Aller au contenu


Les malades (hôpitaux, carte Vitale, suppo, dites 33)


  • Please log in to reply
1215 réponses sur ce sujet

#21 Reda*

Reda*
  • Guests

Posté 11 January 2009 - 19:29 PM

CITATION(Le Grand Wario @ 11 1 2009 - 18:10) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(Reda @ 11 1 2009 - 17:02) <{POST_SNAPBACK}>
Très souvent, c'est un peu plus compliqué que de simples erreurs (genre tu donnes un médoc à un vieux mais t'as pas vu qu'il prenait aussi un autre truc et que l'interaction pharmaceutique va lui être fatal). En général, c'est dans des cas assez compliqués où il y a déjà un background derrière, pas une prescription de doliprane.

Ou si. Comme cette dame, y a deux semaines, au boulot à qui le médecin a prescrit 1 g de paracétamol trois fois par jour. Sachant qu'elle avait déjà trois propofan par jour . Ce qui aurait fait 5,4 g quotidien. Son foie aurait pris une bonne claque...

Ceci dit, je trouve que ta réaction, reda est symptomatique du problème des soignants : "C'est utopique, c'est pas possible, on l'apprend mais d'autre trucs plus important..." En d'autres termes : "Ne changeons rien." Et t'es pas encore médecins mellow.gif

(C'est dingues, ces réactions corporatistes. Mais t'inquiètes, y a pas que les médecins qui veulent pas changer leurs pratiques, t'es pas tout seul, t'as les soignants en général, les profs, les flics...)



CITATION(Clint @ 11 1 2009 - 18:26) <{POST_SNAPBACK}>
Je suis d'acc. Y'a un tas de charlots chez les toubibs. De nos jours on te change le coeur mais on sait pas soigner un rhume. Mon doc' me répète souvent "en médecine on ignore encore tout" et je crois qu'il a raison.
On bouffe de l'antibiotique à longueur d'année, on se retrouve sous lexomil au moindre coup de mou mental et pourtant, on est tout le temps malade ou dépressif. Le dosage est pas bon. J'en suis venu aussi à me demander si on ne soignerait pas mieux certaines pathologies en discutant plutôt qu'en prescrivant. Et là, Wario a tout bon. Un peu plus de contact que diable.

"La médecine est une putain, son maquereau c'est le pharmacien (ou le docteur)".


Euh j'ai pas dit que falllait pas changer, j'ai dit que cette avalanche de "découvertes d'erreurs médicales" dans les médias n'existent que pour la prochaine réforme de l'hopital de Sarko (alors merci pour le corporatisme, le même qui a sauvé le système français avec la liberté d'installation)...

Le doliprane c'etait pour la formule vu que c'est en vente libre (contrairement au propofan qui contient des opiacés). Mais bon pour le coup le médecin s'est foiré mais qu'est-ce que tu peux y faire ? (en plus 5.4g c'est pas la mort, mais bon après ca dépend effectivement du foie de la dame)

Et pour l'enorme quantité de medocs, c'est vrai qu'il y a un pic de prescription mais c'est surtout du aux anciennes methodes selon quoi le médoc est roi. Ca change maintenant. Et bon, il parait que pas mal de pharmaciens de couillonent à mort si t'y vas sans ordonnance (d'après des potes en pharma qui on fait des stages, genre tu dis que t'as mal à la gorge ils te vendent la race et le haut de gamme niveau prix), mais le médecin je t'assure qu'il ne touche pas de pourcentage sur le nombre de médocs que t'achete. blush.gif

#22 Mortimore

Mortimore

    Leprechaun

  • Members
  • 930 Messages :

Posté 11 January 2009 - 19:55 PM

CITATION(Reda @ 11 1 2009 - 19:29) <{POST_SNAPBACK}>
mais le médecin je t'assure qu'il ne touche pas de pourcentage sur le nombre de médocs que t'achete. blush.gif

Par contre sur ceux qu'il place après avoir reçu 52 visiteurs médiacaux... certe les pratiques de graissagede patte ont été sérieusement revu à la baisse depuis quelques scandales gratinés mais reste que certaine prescription sont sérieusement orienté, sans compter les budgets même des hopitaux qui vont favoriser des médicaments moins onéreux pas forcément au profit des patients. Je pense ici par exemple au Solian, saloperie neuroleptique dont on te bourre en HP et qui a la vertu de donner faim, faire grossir, mettre ta libido en berne, bref tout faire pour t'aider psychologiquement.
"Il y a deux moyens d'enculer les mouches, avec ou sans leur consentement." Boris Vian

#23 Reda*

Reda*
  • Guests

Posté 11 January 2009 - 20:37 PM

CITATION(Mortimore @ 11 1 2009 - 19:55) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(Reda @ 11 1 2009 - 19:29) <{POST_SNAPBACK}>
mais le médecin je t'assure qu'il ne touche pas de pourcentage sur le nombre de médocs que t'achete. blush.gif

Par contre sur ceux qu'il place après avoir reçu 52 visiteurs médiacaux... certe les pratiques de graissagede patte ont été sérieusement revu à la baisse depuis quelques scandales gratinés mais reste que certaine prescription sont sérieusement orienté, sans compter les budgets même des hopitaux qui vont favoriser des médicaments moins onéreux pas forcément au profit des patients. Je pense ici par exemple au Solian, saloperie neuroleptique dont on te bourre en HP et qui a la vertu de donner faim, faire grossir, mettre ta libido en berne, bref tout faire pour t'aider psychologiquement.


