cat n'a toujours pas fait le tour des docus avec des montagnes humaines se tapant dessus ou des humains montant dessus des montagnes, on ne sait plus, que Georgie a fait une entrée remarquée dans notre cercle pour proposer du lourd, du Akermann et du Wisemann et qu'à nous tous nous ne sommes pas loin d'avoir traité toute la carrière docu d'Herzog clairement le saint-patron du topic.
 
 
 
 
 
A
A Gray State 2017 de Erik Nelson documentaire sur un réalisateur amateur, alt-right et conspirationniste
A qui profite la cocaïne ? (à tous, youhou) 2010 documentaire sur le trafic de cocaïne
A very british gangster 2007 de Donal MacIntyre documentaire sur Dominic Noonan
Abducted in plain sight 2017 de Skye Borgman sur l’emprise d’un manipulateur pédophile sur une famille
All these sleepless nights 2016 de Michal Marczak documentaire sur deux jeunes polonais et les nuits de Varsovie
American boy 1978 Scorsese documentaire sur Steven Prince, ami de Martin qui a eu une vie de junkie bien remplie
American cannibal documentaire sur la real-tv
American movie 1999 Chris Smith Avis 2 documentaire sur un réalisateur amateur de film d’horreur essayant de finir son film
American Pimp 1999 des Hughes brothers documentaire sur les pimps
American Teen documentaire scénarisé sur quatre adolescentes américaines
Another day of life 2018 de Raúl de la Fuente et Damian Nenow sur un reportage en Angola de Ryszard Kapuscinski
Anvil: The Story of Anvil 2008 de Sacha Gervasi Avis 2 documentaire sur le groupe de Hard-Rock, le vrai Spinal Tap
Art & Copy 2009 de Doug Pray documentaire sur des publicitaires célèbres

B
Beer Wars 2009 de Anat Baron documentaire sur la bière aux US
Being Elmo 2011 de Constance Marks documentaire sur le marionnettiste animant Elmo
Behind the curves 2018 de Daniel J. Clark sur les terreplatistes
Bells from the deep Les cloches des profondeurs 1993 de Werner Herzog sur le rapport au spirituel en Russie
Beltracchi, the art of forgery 2014 Arne Birkenstock documentaire sur un faussaire fantasque
Best Worst Movie 2009 de Michael Stephenson documentaire sur le film Troll 2
Born Strong 2017 de Ross Hockrow et Gary Cohen documentaire sur les concours de force
Boxing Gym 2010 de Wiseman sur une salle de boxe à Austin au Texas

C
Cannibal Tours 1988 de Dennis O'Rourke documentaire sur les croisières « sauvages »
Capitalism : A love story 2009 de Michael Moore documentaire sur le capitalisme
Cartel Land 2015 de Matthew Heineman documentaire sur la guerre contre la drogue
Catch a fire documentaire sur l’album des Wailers, épisode d’une série sur les albums mythiques
Catfish 2010 de Henry Joost et Ariel Schulman documentaire sur les relations 2.0 et ses dérives
Cinemania 2002 de Stephen Kijak & Angela Christlieb documentaire sur des cinéphiles new-yorkais
Chats Perchés 2004 de Chris Marker documentaire enquête sur la politique et le street-art
Cobain Montage of Heck 2015 de Brett Morgen
Cocaine cowboys 2006 de Billy Corben documentaire sur le trafic de drogue dans les années 80 aux US
Corée du Nord, l’enfance abandonnée documentaire sur les enfants de rue en Corée du Nord (hum… aucune trace sur le net)
Cropsey 2010 de Barbara Brancaccio & Joshua Zeman documentaire sur une légende urbaine
Crapshoot documentaire sur un aspirant scénariste à Hollywood

D
Dancing with the devil 2009 de Jon Blair sur la violence des favelas brésiliennes
Dawgfight 2015 de Billy Corben Avis 2 documentaire sur l’organisation de combats de boxe illégaux à Miami
Deadslow Ahead 2015 de Mauro Herge documentaire sur un cargo gigantesque traversant l’Atlantique
De l’autre côté 2002 de Chantal Ackerman documentaire sur l’immigration illégale et la frontière Mexique Etats-Unis
Deliver us from evil 2006 d’Amy Berg documentaire sur un prêtre pédophile
Devil’s playground 2002 de Lucy Walker documentaire sur les Amish
Dig ! 2004 de Ondi Timoner documentaire sur les Dandy Warhols et surtout le Brian Jonestown Massacre
Dogtown and Z-Boys 2001 de Stacy Peralta documentaire sur l’émergence de la culture skate
Draquila : l’Italie qui tremble 2010 de Guzzanti documentaire sur l’Italie de Berlusconi

E
Eric Clapton : Life in 12 bars 2017 de Lili Zanuck documentaire sur la vie d’Eric Clapton

F
Faites le mur ! 2010 de Bansky documentaire sur Bansky
Fanarchy 2015 de Donna Davies documentaire sur les fanfilms
Fightworld 2018 série documentaire Netflix présentée par Frank Grillo sur la pratique des sports de combat à travers le monde
Five came back 2017 série documentaire sur les films de propagande tournés par cinq réalisateurs américains (Capra, Ford, Huston, Stevens et Wyler)
Flakes & Flames 2013 de Dirk Behlau & Jesper Bram & Daniel Alban Petersen documentaire sur la Kustom Kulture
Flock of dodos 2006 de Randy Olson documentaire ironique sur les créationnistes
Forgotten Silver le documenteur de Peter Jackson
Free Solo 2018 de Jimmy Chin et Elizabeth Chai Vasarhelyi sur une ascension sans cordes ni assurance par le casse-cou Alex Honnold
Free to play 2014 de Valve documentaire sur l’e-sport
Full Tilt Boogie 1997 de Sarah Kelly documentaire making of de From dusk till dawn
Fyre, the greatest party that never happened 2019 de Chris Smith Avis 2 sur l’organisation catastrophique d’un festival luxueux aux Bahamas

G
Gambling, Gods and LSD 2004 de Peter Mettler documentaire expérimental et planant
Gasland 2010 de Josh Fox Avis 2 documentaire sur les forages de gaz de schiste aux US
Generation Iron 1 & 2 de Vlad Yudin documentaire sur les mecs qui soulèvent de la fonte ! A-hu !
Gimme Danger 2015 de Jim Jarmusch documentaire sur les Stooges
Girl 27 2007 de David Stenn documentaire sur des orgies à la MGM dans les années 30
Glory Daze : The life and times of Michael Allig 2015 de Ramon Fernandez documentaire sur la culture club du New York des années 90 et d’un fait-divers ayant marqué les esprits
Going Clear – Scientology and the prison of belief 2015 d’Alex Gibney documentaire sur la scientologie
Good hair 2009 de Jeff Stilson documentaire sur les lubies capillaires de la communauté afro-américaine
Grizzly Man 2005 de Werner Herzog Avis 2 documentaire sur un apprenti zoologiste amoureux des ours

H
Happy people 2010 de Herzog suivant des trappeurs au coeur de la Sibérie
Haruki Yukimura 2007 de Xavier Brillat documentaire sur le bondage
Hedy Lamarr from extase to wifi 2017 de Alexandra Dean documentaire sur l’actrice et chercheuse
Hell House 2001 de George Ratliff documentaire sur Halloween et les décorations macabres aux States
Highway of Tears 2015 de Matthew Smiley sur une série de crimes irrésolus commis le long d’une autoroute
Hot Girls Wanted : turned on 2017 de Jill Bauer & Ronna Gradus série documentaire sur l’industrie du porno

