Aller au contenu


Photo

Joker - Todd Philips (2019)


  • Please log in to reply
1552 réponses sur ce sujet

#1541 Electron Libre

Electron Libre

    Leprechaun

  • Members
  • 548 Messages :

Posté 11 February 2020 - 14:49 PM

Moi j'ai pas maté la cérémonie du coup je dois bien avouer que son discours est passé crème.

 

 

Puis bon, c'est tout de même ironique, quelques semaines après le discours de Gervais. 

 

Après Gervais, tout passe crème (surtout s'il s'appelle Charles).



#1542 Dirty Flichty

Dirty Flichty

    Squirt Lover

  • Members
  • 18666 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:VCD et VHS

Posté 11 February 2020 - 16:45 PM

Je n'ai rien contre River Phoenix (RIP) mais il faut un peu se calmer : je pense que les gens qui le décrivent comme le nouveau James Dean qui est mort encore plus tôt réécrivent un peu l'histoire. Au moment de sa mort, il n'y a rien dans sa filmo qui pouvait laisser envisager ça.

 

Tout de même.

eOub182.jpg  MQVaANF.jpg

 

On va pas tirer des plans sur la comète mais je peux pas croire qu'un mec avec une telle sensibilité à fleur de peau nous aurait pas réservé des performances complètement dingues. En même temps, c'est ce qui a causé sa chute...

C'est rarissime que je sois touché par la mort d'un artiste quel qu'il soit mais il en fait partie. Quand je chiale devant A bout de course, c'est autant à cause du film que de ce gâchis.

(kassdédi à Seri Zed)



#1543 Chuck Apic

Chuck Apic

    Je consulte un psy

  • Members
  • 7819 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:vous ne m'aurez jamaisss!!!ahah!

Posté 11 February 2020 - 16:48 PM

Il était bouleversant. En tant que gamin, on en a pas des masses avec ce talent.

 

 

(belle typo au début de l'extrait, ça met bien dedans). 


ezgif-7-a9f7527f3d57.gif


#1544 Cradle of suffering

Cradle of suffering

    I'm a Scatgirl

  • Members
  • 9842 Messages :
  • Profil:Femme
  • Location:Tromaville

Posté 12 February 2020 - 14:22 PM

+1000 avec les deux derniers postes <3 :love:


9b29c5c025bd46a6b97020a2fb987592.gif Le Mad Forum Libre réouvre ses portes : ici !


#1545 Animal

Animal

    Gremlins

  • Members
  • 1644 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Block Roddy Yates

Posté 12 February 2020 - 14:28 PM

Histoire de bien enfoncer le clou, il était bien meilleur acteur que James Dean !



#1546 Pie Hunter

Pie Hunter

    Je consulte un psy

  • Members
  • 7465 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 12 February 2020 - 21:55 PM

85225352_3507003656039475_22741347817907


Schossgebete%2B-%2BElizabeth%2B%26%2BGra


#1547 Moody

Moody

    Moodpecker

  • The Devil's Rejects
  • 32453 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Outer Heaven

Posté 12 February 2020 - 21:59 PM

:mrgreen: (et pourtant le Leto-bashing m'a gonflé, c'est pas qu'il était mauvais c'est que cette version du Joker était naze dans l'écriture)


190901091726745745.png

#1548 inTylerItrust

inTylerItrust

    Wookie

  • Members
  • 3861 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Paper Street House

Posté 13 February 2020 - 13:48 PM

 Mais bon bref, on va pas en chier une église.

 

Très compliqué. Seul Hulk y arrive.

Et encore, avec l'aide des hqdefault.jpg

 

Sinon j'ai trouvé ça, l'illusion est... presque parfaite. :mrgreen:

 

s-l500.jpg


tumblr_nutfz3Gy6R1sjqotro1_400.gif

“Si je passe mon temps à prendre un autre modèle comme modèle, comment veux-tu que ce modèle puisse modeler dans la bonne ligne ?” - J.-C. Van Damme


#1549 01Syd

01Syd

    Gremlins

  • Members
  • 1789 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 12 April 2020 - 19:46 PM

Beaucoup aimé ce Joker, même si je suis d'accord que ça va largement à l'encontre de l'image du personnage qu'on se fait d'habitude.

 

Mais bon on savait depuis le trailer que le film se focaliserait sur l'aspect sociologique de la naissance du mal, ce qui n'est pas un mal et n'enlève nullement les autres interprétations. Même en ayant vu le film sur le tard je savais que ce serait une mayonnaise de ce type.

 

Malgré la désagréable impression de voir un sous-Taxi Driver j'ai été happé par la prestation de Phoenix, mais il faut bien avouer que sans lui le film serait largement plus anecdotique. Mais voilà, un Joker sans lui ça ne s'imagine pas, et on est obligé d'interpréter le film avec le contexte social actuel. C'est pas très fin et même plutôt balourd avec son énième vision anarchie = émeutes et chaos sanglant, ce qui a tendance à bien me lourder en général mais c'est pas comme si on avait la moindre chance de voir un film politiquement fin sortir d'Hollywood. D'ailleurs je peux pas m'empêcher de voir des richards s'acheter une bonne conscience en faisant croire qu'ils comprennent les problèmes des prolos, une sorte d'Enfoirés américain alors que bon… faut pas se foutre du monde non plus. Du coup j'ai fait un effort surhumain pour rester objectif sur ce film.

