Aller au contenu


Photo

La Jeune Fille de l'eau - M. Night Shyamalan (2006)


  • Please log in to reply
350 réponses sur ce sujet

#261 Rom1

Rom1

    Je ponctue chaque phrase par un pet

  • Members
  • 15895 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Reims

Posté 31 August 2006 - 18:58 PM

CITATION
Ben ouais, ils sont d'accord avec toi. Ca c'est de l'ouverture d'esprit !


Et d'une, ils sont d'accord avec moi sur la qualité du film, pas forcément sur le pourquoi de cette qualité.
Et de deux, nicco précise bien n'avoir pas envie de lire des avis négatifs, ce qui est son droit. Je lui conseille donc les avis positifs qui m'ont paru les plus argumentés et à même de peut-être lui apporter un éclairage supplémentaire.
Et de trois :

CITATION
sans doute les plus pertinents à mes noeils sur le film


Ca me paraissait suffisamment clair, je ne prétendais pas faire preuve d'ouverture d'esprit ici.
Faut te calmer grand. Apprécier ce film ne doit pas être pris comme une insulte envers toi hein.

#262 The X Phil

The X Phil

    Gremlins

  • Members
  • 1613 Messages :

Posté 31 August 2006 - 19:09 PM

CITATION(DarK ChoueTTe @ 31 8 2006 - 15:49) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION
Les notes d'humour m'ont fait marrer, et apparemment toute la salle pensait comme moi.
Evidemment, la loi du plus grand nombre n'est pas toujours celle de la raison, mais ça m'étonne que pas un des gags n'ait fonctionné sur toi.
Parmis cette gallerie de persos hauts en couleurs, y'avait de quoi faire.
Après, l'humour étant l'un des domaines les plus subjectifs du monde, passons, j'imagine.


En effet, l'humour est totalement subjectif. Dans la salle où j'étais, la moitié des gens rigolaient systématiquement, une partie des autres de temps en temps, d'autres encore pas du tout (ou aux dépends du film).

CITATION
Le « film sur le cinéma » est donc complètement raté à force de balourdise, de clichés et de caricature

Clichés, caricatures : peut-être.
C'est un film qui parle de façon simple et honnête, qu'on peut limite considérer comme naive.
C'est là qu'on en revient au fait que l'aceptation ou non du travail de MNS compte pas mal sur l'ouverture du spectateur et le fait qu'il lâche un peu le côté constamment cynique : ça vaut aussi pour les "bons sentiments" de la partie conte.


Ben justement, je trouve le film tout sauf simple et honnête. Il est totalement manipulateur, et par là même, il n'amène pas le spectateur à se débarrasser de son cynisme. Enfin, c'est pas une obligation, mais moi, quand je vois un mec qui semble jouer avec moi, je m'en méfie et je le prends par l'ironie et le cynisme. Avec cette vision, le film tombe complètement à l'eau (sans jeu de mots tout pourri).

CITATION
Mais un conte c'est souvent naif d'apparence.
Et souvent ça l'est pour distiller de façon ludique et populaire des messages simples mais importants en s'adressant à plusieurs générations à la fois (ce qui est aussi le cas ici, l'un des messages étant la place de l'être humain dans la société, dans le monde : tu m'excuse mais c'est loin de n'être qu'un message bêta ne s'adressant qu'aux enfants).


Voir ci-dessus. Le film n'est pas seulement un conte de fées, on ne peut donc pas le voir uniquement en tant que tel. et ce mélange de la naïveté du conte et de thèmes plus sérieux est mal fait à mon avis.

CITATION
Pourquoi cette mythologie est-elle plus débile que celle de n'importe quel autre conte ?


Toujours la même chose : en mêlant des éléments sérieux à son conte, la partie "merveilleuse" parait faible.


CITATION
Être aussi prétentieux ouvertement, ce serait pas humain.


Ben ouais, je suis d'accord... c'est hallucinant de faire un film aussi prétentieux ! Shyamalan ne doit pas être humain...


CITATION
note = 0/6
Bien sûr.
Aucune qualité, l'équivalent d'un véritable nanar de série Z, donc chaque moment de visionnage est insoutenable.
J'ai l'impression que t'aimes bien l'éxagération quand même.