I
I am not your negro 2016 de Raoul Peck documentaire sur les luttes sociales afro-américaines
Icarus 2017 de Bryan Fogel documentaire sur le dopage sportif et ses ramifications
Ice Guardians 2016 de Brett Harvey documentaire sur les défenseurs-castagneurs au hockey
Ils m’aimeront quand je serai mort 2018 de Morgan Neville sur le tournage d’un film inachevé de Welles
Ils ne mourraient pas tous mais tous étaient frappés 2006 de Marc-Antoine Roudil & Sophie Bruneau documentaire sur la souffrance au travail
Inside job 2010 de Charles Ferguson documentaire sur la crise des subprimes
Inside the Mossad 2018 de Duki Dror sur les techniques du Mossad
Into Eternity 2010 de Michael Madsen Avis 2 Avis 3 sur le traitement des déchets radioactifs
Into the abyss 2011 de Werner Herzog Avis 2 documentaire sur la peine de mort aux US et sur une affaire criminelle
Into the inferno 2016 de Werner Herzog documentaire sur les volcans
It might get loud 2008 de Davis Guggenheim documentaire sur Jack White, the Edge et Jimmy Page parlant guitare

J
Jesus Camp 2006 Heidi Ewing documentaire sur les summer camps évangéliques
Jim & Andy The Great Beyond documentaire sur Jim Carrey devenant Kaufman pour le film de Forman
Jodorowsky’s Dune 2013 de Frank Pavich documentaire sur le projet d’adaptation de Dune par Jodorowsky
Juvenile Court 1973 de Wiseman sur un tribunal pour mineurs à Memphis

K
Kayfabe, the movie 2008 de Michael Raven & Michael Scully & Pete Smith documenteur sur une fausse ligue de catch amateur
Kedi 2016 de Ceyda Torun documentaire sur les chats cro-mignons d’Istanbul
Kingdom of us 2017 de Lucy Cohen documentaire sur une famille anglaise marquée par le suicide du père
Klitschko 2011 de Sebastian Dehnhardt documentaire sur deux frères boxeurs ukrainiens
Knuckle 2010 de Ian Palmer documentaire sur des bastons ritualisées au sein de clans irlandais
Kumbh Mela, sur les rives du fleuve sacré 2015 de Pan Nalin documentaire sur un pèlerinage sacré au bord du gange
Kung Fu Elliot 2015 de Matthew Bauckman & Jaret Belliveau documentaire sur un wannabe Chuck Norris

L
L’esprit des Lieux 2019 de Stéphane Manchematin sur le bruit des forêts…
L’opéra 2016 de Jean-Stéphane Bron documentaire sur une année à l’Opéra de Paris
L.A. 92 2017 de T.J. Martin & Daniel Lindsay documentaire sur les émeutes de Los Angeles en 1992
La Bombe (War Game) 1965 de Peter Watkins Avis 2 docu-fiction sur les effets d’une bombe nucléaire en Angleterre
La gloire des putains 2015 de Michael Glawogger documentaire sur les prostituées en Thailande, au Bangladesh et à Mexico
La grotte des rêves perdus 2011 de Herzog sur la grotte Chauvet en France
La Vida Loca 2008 de Christian Poveda documentaire sur Ricky Martin le gang ultra-violent des Maras
Lake of Fire 2006 de Tony Kaye documentaire sur la question de l’abortion aux US
Last Chance U 2016 de Whiteley et Ridley une série documentaire de Netflix sur une université du Mississipi offrant une dernière opportunité à des jeunes aspirants footballers professionnels.
Law and order 1969 de Wiseman sur un commissariat de quartier dans le Missouri.
Le complexe de Frankenstein 2016 de Poncet documentaire sur les effets spéciaux à l’ancienne
Le Rappel des oiseaux 2015 de Stéphane Batut documentaire sur un rite mortuaire tibétain
Lemmy 2010 de Greg Olliver (et plein d’avis à la suite) documentaire sur Lemmy Kilmister
Les bonnes conditions 2017 de Julie Gavras documentaire suivant la vie de jeunes parisiens issus d’un lycée chic de 2003 à 2016
Les documents interdits 1989 de Jean-Teddy Filippe Série de documenteurs sur le paranormal, ancêtre du found-footage
Les colons 2014 de Shimon Dottan documentaire sur les colons israéliens
Les Mains éblouies 2007 de la Maeght fondation documentaire sur la fondation Maeght, sur Calder, Miro, Giacometti et Tapies
Les 4 saisons d’espigoule 1999 de Christian Philibert documenteur sur la vie d'un petit village de provence profonde
Les yeux brûlés 2015 de Laurent Roth sur le destin du reporter de guerre Jean Péraud
Lessons of darkness 1992 de Werner Herzog documentaire sur le pétrole au Koweit
Leviathan 2012 de Lucien Castaing-Taylor & Verena Paravel documentaire sensitif à bord d’un chalutier
Lo and Behold : Reveries of the Connected World 2016 d’Herzog documentaire sur la dépendance à internet et au tout connecté

M
Mariage chez les Bodin 2008 d’Eric le Roch documenteur sur une famille de pécores
Marwencol 2010 de Jeff Malmberg documentaire sur le créateur d’une ville imaginaire
Mayor of the sunset strip 2003 de George Hickenlooper documentaire sur Rodney Bingenheimer, DJ star de la scène musicale américaine
Mémoire entre deux rives 2002 de Frédéric Savoye documentaire sur la colonisation du Pays Lobi
Meru 2015 de Jimmy Chin et Elisabeth Vasarhelyi relatant les tentatives d'ascension du pic Meru par trois alpinistes chevronnés
Metal : A Headbanger’s Journey 2005 de Sam Dunn documentaire sur la culture métal
Mountain 2017 de Jennifer Peedom documentaire anthologie sur l’alpinisme et l’escalade
Miss representation 2011 de Jennifer Siebel & Kimberlee Acquaro
Mommy Dead and dearest 2017 de Erin Lee Carr sur l’assassinat d’une mère ayant fait croire pendant de longues années que sa fille était lourdement handicapée
Mon meilleur ennemi 2007 de Kevin Macdonald documentaire sur Klaus Barbie
Murderball 2006 de Henry Alex Rubin et Dana Adam Shapiro sur la pratique de cette discipline ressemblant à un rugby en fauteuil roulant
My date with Drew 2004 de Brian Herzlinger documentaire sur et par un fan de Drew Barrymore

N
Naica, la grotte aux cristaux géants 2013 de Ruben Korenfeld documentaire sur une merveille spéléologique mexicaine
Nanouk l’esquimau 1922 de Robert J. Flaherty un des premiers documentaires (et documenteur) sur la vie d’un inuit
Nintendo Quest 2015 de Robert McCallum documentaire sur la collection de jeux vidéo
Not Quite Hollywood 2008 de Mark Hartley documentaire sur le cinoche d’exploitation australien

O
One more time with feeling 2016 de Andrew Dominik sur Nick Cave et le deuil
Opération Lune 2002 de William Karel Documenteur sur le rôle de Kubrick dans l’alunissage

