Aller au contenu


Photo

Votre top 10 mangas


  • Please log in to reply
56 réponses sur ce sujet

#21 MechaTakeshi

MechaTakeshi

    Wookie

  • Members
  • 3178 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 30 June 2018 - 21:36 PM

Un top 20, ça parait un peu plus raisonnable, beaucoup trop d'auteurs sont laissés à la porte du top 10.


dDu2Uup.jpg


#22 Saga

Saga

    Hot Line DGFIP 24/24

  • Members
  • 10778 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Evry

Posté 01 July 2018 - 04:10 AM

Allez, si on fait un top 20, je rajouterais :

 

boud1.jpg

 

Une introduction somptueuse, avec la fable du moine, de l'ours, du renard et du lapin. Et une épopée passionnante, axée sur le Bouddha mais aussi sur d'autres personnages moins parfaits mais tout aussi intéressants. Le tragique se mêle à l'humanisme et à l'humour.

 

sabu-et-ichi-t1-270x383.jpg

 

4 énormes pavés composés d'histoires courtes dont les héros sont Sabu, un jeune détective au service de l'oyabun, et Ichi, un masseur aveugle très doué au sabre. Le fil conducteur (la progression de la carrière de Sabu) est très lâche mais les nombreuses histoires permettent de découvrir les différents pans, plus ou moins sombres, de la société des Tokugawa. Les histoires sont très variées, les personnages sont bien creusés et évoluent ce qui fait que je ne me suis jamais ennuyé. Le meilleur Ishinomori pour moi.

 

hayate-the-combat-butler-t41-270x410.jpg

 

Un manga d'humour très amusant, avec une grosse galerie de personnages loufoques mais qui m'a surtout scié par un événement qui se passe au tome 17 et qui fait passer le titre à un autre niveau - sans pour autant oublier l'humour.

 

f8a3d1b564b7a281a01b669c510857ea.jpg

 

Un classique du manga de combat : après une traduction pourrie de J'ai lu, Tonkam a fait un bien meilleur travail. Le titre a ses défauts, notamment quelques effets très redondants, mais a une sacrée galerie de personnages et de techniques, nous offrant des combats assez dantesques. Et j'apprécie qu'il ait une structure cohérente.

 

9782811634827-001-T.jpeg?itok=cz6vhnMX

 

Un prof déjanté face à des élèves révoltés - et à un sous-directeur pervers. Fujisawa est au top dans cette série, après un Young GTO beaucoup plus faible et avant des suites que j'aime bien mais qui se contentent de suivre la même recette. La série offre de gros fous rires (la Cresta) et une galerie de personnages très réussie tout en peignant une société pas très glorieuse.

 

hikarunogo01_26092003.jpg

 

Un manga passionnant sur un sujet qui, a priori, ne l'est pas bien et est peu connu des lecteurs occidentaux. Mais les auteurs parviennent à nous passionner pour leurs personnages et le jeu à travers un récit initiatique classique mais d'une efficacité totale. Les dessins sont superbes, l'humour comme l'émotion (notamment avec l'événement-tournant de la série) sont présents.

 

city_hunter_126.jpg?11357492479

 

Pour le coup, j'ai gardé l'édition J'ai lu, qui a une traduction meilleure que celle de Panini. De l'humour, de l'action, des personnages charismatiques, des dessins qui s'améliorent au fil des volumes. Je regrette juste une fin trop ouverte, comme souvent avec Hojo.

 

X-Clamp.jpg

 

Un excellent manga apocalyptique, avec une flopée d'excellents personnages - parfois déjà vus dans d'autres séries. Hélas, X est une série inachevée.

 

Dragon-ball.jpg

 

Impossible de ne pas le citer dans un top 20. Dragon ball a marqué le genre du shônen de baston et a inspiré tous ses successeurs, malgré ses faiblesses scénaristiques qui font que je ne l'ai pas mis dans mon top 10.

 

BabeMyLove5_07062007_202345.jpg

 

Un manga ultra-mignon, et un des rares bons shojos proposés par Panini (et qui a été publié jusqu'à la fin), ce qui ne l'empêche pas d'aborder des thèmes durs, comme les enfants battus ou abandonnés. Mais comment ne pas craquer devant la bouille adorable de Yuzuyu et ses "Grand frère Kippeï, je t'aime très fort" ?!


Même au plus profond de l'enfer s'épanouit la noble fleur de l'amitié
laissant sur les vagues indolentes flotter quelques pétales en souvenir...
pour un jour, éclore à nouveau. Impérissable est le travelo way.

Mr 2 Bon Clay


#23 Vivi

Vivi

    Evil Bride

  • The Devil's Rejects
  • 13854 Messages :
  • Profil:Inconnu

Posté 01 July 2018 - 10:54 AM

Vous faîtes un top 10 ou un top 20 ou un top 100 ou même un top 666 number of the beast -> le principal c'est de partager tout ça ! Pis ça fait un petit rappel sur certains classiques qu'on a jamais lus ou qu'on voudrait relire :).
 
Bref : amusez-vous  :chinese:.
 

Hélas, X est une série inachevée.


Je m'en remettrai jamais  :amcry: .



#24 TennenRishin

TennenRishin

    Chemin de croix

  • Members
  • 1641 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:Junkyard

Posté 01 July 2018 - 13:05 PM

La rose de Versailles : un peu de nostalgie aussi bien sûr et également mon intérêt pour la période révolutionnaire. Mais aussi des personnages attachants et une grande fresque s'étalant sur une vingtaine d'années, mêlant petite et grande histoire et à la fin évidemment tragique.