Quand je note un film, j'essaie de le ramerner à sa valeur. C'est clair que si on compare ce film à "Dragonball - le film" que j'ai vu récemment, c'est un chef d'oeuvre. Mais on mélange pas les torchons et les serviettes, il faut comparer ce qui est comparable. Par rapport à "Incassable", par exemple, je trouve que celui-ci est une merde. Je lui donne sa note par rapport à son statut de "gros film fantastique" réalisé par un "grand nom" etc...

#263 nicco*

nicco*
  • Guests

Posté 31 August 2006 - 19:18 PM

CITATION(The X Phil @ 31 8 2006 - 19:37) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(Rom1 @ 31 8 2006 - 19:22) <{POST_SNAPBACK}>

CITATION
Bref, de peur de m'étouffer dans mes corn-flakes, je vais soigneusement éviter de parcourir plus avant ce topic


Jette un oeil aux post de Francesco ou DarkChouette qd même, sans doute les plus pertinents à mes noeils sur le film (et lis aussi les miens, fripon).


Ben ouais, ils sont d'accord avec toi. Ca c'est de l'ouverture d'esprit !
Et après, on reproche aux détracteurs de Shyamalamalan de pas être assez ouverts pour entrer dans son trip...

C'est la même chose pour le post de nicco : Télérama, comme moi, comme d'autres, avons le droit de pas aimer le film. On a même le droit de le dire, c'est dingue, non ? Personne t'interdit de t'extasier devant, donc bon...


Télérama a le droit de ne pas aimer, mais a-t-il pour autant le droit de dire l'exact opposé du discours d'un cinéaste ? A-t-il le droit de fantasmer des faits qui ne se trouvent en aucun cas dans le film ? A-t-il le droit de dire des conneries pour étayer un propos vide de sens puisqu'apparemment l'auteur de cette critique n'a pas saisi le message ?

Oui, fondamentalement il a le droit. Mais moi j'ai le droit de l'ouvrir quand quelqu'un a usé de son droit à dire des conneries.

Que Télérama, Joseph ou Cauet aiment ou pas, ça on s'en touche la rectale, mais que l'on donne des arguments bidons et qu'on modifie les faits, ça c'est grave.
Alors j'attends qu'on me démontre où est le discours passéiste de Shyamalan dans Lady in the water...


Ensuite, ça n'a rien à voir avec un quelconque manque d'ouverture d'esprit, c'est juste que ça me fait mal quand on rabaisse continuellement les intentions d'un auteur.

J'ai dit "intention", donc on est loin du débat de goûts et des couleurs, subjectivité, ouverture, tout ça. Je précise juste qu'à partir du moment où des spectateurs prennent le but d'un cinéaste de travers d'entrée de jeu, forcément à la sortie c'est l'bordel là-dedans. Pourtant Shyamalan, ça fait 5 films qu'il prépare, qu'il malaxe, qu'il habitue, qu'il prévient. Mais certains ne voyaient que des "twists finaux pourris".

Car autant ses intentions sur Le Village n'étaient pas abouties (et ce n'était pas de dire : "sté mieux avant tavu gros, main'nant avec le 11 septembre et tout ce qu'ils envoient dans le ciel, lé pourri le temps", c'était un peu plus intéressant en fait), ben dans Lady in the water, elles sont totales et touchent au but, sans mettre le récit en péril, bien au contraire, puisqu'il le transforme en conte de fées métaphysique.

Alors non, je ne lirais pas des commentaires dont les auteurs, qui semblent bien vivre le fait de passer à côté d'une oeuvre fantastique "passk'y a des twists et des monstres pourris", rabaissent sans raison un cinéaste qui a des couilles.
Parce que ça m'irrite et après j'ai des rougeurs là (et les magazines de cinéma me suffisent, bientôt j'ai plus de pommade).

#264 Lurdo

Lurdo

    Aventurier en série(s)

  • Members
  • 22775 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:Down in the underground...

Posté 31 August 2006 - 19:24 PM

nicco, tu portes bien ton grade perso.
# Depuis le 27/11, le blog de Lurdo (feat. Sygbab) a basculé en mode Noël, pour la Christmas Yulefest 2017, avec trois critiques de films festifs par jour, du lundi au samedi, jusque début janvier ! Et le week-end, les Gilmore Girls - Une Nouvelle Année et l'intégrale de la série Spartacus #

#265 The X Phil

The X Phil

    Gremlins

  • Members
  • 1613 Messages :

Posté 31 August 2006 - 19:24 PM

CITATION(nicco @ 31 8 2006 - 20:18) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(The X Phil @ 31 8 2006 - 19:37) <{POST_SNAPBACK}>

CITATION(Rom1 @ 31 8 2006 - 19:22) <{POST_SNAPBACK}>

CITATION
Bref, de peur de m'étouffer dans mes corn-flakes, je vais soigneusement éviter de parcourir plus avant ce topic


Jette un oeil aux post de Francesco ou DarkChouette qd même, sans doute les plus pertinents à mes noeils sur le film (et lis aussi les miens, fripon).