Les visiteurs médicaux, ils servent qu'a recevoir cadeaux ou à manger des petits déj gratos.
Mais bon je ne sais pas, comme le dit Wario je suis pas encore médecin... ^^

#24 Mortimore

Mortimore

    Leprechaun

  • Members
  • 930 Messages :

Posté 11 January 2009 - 20:40 PM

CITATION(Reda @ 11 1 2009 - 20:37) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(Mortimore @ 11 1 2009 - 19:55) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(Reda @ 11 1 2009 - 19:29) <{POST_SNAPBACK}>
mais le médecin je t'assure qu'il ne touche pas de pourcentage sur le nombre de médocs que t'achete. blush.gif

Par contre sur ceux qu'il place après avoir reçu 52 visiteurs médiacaux... certe les pratiques de graissagede patte ont été sérieusement revu à la baisse depuis quelques scandales gratinés mais reste que certaine prescription sont sérieusement orienté, sans compter les budgets même des hopitaux qui vont favoriser des médicaments moins onéreux pas forcément au profit des patients. Je pense ici par exemple au Solian, saloperie neuroleptique dont on te bourre en HP et qui a la vertu de donner faim, faire grossir, mettre ta libido en berne, bref tout faire pour t'aider psychologiquement.


Les visiteurs médicaux, ils servent qu'a recevoir cadeaux ou à manger des petits déj gratos.
Mais bon je ne sais pas, comme le dit Wario je suis pas encore médecin... ^^

Sauf que c'est eux qui les donnent les cadeaux (maintenant cela dit il y des limites budgétaire puisqu'avant un mec pouvait se payer des vacances à Djerba rien qu'en disant oui à Bayer et consor
"Il y a deux moyens d'enculer les mouches, avec ou sans leur consentement." Boris Vian

#25 Reda*

Reda*
  • Guests

Posté 11 January 2009 - 23:31 PM

Yep c'est ce que je voulais dire par "recevoir des cadeaux", mais je me suis mal exprimé ninja.gif

#26 keutof

keutof

    Gremlins

  • Members
  • 1111 Messages :
  • Location:Toujours plus a l'ouest

Posté 12 January 2009 - 02:03 AM

Votre discussion me fait penser --- de près comme de loin --- à un texte que j'avais lu sur la médecine chinoise, et surtout sur le rapport du patient au médecin et réciproquement. En Chine, le médecin prévient la maladie, alors que chez nous il la guérit. Le patient chinois paye son médecin quand il ne tombe pas malade, et reprochera à son médecin d'avoir laissé la voie libre à la maladie.

De fait j'imagine que leurs rapports sont fondamentalement différents de ceux que l'on observe : il ne s'agit plus ici du médecin guérisseur, qui s'attaque à des symptômes, mais du médecin de prévention, qui considère le corps dans son schéma global et prévient l'arrivée de la maladie.

C'est très hors-sujet tout ce que je raconte mais je ne voyais pas où le poster et je me demande s'il n'y a pas des leçons à en tirer pour notre propre système de santé.

#27 Mortimore

Mortimore

    Leprechaun

  • Members
  • 930 Messages :

Posté 12 January 2009 - 03:51 AM

CITATION(keutof @ 12 1 2009 - 02:03) <{POST_SNAPBACK}>
Votre discussion me fait penser --- de près comme de loin --- à un texte que j'avais lu sur la médecine chinoise, et surtout sur le rapport du patient au médecin et réciproquement. En Chine, le médecin prévient la maladie, alors que chez nous il la guérit. Le patient chinois paye son médecin quand il ne tombe pas malade, et reprochera à son médecin d'avoir laissé la voie libre à la maladie.

De fait j'imagine que leurs rapports sont fondamentalement différents de ceux que l'on observe : il ne s'agit plus ici du médecin guérisseur, qui s'attaque à des symptômes, mais du médecin de prévention, qui considère le corps dans son schéma global et prévient l'arrivée de la maladie.

C'est très hors-sujet tout ce que je raconte mais je ne voyais pas où le poster et je me demande s'il n'y a pas des leçons à en tirer pour notre propre système de santé.

C'est pas un texte, c'est ce que dis le médecin dans la Crise... et c'est juste très joli mais ici comme en Chine il y a bien longtemps que ceci n'est plus vrai, soumis à l'économie de marché. Le serment d'Hyppocrate d'origine parle tout de même de ne pas faire souffrir son patient, et il a fallu attendre les années 80 pour que la médecine française commence à parler de soint paliatif et considérer que la souffrance n'était pas un mal nécessaire
"Il y a deux moyens d'enculer les mouches, avec ou sans leur consentement." Boris Vian

#28 keutof

keutof

    Gremlins

  • Members
  • 1111 Messages :
  • Location:Toujours plus a l'ouest

Posté 12 January 2009 - 04:05 AM

CITATION(Mortimore @ 12 1 2009 - 03:51) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(keutof @ 12 1 2009 - 02:03) <{POST_SNAPBACK}>
Votre discussion me fait penser --- de près comme de loin --- à un texte que j'avais lu sur la médecine chinoise, et surtout sur le rapport du patient au médecin et réciproquement. En Chine, le médecin prévient la maladie, alors que chez nous il la guérit. Le patient chinois paye son médecin quand il ne tombe pas malade, et reprochera à son médecin d'avoir laissé la voie libre à la maladie.