 

André Grandier, Rosalie Lamorlière, Bernard Chatelet... L'affaire du collier, la du Barry et toute cette période pré révolutionnaire  :love:

Tout ce qu'il faut pour rattraper dignement les cours d'histoire du collège ! Merci Ryoko  :love:


4xui4N9.jpg


#25 aruno

aruno

    Wookie

  • Members
  • 2214 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 01 July 2018 - 18:48 PM

J'ai trouvé la solution je vais faire plusieurs top 10 comme ça je reste raccord avec le titre du topic =D .

Et je plusieurs pour X Clamp :'(
( qui fera partie d'un top avec Tokyo Babylon et Rg Veda qui est un peu mon tryptique sacrée de Clamp).

jedi_aruno.png


#26 Pierru

Pierru

    Japoniais

  • Members
  • 23898 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:Patpong

Posté 02 July 2018 - 16:43 PM

1) Akira (Katsuhiro Ōtomo): 

WXeCWtY.jpg

L'Α et l'Ω. Y'a tout dedans. Le chef d'oeuvre, le vrai, pas le terme galvaudé à la race

 
2) Devilman (Go Nagai) :

9hNZdNG.jpg

A peu près fan de tout ce à quoi touche notre bon vieux papy Nagai, s'il fallait prendre un truc qui a marqué, autre que ses séries de mechas, c'est celle-ci que je retiendrais. Un bon petit coup de poing dans la gueule de l'humanisme en mettant en scène la monstruosité comme force nécessaire et un monde de toute manière forcé à sa perdition.

 
3) Appleseed (Masamune Shirow) :

PbozM4a.jpg

Pour pas choisir son chef d’œuvre (Black Magic M-66) mais plutôt sa série qui a accompagné/marqué ma jeunesse plus que GITS, Appleseed a vraiment un charme fou, un décorum de malade et déjà des personnages féminins en acier trempé.
 

4) Ginga Tetsudô 999/Galaxy Express 999 (Leiji Matsumoto) :

nOMSH3T.jpg

Idem pour Matsumoto dont j'aime à peu près tout (de Yamato à Harlock) mais jai une sensibilité pour ce récit initiatique spatial qui nous raconte comme un bon livre d'histoire une aventure/planète différente à chaque tome.
 

5) Jojo Bizarre Adenture : Battle Tendency (Hirohiko Araki):

ExQRUhN.jpg

Ma saison préférée avec Joseph, le meilleur Jojo ever. Le génie d'Araki (et son trait) de brosser des persos chelous dans des situations grotesques tout en étant uber classe et passionnant. Sans compter un humour qui se mélange constamment avec du truc bien glauque, comme un Sammo Hung de la belle époque.
 

6) Mugen no Jûnin/L'habitant de l'infini (Hiroaki Samura):

qdU8cir.jpg

Fable ultra vénère qui ménage peu l'espoir, avec une galerie de personnages classes et souvent du mauvais côté de la morale. A ajouter à ça le trait de crayon divin de Samura.
 

7) Dr Slump (Akira Toriyama):

myFxd8u.jpg

Avant de s'engouffrer dans le piège DB comme tout le monde, découvert Dr Slump avant (ou après) et tombé sous le charme tellement c'est con et drôle. Toriyama y exprimait complètement son humour absurde et sa scatophilie latente.

 
8) Koroshiya Ichi/Ichi The Killer (Hideo Yamamoto) :

tGqIyJo.jpg

Première lecture d'une traite et premier choc. Je savais pas qu'on pouvait créer et publier un truc aussi sordide, hardcore, drôle dans son humour ultra noir et en règle générale complètement scindé du casque (la lecture d'Homunculus confirmera plus tard que Yamamoto est simplement fou à lier)

 
9) One Piece (Eiichiro Oda):

9RRSTsN.jpg

Même si je commence à avoir du mal avec le trop plein (de perso, d'actions en parallèle), je continue à me marrer et à être happé par ce gros ceaumor d'aventures qui déroule des trésors d'inventivité et de rythme épuisant, de bastons homériques et d'humour drôle. Le manga le plus vendu de tout l'étang a pas volé sa réput.

 
10) Hokuto no Ken (Buronson & Tetsuo Hara):

G9veLp6.jpg

Le premier manga que j'ai dû acheter (en jap). Tout est magique dedans, la toile de fond madmaxienne est traité amplifiée à mort, avec l'ultra-violence complètement fascinante et un monde crécrécré cruel. Entre les techniques martiales de malade et les proportions à l'arrache de Hara, un manga hyper typique qui ne peut que marquer au fer rouge son lectorat.
 
 
Et si on peut partir sur un top 20 :
 
11) Cobra (Buichi Terasawa):
L'anime sci-fi nichon pulp de l'amour a été découvert avant le manga mais rendons à César (et qu'il foire pas sa dédicace à la japan expo ce vendredi !!)
 
12) Rokudenashi Blues (Masanori Morita) :
Sa pseudo suite Rookies n'arrivera pas à refaire l'exploit dun des meilleurs Furyo manga ever, avec ses sales gosses attachants. Et de tout les mangaka, je trouve que c'est une de ceux qui ont le trait le plus chanmé.
 