P
Paradise Lost 1996 de Joe Berlinger & Bruce Sinofsky Avis 2 documentaire sur les Memphis tree
Paris is burning 1991 de Jennie Livingston documentaire sur les drag queens à New York

Q

R
Reclaiming the blade 2009 de Daniel McNicoll documentaire sur l’escrime dans les films américains
Red Trousers: The Life of the Hong Kong Stuntmen 2004 Robin Shou documentaire sur les cascadeurs chinois
Reincarnated 2012 d’Andy Capper documentaire sur la phase reggae de Snoop (Lion) Dogg
Religulous 2008 de Bill Maher documentaire sur la religion aux Etats-Unis
Room 237 2013 de Rodney Ascher Avis 2 Avis 3documentaire sur Shining et toutes les théories liées au film
Route one/USA 1991 de Robert Kramer documentaire sur un road trip du nord au sud de la côte est

S
Scary documentaire sur un biker pacifiste
Searching for sugar man 2012 de Malik Bendjelloul documentaire sur Sixto Rodriguez
Secrets of the tribe 2010 de José Padilha documentaire sur l’anthropologie et ses dérives
Slacker Uprising 2008 de Michael Moore documentaire sur le vote des jeunes
Sound City 2013 de Dave Grohl documentaire sur un studio de musique
Sounds like Teen Spirit 2008 de Jamie Jay Johnson documentaire sur l’Eurovision junior
Sud 1999 de Chantal Akerman l’évocation par Akerman d’un crime raciste au Texas

T
Tales from the script 2009 de Peter Hanson documentaire sur les scénaristes à Hollywood
Teenage Paparazzo 2010 d’Adrian Grenier documentaire sur un paparazzo adolescent
The Aristocrats 2005 de Penn Jillette and Paul Provenza documentaire sur un running gag du stand up ricain, la blague la plus crado qui soit
The Atomic café 1982 de Kevin Rafferty documentaire mythique sur le nucléaire et la peur de la bombe aux US
The Black Panthers : Vanguard of a Revolution 2015 de Stanley Nelson sur le moovement Black Panthers
The Brig 1964 de Jonas Mekas documentaire sur les prisons militaires américaines
The Corporation 2003 de Mark Achbar & Jennifer Abbott Avis 2 documentaire sur le capitalisme, la mondialisation et les multinationales
The Dawn Wall 2017 de Peter Mortimer et Josh Lowell sur une ascension en duo
The death of Superman lives : What happened 2012 de Jon Schnepp documentaire sur le projet de Superman par Burton
The devil and Father Amorth 2018 de Friedkin documentaire sur les exorcismes
The God who wasn’t here 2005 de Brian Flemming documentaire sur la religion questionnant l’existence de Jesus
The Heavenly Kings 2006 de Daniel Wu documenteur où Daniel Wu fait croire à son entourage qu’il monte un boys-band
The Hurt Business 2016 de Vlad Yudin documentaire sur le MMA
The Karma Killings 2016 de Ram Devineni & Tushar Prakash documentaire sur un serial-killer hindou
The King of kong 2007 de Seth Gordon Avis 2 documentaire sur les meilleurs joueurs d’une borne d’arcade
The Mormons 2007 mini-série documentaire sur la religion mormone
The Real Miyagi 2016 de Kevin Derek sur Fumio Demura qui essaya de promouvoir aux Etats-Unis la pratique du karaté
The Seven five 2015 de tiller Russell documentaire sur une équipe de flics ripoux à Brooklyn dans les années 80
The Thin Blue Line 1988 de Errol Morris documentaire sur la condamnation à mort de Randal Adams, innocent du crime dont il est accusé
The Trap 2007 de Adam Curtis série documentaire sur l’amiral Ackbar les idées de John Nash
The toys that made us 2016 Netflix série documentaire sur les jouets iconiques
The Ruttles documenteur sur les Ruttles d’Eric iddle
The Vaccine War 2010 de Frontline documentaire sur la mode des anti-vacs aux Etats-Unis
The Visit : An Alien Encounter 2015 de Michael Madsen documentaire sur les services américains en charge d’imaginer et préparer une rencontre extra-terrestre
This film is not yet rated 2006 de Kirby Dick Avis 2 documentaire sur la MPAA
Tickled 2016 de David Farrier et Dylan Reeve documentaire enquête sur le chatouillis sportif ! Plein de madnautes conquis !
Tim’s Vermeer 2015 de Penn & Teller documentaire sur un homme cherchant à reproduire les techniques de peinture de Vermeer
Titicut Follies 1967 de Wiseman sur une prison psychiatrique aux Etats-Unis
Tout va bien 2014 de Pablo Rosenblatt & Émilie Desjardins documentaire sur une école de clowns
Tyson 2008 de James Toback Avis 2 documentaire sur Mike Tyson

U
Un coupable idéal 2010 de Jean-Xavier de Lestrade documentaire sur un adolescent emprisonné aux Etats-Unis
Un taxi pour l’enfer 2007 d’Alex Gibney documentaire sur les méthodes de torture de la CIA des prisonniers suspectés de terrorisme

V
20 000 jours sur la Terre 2014 de Iain Forsyth et Jane Pollard sur Nick Cave
Valley uprising 2014 de Peter Mortimer & Josh Lowell & Nick Rosen Avis 2 documentaire sur l’escalade au Yosemite Park
Vertiges 2013 de Ivan Maucuit court documentaire sur Christophe Bichet, jeune grimpeur atteint d'une rare maladie génétique
W
Waking Sleeping Beauty 2009 de Don Hahn Avis 2documentaire sur le retour au succès des studio Disney en 1990
We feed the world 2005 de Erwin Wagenhofer Avis 2 documentaire sur l’agro-alimentaire mondialisé
Weiner 2016 Josh Kriegman & Elyse Steinberg documentaire sur un candidat à la Mairie de NY et exhibitionniste à ses heures perdues
What would Jesus Buy ? 2007 de Rob VanAlkemade documentaire sur le consumérisme
When you’re strange 2009 de Tom DiCillo documentaire sur les Doors
Where in the world id Osama Bin Laden ? 2007 de Morgan Spurlock documentaire sur le terrorisme

X

Y
Young @ Heart 2007 de Stephen Walker & Sally George documentaire sur une chorale de personnes âgées dans le Massachusetts
Young Yakuza 2006 de Jean-Pierre Limosin documentaire sur les yakuzas

Z


Par thèmes :

Art, peinture, théâtre, sculpture, architecture

Spoiler


Cinéma
Spoiler


Criminalité et faits divers
Spoiler


Documenteurs
Spoiler


Géographie, écologie et anthropologie
Spoiler


Jouets, jeux vidéo, télé et geekeries
Spoiler


Musique
Spoiler


Politique, économie, histoire et religion
Spoiler


Sociologie, médical et sexualité
Spoiler


Sports
Spoiler


Voyage, lifestyle et contemplation
Spoiler


Catégorie bonus : les films de Werner :
Spoiler


Ce message a été modifié par Vivi - 18 May 2019 - 15:43 PM.
c'est enfin fait


#2 Lord-Of-Babylon

Lord-Of-Babylon

    Cosmique Troupier

  • Members
  • 29128 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Ailleurs

Posté 27 February 2006 - 20:15 PM

CITATION
FORGOTTEN SILVER :
pas vu, mais ça a l'air bien barge,


C'est aussi maitrisé de bout en bout. On rigole aujourd'hui du scandale que ce film à provoquer mais je suis certain qu'on fait visionner ce film à un public qui n'est pas au courant de la supercherie et il n'y verra que du feu tant la méticulosité dans les divers effets propres aux documentaires sont respecté

#3 Waco

Waco

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 4898 Messages :

Posté 27 February 2006 - 20:37 PM

CITATION(Poltermok)
Salut à tous (...)