Ben ouais, ils sont d'accord avec toi. Ca c'est de l'ouverture d'esprit !
Et après, on reproche aux détracteurs de Shyamalamalan de pas être assez ouverts pour entrer dans son trip...

C'est la même chose pour le post de nicco : Télérama, comme moi, comme d'autres, avons le droit de pas aimer le film. On a même le droit de le dire, c'est dingue, non ? Personne t'interdit de t'extasier devant, donc bon...


ça n'a rien à voir avec un quelconque manque d'ouverture d'esprit, c'est juste que ça me fait mal quand on rabaisse continuellement les intentions d'un auteur.

J'ai dit "intention", donc on est loin du débat de goûts et des couleurs, subjectivité, ouverture, tout ça. Je précise juste qu'à partir du moment où des spectateurs prennent le but d'un cinéaste de travers d'entrée de jeu, forcément à la sortie c'est l'bordel là-dedans. Pourtant Shyamalan, ça fait 5 films qu'il prépare, qu'il malaxe, qu'il habitue, qu'il prévient. Mais certains ne voyaient que des "twists finaux pourris".

Car autant ses intentions sur Le Village n'étaient pas abouties (et ce n'était de dire : "sté mieux avant tavu gros, main'nant avec le 11 septembre et tout ce qu'ils envoient dans le ciel, lé pourri le temps", c'était un peu plus intéressant en fait), ben dans Lady in the water, elles sont totales et touchent au but, sans mettre le récit en péril, bien au contraire, puisqu'il le transforme en conte de fées métaphysique.

Alors non, je ne lirais pas des commentaires dont les auteurs, qui semblent bien vivre le fait de passer à côté d'une oeuvre fantastique "passk'y a des twists et des monstres pourris", rabaissent sans raison un cinéaste qui a des couilles.
Parce que ça m'irrite et après j'ai des rougeurs là (et les magazines de cinéma me suffisent, bientôt j'ai plus de pommade).


1 - c'est ton avis, et tu le partages avec toi-même. Moi je trouve "Lady in the water" cpmplètement foiré, qu'il ai préparé le film depuis 10 ans ou pas.

2 - tu présumes de ce que les gens disent contre le film dans des posts que t'as pas lu. Pas mal...

3 - Oui, tu peux en effet préférer ne lire que des avis de gens d'accord avec toi.

#266 nicco*

nicco*
  • Guests

Posté 31 August 2006 - 19:32 PM

1 - Idem. Fait un copier/coller si tu comptes la caser à chaque post celle-la.

2 - J'ai lu le tien, déjà, logique. Et quelques autres aussi. D'ailleurs le coup du 11 septembre et l'ode passéiste, la Foi, tout ça, dans Le Village, je l'ai vu ici, sur ce topic, je ne l'ai pas halluciné. Tout comme le très tendance "égocentrique". Donc à partir du moment où dans mes posts je cite des propos tenus ici, je me demande quel peut bien être le problème avec mes soit disantes présemptions, à part le fait que l'ironie doit te paraitre un concept abstrait (hmmm comme ça me rappelle quelque chose...).

3 - Comme toi tu préfères ignorer les intentions d'un réa pour tout prendre au 1er degrès. Autant ignorer des posts d'un forum, oué c'est maychan j'avoue nicco quel con alors, autant ignorer le propos et l'oeuvre d'un cinéaste, chais pas, je trouve ça délicat pour ensuite juger son oeuvre.

Lurdo - bah oui, c'est pas comme si je prévenais pas au moins. Y en a ils préviennent pas pourtant ça leur irait bien aussi.
bluesbro.gif
(smiley rigolo passk'en fait je chuis gnantil)

#267 merovingien

merovingien

    JarJar

  • Members
  • 69 Messages :
  • Location:Nord

Posté 31 August 2006 - 21:27 PM

Nicco : désolé mais si Shyamalan est bien un auteur qui a des couilles, ce n'est pas pour autant que je considère son film come une immense réussite. Mettre tous les détracteurs dans le même panier est quand même bien exagéré puisque la part de madnaute reprochant l'absence de twist est très minime et que je doute que ce soit ça qui agace.