13) Slam Dunk (Takehiko Inoue):
Plus que Vagabond que j'aime d'amour/haine, son manga sportif culte pour les djeuns des années 80, sorti à une époque où le sport n'était pas populaire du tout au ponj, ma beaucoup plus marqué (et a une valeur sentimentale nostalgique dune époque révolue évidente)
 
14) Black Jack (Osamu Tezuka) :
J'ai du retard à rattraper sur le papa du manga moderne en n'ayant lu que quelques oeuvres de lui. Mais Black Jack putain, je trouve ça toujours aussi moderne et palpitant. C'est fou comment ce truc est sorti au début des années 70.
 
15) Tough (Tetsuya Saruwatari):
Un gros respect et une affection réelle pour tous ces guerriers des temps modernes du Pride et autres UFC, adaptés dans le trait précis de Saruwatari, tout en restant presque « réaliste » et accrocheur (contrairement à cette merde de Grappler Baki). Les combats sont souvent sur une ligne fine et pour une fois le héros se fait souvent rouster les couilles.
 
16) City Hunter (Tsukasa Hojo):
Nostalgie, chapitre 56. N'empêche qu'Hojo déssine les nanas comme personne et que c'est peut-être le manga où je me suis tapé les plus gros fous rires (le mokkori qui fait un creux dans la gueule de Ryo relevé trop vite, jamais je m'en remettrais)
 
17) Bastard‼ (Kazushi Hagiwara) :
Reliquat des années 80 du mélange sans tiep de pompage à tout va (Giger, Metal Rock, etc), largement parti en couille depuis le début de la série, qui ne finira malheureusement jamais. J'aime même la toute dernière partie tant décriée et je vous emmerde cordialement.
 
18) Berserk (Kentaro Miura) :
Un peu emmerdé de le mettre dans un top vu la dégringolade de la série depuis facile 5 ans (ou plus ?). Mais reste une « première partie » vraiment putain de bien, sans pitié et vraiment bien foutue dans son déroulement.
 
19) Gunnm (Yukito Kishiro) :
Une super histoire qui magnifie son background un peu éculé de l'Eden perdu, en favorisant une héroïne robot plus humaine que les humains (qui ne sont d'ailleurs pas... Bref). Une bonne réflexion sur le ghost comme la série du Major Kusanagi, et du cyber punk à foison, faisant la part belle aux corps cybernétiques poussés à l'extrême. Sa suite est pas trop dégueue non plus d'ailleurs, même si pas au niveau.
 
20) Monster (Naoki Urasawa) :
Son oeuvre la plus maîtrisée et la plus claire. Vraiment agréable à suivre, même parfois un peu hard.
 
 
 
Et sans compter les manga qui ont été transcendés en adaptation animée : Mushishi, FullMetal Alchemist, Saint Seiya, Hunter X hunter, Kaiji, Gin Tama, ...
 
Y'a aussi ceux que je suis en train de lire et qui pourraient rentrer dans ce top (Kingdom, c'est toi que je regarde)
(je mettrais quelques illus plus tard parce que c'est triste juste le texte)

Edit: putain d'apostrophes qui s'effacent lors de l'édition. Quelle merde ce bug.


KEJwrtp.jpg


#27 cool attitude

cool attitude

    Gremlins

  • Members
  • 1941 Messages :

Posté 02 July 2018 - 16:59 PM

Je suis désolé de te l'annoncer Pierru mais Buichi Terasawa ne viendra hélas pas à Japan Expo cette année suite à quelques problèmes de santé.  :sad:

 

Après, je suis d'accord avec la plupart des titres que tu as mit dans ton top 20 qui sont des tueries et/ou des grands classiques.  :smile:

 

Je ferai le mien dès que j'aurai le temps. 



#28 Pierru

Pierru

    Japoniais

  • Members
  • 23898 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:Patpong

Posté 02 July 2018 - 17:09 PM

Ah merde. :(
J'avais loupé cette info, merci du tuyau.
(Bon tant pis, j'y allais pas forcément pour ça mais c'est con)

KEJwrtp.jpg


#29 AGS

AGS

    Wookie

  • Members
  • 2487 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:une forêt dans le nord, en Suède...

Posté 02 July 2018 - 21:48 PM

Les Trois Adolfs

Dragonhead

Pluto

Uzumaki

Le Chant D'Apollon

Akira

L'Enfant Insecte (Hino)

Dragon Ball

Anamorphosis (Kago)

Ludwig B

 

J'aurais pu citer pas mal d'autres choses pê plus "sérieuses", mais ceux là je peux les relire ad nauseam.


Capture_d_e_cran_2018-06-20_a_14.36.08.p


#30 DarK ChoueTTe

DarK ChoueTTe

    Dark ChouqueTTe

  • The Devil's Rejects
  • 22580 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:A flying blue box

Posté 03 July 2018 - 05:02 AM

Je vais pas expliquer pourquoi pour chaque titre, partie parce que ceux qui les ont cités avant moi l'ont déjà bien fait, mais en gros, des sommets de leur genre tout simplement :

 

- Dragon Ball 

- Ashita no Joe

- Jojo's Bizarre adventure : cas spécial avec à mon goût un gros lot de volume absolument génial de la 2ème à la 4ème génération comprise, puis une gentille dégringolade dans l'intérêt par la suite.
 

- Gunnm

 

- Devilman

- Parasyte

 

- Ranma 1/2

- 20th century boys (ou Monster, je sais pas trop en fait. Et j'ai toujours pas lu plus d'Urasawa après ça, peut-être qu'autre chose prendra cette place dans le classement)

- Hikaru no Go

 

- Slam Dunk
 

J'aimerais bien attribuer des places à d'autres titres tels que Hunter X Hunter ou Dorohedoro, mais je ne me vois pas faire ça avant que les séries soient achevées et finissent de se prouver.