LES YES MEN :
un documentaire sur une bien belle falsification opérée par deux trublions dont le but avoué est de "ridiculiser l'OMC" à travers de fausses conférences internationales devant un parterre de vrais experts, comme par exemple recycler la merde des pays riches et en faire des hamburgers pour les pays pauvres, rétablir l'esclavage avec injonction de puces espionnes dans l'épaule des travailleurs, ou plus simplement annoncer la dissolution de l'OMC car "trop injuste", nouvelle reprise par 25000 journalistes du monde entier! Hilarant et osé.


Ca a l'air très très très bien. Je note ça dans un coin de ma tête.

Sinon, comme documentaire, il y a ça...

CITATION
"- C'est le PDG et il n' a jamais vu ses usines."

Sur l’affiche une silhouette, un business man anonyme, mi-ange mi-démon. Le coupable idéal et celui qui n’est jamais responsable de rien. C’est exactement de cela dont nous parle The Corporation, un documentaire fascinant, dense mais palpitant, long mais ludique, qui démontre comment les multinationales façonnent notre vie quotidienne pour le meilleur et pour le pire. Et c’est passionnant.
Bon nous sortons de là un peu groggy par la tonne d'informations et de témoignages. Indignés, submergés par la masse d’informations…mais nettement moins cons qu’avant.

The Corporation est un film exemplaire, pas seulement parce qu’il dénonce un certain nombre de scandales (ou plus exactement qu’il réunit des affaires déjà publiées ailleurs), mais parce que de leur juxtaposition brillamment agencée naît une réflexion chez le spectateur. C’est la grande intelligence du film : les réalisateurs n’assènent jamais leurs convictions, ils donnent les clefs pour comprendre. Au public de tirer ses propres conclusions. Et pour nous amener à ce résultat, The Corporation ne lésine pas sur le nombre ni sur la palette de témoignages, émanant tout autant de PDG, d’agitateurs notoires (Noam Chomsky, Michael Moore, Naomi Klein…), d’observateurs du commerce mondial, de spécialistes de la médecine du travail, de journalistes censurés, d’un golden boy et d’un espion industriel… Cette diversité respecte l'intelligence du spectateur et nous offre la possibilité de confronter toutes les contradictions de notre système, ce qui est très rare à une époque où les faits divers, la simplification et le binaire dominent lère de la surinformation, et en fait de la désinformation. Venus de tous les horizons (géographiques et idéologiques), ces témoins se transforment tous en empêcheurs de penser en rond ; parfois malgré eux.

Difficile de rester impassible face aux révélations troublantes sur relations entre IBM et le pouvoir nazi ou le récit de ces 2 journalistes, engagés par la chaîne Fox pour créer un magazine d’investigation et censurés… avant la diffusion du premier reportage, mettant en cause la plus grosse entreprise agroalimentaire des Etats Unis. Impossible de ne pas être parcourue de frissons d’horreur face à la force brute de certains témoignages. "Pour contrôler un gouvernement, on' n'a plus besoin d'un coup d'état", entend-on. On ne rêve plus. En toute candeur, un golden boy raconte que lors de la destruction du World Trade Center, sa première pensée a été pour le cours de l’or. Ou encore cette spécialiste de la communication qui explique posément -et avec une certaine fierté- le " facteur harcèlement ", créé chez les enfants pour obliger leurs parents à acheter ce que les bambins demandent. Et ne parlons pas de " Celebration ", ville du bonheur parfait, créé (et régie) par Disney… A l’opposé, le documentaire charrie aussi des bouffées d’espoirs : les nombreuses analyses acérées des divers observateurs (visions pertinentes et critiques) et les récits de victoires sur cet ordre mondial inhumain. Oscar Olivera (activiste bolivien) retrace comment la population bolivienne à réussit à s’insurger contre la privatisation de l’eau, et a reconquit ce droit essentiel. Ou encore le témoignage de Ray Anderson (parfait dans le rôle du pdg repenti) qui s’est un jour rendu compte de la dégradation infligée à la terre par le système capitaliste (prise de conscience due à des revendications de consommateurs), et qui prône désormais les vertus du recyclable dans son entreprise et lors de symposiums, face à des PDG médusés.

Pour brosser le portrait de cette hydre informe qu’est "La Multinationale", le documentaire s’est construit de manière drôle et originale : puisque -selon la loi- l’entreprise est une personne morale, les réalisateurs appliquent des grilles d’évaluation psychiatrique. Le résultat de ce diagnostique de personnalité est édifiant. A cause d'elle, "tous les organismes vivants sont en déclin."
Divisé en chapitres, qui donnent un coté didactique mais permettent aux spectateurs de ne pas perdre le fil, The Corporation aborde différents aspects tout en suggérant (grâce à un procédé graphique en amorce des chapitres) qu’il pourrait en évoquer d’autres. Il n’est pas question de la catastrophe chimique de Bhopal, ni des ateliers clandestins, ni… Le sujet est vaste et il bien fallu faire de choix. D’ailleurs Jennifer Abbot, monteuse du film, a largement mérité son titre de co-réalisatrice. Un pré-montage de 33 heures (on vous disait que le sujet est vaste…) a permis de bâtir la trame autour des interviews. Et si elles sont aussi percutantes, c’est en grande partie grâce à la technique employée pour les recueillir : les interviewés sont face à la caméra et regardent donc le spectateur droit dans les yeux ; mais pour éviter des réponses déshumanisées, le réalisateur Mark Achbar a fixé sur l’objectif un miroir argenté qui reflète le visage de l’intervieweur (placé en fait derrière son interlocuteur). L’interviewé a ainsi l’impression de s’adresser directement au journaliste, ce qui donne plus de chaleur et de naturel aux propos.

S’inscrivant dans la lignée des documentaires décapants, qui raflent les prix dans les festivals (d’ailleurs The Corporation n’échappe pas à cette règle), l’œuvre de Mark Achbar et Jennifer Abbott assume parfaitement sa filiation : Michael Moore est l’un des intervenants récurrents et un extrait de Roger et moi (film dans le film) vient étayer l’un des thèmes abordés. Il faudrait montrer ce film partout : dans les écoles, les halls de gares, les supermarchés, lors de soirées entre amis (plus instructif que les séances " photos du voyage en Croatie "). Tout simplement parce que c’est un film utile : profond, bien fait et souvent drôle. Et qu’en dépit de tout ce qui y est dénoncé, il donne envie de faire changer les choses et nous persuade que c’est possible. Même si selon la plupart des interviewés, "les gens veulent de l'argent, point final." Pas facile donc, mais possible. "Il faut qu'un jour ce pillage soit illégal." Car c'est bien de Loi dont il s'agit. Celle-ci n'est ni celle de la Nature, ni celle d'un Dieu. Elle nous a échappé.

