Aller au contenu


Photo

China Mieville


  • Please log in to reply
23 réponses sur ce sujet

#1 astroboy

astroboy

    Le petit bobo

  • Members
  • 8051 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:perdu dans le multivers

Posté 05 July 2009 - 23:31 PM

Comme on en parle un peu dans le topic du prochain Laugier, autant créer un topic sur cet excellent auteur anglais, ancien trotskiste, dont l'univers se situe à la croisée de la fantasy, de la SF, du steampunk et du fantastique et dont la majorité de ses bouquins (hormis ses quelques nouvelles et son prochain destiné à la jeunesse) se situe dans le monde de Bas-Lag où se côtoie humain, femme insecte, I.A., homme cactus et autre joyeuseté, le tout servi par une écriture assez "luxuriante" (si vous êtes allergique au livres univers et aux longues descriptions, passez votre chemin) dans une ambiance aussi glauque que merveilleuse.

Perdido Street Station

Nouvelle-Crobuzon: une métropole tentaculaire et exubérante, au cœur d'un monde insensé. Humains et hybrides mécaniques y côtoient les créatures les plus exotiques à l'ombre des cheminées d'usine et des fonderies. Depuis plus de mille ans, le Parlement et son impitoyable milice règnent sur une population de travailleurs et d'artistes, d'espions, de magiciens, de dealers et de prostituées. Mais soudain un étranger, un homme-oiseau, arrive en ville avec une bourse pleine d'or et un rêve inaccessible: retrouver ses ailes. Isaac Dan der Grimnebulin, savant fou et génial, accepte de l'aider. Mais ses recherches vont le conduire à libérer une abomination sur la ville tout entière...
Avant toute chose, il convient de dire que la force des bouquins de Mieville, n'est pas la qualité de ses intrigues, toujours très solides mais pas d'une originalité renversante. Par contre, là où le bonhomme est très fort c'est dans sa façon de faire vivre son univers que se soit à travers des personnages toujours très bien décrits et assez complexes, en développant lentement l'intrigue pour permettre au lecteur de rentrer dans l'univers en multipliant les descriptions de lieux, les sous intrigues... et en faisant de la ville de Nouvelle Crobuzon, lieu où se déroule les aventures de Perdido Street Station, le personnage principal de son livre. Ville gigantesque et grouillante de vie où l'auteur nous balade avant de dynamiter le tout à la fin du premier volume avec la naissance des gorgones mangeuse de rêve.

Les Scarifiés

Jeune traductrice de langues oubliées, Bellis fuit Nouvelle-Crobuzon à bord du Terpsichoria en route vers l'île Nova Esperium. Arraisonné par des pirates, le navire est conduit vers Armada, improbable assemblage de centaines de bateaux hétéroclites constitués en cité franche, régie par les lois de la flibuste. Bellis y rencontrera bientôt les deux seigneurs scarifiés d'Armada, les Amants, ainsi qu'Uther Dol, mercenaire mystérieux aux pouvoirs surhumains. Un trio qui poursuit sans relâche une quête dévorante, la recherche d'un lieu légendaire sur lequel courent les mythes les plus fous. Sollicitée pour ses talents de linguiste, Bellis commence alors le plus stupéfiant des voyages, un périple aux confins du monde.
Reprenant juste après les événement de Perdido Street Station, Les Scarifiées reprend le modèle de son prédécesseur sauf que l'ambiance claustro de Nouvelle Crobuzon est remplacé par celle de Armada, ville pirate flottant sur les eaux et le résultat est tout aussi réjouissant tant Mieville se lâche et offre un grand récit d'aventure maritime avec des batailles navales gigantesques, des îles et des fonds marin peuplés de créature dangereuses, des complots en tout genre... tout en continuant à développé l'univers de Bas-Lag de façon assez... étendu et toujours en brossant une galerie de personnages très réussi et en faisant vivre littéralement son univers à travers de longue et belle description.

Le Concile de Fer

La révolution gronde aux portes de Nouvelle-Crobuzon. Le gouvernement se fait de plus en plus répressif, l'économie est en plein chaos, et ses habitants luttent pour survivre. Bientôt, un complot est mené pour assassiner le maire, protégé par la Milice aux pouvoirs surnaturels. De son côté, un groupe de rebelles décide de trouver le maître des golems, Judas Bezalle, et le mystérieux Concile de Fer, un train mythique qui traverse les contrées désertiques loin de la ville. Seul le Concile de Fer pourra aider les révolutionnaires à prendre le contrôle de la cité. Mais la Milice veille. Judas et ses compagnons, humains et non humains, s'organisent autour du "train perpétuel" dont l'existence semble tant effrayer le maire et ses sbires...
Pas lu celui là, mais ça à l'air vachement bien quand même icon_mrgreen.gif (il y aurait apparemment un côté plus ouvertement politique).