Au rayon de ceux que j'ai pas notés mais qui ont complètement leur place, y'a toute l'oeuvre de Tezuka parce que j'adore en général et que je suis incapable de choisir (ce sera probablement un gros pavé comme Bouddha quand j'aurais avancé dans ma lecture), et Akira, sur lequel je suis toujours à la traîne puisque je découvre la version papier avec la nouvelle édition.

Et si c'était un top 20, je devrais y réfléchir un peu plus, mais y'aurait certainement du Umezu et du Ito.


ExCZp1i.jpg


#31 torente69

torente69

    Leprechaun

  • Members
  • 668 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 03 July 2018 - 06:08 AM

L'Enfant Insecte (Hino)


L'Enfant Insect, c'est le seul que j'ai pas lu de Hino. Tu le préfères au Serpent Rouge?


Ce message a été modifié par Vivi - 03 July 2018 - 11:55 AM.
correction de citation


#32 AGS

AGS

    Wookie

  • Members
  • 2487 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:une forêt dans le nord, en Suède...

Posté 03 July 2018 - 08:46 AM

en fait oui, mais je ne dirais pas forcément que c'est meilleur. :smile:


Capture_d_e_cran_2018-06-20_a_14.36.08.p


#33 Nova0_0

Nova0_0

    Ghoulies

  • Members
  • 216 Messages :
  • Location:geek city

Posté 03 July 2018 - 09:54 AM

Ce ne sont pas forcément les meilleurs mangas du monde, mais voilà...

 

Dragon Ball le premier, tout a commencé par lui

 

Ranma 1/2 avec One Piece les deux mangas qui m'ont fait le plus rire!

 

Gunnm je pense que s'il ne devait en rester qu'un je prendrais celui-là. Alors ok, la fin est bancale mais les 8 premiers tomes sont juste parfaits.

 

Candy Candy c'est avec ce genre de manga qu'on se rappelle qu'on est des petites choses fragiles qui peuvent pleurer pour un rien...

 

City Hunter un héros charismatique, des jolies filles, de l'action, de l'aventure, du suspense (ouais, enfin, pas trop, les gentils gagnent toujours! :D )

 

Saint Seiya cette adaptation fidèle de la mythologie romaine est mythique! :D

 

Blame! la déflagration du flingue du héros est à l'image de la claque graphique que tu te prends sur certaines pages. 

 

Slam Dunk j'ai hésité avec Rookie, mais bon, mon amour pour le basket a parlé!

 

One Piece avec Ranma 1/2, les deux blablabla, vous avez compris

 

Onepunch-Man le seul manga en cours de publication que j'attend fébrilement chaque mois...


user posted image : "Fear the Dark Side, you don't need to!"

#34 torente69

torente69

    Leprechaun

  • Members
  • 668 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 05 July 2018 - 04:40 AM

En attendant de lire Ayako et Dragon Head:

-1 Gunnm (Yukito Kishiro). Condensé en 9 volumes d'un univers unique ou émotion, combats dantesque, réflexions et adversaires charismatiques en diable (non mais ce chef géant de rébellion à moitié Santor qui veut détruire Zalem!!!). Fresque qui trouve un second souffle à partir du tome 4 qui emprunte au western. Et puis cette fin toutes en poésie.

-2 Berserk (Kitamura). Comme beaucoup la découverte de ce monument de la Dark Fantasy a été un choc. Pour moi, c'est un sans faute jusqu'à la confrontation des Gods Hand dans l'Age d'or. Même les histoires hors de cette période sont envoûtante entre le moine/prête démoniaque, la horde de fées maléfiques,..., un bestiaire sortie de cauchemars les plus fiévreux. Par contre à partir du réveil de Casca ça va de l'excellent, à des longueurs qui font trop ralentir le rythme. Dommage, j'ai lâché l'affaire.

-3 Lady Snow Blood (Koike/Kimamura). J'avais adoré le film mais la lecture du manga fut une bonne claque. Le découpage, les dessins y sont pour beaucoup. Certains personnages, haut en couleurs, comme l'ermite qui erre le long du chemin de fer donnent une touche comique. La poésie fait partie de cette fresque.

-4 La Jeune fille aux camélias (Maruo Suehiro). Moins frontal que ses courts récits dans les recueilles DDT ou Le monstre au teint rose, cette longue histoire fut ma porte d'entrée au monde de l'auteur. C'est dur mais avec des touches de tendresse, Le tout baigné dans une atmosphère de fête foraine toujours avec cette poésie toute personnelle chère au monsieur. Beaucoup aimé aussi L'île Panorama et La Chenille mais La June fille aux camélias fut mon premier donc...

-5 Baptism (Kazuo Umezu). Comme l'écrivait et des madnautes, fan d'Umezu, Baptism est une œuvre très sombre, peut-être la plus noire de Kazuo. D'un premier tome qui rappelle les anciens récits d'épouvante, on passe à une histoire de manipulation malsaine. La tension est à tout moment présente, le fait qu'il n'y ait que 4 tomes aide à la maintenir. Plusieurs lectures nécessaires pour découvrir les idées de la construction de ce récit à mettre à côté de Psychose et Esther.

-6 L'école emportée (Kazuo Umezu). Premier récit qui m'a initié au monde du maître de l'horreur. Récit entre horreur et sf, l'Ecole emportée garde un côté feuilletonesque qui relance régulièrement l'histoire et qui permet d'être accro. Biensur le graphisme des personnages peut paraître désuet avec son aspect naïf mais tout le génie de Kazuo Umezu est justement de jouer sur ça. Le lecteur embarque dans l'histoire et se prend les moments de violence soudain comme des gifles ce qui décuple sa force. On peut discuter, aussi, sur la résolution un peu facile et systématique de certaines situations mais ceci n'est pas grand chose devant ce qui nous est offert.