(source : ecrannoir.fr)


L'archiviste l'avait mentionné sur je sais plus quel topic. Paraît-il que c'est très démoralisant à voir (je l'ai mais j'ai pas encore eu le temps  -le courage?-  de le regarder)

#4 MechaTakeshi

MechaTakeshi

    Wookie

  • Members
  • 3781 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 27 February 2006 - 20:56 PM

En documenteur, il y a Les 4 Saisons d'Espigoule de Christian Philibert (Travail d'Arabe), racontant la vie d'un petit village de provence profonde. C'est à mi-chemin entre un épisode de Strip-Tease sur France 3 et un  d'Au-delà du Réel...



Une gallerie de personnages qui ne peuvent attirer que sympathie et tendresse (sans condescendance, attention). De vrais moments de poésie et des passages à mourir de rire (le poète, la chasse au phacomechère...).

eziow6Q.png
We'll never have a God Hand sequel, that's just how the world works.


#5 DreamSquare

DreamSquare

    Russian Way Of Life

  • Members
  • 5873 Messages :
  • Location:Tarkovski's grave

Posté 27 February 2006 - 21:01 PM



Un superbe reportage signé Clouzot qui montre Picasso oeuvrer sous nos yeux... C'est génial.

#6 roboris45

roboris45

    GO du club Mad

  • Members
  • 15829 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:dans la cave.

Posté 27 February 2006 - 21:11 PM

Passé sur Arte en milieu des 90:  DOCUMENTS INTERDITS de Jean-Teddy Filippe.

"En 1989, Jean-Teddy Filippe réalise Les documents interdits, une série coproduite par l'INA qui explore les événements paranormaux sur le ton du "documenteur". Ces films témoignent d'un passage dans l'au-delà, dans le monde inconnu avec moult détails qui valident le subterfuge. L'idée qu'une image d'archive serait "vraie" puisqu'elle nous est montrée comme telle relève d'un processus assez pervers et s'inscrit dans l'air du temps ; elle offre la même "crédibilité" que le fameux charnier roumain de Timisoara, qui piégea toutes les télés. On peut être sûr que lors de la diffusion de ce film, certains spectateurs repartiront avec l'idée d'avoir assisté à un scoop partagé avec quelques centaines de spectateurs... ce film a fait le tour des festivals, et, depuis bientôt quinze ans, doit cumuler quelques centaines de milliers de "témoins".

Avec "La barque" notament  icon_arrow.gif http://joel.baran.free.fr/FamilleT.htm



Et "The war game", "Culloden" de Watkins
icon_arrow.gif http://www.mad-movie...t=13116&start=0

SEX SHOP WONDERLAND (BD - tomes 1 et 2 disponibles) --> http://www.mad-movie...ic=30561&page=1


#7 DreamSquare

DreamSquare

    Russian Way Of Life

  • Members
  • 5873 Messages :
  • Location:Tarkovski's grave

Posté 27 February 2006 - 21:33 PM

CITATION
Et "The war game", "Culloden" de Watkins


Ce ne serais pas le film avec la fameuse bataille en Angleterre ou l'écosse s'est fait eclater par les britanniques ? C'est énorme !

#8 oisin

oisin

    Ghoulies

  • Members
  • 205 Messages :
  • Profil:Femme

Posté 02 March 2006 - 21:06 PM

ca a deja ete dit mais
jai penser tout de suite a spinal tap en voyant le sujet.

#9 grifter

grifter

    Faut que j'aille dormir

  • Members
  • 13439 Messages :
  • Location:Au Skywalker Ranch entrain de torturer Lucas en lui montrant la Trilogie originale sans fx 3D et en 16/9!

Posté 06 March 2006 - 15:50 PM

Dans le genre documenteur il y avait celui diffuse sur arte il y a quelques temps : operation lune; qui devoilait la supercherie de l'allunissage d'Apollo 11, qui etait en fait realise en studio par Kubrick.

Opération lune
Jeudi, 1er avril 2004 à 22h20
Rediffusion : 11 avril à 02h00
Rediffusion du 16 octobre 2002

CE FILM A RECU LE GRIMME PREIS 2003.

Un documentaire de William Karel

Coproduction : ARTE France, Point du Jour (2002-52mn)


Quels liens Stanley Kubrick entretenait-il avec la NASA ? Richard Nixon était-il prêt à tout pour assurer la suprématie des États-Unis dans la conquête de l’espace ? Hollywood a-t-il participé à l’élaboration des images de Neil Armstrong foulant le sol lunaire ? Partant d’une controverse vieille comme la Lune, William Karel livre un vrai-faux documentaire aussi drôle qu’incroyable, un exercice de style qui déstabilise notre rapport à l’image.

Le 20 juillet 1969, la mission Apollo 11 alunit sur la mer de la Tranquillité. Deux milliards de téléspectateurs sont devant le petit écran pour suivre en direct les premiers pas de l’homme sur la Lune. Ces images, devenues historiques, étaient-elles authentiques ? Quels arguments et quels détails permettent d’en
douter ? Une chose est sûre : en pleine guerre froide, les enjeux liés à la conquête de la Lune n’autorisaient pas l’échec du vol Apollo 11. Mais jusqu’à quel point le président Nixon était-il prêt à mentir pour donner le change ? En quoi le tournage de 2001, l’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick a-t-il influé sur le cours
des événements ? Et si le film du premier homme marchant sur la Lune n’était qu’une superproduction hollywoodienne ?

Tout au long de sa délirante enquête, William Karel avance les hypothèses en détournant les images. Des témoins de l’époque, Donald Rumsfeld, actuel secrétaire d’État américain à la Défense, Henry Kissinger, alors conseiller du Président pour la sécurité nationale, Christiane Kubrick, veuve du cinéaste britannique, ou encore Buzz Aldrin, le deuxième homme d’Apollo 11, reconstituent une étonnante chronologie des faits. En parallèle, des comédiens
endossent le rôle d’un certain nombre d’autres témoins et accréditent la thèse en question…

Qui trompe qui ?
Tout commence par une anecdote puisée dans l'histoire du cinéma : pour tourner les images somptueuses de son film Barry Lyndon, Stanley Kubrick se serait fait prêter par la Nasa un objectif de caméra unique au monde. Pour quels motifs la Nasa aurait-elle accepté de confier ce matériel au cinéaste ? Quel marché aurait été conclu entre les deux parties ? À partir de là, William Karel reconstitue point par point ... ce qui aurait pu devenir la plus incroyable opération de tromperie politique et scientifique du XXe siècle ! Tous les éléments accréditant la thèse de la supercherie sont rassemblés devant les yeux incrédules du téléspectateur d'aujourd'hui, qui est prié d'attendre la fin du générique pour se faire lui-même son opinion et savoir s'il a eu raison de rire ou de s'effrayer.

LFCbanner.jpg


#10 Rinaldo

Rinaldo

    Gremlins

  • Members
  • 1927 Messages :
  • Location:Cf topic.

Posté 15 March 2006 - 18:20 PM

Ils ne mourraient pas tous mais tous étaient frappés

C'est un beau vers de la fontaine mais aussi un documentaire tres moche. On imagine que le projet s'est monté avec deux-trois bouts de ficelles mais le manque de moyens n'escuse pas tout. Lumieres cramées, raccords foireux, caméra déplacée inutilement, formellement on est trèèèèèèèès loin d'un Delits flagrants meme si le partis pris esthetique est tres proche. (d'ailleurs, contrairement à du depardon, ça aurait tres bien pu etre un reportage audio france culture, ça n'aurait pas changé grand chose)

Il n'empeche, le documentaire reste assez interessant à suivre lorsqu'on s'interesse un peu à la souffrance au travail et aux nouvelles formes d'organisation du travail. Les réalisateurs ont retenu quatre visites médicales de salariés confiant leur detresse face au harcelement. Et malgré les différences de professions et de statuts, une souffrance commune les rapprochent : Tous ont craqués face à la pression et sont maintenant dans un état psychologique et/ou physique déplorable. Ca fait froid dans le dos, et lorsqu'on ressort de la salle on a une furieuse envie d'aller manifester contre le CPE.

