Aller au contenu


Photo

La Jeune Fille de l'eau - M. Night Shyamalan (2006)


  • Please log in to reply
350 réponses sur ce sujet

#201 Mr Cheshire

Mr Cheshire

    Critters

  • Members
  • 254 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Location ? Comment vous savez que je vends, enfin, que je brade mon corps ?

Posté 27 August 2006 - 17:58 PM

J'étais dans une salle ou des bécasses gloussaient, ça m'a profondément énervé car moi j'étais en plein dans le film. J'ai apprécié tous ses films (sauf Incassable, pas vu) et celui là ne m'a pas déçu. Un estimé et estimable madnaute trouvait la scène

ATTENTION SPOIL
ou le critique se fait becter par le snargl (c'est UNE snargl AMHA, autant de malfaisance et de perséverance associées sweat.gif ...)

FIN SPOIL

mal amenée et naze. Je m'inscris en faux. J'ai trouvé ça marrant ce second degré ou le personnage joue avec les codes du film dans lequel il se trouve.
Et Giamatti est f...f...fabuleux !
Et l'idée du gamin qui lit dans les céréales, rigolotte. Bref, j'ai beaucoup aimé !
Etre à présent un homme sensé, tout à l’heure un fou, et bientôt une brute !

Je m'appelle Barney Gumble, j'ai trente ans et je bois.

#202 kitano

kitano

    Wookie

  • Members
  • 3255 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Tarbes

Posté 27 August 2006 - 18:10 PM

CITATION(Mr Cheshire @ 27 8 2006 - 18:58) <{POST_SNAPBACK}>
J'étais dans une salle ou des bécasses gloussaient, ça m'a profondément énervé car moi j'étais en plein dans le film.

J'ai trouvé ça marrant ce second degré ou le personnage joue avec les codes du film dans lequel il se trouve.



Ben si t'as trouvé ça marrant pourquoi ça t'as énervé que des bécasses gloussent ?

#203 Dr WONG

Dr WONG

    Gremlins

  • Members
  • 1791 Messages :
  • Location:Quelque part au fin fond du Val d'Oise...

Posté 27 August 2006 - 18:26 PM

CITATION(kitano @ 27 8 2006 - 19:10) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(Mr Cheshire @ 27 8 2006 - 18:58) <{POST_SNAPBACK}>

J'étais dans une salle ou des bécasses gloussaient, ça m'a profondément énervé car moi j'étais en plein dans le film.

J'ai trouvé ça marrant ce second degré ou le personnage joue avec les codes du film dans lequel il se trouve.



Ben si t'as trouvé ça marrant pourquoi ça t'as énervé que des bécasses gloussent ?


Bah y'a juste une nuance entre rire des gags du film et rire du film tout court.

Moi par chance, j'étais dans une salle à moitié pleine et carrément respectueuse, et qui semblait être dans le film, tout comme moi.

Shyamalan ne m'a, une nouvelle fois, pas déçu. Le sujet de son nouveau film ne m'emballait pas du tout, et j'y suis allé en ne sachant pas vraiment à quoi m'attendre. Et bien je me suis encore fait avoir, à me retrouver à avoir des frissons et les larmes aux yeux plusieurs fois....c'est beau!!

En tout cas, c'est le genre d'émotions que je recherche dans une salle de ciné et "la fille de l'eau" me les a procurées.

SPOILERS

J'ai beaucoup aimé le final carrément "fantasy". Dommage que le "guardien" ne se soit pas servi de son bras hyper-puissant. D'ailleurs il est toujours aussi fort le Shyamalan à nous présenter toute une galerie de persos pittoresques qui ont tous un rôle à jouer dans l'intrigue sans que l'on sache lequel ce sera. A la fin, j'étais encore à me dire "mais c'est qui le guardien en fait?", alors que lorsque son identité est révélée cela semble évident. D'ailleurs, c'est après que je me suis aperçu que pendant la fête, il surveillait, sans s'en rendre compte, Story.

FIN SPOILERS

Voilà, une nouvelle fois surpris, donc une nouvelle fois content.