(et pas lu non plus Le Roi des Rats ninja.gif )

The-Last-Guardian1-620x230.jpg


#2 stan corben

stan corben

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5158 Messages :

Posté 07 July 2009 - 15:29 PM

Connaissais pas le bonhomme...
Ca donne envie en tous cas.
Merci.

#3 Adinaieros

Adinaieros

    Wookie

  • Members
  • 2156 Messages :

Posté 08 July 2009 - 23:04 PM

c'est geuniallllll

#4 Screamy

Screamy

    Cookie Monster

  • The Devil's Rejects
  • 3204 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:Dans une jarre à cookies géante !

Posté 11 July 2009 - 13:36 PM

Excellente idée de topic que je reviendrai compléter quand je serai revenue chez moi afin de vous faire part d'interviews de l'auteur éditées dans je ne sais plus quel numéro du magazine Elegy qui pense bien de China Mieville. Pour ma part, je n'ai lu que les Scarifiés, mais je compte rattraper mon retard le plus vite possible tant j'ai été convaincue par cette excellente histoire qui mélange allègrement steam punk et fantasy. On peut y trouver un petit côté Lovecraftien avec ces étranges créatures, les strangulots, la mystérieuses statuette organique qui permet à un conspirateur de distordre les dimensions, et j'en passe. Et les personnages sont excellents comme Bellis Fredevin, fière et rigide qui veut paraître plus forte de caractère qu'elle ne l'est vraiment et le mystérieux Uther Doll, combattant invincible et véritable mystère vivant. Seul bémol, une facilité narrative lorsque Hédrigal raconte la destruction d'Armada, mais à part ça, j'ai pris un panard géant !

#5 stan corben

stan corben

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5158 Messages :

Posté 24 August 2009 - 17:22 PM

Bon j'espère que ça va etre bien, je viens de faire l'acquisition de perdido street station !

#6 stan corben

stan corben

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5158 Messages :

Posté 04 November 2009 - 09:10 AM

J'ai lut perdido street station il y'a quelques temps déja, et je me rends compte que je n'ai pas posté ici.

Gros plaisir que de se plonger dans le monde imaginaire de Mieville et en particulier la ville extravagante de Nouvelle-Crobuzon.
L'auteur se permet tous les délires possible dans son univers, et @ défaut d'être indigeste la lecture est un vrai bonheur.
Mème si l'intrigue n'est pas forcement resserré, l'immersion est bien la à chaque page, avec la découverte de cette étrange ville et de ses habitants...
Une vraie bonne découverte que je recommande @ tous fans de fantastiques débridés. rolleyes.gif
Un must.



#7 Twain

Twain

    Wookie

  • Members
  • 3646 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:La cave

Posté 07 November 2009 - 16:57 PM



ça vient de paraître, c'est de la jeunesse dans un univers un peu comparable au Neverwhere de Neil Gaiman avec un Londres alternatif. Pas encore lu, je vous fais un report dés que c'est fait.

#8 stan corben

stan corben

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5158 Messages :

Posté 07 December 2009 - 08:10 AM

Cafard cosmique critique de Lombres.

#9 Screamy

Screamy

    Cookie Monster

  • The Devil's Rejects
  • 3204 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:Dans une jarre à cookies géante !

Posté 09 December 2009 - 09:39 AM

Même si le début est laborieux d'après la critique, je serai curieuse de lire cet ouvrage, ne serait-ce que pour voir les illustrations du monsieur.
Pour les anglophones, je viens de tomber sur une interview sympa mais qui ne date pas d'hier dans laquelle Mieville expose ses goûts littéraires et son univers. Toujours instructif
Peut-être une traduction plus tard, si les non anglophones le veulent.

#10 stan corben

stan corben

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5158 Messages :

Posté 09 December 2009 - 11:14 AM

CITATION(Screamy @ 09 12 2009 - 09:39) <{POST_SNAPBACK}>
Même si le début est laborieux d'après la critique, je serai curieuse de lire cet ouvrage, ne serait-ce que pour voir les illustrations du monsieur.
Pour les anglophones, je viens de tomber sur une interview sympa mais qui ne date pas d'hier dans laquelle Mieville expose ses goûts littéraires et son univers. Toujours instructif
Peut-être une traduction plus tard, si les non anglophones le veulent.