Personnellement, j'ai pas appris grand chose vu que j'ai lu pas mal de choses sur le sujet dans le cadre de mes études, mais quelques idées essentielles sont synthétisées dans la réunion finale entre les médecins et psychologues, et surtout, le profil psychologique du harcelé ainsique  les mécanismes de pressions hierarchiques ressortent bien des entretiens (qui manque d'ailleurs parfois d'ellipses).

Dommage que ça soit si mal torché.

#11 Jerry Lewis

Jerry Lewis

    JarJar

  • Members
  • 69 Messages :
  • Location:Bolbiquette-sur-Aude

Posté 22 March 2006 - 13:44 PM

CITATION(Poltermok)
 

L'incontournable SPINAL TAP, etc.


Yeah baby!


[u]A NE PAS MANQUER !!!!

Le lundi 10 avril - à 20h50 - sur FRANCE 4




:wink:

#12 Fraggle

Fraggle

    Rock

  • Members
  • 14751 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 05 October 2006 - 12:59 PM



CITATION
«Paradise Lost», satanée Amérique
Enfin en DVD, les deux volets du docu multiprimé sur le procès bâclé, dans un Middle West réac, de jeunes fans de hard rock accusés du meurtre de trois enfants de 8 ans.

Par Samuel DOUHAIRE


A crimes barbares, coupables idéals ? Le 5 mars 1993, les cadavres mutilés de trois garçons de 8 ans sont retrouvés dans une clairière des Robin Hood Hills (Arkansas). Après quelques jours d'enquête, la police de la ville voisine de West Memphis exhibe fièrement un suspect. Jesse Misskelley Jr., un débile léger de 17 ans, avoue avoir assisté à la boucherie et met en cause deux potes, Jason Baldwin, 16 ans, et Damien Echols, 18 ans. Puis se rétracte. L'affaire des «West Memphis Three» peut commencer. Avec une enquête bâclée et un procès pour le moins partial, racontés dans Paradise Lost, un documentaire multiprimé aux Etats-Unis depuis sa diffusion à l'été 1996 sur la chaîne HBO et enfin disponible en France, grâce au DVD.

Reporters vautours. Avec le simple récit des faits ­ rebondissements de situation en plein tribunal, approximations des enquêteurs, stratégies contradictoires de la défense ­, Joe Berlinger et Bruce Sinofsky avaient suffisamment de matière pour réaliser un film d'une efficacité dramaturgique implacable à l'instar du «polar du réel» The Staircase, de Jean-Xavier de Lestrade ( Ecrans du 1er juillet 2006). Mais, au-delà du fait divers exceptionnel, ces adeptes du documentaire au long cours (1) frappent par leur vision terrifiante de l'Amérique profonde, où l'on a autant la Bible à la bouche que le colt à la main et où l'horizon culturel se limite à la sainte Trinité trailer park -télé-église. Au procès, le procureur insistera lourdement sur la probité douteuse d'un expert à la défense, puisqu'il «a fait ses études à Berkeley», le temple de la contre-culture californienne ­ sous-entendu : ce gars est un étranger et, pire, un intellectuel laxiste. Dans un commentaire audio tout aussi recommandé que le film, Berlinger et Sinofsky expliquent que l'affaire n'aurait pu enflammer l'opinion sans la combinaison de «trois combustibles dévastateurs» : «l'irresponsabilité des médias», qui ont tout fait pour monter en épingle une «histoire juteuse» ; «l'hystérie satanique», une accumulation de rumeurs sur le thème d'une recrudescence (jamais avérée) de sacrifices d'enfants et autres messes noires dans les années 80 ; et surtout la «ferveur religieuse» du Middle West, où la majorité des Américains est persuadée que «les anges et les démons sont parmi nous». Paradise Lost montre comment l'obsession médiatique peut cannibaliser le réel : «Certains sont prêts à soutenir des monstres pour avoir leurs quinze minutes de gloire à la télé», dénonce une partie civile ulcérée par le comité de soutien aux trois accusés.

Une phrase qui fait écho à l'attitude tragi-comique de la mère d'une des victimes tout excitée à l'idée «de passer à la télé». Les plans de reporters vautours à l'affût de la phrase choc et les extraits de journaux télévisés hyperdramatisés ponctuent le film. Et quoi de plus spectaculaire qu'une hypothèse de triple meurtre satanique alors que les accusés, comme beaucoup d'adolescents, aiment porter du noir, écoutent du hard rock et s'intéressent à la sorcellerie ? «Il suffit de voir comme ils s'habillent. Ils sont coupables», explique une commerçante de West Memphis. Verdict, à l'issue d'un procès où il aura plus été question de marchandage que de recherche de la vérité : prison à vie plus quarante ans (sic) pour Jesse Misskelley, perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle pour Jason Baldwin et peine de mort pour Damien Echols. Et fin du film. Sauf que...

«Nous voulions que les spectateurs sortent de Paradise Lost avec suffisamment de questions pour qu'il y ait un nouveau procès», expliquent Berlinger et Sinofsky. Le pari sera réussi à un point tel que le film va échapper à ses créateurs et devenir une pièce à conviction dans le dossier judiciaire. Convaincus de l'innocence des trois accusés, les deux réalisateurs vont pourtant être mis en cause par les nouveaux avocats de la défense lors des audiences préparatoires au procès d'appel... et utilisés par le procureur pour appuyer la thèse de l'accusation ! Pas vraiment chauds à l'idée de replonger dans de «telles souffrances», Berlinger et Sinofsky vont pourtant accepter de tourner une suite sur les rebondissements de l'affaire, par «obligation morale» envers les accusés. Sans images des audiences (le juge a cette fois interdit la présence des caméras) ni témoignages des proches des victimes (qui ont presque tous refermé leur porte largement ouverte lors du tournage du premier opus), Revelations souffre de la comparaison avec Paradise Lost. Le film, sous forme de «devoir de suite», montre l'activisme d'un groupe de bénévoles qui, via un site Internet (2) et des manifestations devant le palais de justice, demande la révision du procès.

Prédicateur possédé. Mais le principal intérêt de Revelations tient en l'émergence d'un vrai personnage de méchant. John Mark Byers, père adoptif d'un des garçons assassinés, est le seul proche des victimes à avoir accepté de se faire filmer une deuxième fois. C'est aussi le plus louche avec son physique de déménageur et sa diction de prédicateur possédé. D'autant que, au fil des minutes, on apprendra que c'est un repris de justice qui va bientôt retourner derrière les barreaux, qu'il frappait son enfant plus que de raison et, depuis, en a agressé d'autres, et, surtout, que sa femme est morte à leur domicile dans des circonstances «indéterminées». Le voilà, le coupable idéal. Trop idéal ? Treize ans après les faits, les West Memphis Three attendent toujours un (hypothétique) procès en appel.