5/6

#204 Mr Cheshire

Mr Cheshire

    Critters

  • Members
  • 254 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Location ? Comment vous savez que je vends, enfin, que je brade mon corps ?

Posté 27 August 2006 - 18:30 PM

CITATION(kitano @ 27 8 2006 - 19:10) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(Mr Cheshire @ 27 8 2006 - 18:58) <{POST_SNAPBACK}>

J'étais dans une salle ou des bécasses gloussaient, ça m'a profondément énervé car moi j'étais en plein dans le film.

J'ai trouvé ça marrant ce second degré ou le personnage joue avec les codes du film dans lequel il se trouve.



Ben si t'as trouvé ça marrant pourquoi ça t'as énervé que des bécasses gloussent ?

sweat.gif Hum. J'ai trouvé le procédé amusant en lui-même, le personnage qui s'adresse au spectateur en expliquant pourquoi il se fera pas becter. Ca m'a fait sourire, d'un sourire repu, je me suis pas senti obligé de glousser comme un con pour bien faire comprendre aux voisins des rengs du dessus (pas ceux de dessous, je suis un poisson ventouse des écrans de ciné) que j'avais saisi le clin d'oeil.
Shyamalan c'est pas Pécas, on vient pas pour se fendre la gueule. Un peu de respect, que diantre !
Etre à présent un homme sensé, tout à l’heure un fou, et bientôt une brute !

Je m'appelle Barney Gumble, j'ai trente ans et je bois.

#205 JLP

JLP

    Wookie

  • Members
  • 2177 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 27 August 2006 - 20:47 PM

Bon alors,enfin vu...
Déja tout de go c'est le plus mauvais film de chien malade que j'ai vu jusqu'ici,verdict: 5/6

Pour la question de savoir si chien malade a un ego surdimentionné ou non,si le film est une parodie rigolarde ou un truc qui se prend à fond au sérieux,j'ai ma petite opinion là-dessus:
La Jeune Fille de l'eau n'est rien d'autre qu'un conte c'est à dire quelque chose qui cherche à divertir le public de manière à le rendre receptif à un message.Et rien de plus que cela.

Sauf qu'ici le conte ayant l'ambition de faire passer tout autant son message au simple enfant qu'à l'enfant qui sommeille en l'adulte et enfin-plus difficile-à l'adulte qui a perdu son ame d'enfant;chien malade va clairement signifier à l'adulte que le récit est biaisé/piégé,qu'il s'invente au fur et à mesure qu'il se raconte,avec des codes absurdes et des régles de plus en plus farfelues (bonjour les noms et roles improbables des différentes créatures biggrin.gif ) qui sont autant de pièces grossières d'un improbable puzzle ...

Tout ceci afin que l'adulte s'amuse des codes-meme du conte/récit et joue le jeu (à condition qu'il veuille bien le jouer) toujours dans la perspective de départ qui est de faire passe un message,quelque chose qui essaye de nous toucher au plus profond...car ici seul le message compte,la plupart des elements sont intergeangables (et paradoxalement le message n'est pas bien loin de cette constatation),les peripéties,le suspense interne au récit n'ayant d'importance que pour le divertissement qu'il procure (qui donc a peur du grand méchant loup? wink.gif )

Et Chien malade de raconter tout autant son histoire que l'ecriture de son histoire,dans un prossessus créatif rapellant Adaptation,ou l'auteur s'amuse lui-meme de nous amuser.
Et chienmalade de douter lui-meme de l'interet du récit,et le récit lui-meme,littéralement:Story de lui répondre en lui rapellant la valeur d'un simple conte! RIEN DE PLUS!