Je veux bien ! rolleyes.gif

#11 Screamy

Screamy

    Cookie Monster

  • The Devil's Rejects
  • 3204 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:Dans une jarre à cookies géante !

Posté 09 December 2009 - 11:19 AM

Haha, moi et ma grande bouche ! Ok, je te fais ça dès que j'ai du temps libre. Par contre, impossible de remettre la main sur l'interview du magazine Elegy. Mais where the fuck is it ???

#12 stan corben

stan corben

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5158 Messages :

Posté 08 August 2010 - 10:02 AM



Aprés le trés bon Perdido Street Station, voici le trés trés bon Les Scarifiés.

Miéville reussit encore à créer un monde imaginaire de toutes beautés, mélangeant les genres avec une maestria sans équivalent.
Aucune baisse de rythme sur les plus de 800 pages, dans cette aventure maritime à l'autre bout du monde, avec des persos, toujours, haut en couleurs.
Quelle imagination.
A lire et relire.

#13 stan corben

stan corben

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5158 Messages :

Posté 21 July 2011 - 13:19 PM

Image IPB

La révolution gronde aux portes de Nouvelle-Crobuzon. Le gouvernement se fait de plus en plus répressif, l'économie est en plein chaos, et ses habitants luttent pour survivre. Bientôt, un complot est mené pour assassiner le maire, protégé par la Milice aux pouvoirs surnaturels. De son côté, un groupe de rebelles décide de trouver le maître des golems, judas Bezalle, et le mystérieux Concile de Fer, un train mythique qui traverse les contrées désertiques loin de la ville. Seul le Concile de Fer pourra aider les révolutionnaires à prendre le contrôle de la cité. Mais la Milice veille, judas et ses compagnons, humains et non humains, s'organisent autour du « train perpétuel » dont l'existence semble tant effrayer le maire et ses sbires...

Bon disons le direct, le fond à quelle peu changé par rapport aux volumes précédents se passant à Nouvelle-Crobuzon. L'histoire est plus politisé, les persos plus mis en avant, ce qui fait que j'ai mis plus de temps pour m'immerger dans cet excellent ouvrage. Car hormis les quelques réserves précitées, c'est du tout bon. Mieville connait tout de son monde, tous de ces persos, tout de ces mythes, ce qui donne finalement une trés agréble lecture...
Le concile de fer n'est pas mon préféré de l'auteur, je vénère les Scarifiés, mais c'est de la belle écriture.
A lire.

#14 Twain

Twain

    Wookie

  • Members
  • 3646 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:La cave

Posté 31 October 2011 - 20:49 PM

Image IPB

Le dernier Mièville traduit, je suis dessus et pour l'instant je me régale...

#15 astroboy

astroboy

    Le petit bobo

  • Members
  • 8051 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:perdu dans le multivers

Posté 31 October 2011 - 21:27 PM

Il a l'air mortel ce nouveau Mieville.

Et Le Concil de Fer est enfin sorti en poche :bluesbro:

The-Last-Guardian1-620x230.jpg


#16 AGS

AGS

    Gremlins

  • Members
  • 1644 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Stockholm

Posté 31 October 2011 - 21:41 PM

A noter que DC Comics l'avait engagé pour relancer la série régulière de Swamp Thing peu après une belle contribution au numéro 250 de Hellblazer, mais alors qu'il avait déjà écrit le script des six premiers épisodes, l'éditeur abandonna le projet sans explications. On ne sait donc si 52 était déjà dans les tuyaux ou si la teneur du script déplu à l'editeur....

#17 stan corben

stan corben

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5158 Messages :

Posté 23 August 2013 - 16:00 PM

Image IPB


Deux villes sur un même territoire, où il est interdit de passer la frontière sous peine de ce faire choper par la Rupture. Un flic enquête sur un horrible meurtre qui remet en cause la réalité de l'univers.

Nouvel univers pour l'auteur et encore une grosse claque. Cette histoire de ville-jumelle qui se haïssent dans un univers de roman noir est ébouriffant de maîtrise et un gros plaisir de lecture. L'histoire évolue toujours pour aboutir à un final assez surprenant.
Non, vraiment, China Mièville a sans doute des défauts d'écritures, mais ses romans sont captivants comme jamais. Sans doute est un de mes auteurs préférés.

#18 stan corben

stan corben

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5158 Messages :

Posté 03 November 2013 - 17:13 PM

Image IPB



Billy Harrow, spécialiste des céphalopodes, anime des visites au Muséum d'Histoire Naturelle de Londres, dont l'Architeuthis dux est la pièce majeure.
Lorsque l'animal gigantesque et son immense cage de verre disparaissent sans aucune effraction, la vie de Billy bascule....