(1) Auteurs depuis d'un incroyable documentaire sur le groupe Metallica, Some Kind of Monster ( Libération du 4 février 2005).


(je viens de le chopper, ça a intérêt à être à la hauteur de sa réputation)
Image IPB

#13 francesco

francesco

    Madnaute

  • Members
  • 4809 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Buffalora / Sunnydale / Amon Hen / Paper Street / Champs du Pelennor / Cleveland

Posté 05 October 2006 - 20:00 PM

@ Poltermok : Farrebique, je l'ai vu à 10 ans lors d'une séance de cinéma organisée par l'école et je sais pas pourquoi, mais dans un tel contexte, j'ai eu vraiment beaucoup de mal à trouver ça "interessant", "émouvant" ou "lyrique" mellow.gif (mais bon, j'étais un p'tit con à l'époque, et de toute facon, montrer ça à une bande de gamins surexcités en vadrouille dans l'espoir de capter leur attention, c'est un peu illusoire comme démarche faut dire icon_mrgreen.gif ) (toujours est-il qu'avec les copains & les copines on avait bien rigolé) (une autre fois, les profs avaient aussi essayé de nous montrer le documentaire moyen métrage sur Picasso en train de peindre un taureau ou je sais pas quoi blink.gif )

"Toutes les femmes de ta vie / En moi réunies / Ton âme soeur, ton égérie / Parfois ta meilleure ennemie.
Toutes les femmes de ta vie / Glamour ou sexy / L'héroïne de tes envies / Je suis toutes les femmes, tu vois, toutes les femmes de ta vie." (L5)


#14 nicco*

nicco*
  • Guests

Posté 05 October 2006 - 23:03 PM

CITATION(Waco @ 27 2 2006 - 21:37) <{POST_SNAPBACK}>


L'archiviste l'avait mentionné sur je sais plus quel topic. Paraît-il que c'est très démoralisant à voir (je l'ai mais j'ai pas encore eu le temps -le courage?- de le regarder)


C'est une merveille ce docu. Une analyse froide et objective du système capitaliste sans ouin ouin pseudo-rebelle à la française.


Dans le même veine, et pour redonner le moral, il y a The Take, sur la crise économique argentine, qui montre comment les ouvriers prirent de force leurs usines et les firent tourner très bien sans l'aide d'aucun patron !
(bizarrement très peu couvert en France par les médias)

Sinon, des prods récentes, Viva Zappatero! est selon moi le docu à voir.

#15 Waco

Waco

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 4898 Messages :

Posté 05 October 2006 - 23:42 PM

CITATION(nicco @ 06 10 2006 - 00:03) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(Waco @ 27 2 2006 - 21:37) <{POST_SNAPBACK}>


L'archiviste l'avait mentionné sur je sais plus quel topic. Paraît-il que c'est très démoralisant à voir (je l'ai mais j'ai pas encore eu le temps -le courage?- de le regarder)


C'est une merveille ce docu. Une analyse froide et objective du système capitaliste sans ouin ouin pseudo-rebelle à la française.


(...)

Oui, je l'ai vu depuis et c'est effectivement un model du genre (une démonstration clinique qui, en plus de démoraliser, fait égalemment flipper) : on analyse en faisant parler les faits et non en mettant ses opinions en avant (remarquez que c'est pas incompatible pour la réussite d'un documentaire solide mais encore faut-il avoir du talent et de la rigueur afin d'éviter de basculer dans la carricature et/ou les généralités).

Sinon, tu cites The Take, autre docu dont j'ai lu le plus grand bien mais que je n'ai pas encore eu l'occasion de voir. Pour ce qui est de son absence de diffusion en France, c'est pas propre à l'Argentine et à la cataclysmique crise économique qui l'a frappé mais je dirais plutôt que ça révèle une fois de plus le manque d'intérêt habituel que nos médias portent en général à l'Amerique latine (on balaye le sujet d'une main dès que ça ne parle plus de foot, de samba, de cartels de la drogue, de Fidel Castro ou des petites phrases choc d'Hugo Chavez...).

#16 Fraggle

Fraggle

    Rock

  • Members
  • 14751 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 06 October 2006 - 10:56 AM

CITATION(Fraggle @ 05 10 2006 - 13:59) <{POST_SNAPBACK}>

[...]
(je viens de le chopper, ça a intérêt à être à la hauteur de sa réputation)


Praitquement tout dévoré hier, et c'est vrai que c'est assez mortel. Au début ça peut sembler un peu lèj, mais ça devient vite très prenant. c'est assez impressionant de voir le nombre de trucs que les réals ont été autorisés à filmer autour de l'affaire et dans le tribunal même, voire même le rôle qu'ils ont joué activement dans cette histoire. Quand à l'affaire en elle même, du moins ce qu'on nous en montre, c'est assez effarant de voir sur quoi ces trois pauvres ado ont été condamnés: une confession certainement bidon d'un débile léger après un interrogatoire de plusieurs heures dont personne n'a penser à garder de trace, et... bah rien, rien de concret en tout cas, uniquement des présomptions.

Et puis sinon ouai, y a ce mec, John Mark Byers, halluciné et hallucinant, effrayant même. Y a un coté très étrange à le voir jouer plusieurs rôles devant la camera, réciter de grandes phrases vengeresses et en appeler à Dieu (ou à son gun) pour punir les coupables désignés, alors que beaucoup de soupçons se portent sur lui. Quand, après avoir pleuré sur la tombe de sa femme (morte à son domicile de circonstances indéterminées), il apostrophe théatralement plein cadre les futurs spectateurs du 2eme docu, on en vient même à se demander si ce mec n'est pas un acteur engagé par les réals. Et dans l'hypothèse* où il serait coupable, ça en devient fascinant. Glauque aussi, comme toute cette affaire.


* parce que c'est ça la facheuse cerise sur le gateau, on reste dans le doute, dans l'absolu c'est révoltant, mais pour le doc en tant qu'oeuvre c'est du pain béni
Image IPB

#17 Beurk*

Beurk*
  • Guests

Posté 07 October 2006 - 09:51 AM

CITATION(grifter @ 06 3 2006 - 16:50) <{POST_SNAPBACK}>
Dans le genre documenteur il y avait celui diffuse sur arte il y a quelques temps : operation lune; qui devoilait la supercherie de l'allunissage d'Apollo 11, qui etait en fait realise en studio par Kubrick.


En complément il est aussi possible de se mater ce documentaire qui aborde le sujet de savoir si il y a eu manipulation... diffusé sur 13e rue

http://imposturelune...me&theme_id=667

#18 Lurdo

Lurdo

    Aventurier en série(s)

  • Members
  • 23826 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:Down in the underground...

Posté 09 October 2006 - 19:26 PM

CITATION(Fraggle @ 06 10 2006 - 11:56) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(Fraggle @ 05 10 2006 - 13:59) <{POST_SNAPBACK}>


[...]
(je viens de le chopper, ça a intérêt à être à la hauteur de sa réputation)


Praitquement tout dévoré hier, et c'est vrai que c'est assez mortel. Au début ça peut sembler un peu lèj, mais ça devient vite très prenant. c'est assez impressionant de voir le nombre de trucs que les réals ont été autorisés à filmer autour de l'affaire et dans le tribunal même, voire même le rôle qu'ils ont joué activement dans cette histoire. Quand à l'affaire en elle même, du moins ce qu'on nous en montre, c'est assez effarant de voir sur quoi ces trois pauvres ado ont été condamnés: une confession certainement bidon d'un débile léger après un interrogatoire de plusieurs heures dont personne n'a penser à garder de trace, et... bah rien, rien de concret en tout cas, uniquement des présomptions.