Pour ceux qui ne voudraient pas jouer le jeu,chien malade n'aura aucune pitié:C'est que ceux-ci ne veulent pas ouvrir leur coeur,qu'ils ne savent plus ou ne veulent plus écouter (comme le carton explicatif du début du métrage l'affirmait déja)
Il sera donc séverement moqué (notamment dans une scène ENORME ou le spectateur réfractaire est prié de bien vouloir se comporter comme un bébé) pour son attitude froide,distante,analytique,qui cherche à questionner vainement chaque element du récit (alors que là n'est pas le propos),du spectateur "averti" (complétement à coté de la plaque précisément parcequ'il croit tout savoir) qui ose encore chercher un twist dans tout ce merdier,tout comme le critique qui se cassera les dents sur le sensationnalisme (biaisé) du film (la mise à mort du critique par le gros méchant loup étant je dois dire assez jusqu'auboutiste dans l'illustration icon_mrgreen.gif )

Pour ma part j'ai trouvé le concept tellement ludique que j'ai été enormément frustré par l'arrivée trop abupte du générique final.J'avoue avoir été touché à de nombreux moments du film,comme Dr Wong,des frissons et la gorge nouée...comme d'habitude chez chien malade ca m'arrive lorsque qu'un plan tend tant vers l'epure que seul subsiste un geste,une idée et une mélodie.Par exemple un cadrage sur de simples mains apposées sur une blessure.Du cinéma pur,noble et beau.

Image IPB


#206 shann

shann

    Ghoulies

  • Members
  • 174 Messages :
  • Location:Londres

Posté 27 August 2006 - 22:04 PM

CITATION(HarrisonMustang @ 27 8 2006 - 12:25) <{POST_SNAPBACK}>
Tu peux expliquer pourquoi tu ne l'aime pas en tant que personne et pourquoi tu le traites de con ?
Ne vois pas d'aggressivité dans ma question hein ! C'est juste pour savoir ce qui motive ton propos.

Tu l'as déjà rencontré et ça s'est mal passé ? unsure.gif


Disons que son image publique (égocentrique et imbus de sa personne) n'est pas usurpée.

Et puis le mec qui se sent obligé de faire un bouquin parce qu'il n'a pas supporté qu'une exécutive ait rejeté son film (qui se ramasse méchamment et prouve qu'elle avait raison soit dit en passant), je pense que ça en dit long sur sa mentalité.

Après je n'ai pas spécialement envie de donner davantage de détails, ce sont des histoires personnelles. Quand je dis con, je n'entends pas qu'il soit stupide. Il est très intelligent, et je pense personnellement qu'il est talentueux et passionné. Je le respecte en tant que réalisateur, et il n'est pas le premier dans ce milieu à être atteint du syndrôme de pétage de plombs.

J'espère que le flop de La Jeune Fille lui remettra un peu les idées en place, et qu'il arrêtera de se prendre pour le nouveau spielberg que tout le monde devrait saluer comme le nouveau prodige du 21ème siècle.

#207 HarrisonMustang

HarrisonMustang

    Wookie

  • Members
  • 3412 Messages :
  • Location:A la Tyrell Corporation.

Posté 27 August 2006 - 22:34 PM

CITATION(shann @ 27 8 2006 - 23:04) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(HarrisonMustang @ 27 8 2006 - 12:25) <{POST_SNAPBACK}>


Tu peux expliquer pourquoi tu ne l'aime pas en tant que personne et pourquoi tu le traites de con ?
Ne vois pas d'aggressivité dans ma question hein ! C'est juste pour savoir ce qui motive ton propos.

Tu l'as déjà rencontré et ça s'est mal passé ? unsure.gif


Disons que son image publique (égocentrique et imbus de sa personne) n'est pas usurpée.

Et puis le mec qui se sent obligé de faire un bouquin parce qu'il n'a pas supporté qu'une exécutive ait rejeté son film (qui se ramasse méchamment et prouve qu'elle avait raison soit dit en passant), je pense que ça en dit long sur sa mentalité.

Après je n'ai pas spécialement envie de donner davantage de détails, ce sont des histoires personnelles. Quand je dis con, je n'entends pas qu'il soit stupide. Il est très intelligent, et je pense personnellement qu'il est talentueux et passionné. Je le respecte en tant que réalisateur, et il n'est pas le premier dans ce milieu à être atteint du syndrôme de pétage de plombs.