De fait j'imagine que leurs rapports sont fondamentalement différents de ceux que l'on observe : il ne s'agit plus ici du médecin guérisseur, qui s'attaque à des symptômes, mais du médecin de prévention, qui considère le corps dans son schéma global et prévient l'arrivée de la maladie.

C'est très hors-sujet tout ce que je raconte mais je ne voyais pas où le poster et je me demande s'il n'y a pas des leçons à en tirer pour notre propre système de santé.

C'est pas un texte, c'est ce que dis le médecin dans la Crise... et c'est juste très joli mais ici comme en Chine il y a bien longtemps que ceci n'est plus vrai, soumis à l'économie de marché. Le serment d'Hyppocrate d'origine parle tout de même de ne pas faire souffrir son patient, et il a fallu attendre les années 80 pour que la médecine française commence à parler de soint paliatif et considérer que la souffrance n'était pas un mal nécessaire


Oui on est d'accord, je parle ici d'un idéal de médecine et pas forcément de sa pratique dans les faits. N'empêche que, omniprésence des lois du marché ou pas, il y a bien une différence d'attente et d'appréhension de la médecine dans ces deux cultures, sans parler de toutes les autres.

Quant au texte dont je parle, il ne s'agissait pas d'une réaction d'un médecin dans la Crise, mais d'un extrait tiré d'un dossier sur la réflexologie que j'ai potassé il y a quelques mois, donc pas vraiment une réaction "à chaud".

#29 Mortimore

Mortimore

    Leprechaun

  • Members
  • 930 Messages :

Posté 12 January 2009 - 04:09 AM

CITATION(keutof @ 12 1 2009 - 04:05) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(Mortimore @ 12 1 2009 - 03:51) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(keutof @ 12 1 2009 - 02:03) <{POST_SNAPBACK}>
Votre discussion me fait penser --- de près comme de loin --- à un texte que j'avais lu sur la médecine chinoise, et surtout sur le rapport du patient au médecin et réciproquement. En Chine, le médecin prévient la maladie, alors que chez nous il la guérit. Le patient chinois paye son médecin quand il ne tombe pas malade, et reprochera à son médecin d'avoir laissé la voie libre à la maladie.

De fait j'imagine que leurs rapports sont fondamentalement différents de ceux que l'on observe : il ne s'agit plus ici du médecin guérisseur, qui s'attaque à des symptômes, mais du médecin de prévention, qui considère le corps dans son schéma global et prévient l'arrivée de la maladie.

C'est très hors-sujet tout ce que je raconte mais je ne voyais pas où le poster et je me demande s'il n'y a pas des leçons à en tirer pour notre propre système de santé.

C'est pas un texte, c'est ce que dis le médecin dans la Crise... et c'est juste très joli mais ici comme en Chine il y a bien longtemps que ceci n'est plus vrai, soumis à l'économie de marché. Le serment d'Hyppocrate d'origine parle tout de même de ne pas faire souffrir son patient, et il a fallu attendre les années 80 pour que la médecine française commence à parler de soint paliatif et considérer que la souffrance n'était pas un mal nécessaire


Oui on est d'accord, je parle ici d'un idéal de médecine et pas forcément de sa pratique dans les faits. N'empêche que, omniprésence des lois du marché ou pas, il y a bien une différence d'attente et d'appréhension de la médecine dans ces deux cultures, sans parler de toutes les autres.


C'est certain ici on est encore et toujours dans l'élitisme, entre le patient en bas et le médecin en haut.
"Il y a deux moyens d'enculer les mouches, avec ou sans leur consentement." Boris Vian

#30 phoenixx

phoenixx

    Gremlins

  • Members
  • 1280 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:La Rochelle

Posté 12 January 2009 - 08:15 AM

CITATION(Clint @ 11 1 2009 - 18:26) <{POST_SNAPBACK}>
Je suis d'acc. Y'a un tas de charlots chez les toubibs. De nos jours on te change le coeur mais on sait pas soigner un rhume. Mon doc' me répète souvent "en médecine on ignore encore tout" et je crois qu'il a raison.
On bouffe de l'antibiotique à longueur d'année, on se retrouve sous lexomil au moindre coup de mou mental et pourtant, on est tout le temps malade ou dépressif. Le dosage est pas bon. J'en suis venu aussi à me demander si on ne soignerait pas mieux certaines pathologies en discutant plutôt qu'en prescrivant. Et là, Wario a tout bon. Un peu plus de contact que diable.

"La médecine est une putain, son maquereau c'est le pharmacien (ou le docteur)".



Avec du recul, j'ai l'impression que c'est beaucoup plus "difficile" de bien soigner un rhume que de changer un coeur. Pas techniquement, hein. C'est juste que changer un coeur, c'est cadré, c'est consensuel, y'a des milliards de papiers sur le sujet, il "suffit" de le suivre à la lettre et hop, roulez jeunes (enfin, façon de parler icon_mrgreen.gif )

Le rhume, ben y'a pas de consensus. On nous a juste appris, pendant nos 6 ans d'étude, à traquer les singes de gravité, nous amenant dans des contrées plus connues théoriquement, pus consensuelles. Mais soigner un pauvre rhume tout con ? On apprend sur le tas.