Et puis sinon ouai, y a ce mec, John Mark Byers, halluciné et hallucinant, effrayant même. Y a un coté très étrange à le voir jouer plusieurs rôles devant la camera, réciter de grandes phrases vengeresses et en appeler à Dieu (ou à son gun) pour punir les coupables désignés, alors que beaucoup de soupçons se portent sur lui. Quand, après avoir pleuré sur la tombe de sa femme (morte à son domicile de circonstances indéterminées), il apostrophe théatralement plein cadre les futurs spectateurs du 2eme docu, on en vient même à se demander si ce mec n'est pas un acteur engagé par les réals. Et dans l'hypothèse* où il serait coupable, ça en devient fascinant. Glauque aussi, comme toute cette affaire.


* parce que c'est ça la facheuse cerise sur le gateau, on reste dans le doute, dans l'absolu c'est révoltant, mais pour le doc en tant qu'oeuvre c'est du pain béni


Pareil, je viens de me finir le premier doc, et ça fait froid dans le dos, ce dysfonctionnement de la justice. Parce qu'effectivement, les gamins ont été condamnés sur de simples présomptions et sur la gueule de déterré de Damien... alors que le doute, lui, est plus que présent, et aurait dû suffir à ne serait-ce que reporter le procès jusqu'à enquête plus approfondie...

Mais bon, c'est un peu quand même le trou du cul de l'amérique - qui décidément, en a beaucoup - ce coin, et quelque part, je ne suis pas surpris du jugement rendu...

Mais moi, ce qui me fait halluciner, c'est qu'il existe une "règle", une "habitude" dans le milieu policier, c'est que dans le cas d'un meurtre d'enfants - et d'autant plus si il y a des violences d'ordre sexuel - il y a plus que de fortes chances de trouver le coupable dans la famille proche des enfants. Alors, je ne sais pas si c'est le fait d'avoir plusieurs flics dans la famille, mais mon premier réflexe a été de penser aux beaux parents de ces gamins... et forcément, quand Byers débarque, ben... voilà, quoi. Mais non, faut croire que c'est plus simple d'accuser un pauvre wiccan amateur qui s'habille en noir pour faire style.

Bon, il me reste à voir le second volet de l'enquête, mais en ce qui concerne le premier volet, j'ai bien aimé, avec quelques réserves pour le premier tiers, qui a peiné à attirer mon attention (jusqu'à ce que le procès commence, en fait). Mais après, ça roule tout seul.

# À partir du 06/07, la rubrique "Un film, un jour... ou presque !" passe à l'heure française sur le blog de Lurdo, avec la quinzaine Comédie française : pendant deux semaines, à l'occasion de la Fête Nationale, des critiques quotidiennes de films comiques made in France, et le week-end, pour équilibrer un peu, des séries, avec Miracle Workers - saison 2, Dummy - saison 1, La Guerre des Mondes (UK/2019) et The Twilight Zone - saison 2.1... #


#19 2vic

2vic

    Je consulte un psy

  • Members
  • 7015 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:

Posté 11 October 2006 - 09:45 AM

En parlant de Damien echols, il a écrit les paroles d'une chanson pour Pearl Jam, qui soutiennent les memphis three :

http://www.azlyrics....rmyreserve.html

Une chanson contre la guerre en Irak ... ça risque pas d'arranger son cas .

Sinon, il y a aussi un film qui s'appelle "loose change", et qui remet en cause tout ce qui s'est passé le 11 Septembre. Au dela de sa réalisation insupportable (la musique , la voix ... aïe) je trouve le film très interressant : En gros, il explique que les deux avions du 11 septembre ont été lancés par les américains afin de se faire pleins de sous. Les avions seraient télécommandés, modifiés, les passagers inventés de toutes pièces etc ...

Ce qui est interressant, c'est le pouvoir des images. Le pouvoir du documentaire. Car ici, contrairement à Spinal Tap, on a pas envie de le prendre à la légère, et c'est tellement gros, qu'on essaye de voir ce qui est vrai, et ce qui est faux. On reste actif en le visionnant. Parcequ'il y a des choses crédibles. Parcequ'il y a un questionnement. Et parceque le sujet est suffisemment fort pour pousser à cette reflexion.

Il est disponible sur Youtube en entier.

Dites-moi si vous penser à un documentaire ou un documenteur. Personnelement, je pense que le réal croit reelement à ce qu'il montre. Maintenant, il pousse le bouchon trop loin et utilise certaines images, certains propos de façon partiales.

Tout comme "PAS VU PAS PRIS", de Pierre Carles qui est reelement insupportable, parceque c'est un documentaire sur un film de Pierre Carles, par Pierre Carles. Et qu'il a un ego enorme. Mais c'est interressant de voir comment il s'y prend pour faire un film complétement partial avec des images réels. C'est suffisemment grossier pour pouvoir bien déceler les ficelles de la manipulation d'images.

Mais c'est quand même un peu chiant.
J'dis ça, j'dis rien.

#20 Lurdo

Lurdo

    Aventurier en série(s)

  • Members
  • 23826 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:Down in the underground...

Posté 11 October 2006 - 14:50 PM

CITATION(2vic @ 11 10 2006 - 10:45) <{POST_SNAPBACK}>
Sinon, il y a aussi un film qui s'appelle "loose change", et qui remet en cause tout ce qui s'est passé le 11 Septembre. Au dela de sa réalisation insupportable (la musique , la voix ... aïe) je trouve le film très interressant : En gros, il explique que les deux avions du 11 septembre ont été lancés par les américains afin de se faire pleins de sous. Les avions seraient télécommandés, modifiés, les passagers inventés de toutes pièces etc ...

Ce qui est interressant, c'est le pouvoir des images. Le pouvoir du documentaire. Car ici, contrairement à Spinal Tap, on a pas envie de le prendre à la légère, et c'est tellement gros, qu'on essaye de voir ce qui est vrai, et ce qui est faux. On reste actif en le visionnant. Parcequ'il y a des choses crédibles. Parcequ'il y a un questionnement. Et parceque le sujet est suffisemment fort pour pousser à cette reflexion.

Il est disponible sur Youtube en entier.

Dites-moi si vous penser à un documentaire ou un documenteur.


Ce qu'on en pense ?

CITATION
Personnelement, je pense que le réal croit reelement à ce qu'il montre. Maintenant, il pousse le bouchon trop loin et utilise certaines images, certains propos de façon partiales.


Bah, j'ai envie de dire que tout documentaire utilise les images et les propos de façon partiale, pour appuyer son point de vue. Chez certains ça se voit plus que chez d'autres, c'est tout...

# À partir du 06/07, la rubrique "Un film, un jour... ou presque !" passe à l'heure française sur le blog de Lurdo, avec la quinzaine Comédie française : pendant deux semaines, à l'occasion de la Fête Nationale, des critiques quotidiennes de films comiques made in France, et le week-end, pour équilibrer un peu, des séries, avec Miracle Workers - saison 2, Dummy - saison 1, La Guerre des Mondes (UK/2019) et The Twilight Zone - saison 2.1... #





1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)