J'espère que le flop de La Jeune Fille lui remettra un peu les idées en place, et qu'il arrêtera de se prendre pour le nouveau spielberg que tout le monde devrait saluer comme le nouveau prodige du 21ème siècle.


J'étais pas du tout au courant de tout ça. Merci d'avoir répondu. wink.gif

#208 contagion

contagion

    MST

  • Members
  • 18592 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Locked in the cage

Posté 27 August 2006 - 23:41 PM

Bien en premier lieu rien à foutre de l'égo surdimensionné de Shyamalan, de la scientologie de Cruise ou des hémoroides d'Affleck...Un film est une oeuvre autonome, certes le produit d'un contexte mais qui peut parfaitement s'appréhender sans celui-ci.

Bref.Je n'attendais rien de particulier du film, mais vu le faible nombre de films fantastiques de l'été je ne pouvais que y aller.Je ne suis pas un inconditionnel du cinéaste mais force est de constater qu'il possède un univers fort et cohérent,une griffe "Night".Pour que La jeune fille fonctionne ,il faut adhérer au principe de la suspension d'incrédulité, préalable nécéssaire à toute oeuvre de fiction et tout particulièrement ici.Cyniques à la petite semaine, blasés ,railleurs de tout poil, abstenez vous et foutez la paix à ceux qui veulent croire aux nymphes prophétesses et aux histoires à dormir debout. La jeune fille est un film humaniste et optimiste, par moment très drole à dessein.Il m'évoque beaucoup Incassable, dans sa manière d'heroiser et de rendre crédible les persos et les objets les plus triviaux.

A n'en pas douter, le scénario roublard plaira aux rolistes et aux fans d'heroic fantasy(en gros il faut trouver qui incarnera chaque role de la légende de la nymphe, qui est l' interprète de symbole , le guérisseur, le gardien...); les faux semblants sont nombreux et les élus pas forcément ceux que l'on croit...

Shyamalan s'accorde un role d'importance, et alors? Ce mec dégage quelque chose et incarne avec véracité son personnage;pas besoin d'épiloguer sur Giamatti et Howard , tout deux au poil...Pas besoin de gloser sur la photo, superbe, ni sur la magnifique partition.Si je devais insister sur un point, ce serait sur l'humour du film qui tout a la fois raille gentiment et renforce le coté incroyable de l'intrigue.

Donc le film ne plaira pas a tout le monde , mais pour moi et ma cops, quel pied!

5/6

Putain cet été entre la colline, Miami et La jeune fille ,chui un vacancier comblé!!
Enjoy the night!!Et fuck les maniaques du twist!

transbear.gifsardine-a-l-huile.gif-1b8f595.jpeghitler-15e4bbc.gif


#209 DarK ChoueTTe

DarK ChoueTTe

    Dark ChouqueTTe

  • The Devil's Rejects
  • 22324 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:A flying blue box

Posté 27 August 2006 - 23:49 PM

CITATION
Et puis le mec qui se sent obligé de faire un bouquin parce qu'il n'a pas supporté qu'une exécutive ait rejeté son film (qui se ramasse méchamment et prouve qu'elle avait raison soit dit en passant)

Bah si le succès public d'un film témoignait de sa qualité on serait pas dans la merde...alors que le film se soit ramassé ou non...

CITATION
Et puis le mec qui se sent obligé de faire un bouquin parce qu'il n'a pas supporté qu'une exécutive ait rejeté son film

Bah si le bouquin est intéressant outre mesure, c'est pas un problème : je suppose que le propos du bouquin n'est pas d'insulter l'éxécutive en question sur des centaines de pages et de faire passer gratuitement son sentiment de frustration au monde pour qu'on le plaigne non ? (ceci dit j'en sais rien je l'ai pas lu)

ExCZp1i.jpg


#210 Lurdo

Lurdo

    Aventurier en série(s)

  • Members
  • 22775 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:Down in the underground...

Posté 28 August 2006 - 00:05 AM

J'aurais presque envie de quoter Moriarty de AICN, qui a une approche intéressante du film et du problème de Chienmalade:

CITATION
Shyamalan’s self-portrait in THE MAN WHO HEARD VOICES (son bouquin) is a strange one, apologetic and defensive in advance, like he thinks it’s going to take a full book to explain why LADY IN THE WATER is brilliant and brave and why it’s so important for him and for the whole world.