C'est ça qui m'a toujours gêné pendant mes années à la fac (là je suis interne en 2e année) ; on apprend les trucs graves et rares, qu'il faut savoir, certes, mais qui sont beaucoup moins fréquents que la pathologie tout-venant (à part peut-être aux Urgences, et encore). On apprend l'exception avant d'apprendre la règle. En très gros c'est ça, il y a des nuances, mais bon.

Et au sujet du relationnel médecin-malade, chose que je considère comme Wario comme extrêmement importante, et participant dans de fortes proportions au processus de guérison, dans quelque maladie que ce soit (même des pathologies graves, comme les cancers, AMHA), c'est simple, toutes les facs ne l'enseignent pas. Voire quasi aucune. J'ai eu la chance de faire partie d'une fac qui l'enseignait, Créteil, et encore, qu'à partir du début de l'internant, soit la 7e année, et j'ai la chance de me débrouiller pas trop mal moi-même dans ce domaine.
Je pense d'ailleurs qu'une partie de ce relationnel, c'est juste de la culture générale, du bon sens, et surtout savoir se mettre en face du patient, à son "niveau" médical. Savoir dire qu'on ne sait pas mais qu'on va chercher. Savoir dire qu'on ne sait pas, c'est très important à mon sens, on ne peut PAS tout savoir, on n'est pas Dieu (ou des Dieux, enfin comme vous voulez), et peu de médecins le disent, plutôt inconsciemment à mon sens.

Et là, les médecins ne sont d'une part pas formés comme je l'ai dit, mais en plus pas moins cons qu'un autre, voire plus, vu qu'en 6 ans à potasser 24/24 peu ont axés ce potassage sur le "relationnel". Du coup il y a beaucoup de cons, qui ne savent pas parler, tout simplement, voire qui méprisent le patient car il n'a pas le "Savoir". Je ne sais pas si je m'exprime correctement. Le problème est souvent que pas mal de médecins manquent de culture G. Putain, faites faire une simple dictée à ceux qui passent l'internat, vous verrez l'hécatombe !!

En très gros, pendant les études de médecine, on apprend la technique, mais pas la façon de bien s'en servir (comment et quand).
Les études sont faites pour devenir spécialiste, ce que seront seulement 50% des étudiants voire moins....on ne commence à cotoyer la médecine générale qu'APRES l'internat, soit APRES avoir choisi sa spécialité...
Les choses cependant commencent à changer, avec des stages chez le praticien généraliste avant l'internat, mais ce retard fait que la médecine G (soit la plus axée sur le relationnel avec la psy) reste très dénigrée par les enseignants, par définition des enseignants de spé (ah, tu veux faire médecine G ? -regard condescendant et méprisant - non non, mais si c'est ce que tu veux...), et donc par les étudiants eux-mêmes, plus ou moins inconsciemment.

Bon je pars dans tous les sens, mais je n'ai pas trop le temps là, faut que je parte m'approprier la santé des patients icon_mrgreen.gif aux Urgences de Saint Louis (Paris).



CITATION(keutof @ 12 1 2009 - 02:03) <{POST_SNAPBACK}>
Votre discussion me fait penser --- de près comme de loin --- à un texte que j'avais lu sur la médecine chinoise, et surtout sur le rapport du patient au médecin et réciproquement. En Chine, le médecin prévient la maladie, alors que chez nous il la guérit. Le patient chinois paye son médecin quand il ne tombe pas malade, et reprochera à son médecin d'avoir laissé la voie libre à la maladie.

De fait j'imagine que leurs rapports sont fondamentalement différents de ceux que l'on observe : il ne s'agit plus ici du médecin guérisseur, qui s'attaque à des symptômes, mais du médecin de prévention, qui considère le corps dans son schéma global et prévient l'arrivée de la maladie.

C'est très hors-sujet tout ce que je raconte mais je ne voyais pas où le poster et je me demande s'il n'y a pas des leçons à en tirer pour notre propre système de santé.



J'adore ce concept de médecin chinois, qui reçoit ses honoraires quand ses patients sont en bonne santé, et pas l'inverse, ils ont tout compris !
Par contre pour transposer ce concept dans la médecine occidentale, capitaliste et tarifiée à l'activité, bon courage.

#31 Reda*

Reda*
  • Guests

Posté 12 January 2009 - 09:12 AM

CITATION(Mortimore @ 12 1 2009 - 04:09) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(keutof @ 12 1 2009 - 04:05) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(Mortimore @ 12 1 2009 - 03:51) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(keutof @ 12 1 2009 - 02:03) <{POST_SNAPBACK}>
Votre discussion me fait penser --- de près comme de loin --- à un texte que j'avais lu sur la médecine chinoise, et surtout sur le rapport du patient au médecin et réciproquement. En Chine, le médecin prévient la maladie, alors que chez nous il la guérit. Le patient chinois paye son médecin quand il ne tombe pas malade, et reprochera à son médecin d'avoir laissé la voie libre à la maladie.