-7 Serpent Rouge (Ideshi Hino). Récit cauchemardesque se déroulant dans l'univers de l'enfance, le Serpent Rouge m'a renvoyé à l'ambiance d'Earserhead. Au fur et à mesure mesure des lectures on peut y voir une nouvelle interprétation. Le graphisme d'Hino joue une grosse part à cette ambiance. Cette "relecture d'Alice au pays des merveilles" (qui est une des nombreuses lectures de l'histoire) est un Voyage qui marque au fer rouge celui ou celle qui décide de tenter l'aventure.

-8 Wet Moon (Atsushi Kaneko). Polar noir évoluant entre rêves et réalité, Kaneko est influencé par le Lost Highway de Lynch et nous dévoile son récit fiévreux autour de cet inspecteur obsédé par l'image de la Lune. Ambiance 60's avec sa galerie de personnages tour à tour sensuel(le) pour sa danseuse ou inquiétant pour cet albino qui semble détenir les clefs du récit, à la façon de l'homme en noir dans Lost Highway. Kaneko a le bon goût de ne pas trop diluer son récit, comme il l'a fait sur son Soil(qui vaut le détour cependant) en resserrant son histoire sur 3 tomes.

- 9 Parasites. 10 tomes de montée de tension. L'histoire de ce lycéen devant combattre une invasion extraterrestre belliqueuse, aidé d'un Alien ami brosse un ensemble de situation allant de l'humour au suspense. C'est assez direct dans ses enjeux et bien dosé dans la révélation des points faibles des aliens pour maintenir l'intérêt sur les 10 tomes.

-10 Bamby (Atsushi Kaneko). Alors ce Bamby n'est pas parfait, les tomes 2 et 3 ne font que très peu avancer le fil rouge du récit mais c'est assez Mad dans ses situations, ses personnages (à commencer par Bamby) et variés dans les genres abordés pour faire la fine bouche. On passe du polar à la Pulp Fiction au survival façon Massacre à La tronçonneuse. Des tomes 4 à 6 l'auteur a su se recentrer sur son fil rouge ce qui nous donne droit à une histoire plus maîtrisée. Bamby est à découvrir au plus vite si vous aimez les histoires déjantés pleine de bruits et de fureurs.

#35 Para

Para

    JarJar

  • Members
  • 7 Messages :

Posté 09 July 2018 - 16:44 PM

Mmh, c'est un thème plus compliqué que je ne le pensais, j'ai oscillé entre les manga m'ayant procuré le + de plaisir (l'époque club dorothée quand j'étais petit)  et ceux que je trouve qualitatif actuellement. Par exemple, les chevaliers du zodiaque m'ont fait rêver à l'époque mais lorsque je tente de les relire et que je vois ça...

 

Ikki : impossible, je ne peux absolument pas aligner ma vitesse sur la sienne...
5 pages plus loin.
Eaque : Im... Impossible! Il a réussi à esquiver malgré ma vitesse!!!
Ikki : Eaque! J'ai bien observé ta vitesse d'attaque. Pour te battre, il suffit de la dépasser!

Ah, si seulement Christophe Lemaître avait lu Saint Seiya, Usain Bolt aurait eu du souci à se faire^^.

Hop, c'est parti!

- Neuro : ça prend trop de place de tout recopier ici alors pour les curieux/patients, une chronique que j'avais faite lorsque je croyais naïvement avoir le temps de tenir un blog...  https://raticalblog....manga-mysteres/

- Parasite : le manga phare d'Hitoshi Iwaaki, et pourtant, il dessine encore Historié, c'est dire! Une cohabitation forcée très bien écrite, fluide et des antagonistes qui réservent leur lot de surprise aux lecteurs.

- Hunter x Hunter : rien que pour le traitement de l'altérité dans l'arc ant, il aurait déjà sa place dans mon top, alors avec la bonne vingtaine de tomes supplémentaires...

- Vinland saga : j'ai un gros faible pour les mangas "historiques" (Jin, le cuisinier de Nobunaga, Historié, Kingdom etc) mais celui ci a un charme particulier à mes yeux car le cheminement et la quête de Thorfinn me parlent plus.

- Hikaru no go : le manga que je connaisse le plus accessible pour toutes les tranches d'âge + Obata à son meilleur, et de loin.

- Le pavillon des hommes : une uchronie shogunale extrêmement intéressante regroupant politique, intrigues de palais, ouverture du japon, progrès (de la médecine notamment). c'est un réel plaisir de lire les aventures de ces femmes ayant accédé au shogunat suite à une épidémie faisant des ravages exclusivement sur les hommes.

- Nodame cantabile : un manga sur la musique classique avec une héroïne excentrique à souhait, le manga qui me met de bonne humeur, on ne s'attend pas forcément à cela lorsqu'on lit le scénario mais ça a été un énorme succès au Japon avec plus d'1 000 000 d"exemplaires vendus par tome.

- Black Jack : comme Pierru

- Sing yesterday for me : mon tranche de vie préféré malgré un personnage qui finit par devenir un peu lourd.

Je n'arrive pas à trancher pour le 10ème.

 



#36 Adaret

Adaret

    Gremlins

  • Members
  • 1645 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:village des schtroumpfs

Posté 10 July 2018 - 13:13 PM

Pfff, pas facile les gars.