And anyone who tries to blame the media for this image is wrong, wrong, wrong. There is obviously a bottom-feeding tabloid culture in this country, but they’re not the ones who made Shyamalan a media figure. He did it to himself, and he’s the one who insists on the massive self-promotion with each film’s release now. When someone says, “I feel so bad for him,” I want to yell at them, Don’t do it! Don’t fall for it! He did this! He set himself up for this fall! He did it with his bullshit fake three-hour documentary that came out just before THE VILLAGE, and now he’s done it again with the book. He makes himself the story. The reason he put himself in the film this time is because he’s no longer concerned with making films for the audience. Instead, he’s making excuses to them. LADY IN THE WATER is metafiction, fiction that comments on the very nature of fiction, fiction where structure and symbolism can comment on the story being told, even within that story. By building his film this way, he’s hoping that he’s bulletproofed it. After all, he says in the film that the only way you can truly understand a story like this is to approach it like a child, with your heart wide open, listening with innocent ears. And if the film fails, then that’s because you didn’t watch it right. And when he includes the character of Mr. Farber, that film critic played by Bob Balaban, and when he kills him, that’s his way of guaranteeing that any critic who hates the film hates it because of that scene. In a way, I admire his effort and the crafty nature of that. It’s ultimately a shell game, but it’s a smart one.

icon_arrow.gif la suite ici


Et c'est vrai que pour Night et ses défenseurs hardcore, ce film, c'est du pain béni. Quelque soit la critique que l'on pourrait faire à Lady, on pourra toujours te rétorquer que c'est parce que tu ne l'as pas regardé dans de bonnes conditions, ou dans le bon état d'esprit. Que c'est toi le problème, et pas le film. L'est balèze, Manoj.


Ah, et faudrait arrêter de faire croire que le pseudo mystère quand à qui fait quoi (le guérisseur, le gardien, etc) est bien fichu, ou qu'il a un semblant d'intérêt, comme je le lis ici ou là sur différents forums. Sur le groupe de 5 personnes qui était avec moi à la séance, 4 avaient deviné, par exemple, que la famille latino serait la guilde, vu qu'elle disparaît du film après la première minute, que le guérisseur c'était Giamatti, vu qu'on nous dit assez tôt qu'il était médecin, ou que le Gardien c'est One arm Muscle Man - vu qu'il sert à rien sinon. Alors forcément, après, le "bon sang, mais on s'est trompé, kikicé en fait", c'est un peu du remplissage inutile.

Ah, et aussi, la zik roxxxx, mais les morceaux pop rock à la fin de la béo, ça me gonfle.
# Depuis le 27/11, le blog de Lurdo (feat. Sygbab) a basculé en mode Noël, pour la Christmas Yulefest 2017, avec trois critiques de films festifs par jour, du lundi au samedi, jusque début janvier ! Et le week-end, les Gilmore Girls - Une Nouvelle Année et l'intégrale de la série Spartacus #

#211 contagion

contagion

    MST

  • Members
  • 18592 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Locked in the cage

Posté 28 August 2006 - 00:31 AM

CITATION(Lurdo @ 28 8 2006 - 01:05) <{POST_SNAPBACK}>
.


Ah, et faudrait arrêter de faire croire que le pseudo mystère quand à qui fait quoi (le guérisseur, le gardien, etc) est bien fichu, ou qu'il a un semblant d'intérêt, comme je le lis ici ou là sur différents forums. Sur le groupe de 5 personnes qui était avec moi à la séance, 4 avaient deviné, par exemple, que la famille latino serait la guilde, vu qu'elle disparaît du film après la première minute, que le guérisseur c'était Giamatti, vu qu'on nous dit assez tôt qu'il était médecin, ou que le Gardien c'est One arm Muscle Man - vu qu'il sert à rien sinon. Alors forcément, après, le "bon sang, mais on s'est trompé, kikicé en fait", c'est un peu du remplissage inutile.