De fait j'imagine que leurs rapports sont fondamentalement différents de ceux que l'on observe : il ne s'agit plus ici du médecin guérisseur, qui s'attaque à des symptômes, mais du médecin de prévention, qui considère le corps dans son schéma global et prévient l'arrivée de la maladie.

C'est très hors-sujet tout ce que je raconte mais je ne voyais pas où le poster et je me demande s'il n'y a pas des leçons à en tirer pour notre propre système de santé.

C'est pas un texte, c'est ce que dis le médecin dans la Crise... et c'est juste très joli mais ici comme en Chine il y a bien longtemps que ceci n'est plus vrai, soumis à l'économie de marché. Le serment d'Hyppocrate d'origine parle tout de même de ne pas faire souffrir son patient, et il a fallu attendre les années 80 pour que la médecine française commence à parler de soint paliatif et considérer que la souffrance n'était pas un mal nécessaire


Oui on est d'accord, je parle ici d'un idéal de médecine et pas forcément de sa pratique dans les faits. N'empêche que, omniprésence des lois du marché ou pas, il y a bien une différence d'attente et d'appréhension de la médecine dans ces deux cultures, sans parler de toutes les autres.


C'est certain ici on est encore et toujours dans l'élitisme, entre le patient en bas et le médecin en haut.


Pourtant en Occident il n'y a jamais eu une telle égalité entre patien et soignant. Pouruqoi vous croyez que les témoins de Jéhova ne se font pas transfuser quand ils en ont besoin ?


Pour la médecine chinoise, c'est culturelle. Dans toutes les anciennes médecines c'etait de la prévention (pas les anciennes comme le chamanisme, celles d'après, à partir de l'Antiquité). Actuellement on demande à tout le monde de faire du sport et de pas bouffer de la merde, combien le font ? Un médoc et puis ca roule, pourquoi te casser le cul ? Ca endiguerais juste la première cause de mortalité entre autres.

Bon phoenixx en sais plus, écoutons le. Et je confirme que la plupart sont des buses du point de vue culture... Mais je trouve pas que ce soit en proportion plus élevé qu'ailleurs.

#32 Hippolyte

Hippolyte

    Gremlins

  • Members
  • 1454 Messages :
  • Location:Brest même, ,yeaaaaah

Posté 12 January 2009 - 10:04 AM

CITATION(Reda @ 12 1 2009 - 09:12) <{POST_SNAPBACK}>
Pourtant en Occident il n'y a jamais eu une telle égalité entre patien et soignant. Pouruqoi vous croyez que les témoins de Jéhova ne se font pas transfuser quand ils en ont besoin ?


Pour la médecine chinoise, c'est culturelle. Dans toutes les anciennes médecines c'etait de la prévention (pas les anciennes comme le chamanisme, celles d'après, à partir de l'Antiquité). Actuellement on demande à tout le monde de faire du sport et de pas bouffer de la merde, combien le font ? Un médoc et puis ca roule, pourquoi te casser le cul ? Ca endiguerais juste la première cause de mortalité entre autres.

Bon phoenixx en sais plus, écoutons le. Et je confirme que la plupart sont des buses du point de vue culture... Mais je trouve pas que ce soit en proportion plus élevé qu'ailleurs.


Non, il n'y a pas d'égalité entre le patient et le médecin, il y a simplement des droits élémentaires que le médecin est aujourd'hui obligé de respecter. Mais il se place toujours au-dessus, il condescent certes à respecter le droit du patient à l'information (et encore, une information livrée sans décodage, ou alors tellement tronquée et partiale qu'on peut se demander si c'est de l'info ou de l'intox), mais les 3/4 des médecins refusent encore d'écouter leurs patients. Ecouter, vraiment je veux dire. Parce qu'actuellement, l'écoute se résume plus à une forme de manipulation : j'écoute pour mieux te convaincre que j'ai raison.

Les vaccins par exemple : en France, ça fait des années que de nombreux usagers mettent en doute l'innocuité de certains vaccins administrés aux enfants (en particulier). La littérature médicale internationale est très fournie là-dessus, de nombreux pays ayant fait des recherches sur le sujet. Mais en France, les médecins refusent d'écouter les usagers, parce qu'ils sont bloqués dans leurs certitudes apprises à la fac (je ne sais plus qui disait que c'était du par coeur..), et réaffirmées par les labos. Le parent qui refuse de faire les vaccins est traité comme un fou par le médecin lambda. En France du moins. Parce que ce même parent, dans les pays nordiques, est écouté. Pris au sérieux. Des études sont faites. Et les vaccins ne sont plus systématiques...
(et avant de me tomber dessus, j'ai fait les vaccins obligatoires à mes enfants... mais je respecte le questionnement de nombreux parents sur ces vaccins. Le pédiatre m'a vraiment écoutée lors de la vaccination de mon petit dernier, alors que jusque là, les médecins ne me disaient même pas ce qu'ils innoculaient à mes mômes. Sachant que ma famille a un terrain allergique, c'était très risqué...mais ça, pour le savoir, il faut écouter....).