 

1- AKIRA (Katsuhiro Otomo aka Dieu)

akira2.png

Je n’oublierai jamais ce début de soirée hivernal en 1991, où j’ai découvert par hasard le volume 16 des fascicules vendus en librairie. J’étais parti acheter mon Spirou hebdomadaire et j’ai pris l’apocalypse en double page au travers du lobe frontal. 

Quelques mois après l’impact, l’adaptation ciné finissait de me ravager la cervelle. Séquelles indélébiles: ma vie sera bohème et virées en bande désorganisée, mobylette et dessins animés. 

Depuis, Otomo ne m’a jamais quitté, je reviens toujours au meilleur auteur de l’univers. Parfait de la première à la dernière page, le seul défaut du « Le chef d’œuvre, pas le terme galvaudé à la race » (©Pierru) est d’éclipser les autres travaux du maitre.

 

2- DOMU (Idem)

image08.jpg

Avant Akira, il y eut Domu. Chronique sociale fantastique ou le choc des générations dans une citée dortoir aux proportions écrasantes.

Fantômes de suicidés, racontars de ménagères, drames intimes, enquête policière et pouvoirs psychiques se télescopent violemment dans les flammes et le bruit du ciment qui craque. Portés par un découpage tout en amplitude et profondeur, le dessin pulse et le trait vibre. Un one shot puissant, regorgeant de personnages inoubliables,« suant d’humanité ». 

En attendant une édition française digne de ce nom, messieurs dames des branlos associés.

 
3- GHOST IN THE SHELL  (Shirow Masamune)
The-Ghost-in-The-Shell-manga.jpg

Je vais être honnête, mon premier contact avec le techno-thriller de Shirow se bornait aux paluchages spasmodiques provoqués par les planches coquines du volume japonais dégoté chez feu Tonkam. Des années plus tard, j’ai finalement été happé comme rarement par cette univers foisonnant. 

Le premier tome est fondamental, posant les bases de toutes les déclinaisons à venir mais n’entache pas la réussite du deuxième tome, centré sur le quotidien de la section 9. J’émettrais des réserves sur le troisième tome pété du bulbe. Extrêmement difficile à suivre sans une connexion direct cerveau/Wikipédia (ou les trucs que prend Jason 13th pour décompresser) et parsemé de petits culs athlétiques à outrance. Il préfigure le virage insensé de l’auteur vers les rivages du porno et du mauvais gout graphique absolu. 

 

4- Dr SLUMP (Akira Toriyama)

Caca-arale-dr-slump-004.jpg

Moi un mec qui fait parler un caca avec des baskets, j’appel ça un génie. Des tronches pas possibles, des personnages totalement crétins déambulants dans des histoires débiles et cet andouille d’auteur qui raconte sa vie. 

Et les Aliens tête de fesses.

Et suppaman.

Et les faces de Clint.

Et la connerie au rang d’art.

Les derniers tomes du manga peinent à retrouver l’énergie infantile des débuts mais on s’en fout: Dr SLUMP est un incontournable de la rigolade kawaiio-décérébrée.

 
5- SPRIGGAN (Hiroshi Takashige et Ryoji Minagawa)
spriggan_wideban_cover.jpg

Aaaah Kaméha. 

Vous vous souvenez du périodique de Glénat imprimé sur papier hygiénique? Akira, Orion… tant de bonnes choses en prépublication. Entre deux gros mastodontes, il y avait ce petit manga d’action/SF/fantastique aujourd’hui tombé un peu dans l’oubli.

A l’époque des patchs Metallica cousus sur vestes en jean sans manches, je voulais être dessinateur de manga et c’était exactement ce que je rêvais de faire: De l’action bourrine qui pète les culs, des sociétés secrètes à la recherche d’artefacts apocalyptiques, un héros qui sue la classe dans sa combinaison de combat en mode berserk, un loup garou à mitraillette… Le top malgré une sérieuse baisse de qualité en court de route. A noter que l’adaptation confortable en animé fut supervisé par dieu le père en mode pépère au sein du studio 4c.

 

6- L’HABITANT DE L’INFINI (Hiroaki Samura)

l-habitant-de-l-infini-c-est-fini-142034

Alors wé, la paresseuse adaptation française de ce monument nous prive honteusement du melting-pot linguistique voulue par l’auteur. N’empêche que la baffe est là, dans ta gueule, ramasse tes dents. Ou plutôt tes bras découpés au sabre. Ça charcle, ça gicle, c’est épuisant, c'est beau.

 

7- APPLESEED (Shirow Masamune)

256px-Appleseed1-cover.jpg

Mon premier « flash » pour l’auteur. Entre l’action enlevée, le dessin précis, les méchas de ouf, le découpage nerveux et la densité du monde dépeint, tout est là pour kiffer. 

Pas grand chose à dire d’e plus si ce n’est qu’aucune adaptation n’a su rendre justice à cette excellente série. Je dirais pas non à une édition digne de ce nom.

Et que je me souviens plus de la fin alors que celles des infâmes merdes en 3D sont classés au propre dans mon cerveau défaillant.

 

8- L’HOMME QUI MARCHE (Jiro Taniguchi)

b9f66bb9e1ab304c301dce1475a437f8.jpg

Ente deux cases dessinées sous la jupe et la course à la super puissance, on pouvait tomber sur cette étrange livre; Edité par Casterman sur du papier pourri, ce manga ne proposait rien de ce qu’on trouvait chez les voisins: Un mec se promène, des fois avec son clebs.