Ah, et aussi, la zik roxxxx, mais les morceaux pop rock à la fin de la béo, ça me gonfle.



Ouais bon on a pas prétendu non plus qu'il s'agissait de percer l'ultime secret universel; le nombre de perso susceptibles d'endosser tel ou tel role reste limité...Mais bon on ne te la fait pas a toi!

Pour ce qui est de l'interet moi j'ai carrément accrochéà cette quete, et les fumeurs de pétards considérés un moment comme la guilde c'était bien fendard!

transbear.gifsardine-a-l-huile.gif-1b8f595.jpeghitler-15e4bbc.gif


#212 contagion

contagion

    MST

  • Members
  • 18592 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Locked in the cage

Posté 28 August 2006 - 01:03 AM

Au fait je sais pas si ça a été deja dit mais le film est signé KNIGHT shyalaman...Ultime clin d'oeil aux contes de fées!

transbear.gifsardine-a-l-huile.gif-1b8f595.jpeghitler-15e4bbc.gif


#213 stepenwolf

stepenwolf

    JarJar

  • Members
  • 90 Messages :
  • Location:Planète Cybertron

Posté 28 August 2006 - 15:24 PM

Je l'ai vu et j'ai adoré, un chef d'oeuvre de plus à son actif, ça lui en fait déjà quattre en six films... Bonne moyenne.
Je n'ai rien d'autre à dire, tout a déjà été dit.

#214 Vintage

Vintage

    Ghoulies

  • Members
  • 142 Messages :

Posté 28 August 2006 - 18:30 PM

J'ai adoré!
C'est un peu court jeune homme mais je m'en moque.

#215 francesco

francesco

    Madnaute

  • Members
  • 4809 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Buffalora / Sunnydale / Amon Hen / Paper Street / Champs du Pelennor / Cleveland

Posté 29 August 2006 - 13:04 PM

J’ai trouvé ce film épatant, une belle réflexion/mise en perspective sur la fonction de conte au cinéma. Si tout est transparent (le microcosme cosmopolite, la valorisation des individus en leur assignant une fonction particulière dans le groupe, le fantastique en tant qu’outil d’humanisation) ca reste une démarche originale et auto-consciente ( dry.gif ?). Le film est tout aussi profond que les précédents Shyamalan mais sait ménager des plages de légèreté qui sont un plus. Un film quand même extrêmement riche et maîtrisé (la construction et l’agencement des éléments de la narration sont mortels et millimétrés, comme d’hab’ chez MNS), avec un petit bémol sur les tentatives complètement immatures de "bétonnages" de Shyamalan soulignées précédemment, qui sont curieuses et déplacées (attention quand même à ne pas sur-interpréter le film dans ce sens : par exemple, je ne suis pas sûr que la scène de régression infantile participe de l’argument bidon sur la nécessité d'avoir "une âme d’enfant" pour apprécier le film à sa juste valeur). Le seul truc gênant, unilatéral et indéfendable, c’est la scène de mise à mort du critique de cinéma qui est particulièrement nulle, surtout à cause de sa teneur "extradiégétique" (comme dirait le collègue) décalée qui plombe ponctuellement la narration pour des préoccupations à la con (chercher à plus ou moins rendre le film inattaquable sur certains points : non mais n’importe quoi là mellow.gif ).

Pour tout le reste : 5,5/6. Une belle histoire qui se suffit à elle-même et où résonnent (dès le générique en animation) les échos des contes et légendes destinés à prendre du recul par rapport à son quotidien et à voir plus loin que le bout de son nez. Ca résume pas mal ce que Shyamalan veut faire avec les histoires qu’il raconte dans ses films.