Je peux me tromper mais ceux qui n'aime pas le film sont surtotu géné par l'excès de prétention de l'auteur qui se positionne comme artisite dont l'oeuvre va inspirer l'humanité. Propos naIf donc why not mais ce qui pour ma part m"a crispé, c'est qu'il nous oblige à adhérer à son propos.

Contrairement à Signs dans lequel il y a un homme croyant au destin et un autre au hasard, il n'y a aucune opposition dans Lady in the Water. Tout le monde accepte le postulat du fantastique sans se poser vraiment de question ou remettre en doute la parole du héros. Le seul à ne pas jouer le jeu, c'estl e méchant critique forcément cynique qui finira par périr. En gros : si vous n'adhérer pas au message, c'est que ovus êtes forcément cynique et blasé. Alors que non, moi c'est jsute le foirage entre premeir et second degré qui m'a énervé (dans Signs, c'etait réussi).

J'ai vraiment eu l'impression que Shyamalan prenait le public pour des cons ern nous martelant son message sans aucune subtilité. Les habitants qui hurlent "je veux y croire" à tout bout de champ, l'explication de la scène finale ("alor en fait, si ça finit sous la pluie, c'est parce que les personnages se purifie"), le fait qu'on nous mette au défi de deviner l'issu du récit (désolé mais de ce coté là, j'ai jamais toruvé shyamalan doué.J'ai deviné la fin de sixième sens au bout de 15 minute, le dénouemetn du village au bout de 30 et celui de la jeune fille de l'eau en 40 minutes chrono... heureusement que les films du réals ne se limitent pas à leur "révélation" -twist ou pas- final). Bref, un film qu je n'ai pas toruvé très nuancé et qui eprime son message dès l'intro animé avant de la répéter en boucle pendant 1h30 (à quoi ça sert de présenter l'univers des nymphes si c'est pour le répéter par la suite ??)
Quand à la narration, je l'ai toruvé bancale, alternant scène d'explication sur la mythologie du bazar et scène où le héros recherche les personnages dans la réalité).


Bon, vu comme ça, on dirait que j'ai pas aimé le film mais en fait non ; je l'ai trouvé fascinant par son coté bancal, à passer du premier au second degré, à se moquer des fans du cinéaste comme de ses détracteur, à exprimer avec sincérité un message tout en basculant dans la prétention... Bref, ça souffle le chaud et le froid et ça a au moins le mérite d'être un film passionnant, à défaut d'être vraiment réussi.

Mon avis complet se trouve page 12 si ça t'interesse. Il est parfaitement contestable mais il retranscrit la façon dont j'ai interprété (bien ou mal, chacun y voit ce qu'il veut) le film.

récap notes shyamalan pour moi :

Sixième Sens : 5/6
Incassable : 6/6 (son bijoux absolu)
Sings : 6/6
Le Village : 5/6 (réévalué en dvd)
Lady in the Water : 4/6

#268 flanby

flanby

    Critters

  • Members
  • 354 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:le 9-4

Posté 31 August 2006 - 22:48 PM

Vu ce soir.

J'ai pas lu l'ensemble du topic, mais je sens bien sur les posts, que j'ai lu ça et là, que ce grand monsieur a pas fini de faire parler.

Ma critique :
J'ai tout d'abord adoré retrouver la façon de filmer de MNS. Plans fixes, plans séquences, reflets, etc...
Ensuite le scénar en lui-même: OK c'est naïf mais les gars, c'est "a bedtime story" ! Si vous voulez voir du bourrin y'a la salle d'à côté avec "Snakes on the Plane".
Donc le scénar est génial avec un mix de flippe-rires-émotions détonnant. Tout se met en place au fur et à mesure et on se retrouve à la fin avec un film cohérent et hyper bien foutu !
J'ai chialé comme un gosse dans le final (Giamatti est à tomber).
"Comme un gosse" étant le terme parfait car ce film a fait ressortir mon âme d'enfant et oublier les conneries de l'âge adulte.
Le cinéma s'est fait pour s'évader non ? Mission accomplie MONSIEUR Shyamalan.

6/6

#269 Denver

Denver

    Far Away

  • Members
  • 14363 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Lyon dans le coeur, Paris dans le cul.