Voila pour le pitch. « Meuh? » s’interroge l’amateur de bourepifs hypertramés. 

Pourtant le style singulier de Taniguchi, dans la ligné de ces japonais influencés par quelques auteurs européens, capte l’œil. La quasi absence de dialogues et la finesse des détails invitent à la douce errance, au calme, à la sérénité. Sans vouloir jouer au lecteur avisé de Téléramna 1/2, je kiffe pleins de trucs chez Taniguchi (Tokyo Killers, Ice Age…) mais celui-ci reste mon préféré. 

A lire dans un RER flambant neuf qui traverse la décrépitude urbaine.

 

9- KITARO LE REPOUSSANT (Shigeru Mizuki)

Alt-Shigeru-Mizukis-War-Haunted-Creature

Enfant borgne né dans la tombe de sa mère morte, Kitaro arpente le japon en compagnie de son papa œil pour régler les différents entre humains et yokai. La narration a beau être naïve, les résolutions abruptes, Mizuki traite ses histoires avec une honnêteté désarmante. Le style graphique contrasté (ces personnages aux formes simples, cartoon, au milieu de décors fouillés et gorgés de détails) participe à la joie de découvrir tout un pan de la culture fantastique. Un régal constant et une chanson en hymne à la justice nonchalante. La force tranquille, en somme.

 
10- FOSSILES DE REVES égalité avec KAIKISEN et OPUS (Et tout le reste du gars en fait)
77ca629d5ee652cf0848a749d6bb836c.jpg

Satoshi Kon, j’ai fait la gueule pendant une semaine en apprenant son décès. Pas à cause d’un kebab qui passe de travers mais bien parce que ce mec allait définitivement me manquer. 

Artiste d’envergure au talent insolent, il est l’un des rares à me faire passer avec aisance et malice par autant d’états émotionnels. 

Je trouve son œuvre papier/animée tout bonnement fascinante. 

Etant proche de l’adoration bête et méchante, je souhaiterai que les madnautes ayant l’idée saugrenue d’émettre un avis négatif sur les travaux du bonhomme ferment gentiment leur mouille. Ou ils me verront obliger de les inceptioner afin qu’il pensent à leur mère à chaque fois qu’ils/elles se touchent la trompette.

 
11- LE VAGABOND DE TOKYO (Takashi Fukutani)
VdT31-780x290.jpg

La loose. De la vie, du dessinateur échoué, des chantiers mal payés, des nouilles bon marché, de la croute entre les doigts de pied, du sexe qui sent mauvais.

Cette tranche de biographie délabrée, ode à la flemme qui inspire la bêtise, subit les aléas d’un éthylisme chronique. Pourtant, au grés d’aventures parfois répétitives, souvent vulgaires et immanquablement grossières, on se prend à rire et s’attendrir pour cette tanche irrécupérable de Yoshio, idiot solidement incrusté dans les fissures d’une société brutale et normative.

 

12- MPD PSYCHO (Eiji Otsuka et Sho-U Tajima)

mpd-psycho-manga-volume-15-simple-52708.

Parfois je me demande pourquoi je m’accroche à ce titre. Le dessin n’est pas super sexy, l’intrigue est confuse, la mise en scène se la pète, on confond (volontairement?) les persos sur les trois premiers tomes et les retournements sont totalement WTF. Il se dégage tout de même une sensation d’extreme, marquante par des idées tordues et une ambiance aussi lourde que les 24(?) petits livres qui composent cette glauquerie machiavélique.

 

13- 20th CENTURY BOYS (Noaki Urasawa)

20thcb.jpg

Niveau ambiance, on est à l’opposé du spectre de MPD Psycho dans le genre serial à tiroirs des mystères mystérieux. Le manga d’ Urusawa fait dans le spectaculaire et la nostalgie. Un peu bon marché mais diablement efficace. Le dessin expressif et carré est à son meilleurs, la construction accrocheuse. Peut-être pas aussi bon que Monster, fusse-t-il tout aussi addictif.

 

14- BLACK JACK (Osamu Tezuka)

Black-Jack-Manga.jpg

Pierru parlait de modernité. C’est exactement ça. Du Tezuka intemporel. 

A picorer en édition luxe dans un fauteuil club, en se tortillant la moustache après une grosse journée, un fond de whisky à portée de main.

 

15- L’HISTOIRE DES TROIS ADOLF (Osamu Tezuka)

9782759501380FS.gif

J’ai la flemme et je suis incapable d’argumenter avec pertinence. Alors lecteur égaré, si ce n’est pas déjà fait, rend toi service et va lire ce livre séance tenante.

 

16- WHAT’S MICHAEL? (Makoto Kobayashi)

manga-czesc-michael-yakuza-kot.jpg

Le pinacle du lolcat bien avant les conneries d’internet. Le dessin est solide, le ton léger, les histoires absurdes et…Godzichat. L’auteur qui s’amuse, ça se sent, a le bon gout de clôturer son succès à l’apogée. 

296_320.jpg

4 tomes de ronron à la gloire de ces connards de chats.

 
17- VIDEO GIRL AÏ (Masakazu Katsura)
Video_Girl_Ai_600.jpg

Romance, rivalité amoureuse, spleen adolescent et petites culottes au format VHS, tels sont les ingrédients de ce compte fantastique aux doux relents eichii. Sans doute que l’œuvre de Katsura accuse le poids des ans. Dans mon souvenir il n’en est rien. Aï, je t’aiiimeuh. 

Pour toujours.