#33 Reda*

Reda*
  • Guests

Posté 12 January 2009 - 10:22 AM

Je parle des termes juridiques et déontologiques, légalement le médecin doit à la personne qu’il examine, qu’il soigne ou qu’il conseille, une information loyale, claire et appropriée, c'est à dire qu'il doit etre compris et que l'info doit etre complete.
Sinon attaque le en justice ou change de médecin.

Je sais pas si vous vous rendez compte de comment c'était avant blink.gif . Je dis pas que c'est parfait, je dis que ca change alors soit vous avez des médecins old school, soit des cons ninja.gif .
Mon généraliste, allopathe et homéopathe, bah il est très bien icon_mrgreen.gif

Et euh, je vais pas te tomber dessus pour des vaccins tu fais ce que tu veux ^^. De toute façon la viro c'est qu'au second semestre pour moi, là je fais la bactério, y'en a peu et ils sont pas tous à 100% efficaces laugh.gif

Après, encore une fois je ne suis pas médecin, mais moi on me l'a enseigné, je ne me vois pas faire autre chose et ce que j'en vois à l'hopital c'est plutot pas mal...

#34 phoenixx

phoenixx

    Gremlins

  • Members
  • 1280 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:La Rochelle

Posté 12 January 2009 - 21:15 PM

Je sors de mes 12h de taff, et quoi? Que 2 réponses? icon_twisted.gif


CITATION(Reda @ 12 1 2009 - 09:12) <{POST_SNAPBACK}>
Pourtant en Occident il n'y a jamais eu une telle égalité entre patien et soignant. Pouruqoi vous croyez que les témoins de Jéhova ne se font pas transfuser quand ils en ont besoin ?


Pour la médecine chinoise, c'est culturelle. Dans toutes les anciennes médecines c'etait de la prévention (pas les anciennes comme le chamanisme, celles d'après, à partir de l'Antiquité). Actuellement on demande à tout le monde de faire du sport et de pas bouffer de la merde, combien le font ? Un médoc et puis ca roule, pourquoi te casser le cul ? Ca endiguerais juste la première cause de mortalité entre autres.

Bon phoenixx en sais plus, écoutons le. Et je confirme que la plupart sont des buses du point de vue culture... Mais je trouve pas que ce soit en proportion plus élevé qu'ailleurs.


T'as raison, mais le problème pour moi, sans vouioir paraître élitiste, est que j'estime que cette profession nécessite justement une bonne culture G pour pouvoir bien appréhender, prendre du recul, le patient, sa plainte et sa maladie, sans copier/coller bêtement des algorythmes appris à la fac. L'EBM (evidence-based medecine), qu'ils disent à ma fac : savoir prendre en compte à la fois et à égal niveau son expérience perso, les données de la littérature médicale, et bien entendu le patient dans sa globalité.

Dit comme ca c'est facile, mais c'est souvent assez chaud, on se retrouve dans des impasses. Et c'est là où l'on comprend que "ne pas faire" est très difficile, mais parfois bcp plus important que de faire des prises de sang dans tous les sens.

La prévention c'est la base, l'éducation du patient, c'est indispensable, je m'en rend compte de plus en plus aux Urg, ou beaucoup (mais pas autant que ce que je pensais finalement) de patients viennent consulter pour qqch qu'ils auraient pu évaluer eux-mêmes avec un peu "d'éducation" via leur médecin G.
Après, comme tu dis, y'en a quand même pas mal pour qui ca rentre dans une oreille et sort par l'autre, et qui mettent leur vie entière (littéralement) aux mains du médecin. Confiance ou fainéantise ? Je ne sais pas.


CITATION(Hippolyte @ 12 1 2009 - 10:04) <{POST_SNAPBACK}>
Non, il n'y a pas d'égalité entre le patient et le médecin, il y a simplement des droits élémentaires que le médecin est aujourd'hui obligé de respecter. Mais il se place toujours au-dessus, il condescent certes à respecter le droit du patient à l'information (et encore, une information livrée sans décodage, ou alors tellement tronquée et partiale qu'on peut se demander si c'est de l'info ou de l'intox), mais les 3/4 des médecins refusent encore d'écouter leurs patients. Ecouter, vraiment je veux dire. Parce qu'actuellement, l'écoute se résume plus à une forme de manipulation : j'écoute pour mieux te convaincre que j'ai raison.

Les vaccins par exemple : en France, ça fait des années que de nombreux usagers mettent en doute l'innocuité de certains vaccins administrés aux enfants (en particulier). La littérature médicale internationale est très fournie là-dessus, de nombreux pays ayant fait des recherches sur le sujet. Mais en France, les médecins refusent d'écouter les usagers, parce qu'ils sont bloqués dans leurs certitudes apprises à la fac (je ne sais plus qui disait que c'était du par coeur..), et réaffirmées par les labos. Le parent qui refuse de faire les vaccins est traité comme un fou par le médecin lambda. En France du moins. Parce que ce même parent, dans les pays nordiques, est écouté. Pris au sérieux. Des études sont faites. Et les vaccins ne sont plus systématiques...
(et avant de me tomber dessus, j'ai fait les vaccins obligatoires à mes enfants... mais je respecte le questionnement de nombreux parents sur ces vaccins. Le pédiatre m'a vraiment écoutée lors de la vaccination de mon petit dernier, alors que jusque là, les médecins ne me disaient même pas ce qu'ils innoculaient à mes mômes. Sachant que ma famille a un terrain allergique, c'était très risqué...mais ça, pour le savoir, il faut écouter....).