Posté 01 September 2006 - 03:08 AM

Flanby est mon ami.

Image IPB
On cherche des dates ! Paris, Province, Europe...
http://crackityflynnmusic.bandcamp.com
http://crackityflynn.bigcartel.com/


#270 flanby

flanby

    Critters

  • Members
  • 354 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:le 9-4

Posté 01 September 2006 - 09:19 AM

CITATION(denver @ 31 8 2006 - 00:15) <{POST_SNAPBACK}>
Jamais Shyamalan ne m'avait déçu, et c'est pas cette fois qu'il va commencer à le faire.
Lady in the water n'est pas son meilleur film, mais sans doute le plus malin dans sa construction.
Il revisite de manière super intelligente le schéma du conte, avec sa mythologie etc... et c'est d'ailleurs là que j'ai trouvé le film super fort. Pendant une grande partie du film j'ai trouvé ça facile, assez maladroit et même mal foutu dans l'enchaînement de certains trucs.
Mais la dernière partie du film prend totalement à revers l'autre partie et du coup on marche plus avec la bande qu'avant.
Les personnages secondaires sont pas tous réussis (le critique de ciné est pas top, l'asiat insupportable) mais sont tous utilisés de manière intelligente, et Giamatti est parfait (qui a dit "comme d'hab"?). Son histoire est parfaitement utilisée et ammenée, et la scène où il s'effondre en soignant la fille de l'eau est magnifique.
La fin du film est sublime, le combat est presque épique, les accessoires du conte sont bien remis au goût du jour (la lance du chevalier Giamatti) et la sublime BO enfonce le clou. Le tout m'a filé la chair de poule, et m'a même foutu les larmes aux yeux tant l'arrivée des bêtes et de l'équipe d'humains est magnifique.
Alors oui ça peut paraître puéril, cucu, con par le message, mais après tout c'est un conte, une "bedtime story" comme le dit la BA du film, et Shyamalan remplit largement le contrat.

Je sais quelle histoire raconter à mon neveu maintenant.

5/6


J'avais pas lu ta critique Denver. Je vois qu'on se rejoint pas mal...

Tu es donc mon ami également ("et bien plus encore" wink.gif )

#271 sygbab

sygbab

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 6318 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Partout

Posté 01 September 2006 - 12:45 PM

Y a quand même une sorte de mini-twist (et puis c'est un peu gênant de savoir dès le début que personne n'est à sa place et que le perso principal va être le guérisseur - en plus il était médecin, c'est très fin). Non j'ai rien à dire d'autre, à part que je faisais remarquer à Lurdo hier que pour un peu, Shyalaman s'adresse aux Madnautes en refaisant le débat aigris / "faut garder son âme d'enfant". icon_mrgreen.gif

#272 francesco

francesco

    Madnaute

  • Members
  • 4809 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Buffalora / Sunnydale / Amon Hen / Paper Street / Champs du Pelennor / Cleveland

Posté 01 September 2006 - 13:38 PM

A propos des twists dans les films de Shyamalan, c'est un peu dommage de focaliser dessus alors que déjà, y'en a pas vraiment dans Signes ou La Jeune Fille De L'Eau (soit presque la moitié de ses 5 oeuvres de référence) et que SURTOUT, ce sont des procédés narratifs plus ou moins purement formels qui ne remettent pas vraiment en cause la richesse des films (les twists en question, dans Le Village et encore plus dans Sixième Sens, se cernent assez rapidement : dans ces 2 films, le retournement de situation n'est pas vraiment une fin en soi), qui prennent une autre dimension (leur vraie dimension ?) une fois que ces "twists" sont grillés. Etant donné qu'ils sont prévisibles et que les films existent encore mieux sans eux, je me demande si les twists shyamalenesques ne sont pas des leurres ou des "produits d'appel" à voir comme de simples gimmicks. Des arbres qui cachent la forêt, ou des doigts qui montrent la lune, si vous préférez mieux.

Pour nuancer, je dirais que y'a guère que dans Incassable que la révélation finale a un poids vraiment majeur dans le propos (la base) du film, je trouve.