Et maintenant, l'avis de F-des-bois est demandé (en critique sur le site peut être ?) icon_mrgreen.gif

"Toutes les femmes de ta vie / En moi réunies / Ton âme soeur, ton égérie / Parfois ta meilleure ennemie.
Toutes les femmes de ta vie / Glamour ou sexy / L'héroïne de tes envies / Je suis toutes les femmes, tu vois, toutes les femmes de ta vie." (L5)


#216 KUBIAK

KUBIAK

    Wookie

  • Members
  • 2142 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 29 August 2006 - 13:12 PM

CITATION(stepenwolf @ 28 8 2006 - 16:24) <{POST_SNAPBACK}>
Je l'ai vu et j'ai adoré, un chef d'oeuvre de plus à son actif, ça lui en fait déjà quattre en six films... Bonne moyenne.
Je n'ai rien d'autre à dire, tout a déjà été dit.



D'accord pour le chef d'oeuvre de plus mais il n'a pas fait 6 mais 7 films .

La Jeune fille de l'eau
Le Village
Signes
Incassable
Sixième Sens
Wide Awake :1998
Praying with Anger :1992

#217 DarK ChoueTTe

DarK ChoueTTe

    Dark ChouqueTTe

  • The Devil's Rejects
  • 22324 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:A flying blue box

Posté 30 August 2006 - 03:36 AM

Le Chienmalade a encore frappé.
Impressionnant, son meilleur film après Incassable pour moi.
Après avoir revisité le mythe du super-héros, il fait de même avec le domaine du conte, de la fantasy.
Adapter tout ça dans un univers moderne, y'a pas à dire, ça donne (Giamatti face au Scrunt avec une perche en guise de lance pour calquer les illustrations classiques de chevalier contre dragon...wow.).
C'est sûr que si on aime pas ne serait-ce qu'un peu ouvrir son coeur comme le signifie le film, on est mal.
Moi pourtant relativement cynique, le film m'a conquis : des messages simples (mais après tout, n'est-ce pas le propre d'un conte ?) mais beaux, un groupe de personnages hétérogènes représentants du genre humain qui s'allient pour sauver le rêve...
Le message principal sur la place de l'être humain dans l'univers également, est amené de manière simple et appuyée peut-être mais très efficace et avec quelques nuances appréciables tout de même (le fait qu'une fonction ne soit pas forcément attribuée à qui l'on croit).
Et pas seulement destiné aux enfans, comme j'ai entendu ailleurs...
Sur la forme, c'est encore une fois bien maîtrisé, malgrès un départ un peu traînard par moments (seul reproche que je ferai au film).
Ce qui est génial c'est qu'à des moments hilarants en bon nombre (la scène du critique en passant, est pas dérangeante : qui n'a jamais pesté contre quelqu'un qui aimait généraliser les films de genre de façon dédaigneuse ? Et puis Shyam a quoi contre les critiques au fait, qui rend cette scène si douteuse ? Il accepte mal la critique ou qq chose du genre ?) se combinent parfaitement ce côté merveilleux à faire fondre...ceux qui ont encore un coeur icon_mrgreen.gif
Un super équilibre donc, pour moi.

Encore une fois, NMS surprend et s'éloigne de ce qu'on attend de lui.
Il se détache de ses carcans pour mieux surprendre.
Rien à foutre de ce qu'on dit sur lui (d'ailleurs, quelqu'un pourrait m'exposer clairement pourquoi il est censé être prétentieux ou je ne sais quoi ? faut voir le docu pour comprendre ?) : c'est un mec super malin et doué qui a réussi à me serrer le coeur à plusieurs reprises et ça, bordel, c'est du cinéma.

5,5/6 pour tout ça et les acteurs excellents, parmis lesquels une BDH mignonne à tomber (si ce n'est cette coupe de cheveux à la con).

PS : pour le changement de couleur des cheveux, ça signifie pas tout simplement qu'elle s'est définitivement éveillée à son rôle après que le Guérisseur lui ai "transmis" quelque chose en la soignant ? (des sentiments j'entends qui finissent d'achever sa volonté d'endosser sa fonction de princesse)

ExCZp1i.jpg


#218 Rom1

Rom1

    Je ponctue chaque phrase par un pet

  • Members
  • 15895 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Reims

Posté 30 August 2006 - 12:55 PM

Une pure tuerie : 5,5/6
J'en suis ressorti profondément touché.