Il faut voir qu'effectivement c'est très dur de s'affranchir des vérités assénées à la fac.
D'une part effectivement à cause des labos, mais aussi et surtout par manque de temps. Les données sont là, mais il faut prendre le temps pour aller les chercher ET les analyser, puis les mettre dans le contexte de chaque patient, avec son vécu propre.

Du coup c'est beaucoup plus facile de s'en tenir à ce que l'on connaît. "Primum Non Nocere" (avant tout ne pas nuire) disait Hippocrate.

Par rapport aux vaccins, je ne me suis pas encore bien renseigné, n'ayant qu'une faible expérience du cabinet (fainéantise, confiance ? icon_mrgreen.gif ), mais il me semble que par exemple, une étude a réfuté le lien entre vaccin contre l'Hépatite B et la Sclérose en plaques. En gros, les gens qui ont fait une SEP après avoir été vaccinés l'auraient fait indépendamment du vaccin. Ce qui revient à dire que le vaccin contre l'Hépatite B ne protège pas contre la sclérose en plaques rolleyes.gif

#35 Mortimore

Mortimore

    Leprechaun

  • Members
  • 930 Messages :

Posté 12 January 2009 - 22:22 PM

Si les malades ont encore ce réflexe c'est bien parce que le système depuis si longtemps mis en place les a éduqué dans ce sens. Du reste ça ne se limite pas à la seule médecine, cette prédisposition à ne pas remettre en cause les institutions, politique, justice, école, etc, est quand même un truc qui n'a connu qu'une brève acalmie en 68 et qui du reste est aujourd'hui récusé par l'actuel classe politique (voir le discour de Plaqué-Or aux magistrats fustigeant encore une fois le fameux mois de mai)pour qui une majorité a voté, ce qui de fait signifie que la dites majorité est très bien comme cela, avec cette institution qu'on ne remet pas en question. Il est vrai qu'à une époque hautement anxiogène, c'est toujours plus rassurant de refiler son cerveau à celui qui est censé savoir. Mais au fait j'y pense Hyppo... 'as un problème avec la France ? Non parce qu'en te lisant on se demande... icon_mrgreen.gif
"Il y a deux moyens d'enculer les mouches, avec ou sans leur consentement." Boris Vian

#36 Le Grand Wario*

Le Grand Wario*
  • Guests

Posté 12 January 2009 - 23:11 PM

CITATION(phoenixx @ 12 1 2009 - 21:15) <{POST_SNAPBACK}>
Par rapport aux vaccins, je ne me suis pas encore bien renseigné, n'ayant qu'une faible expérience du cabinet (fainéantise, confiance ? icon_mrgreen.gif ), mais il me semble que par exemple, une étude a réfuté le lien entre vaccin contre l'Hépatite B et la Sclérose en plaques. En gros, les gens qui ont fait une SEP après avoir été vaccinés l'auraient fait indépendamment du vaccin. Ce qui revient à dire que le vaccin contre l'Hépatite B ne protège pas contre la sclérose en plaques rolleyes.gif

J crois que c'est un peu plus compliqué que ça, je peux pas vraiment en dire plus, je sais pas, je me suis pas beaucoup interressé, m'enfin y a aussi d'autre risques, surtout pour les enfants vaccinés à l'adolescence. En tous cas, c'est ce que m'a expliqué le mien, de médecin, quand je lui ai posé la question de l'utilité de vacciner une gamine de six ans contre l'hépatite B.

Tenez, un petit lien pour voir le niveau des débats sur la vaccination...Perso, que ce soit Georget ou Siegrist, je les trouve assez affligeants. Et, je dois dire, encore plus Siegrist qui assène ses vérité avec toute la morgue que je déteste chez nos amis médecins...

(Sinon, ce serait bien, non, si y avait un peu plus d'esprit scientifique et un peu moins de confiance aveugle dans la tehnologie dans l'idéologie médicale. Qui prétend d'ailleurs que la médecine est une science lors que c'est une technique, un art. Y a déjà un problème là, je trouve...)

#37 phoenixx

phoenixx

    Gremlins

  • Members
  • 1280 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:La Rochelle

Posté 12 January 2009 - 23:20 PM

CITATION(Le Grand Wario @ 12 1 2009 - 23:11) <{POST_SNAPBACK}>
(Sinon, ce serait bien, non, si y avait un peu plus d'esprit scientifique et un peu moins de confiance aveugle dans la tehnologie dans l'idéologie médicale. Qui prétend d'ailleurs que la médecine est une science lors que c'est une technique, un art. Y a déjà un problème là, je trouve...)



Ah mais là je suis entièrement d'accord avec toi ! On se repose trop sur la science, l'exactitude (ce qui n'existe pas ou peu en médecine, tout est probabilité) en négligeant "l'art", l'adaptabilité, la CLINIQUE bordel.

Ceci dit la plupart des services dans lesquels je suis passé prônaient la clinique avant la technique. Hasard ou progression des mentalités, je ne sais pas, toujours est-il qu'un service d'urgence qui met la pédale douce sur les examens, au début ça étonne. Puis en fait on se rend compte que c'est la bonne solution. Les examens complémentaires ne sont que complémentaires justement ; c'est bien de le dire, mais encore mieux de le pratiquer. En plus ca fait gagner du temps, on n'est pas là à attendre comme un con pendant 2h l'examen qu'on a demandé "pour voir", pas indispensable. Et on se retrouve comme un con quand le résultat de ce dit examen est discordant avec la clinique.