"Toutes les femmes de ta vie / En moi réunies / Ton âme soeur, ton égérie / Parfois ta meilleure ennemie.
Toutes les femmes de ta vie / Glamour ou sexy / L'héroïne de tes envies / Je suis toutes les femmes, tu vois, toutes les femmes de ta vie." (L5)


#273 JLP

JLP

    Wookie

  • Members
  • 2177 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 01 September 2006 - 14:00 PM

CITATION(francesco @ 01 9 2006 - 14:38) <{POST_SNAPBACK}>
Pour nuancer, je dirais que y'a guère que dans Incassable que la révélation finale a un poids vraiment majeur dans le propos (la base) du film, je trouve.



Tu peux développer?

Image IPB


#274 francesco

francesco

    Madnaute

  • Members
  • 4809 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Buffalora / Sunnydale / Amon Hen / Paper Street / Champs du Pelennor / Cleveland

Posté 01 September 2006 - 14:08 PM

Ben en fait, la révélation de la nature superhéroique de David Dunn n'est pas du tout un évenèment inévitable de l'ordre de la prédestination (ce qu'on croit tout le long du premier visionnage) mais une construction artificielle faite par le personnage de Samuel L Jackson (qui, accessoirement, n'est pas du tout un mentor sage & bienveillant mais un psychopathe de la pire espèce).

Edit : A contrario, dans Sixième Sens, le fait que le personnage de Bruce Willis soit ce qu'il est ne change pas grand chose (rien ?) et on devine de toute facon sa nature au plus tard lors de la scène au restaurant avec sa femme ; et dans Le Village, les "2 révélations" sont également cousues de fil blanc et pas franchement bouleversantes non plus, en tout cas pas vraiment pour les personnages (la plupart continueront à ne pas être au courant)

"Toutes les femmes de ta vie / En moi réunies / Ton âme soeur, ton égérie / Parfois ta meilleure ennemie.
Toutes les femmes de ta vie / Glamour ou sexy / L'héroïne de tes envies / Je suis toutes les femmes, tu vois, toutes les femmes de ta vie." (L5)


#275 The X Phil

The X Phil

    Gremlins

  • Members
  • 1613 Messages :

Posté 01 September 2006 - 14:08 PM

CITATION(sygbab @ 01 9 2006 - 13:45) <{POST_SNAPBACK}>
pour un peu, Shyalaman s'adresse aux Madnautes en refaisant le débat aigris / "faut garder son âme d'enfant".


A part que lui-même propose ces deux aspects dans son film, ce qui fait qu'il est difficile de se positionner. Les "aigris" appuieront sur le cynisme du réalisateur et les "âme d'enfant" ne parleront que du côté conte de fées.

#276 francesco

francesco

    Madnaute

  • Members
  • 4809 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Buffalora / Sunnydale / Amon Hen / Paper Street / Champs du Pelennor / Cleveland

Posté 01 September 2006 - 14:24 PM

CITATION(The X Phil @ 01 9 2006 - 15:08) <{POST_SNAPBACK}>
Les "aigris" appuieront sur le cynisme du réalisateur et les "âme d'enfant" ne parleront que du côté conte de fées.

Quand on y réflechit bien, la lecture qui mettrait au premier plan une dimension "autoparodie cynique - concours de bites de MNS avec ses détracteurs" pour La Jeune Fille De L'Eau est au fond encore plus naive que celle qui y voit un "conte de fée" : il faudrait vraiment que Shyamalan soit un égocentrique immature qui a du temps à perdre (et au vu de ses autres films, ce serait vraiment une mutation aussi soudaine que surprenante) si il avait fait un film prioritairement pour la première raison (bonjour la puérilité de la motivation...). C'est bien sûr pour ça que je pense que cette interprétation est à côté de la plaque et se retrouve à la rigueur dans le film seulement dans le personnage du critique et dans ce qui lui arrive, un point qu'on aura vraiment beaucoup de mal à considérer autrement que comme un détail plus ou moins secondaire et digressif (et regrettable AMHA)...

"Toutes les femmes de ta vie / En moi réunies / Ton âme soeur, ton égérie / Parfois ta meilleure ennemie.
Toutes les femmes de ta vie / Glamour ou sexy / L'héroïne de tes envies / Je suis toutes les femmes, tu vois, toutes les femmes de ta vie." (L5)


#277 KRISSS*

KRISSS*
  • Guests

Posté 01 September 2006 - 14:38 PM

Même si j'hadhère pas à l'univers de Mister Shine, il faut lui reconnaître un savoir faire étonant, j'ai jamais eu l'impression qu'il se foutait du spectateur ou autres, c'est juste que sa paerception doit differer de la mienne et que ses films ne m'ont pas paericluièrement touché.