#219 KUBIAK

KUBIAK

    Wookie

  • Members
  • 2142 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 30 August 2006 - 13:06 PM

pareil

#220 Rom1

Rom1

    Je ponctue chaque phrase par un pet

  • Members
  • 15895 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Reims

Posté 30 August 2006 - 16:11 PM

Dvpons donc un peu...

Lady in the Water :
Déstabilisant, tel est le mot qui me vient en tête en premier lieu pour parler du nouveau film de Shyamalan. Une sorte de conte moderne, comportant de l'humour (bcp), de l'épouvante (un peu), une galerie de personnages atypiques, une histoire sur laquelle le héros (et donc le spectateur) a tjs un temps d'avance, des bons sentiments et une naïveté pouvant paraître "too much" mais qui étrangement passent admirablement bien.
Déstabilisant donc et bancal. Ou en tt cas tellement sur le fil du rasoir du début à la fin, tellement jusqu'au boutiste dans sa démarche, qu'assurément il ne plaira pas à tt le monde.
De quoi parle donc ce film ? Des histoires, et du pouvoir qu'elles ont sur le monde, sur les gens. Ce n'est même pas un sous-texte, rien n'est cryptique ou symbolique. Au contraire, la signification du film nous est balancée quasi d'entrée. Le personnage central, une nymphe aquatique apparaissant dans une résidence de Philadelphie pour y trouver la personne qu'elle inspirera avant de retourner dans son monde, se prénomme ainsi Story (histoire) et c'est par rapport à elle que tous les personnages se définiront, trouveront leur place dans le monde ou, tout aussi important, comprendront ce qu'ils ne sont pas. C'est elle que la galerie de marginaux et gueules-cassées du casting (des vieux hippies, une vieille dame entourée de ses chats, une étudiante asiatique délurée, un type qui ne se muscle qu'un bras, etc.) essaiera de protéger contre une entité malveillante, parce qu'elle donne un sens à leur vie, leur a apporté qque chose et qu'ils veulent en retour qu'elle puisse repartir, afin d'inspirer à nveau d'autres gens à travers le monde. Difficile de faire plus limpide.
A travers ce conte (dont toutes les péripéties seront racontées à l'avance au héros par une vieille coréenne, intensifiant encore l'impression que ce qui compte ici n'est pas l'histoire en elle-même mais ce qu'elle va éveiller en nous), c'est de l'importance des histoires que veut nous entretenir le réalisateur, du pouvoir qu'elles ont sur le monde (le personnage inspiré par la nymphe - joué par le Shyamalan lui-même - est destiné à écrire un livre qui inspirera à son tour un futur leader éclairé) et de comment elles peuvent nous aider à nous révéler ou à trouver ce qu'il y a de meilleur en nous. Qd qques paumés sans qualités particulières se réunissent pour faire face aux ténèbres et protéger Story, on comprend à quel point un simple conte peut déclencher cela.
Au final, bien que le film soit parfois maladroit (le traitement du critique de cinéma : on sent que le réalisateur a qques comptes à régler mais il ne le fait pas avec bcp de finesse hélas), il est surtt une totale mise à nu de l'âme de son auteur, une formidable déclaration d'amour à son métier, un encouragement à nous-même raconter des histoires afin que cet art antique jamais ne se perde. Une oeuvre d'une confondante sincérité, qui pour une fois n'est pas un argument bancal pour justifier les travers d'une oeuvre, mais au contraire la parfaite explication des-dits travers.
Truffée de scènes drôles ou touchantes (celle dans laquelle l'écrivain apprend qu'il mourra pour avoir publié son livre mais vivra assez vieux pour voir naître les deux premiers enfants de sa soeur est sublime de retenue), de personnages savoureux, de situations délirantes mais totalement cohérentes avec le projet de mise en scène, encore bonnifiée par la très bonne BO de Newton-Howard, Lady in the Water est clairement une oeuvre à découvrir. Sans doute ne plaira t'elle pas à tout le monde mais si vous vous laissez prendre au jeu, vous ne le regretterez pas.




0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)