Roman complètement barré à l'imagination permanente. L'auteur pousse tellement loin ces idées, que j'ai été largué plus d'une fois...
Alors une petite déception pour moi, car j'ai eu du mal à m'immerger dans ce Londres différent rempli de sectes, tarés et autre adorateurs de la Fin du monde...
Sur papier l'univers est excitant ; à lire, un peu lourd...
Finalement un livre pas pour moi. Mais je reste fan de Mieville pour l'originalité de ses univers.

#19 Captain Cavern

Captain Cavern

    Je consulte un psy

  • Members
  • 9754 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:In bed with Melissa auf der Maur

Posté 14 April 2014 - 12:01 PM

Je copie-colle ce que j'avais mis dans Vous lisez quoi... à propos de Kraken :

Billy Harrow est est un spécialiste des céphalopodes travaillant pour le Muséum d'Histoire Naturelle de Londres. La pièce la plus impressionnante du musée est un Architeuthis Dux, un calamar géant de 8 mètres conservé dans un immense bassin de formol. Sauf qu'un matin, le bassin et le calamar ont disparu, volatilisé sans effractions et sans laisser de traces. Alors qu'une mystérieuse brigade de police spécialisée dans les sectes mènent l'enquête, Billy devient la cible d'une immense chasse à l'homme de la part de tout ce que Londres peut compter comme sectes, groupuscules religieux, occultes, ou magiques, et bien d'autres choses...

L'univers de ce roman fait beaucoup penser à l'œuvre de Neil Gaiman, notamment Nevewhere pour l'évocation d'un Londres parallèle fantastique caché aux yeux de tous, et aussi American Gods pour la présence de nombreuses divinités plus ou moins oubliées au sein de la population, et cherchant à vivre tant bien que mal. Plus généralement la présence et l'utilisation de la magie au quotidien (genre l'Ipod ensorcelé servant de gri-gri protecteur) fait beaucoup penser à ce qu'on peut lire chez l'auteur de Stardust. On accompagne Billy dans sa plongée et sa découverte de ce monde inconnu, et tout comme lui on peut se sentir parfois perdu, l'auteur restant volontairement vague sur certains personnages et événements. L'intrigue est blindée d'idées WTF (le tueur se dépliant littéralement d'un colis, les hommes à tête de poing, la londromancie, la tatouage vivant, les anticorps de la ville, et bien d'autres choses), certaines idées au départ improbables sont néanmoins développés avec une rigueur et un sérieux tout britannique (la grève des Familiers), et certains passages sont assez sombres (on a droit à quelques morts bien violentes).
Le gros soucis vient du fait que l'auteur multiplie les cultes, sectes, et autres groupes religieux, chacun ayant ses branches sécessionnistes et autres rebelles excommuniés, tout se beau monde se faisant la guerre et se trahissant alors qu'une apocalypse (voire plus) se prépare. Du coup plus l'intrigue avance, et plus ça devient bordélique et confus. C'est dommage, parce que l'univers mis en place est vraiment génial.
Science, progress, laws of hydraulics, laws of social dynamics, laws of this, that, and the other. No place for three-legged cyclops in the South Seas. No place for cucumber trees and oceans of wine. No place for me.

#20 stan corben

stan corben

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5158 Messages :

Posté 06 June 2016 - 12:54 PM

LEGATIONVILLE

 

 

Perdue aux confins du vide sidéral, Arieka est une petite planète qui vit en vase clos, à l'écart de toutes les routes commerciales connues. À sa surface coexistent des humains et des autochtones extraterrestres, les Ariekiens, que l’on appelle aussi « les Hôtes ».

Mais seuls quelques humains génétiquement modifiés peuvent communiquer avec ces derniers. Ils forment ainsi une sorte de caste à part, et se font appeler « les Ambassadeurs ». Un système accepté de tous, qui permettait à la planète de vivre dans une relative harmonie...

Jusqu'au jour où un nouvel Ambassadeur arrive de l'espace, avec des intentions peu louables. Apparemment, la Terre aurait décidé de s’emparer manu militari d’Arieka...

 

  Autant l'écrire tout de suite, je ne suis jamais rentré dans l'univers de l'auteur. Les néologismes, les enjeux pas claires pour moi ont rendus la lecture excessivement difficile... je n'ai jamais pu créer dans ma tronche une vision précise de ce que je lisais. J'ai senti un énorme boulot, et plein de métaphores, mais trop hermétique pour moi.

  Une grosse déception toute personnelle.






0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)