 

18- SPIRALE (Junji Ito)

256099067_1_9_sjWYtnSO.jpg

Difficile d’aborder ce magnum opus sous un angle original (comme ce qui précède vous me direz).

La tranquillité du quotidien rongé par l’irrationnel, la contamination obsessionnelle du bizarre… Tout participe à cette noirceur, ce sentiment irrémédiable d’étranglement. 

Aussi glaçant que fascinant, Ito est un géant.

 

19- GUNNM (Yukito kishiro)

gunnm-edition-originale-vol-7-vf.jpg

Manga culte au titre imprononçable, l’uppercut enragé de Kishiro fonctionne encore du tonnerre. 

J’aime comment il ne se démonte pas, ose la surenchère improbable pour magnifier les sentiments exacerbés.

J’aime comme il compense les anatomies aléatoires par une énergie bouillonnante et une orgie de détails.

Foudroyant.

 

20- LA MAISON AUX INSECTES (Kazuo Umezu)

la-maison-aux-insectes-critique.png

Pas facile de choisir un titre en particulier. Pourquoi pas cette Maison aux Insectes, recueils d’histoires courtes suffisamment variées pour apprécier l’étendu du talent d’Umezu. Légendes à raconter coin du feu, twists macabres encrés dans le japon moderne, ces histoires à frémir, entre la folie d’Ito et le grotesque de Maruo, ont quelque chose d’universel.

 

BONUS-

 

21- ANGEL (U-Jin)

angelujin.jpg

Premier contact avec les manga cochons et les stéréo-gram qui fracturent les yeux. Un dessin parfois trop lâché, quelques redondances mais un réel savoir faire d’évocation. (*soupir de souvenirs moites*)

 

22- ASATTE DANCE (Noaki Yamamoto)

04.jpg

Cela fait bien longtemps que je n’ai pas relu ce formidable petit manga, (hélas perdu dans un déménagement). Je garde en tête une tranche de vie drôle et sensuelle. Dans mes souvenirs, c’est un peu Maison Ikkoku avec du sexe et une troupe d’acteurs loufoques. Délicat et prenant.


240245DOMUEXTRAIT01SMALL.gif


#37 Pierru

Pierru

    Japoniais

  • Members
  • 23898 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:Patpong

Posté 10 July 2018 - 16:30 PM

 

 
5- SPRIGGAN (Hiroshi Takashige et Ryoji Minagawa)
spriggan_wideban_cover.jpg

Aaaah Kaméha. 

Vous vous souvenez du périodique de Glénat imprimé sur papier hygiénique? Akira, Orion… tant de bonnes choses en prépublication. Entre deux gros mastodontes, il y avait ce petit manga d’action/SF/fantastique aujourd’hui tombé un peu dans l’oubli.

A l’époque des patchs Metallica cousus sur vestes en jean sans manches, je voulais être dessinateur de manga et c’était exactement ce que je rêvais de faire: De l’action bourrine qui pète les culs, des sociétés secrètes à la recherche d’artefacts apocalyptiques, un héros qui sue la classe dans sa combinaison de combat en mode berserk, un loup garou à mitraillette… Le top malgré une sérieuse baisse de qualité en court de route. A noter que l’adaptation confortable en animé fut supervisé par dieu le père en mode pépère au sein du studio 4c.

 

 

Oué, le périodique glénat en papier Jump, à l'ancienne.

 

Marrant parce que Spriggan, j'ai eu y'a quelques jours une grosse envie de me refaire le film de Kawasaki, que j'ai pas vu depuis sa sortie en DVD (alors que j'ai acheté le blu ray depuis, le couillon quoi)

 

En dehors de la plupart des scènes de ouf visuellement, y'a un plan dont je me suis souvenu y'a pas longtemps et qui m'avait tué sur place à l'époque, quand il saute en contre plongée d'une fenêtre après qu'un mec lui lance une grenade (dans l'ENORME scene d’Istanbul). J'arrive pas à trouver le gif mais voilà quoi.

 

(bien ouej pour Dômu, gros oubli)


KEJwrtp.jpg


#38 aruno

aruno

    Wookie

  • Members
  • 2214 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 10 July 2018 - 18:54 PM

Marrant parce que Spriggan, j'ai eu y'a quelques jours une grosse envie de me refaire le film de Kawasaki, que j'ai pas vu depuis sa sortie en DVD (alors que j'ai acheté le blu ray depuis, le couillon quoi)
 

 

C'est sorti en Blu-ray Spriggan ∑(°Д°) ?!!!??

 

Ou quoi comment ?

 

dans un édition Région B ?

 

J'pensais prendre le DVD HK prochainemen mais si y a BR c'est encore mieux ^^

 

 

EDIT :j'ai checké. Italie , US et Japon . PAr contre je sais pas si le US est All Zone . Et le Japon coûte comme toujours deux bras entier   :teube:


jedi_aruno.png


#39 AGS

AGS

    Wookie

  • Members
  • 2487 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:une forêt dans le nord, en Suède...

Posté 10 July 2018 - 21:55 PM

Il y a un titre que je m'en veux d'avoir oublier et qui mérite amplement sa place dans cette liste selon moi, c'est GON, un titre absolument unique, et un sommet du storytelling.


Capture_d_e_cran_2018-06-20_a_14.36.08.p


#40 Tomfincher

Tomfincher

    Leprechaun

  • Members
  • 611 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 10 July 2018 - 22:13 PM

Spriggan, c'est aussi un de mes premiers manga. Par conte, il y a que le premier tome qui avait été traduit, non ?

fy2nzZ.gif





0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)