Car intentions ou pas, on sensibilise tel ou tel personne grace à des codes, à une langage propre ou copié sur un autres et du moment qu'on parle de langage, on ne peut pas tous adhérer à l'oeuvre de la même manière.


pour ma part j'irai surement vori ce film car il me tente comme tout les mister Shine et tpourtant je n'ai pas apprécié les deux derniers, mais bizarrement, j'ai du respect pour lui, car ses films ont une âme qui m'a toujours troublé, même si elle ne m'attire pas.


Donc faut arrêter de parler de; pour ou contre le twist, mister Shine brille t'il trop ???, il a de bonne idées mais on les comprend pas (alors comment t'as devinés qu'elles étaient bonne ?) car éttiquetter Shine comme un twister, c'est presque une insulte, autant dire qu'il fait un twist again ... ok je -------D

#278 flanby

flanby

    Critters

  • Members
  • 354 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:le 9-4

Posté 01 September 2006 - 15:47 PM

CITATION(KRISSS @ 01 9 2006 - 15:38) <{POST_SNAPBACK}>
Même si j'hadhère pas à l'univers de Mister Shine, il faut lui reconnaître un savoir faire étonant, j'ai jamais eu l'impression qu'il se foutait du spectateur ou autres, c'est juste que sa paerception doit differer de la mienne et que ses films ne m'ont pas paericluièrement touché.

Car intentions ou pas, on sensibilise tel ou tel personne grace à des codes, à une langage propre ou copié sur un autres et du moment qu'on parle de langage, on ne peut pas tous adhérer à l'oeuvre de la même manière.


pour ma part j'irai surement vori ce film car il me tente comme tout les mister Shine et tpourtant je n'ai pas apprécié les deux derniers, mais bizarrement, j'ai du respect pour lui, car ses films ont une âme qui m'a toujours troublé, même si elle ne m'attire pas.


Donc faut arrêter de parler de; pour ou contre le twist, mister Shine brille t'il trop ???, il a de bonne idées mais on les comprend pas (alors comment t'as devinés qu'elles étaient bonne ?) car éttiquetter Shine comme un twister, c'est presque une insulte, autant dire qu'il fait un twist again ... ok je -------D


Tu as tout à fait raison blink.gif

J'ai apprécié tous les films de Shyamalan, ce qui me fait passer pour une bête curieuse auprès de mes potes, et je crois que en fait ce type me parle à Moi. A mon Moi intérieur.
Mes peurs avec "Signes" (seul film où j'ai vraiment flippé depuis 10 ans) et mon âme de gosse avec "La Jeune Fille..." par exemple.
Je suis vraiment à fond dans son univers à chacun de ses films.

Shyamalan serait-il un Gourou ? mellow.gif

#279 nicco*

nicco*
  • Guests

Posté 01 September 2006 - 15:47 PM

CITATION(francesco @ 01 9 2006 - 14:38) <{POST_SNAPBACK}>
A propos des twists dans les films de Shyamalan, c'est un peu dommage de focaliser dessus alors que déjà, y'en a pas vraiment dans Signes ou La Jeune Fille De L'Eau (soit presque la moitié de ses 5 oeuvres de référence) et que SURTOUT, ce sont des procédés narratifs plus ou moins purement formels qui ne remettent pas vraiment en cause la richesse des films (les twists en question, dans Le Village et encore plus dans Sixième Sens, se cernent assez rapidement : dans ces 2 films, le retournement de situation n'est pas vraiment une fin en soi), qui prennent une autre dimension (leur vraie dimension ?) une fois que ces "twists" sont grillés. Etant donné qu'ils sont prévisibles et que les films existent encore mieux sans eux, je me demande si les twists shyamalenesques ne sont pas des leurres ou des "produits d'appel" à voir comme de simples gimmicks. Des arbres qui cachent la forêt, ou des doigts qui montrent la lune, si vous préférez mieux.


...et qui mènent à penser que Le Village c'est une ode passéiste parce que le monde a peur depuis le 11 septembre.

Plus la poutre est grosse...