#38 Le Grand Wario*

Le Grand Wario*
  • Guests

Posté 12 January 2009 - 23:24 PM

CITATION(phoenixx @ 12 1 2009 - 23:20) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(Le Grand Wario @ 12 1 2009 - 23:11) <{POST_SNAPBACK}>
(Sinon, ce serait bien, non, si y avait un peu plus d'esprit scientifique et un peu moins de confiance aveugle dans la tehnologie dans l'idéologie médicale. Qui prétend d'ailleurs que la médecine est une science lors que c'est une technique, un art. Y a déjà un problème là, je trouve...)



Ah mais là je suis entièrement d'accord avec toi ! On se repose trop sur la science, l'exactitude (ce qui n'existe pas ou peu en médecine, tout est probabilité) en négligeant "l'art", l'adaptabilité, la CLINIQUE bordel.

Ceci dit la plupart des services dans lesquels je suis passé prônaient la clinique avant la technique. Hasard ou progression des mentalités, je ne sais pas, toujours est-il qu'un service d'urgence qui met la pédale douce sur les examens, au début ça étonne. Puis en fait on se rend compte que c'est la bonne solution. Les examens complémentaires ne sont que complémentaires justement ; c'est bien de le dire, mais encore mieux de le pratiquer. En plus ca fait gagner du temps, on n'est pas là à attendre comme un con pendant 2h l'examen qu'on a demandé "pour voir", pas indispensable. Et on se retrouve comme un con quand le résultat de ce dit examen est discordant avec la clinique.
smile.gif

('Tain, faut vraiment que je repasse le concours d'entrée en école d'infirmier, moi.)

#39 LMD

LMD

    La Mère Doku

  • The Devil's Rejects
  • 14162 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Le passé

Posté 12 January 2009 - 23:31 PM

Peut être parce que la science, avec son principe de "une expérience donnera toujours les mêmes résultats dans les mêmes conditions", c'est plus rassurant que l'art "ce truc totalement aléatoire" ninja.gif Désolé de m'immiscer dans votre débat de "spécialistes" (au niveau du forum Mad, vous êtes en effet plus au fait de certaines choses) mais perso l'idée de me faire opérer par un disciple de Van Gogh est moins réconfortante que celle mettant en scène celui de Pavlov.

The age of Peace had ended. There was to be no lack of war. There was to be enough for all. Aye, enough and to spare.


#40 Le Grand Wario*

Le Grand Wario*
  • Guests

Posté 12 January 2009 - 23:40 PM

CITATION(LMD @ 12 1 2009 - 23:31) <{POST_SNAPBACK}>
Peut être parce que la science, avec son principe de "une expérience donnera toujours les mêmes résultats dans les mêmes conditions", c'est plus rassurant que l'art "ce truc totalement aléatoire" ninja.gif Désolé de m'immiscer dans votre débat de "spécialistes" (au niveau du forum Mad, vous êtes en effet plus au fait de certaines choses) mais perso l'idée de me faire opérer par un disciple de Van Gogh est moins réconfortante que celle mettant en scène celui de Pavlov.

Ça devrait pas. Parce que la science, c'est beaucoup des expériences de pensées. T'as jamais deux fois les mêmes conditions dans la réalité...Justement, la clinique, tu sens les choses. Tu sais pas forcément l'expliquer, c'est parfois des indices que tu recueille inconsciemment mais voilà. Un exemple, y a quelque temps, à la maison de retraite, j'ai appelé un médecin pour un monsieur, sat assez basse, tension aussi, poul trop rapide. J'ai appelé le médecin parce que "je le sentais pas". Bon. Avec les même constatations, le même état général apparent, pour un autre monsieur, j'ai pas appelé de médecin. J esais pas vraiment pourquoi. Mais le premier monsieur est mort quelques heures après que je l'aie trouvé pas bien à mon goût. Pourtant, y avait pas de différence objective entre les deux. J'ajouterais qu'il n'y avait aucun signe objectif vraiment inquiétant... Je sais pas si je m'exprime bien.

Edit : D'un autre côté, en plus, y a parfois zéro esprit scientifique sur certaines choses, j'ai pas d'exemple en tête pour les médecins, m'enfin rien qu'à mon niveau : On fait la toilette des gens, c'est une question d'hygiène, normal. Mais on arrive à des situations dans des maisons de retraites où t'es obligé de faire la toilette des gens en dix minutes chrono le matin. Dans ces conditions, tu peux pas faire correctement ton travail. Je me pose une question : Pourquoi les gens devraient avoir une toilette tous les jours ? Pourquoi on pourrait pas faire des bonnes toilettes (c-à-d aider les gens à la toilette, pas débarbouiller des paquets de viandes) au lieu de s'énerver à ce que tout le monde aie son coup de gant ? Sur quelles bases scientifiques c'est essentiel au point qu'on en fait mal notre travail ? Y a beaucoup trop de questions que nous, soignants ne nous posons jamais...




0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)