Sinon, concernant l'égocentrisme perçu dans ce film, oui c'est compréhensible quand on se borne à n'analyser que les "twists" de Shyamalan. Perso j'y ai vu un auteur qui se retrouve face à son histoire (Story, jusque là c'est quand même évident il me semble), et que lui arrive-t-il lorsqu'il la rencontre ? Il écrit, il a confiance, il s'éveille, et cet éveil enclenche tout le processus qui va permettre à ceux qui croient en Story de trouver un rôle, pour finir sur ce perso inactif qui ne musclait que le côté droit de son corps qui se trouve être le gardien qui repousse la bête (le côté droit du cerveau serait le siège des sentiments, de l'instinct et de la communication non-verbale).
Je passe sur les implications textuelles de tous ces effets pirandelliens (il faudrait du temps et revoir le film pour saisir les multiples niveaux de lecture), pour juste signaler que le personnage principal, le guérisseur, a au début pour fonction de trouver les fonctions des autres personnages, et lorsqu'il cherche un guérisseur, il ne pense pas à lui alors qu'il est médecin (et qu'il passe son temps à "guérir" la résidence). Du coup cela donne enfin un personnage non-égocentrique ! ( icon_mrgreen.gif ), et ça démontre surtout comment un conditionnement venant du récit (Story) peut ammener à râter l'évidence (suivez mon regard...).
Mais en fait le seul truc à dire là-dessus est : "le guérisseur est le médecin, supaire le touist". D'autant plus qu'il est également et avant tout le gardien de la résidence, et il pense donc à tort être le gardien de Story (qu'il n'est pas puisque qu'il regarde derrière lui avec un miroir au lieu de se regarder de face). Donc dans les deux cas, les spectateurs futés auraient grillé le "twist", comme d'hab quoi, alors p'tet que le Shyami il fait en sorte de leur donner des armes pour se foutre sur la tête et pendant ce temps-là, il s'amuse pénard dans son coin. Méta-cinéma on appelle ça ?

Alors oui, Night est égocentrique parce qu'il joue ce rôle de déclencheur, mais c'est purement génial si on se met dans l'optique de Shyamalan depuis Incassable, à savoir expérimenter un peu plus chaque fois les limites du récit à travers l'image pure et voir jusqu'à quel niveau d'abstraction il fonctionne (rappelons que le final de Signes (qui n'est pas un twist) était l'assemblage des signes développés durant tout le récit, représentants les personnages, pour une résolution purement visuelle de leurs conflits, et dans Le Village il essayait, entre autres, d'effrayer le public en lui ayant révélé la séquence d'avant que les bestioles n'étaient que supercherie - twist inutile pour certains, mise en danger artistique et tentative expérimentale pour d'autres...).
De plus, il me semble, je ne suis plus sûr du terme utilisé, que Story parle du bouquin qu'il écrit, Cook Book, comme base de doctrine extrémiste à celui qui s'en inspirera pour devenir chef d'Etat, non ? Si c'est le cas et que je n'ai pas révé ce passage, on passe de ronflements auto-flatteur à auto-critique (analyse simpliste), ou carrément encore à une grosse poutre pour montrer que même en donnant cette info sur le bouquin, les spectateurs ne s'arrêteraient qu'à la première impression (égocentrisme), oubliant les "détails" car déjà entrain d'affuter leurs quillotines.
AMHA.

PS : Nouveau big up, pour Le Monde cette fois.

icon_arrow.gif http://www.lemonde.f...l?xtor=RSS-3476

CITATION
Nommé ici Cleveland, il est entouré de quelques autres spécimens d'humanité moyenne américaine : un jeune culturiste qui ne muscle que son bras gauche, une vieille femme d'origine coréenne qui passe son temps à se crêper le chignon avec sa fille américanisée, un jeune essayiste indien (Shyamalan lui-même) oppressé par l'amour de sa mère et quelques autres, dont un critique de cinéma rendu monstrueux par son inclination à l'analyse.


Oué. C'est le côté droit (tout le côté droit). Et l'auteur, c'est l'amour de sa soeur qu'il a.
C'est un métier, critique de cinéma... Savoir observer, comprendre, tout ça...

#280 Lurdo

Lurdo

    Aventurier en série(s)

  • Members
  • 22775 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:Down in the underground...

Posté 01 September 2006 - 16:23 PM

mellow.gif

J'hésite entre pleurer et applaudir.
# Depuis le 27/11, le blog de Lurdo (feat. Sygbab) a basculé en mode Noël, pour la Christmas Yulefest 2017, avec trois critiques de films festifs par jour, du lundi au samedi, jusque début janvier ! Et le week-end, les Gilmore Girls - Une Nouvelle Année et l'intégrale de la série Spartacus #




0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)