 

Bref j'étais bien dedans encore, pour me répéter, grâce à Phoenix qui se donne à fond dans le rôle. Y'a un vrai sentiment de malaise dans ce perso qui est hors norme (littéralement). C'est sans doute la meilleure façon d'illustrer l'exclusion sociale, de faire sentir le spectateur lui-même dans la dite norme en lui faisant ressentir le malaise constant. C'est ce qui est le plus perturbant, plus même que les excès de violence d'Arthur (qui pourtant y vont pas avec le dos de la cuillère).

Cela ne me déplait pas spécialement de représenter Joker comme un symbole de ce qui peut arriver quand une société bugue à un moment donné et ponctuellement. Cela rend l'individu lui-même moins important dans le processus, il n'est plus qu'un amalgame de ce qui peut mal tourner lorsqu'on sort un peu des limites floues de cette société. Cela n'excuse pas les actes criminels mais ça leur donne une dimension nouvelle et qui porte plus à réflexion, sujet largement plus (et beaucoup mieux quand même déconnons pas) développé dans les sciences humaines et qu'il est pas si mal de voir un peu exploité. C'est très révélateur de nos questionnements actuels.

 

J'ai quand même l'impression que l'intrigue avec la mère et le père Wayne seront très vite oubliées tant elles sont pas trop intéressantes. Celle avec la girlfriend aussi sert à rien: mais à l'inverse je pense garder quelques plans dans la tête, en particulier ce sourire de sang sur la fin.

 

J'y connais rien en comics mais je me demande du coup si on a déjà exploité les écarts de classe sociale entre Batman et les bad guys parce qu'en terme de lutte des classes y'a du bon terreau, vu que Bruce est le symbole d'une richesse qui combat presque toujours que des méchants pauvres.

 

4/6



#1550 titus pullo

titus pullo

    Lourd

  • Members
  • 11805 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 12 April 2020 - 22:18 PM

Oui dans Batman The Cult de Bernie Wrightson et Jim Starlin et dans Batman Anarky par Francis Manapul et Brian Anacleto

237803.jpgCouv_165892.jpg


T8GOrAo.gif?noredirect


#1551 Esteban

Esteban

    Leprechaun

  • Members
  • 927 Messages :
  • Location:la planète mars

Posté 13 July 2020 - 08:48 AM

Vu hier soir enfin, j'ai laissé s'écouler du temps pour ne pas être influencé par la super hype ni par les commentaires négatifs.
 
SPOILERS DE PARTOUT

Déception.

D'un côté, l'interprétation de Joaquin Phoenix est très bonne. J'adore cet acteur de toute façon, on sent qu'il y a eu un gros travail de sa part. A de nombreux moments, j'ai senti une violence qui affleurait, quelque chose qui n'attend qu'un déclic pour lui faire péter les plombs.

Spoiler



La reconstitution de l'époque, à défaut d'être parfaite (pas fan de la photo et de l'étalonnage), m'a beaucoup plu; je suis én dans les années 80; l'ambiance des comics que je lisais en étant petit (même des séries animées d'ailleurs), c'était un NY crade, violent, froid : content de l'avoir retrouvée.


D'un autre, je n'adhère pas au parti-pris de l'histoire. Le Joker, pour moi, c'est le chaos qui s'attaque aux fondements mêmes de la normalité et qui en rit de façon forcenée. C'est aussi bien la terreur pour les gentils que pour les méchants car son action est un peu celle du chien dans un jeu de quilles, à savoir bouleverser toute forme d'ordre établi. L'inverse d'un produit de son environnement. Or, le film en fait un pur produit de son environnement. Le personnage est de base gentil et ne deviendra méchant qu'à la faveur d’événements qu'il subira. Son émergence est présentée comme quelque chose de totalement logique et cohérente avec l'univers dépeint. Au final, Arthur Fleck ou un autre, ça aurait été pareil. 
Si le Joker que je me représente est censé avoir un quelconque but, ça serait de répandre l'anarchie au sein de la société. Or, dans le film, il n'est que le déclencheur involontaire de cette anarchie (il se sert d'une arme qu'on lui a donné et qu'on lui a conseillé de porter pour se défendre dans une situation créée par son handicap et pas par sa volonté).
Même Nolan qui avait pourtant un parti-pris hyper réaliste avait saisi le fait qu'on ne pouvait pas résumer le Joker aux seuls éléments sociologiques de sa biographie : le Joker du Dark Knight était peut-être le produit de parents abusifs, c'était peut-être un vétéran de guerre, mais ses actes étaient empreints d'une cruauté et d'une volonté de semer l'anarchie qui dépassaient ce cadre et en faisaient un vrai super vilain, terrifiant aussi bien les "gentils" que les "voyous". 

Là, au final, ça devient un pauvre type dont le rire est une pathologie qui a une influence seulement visuelle et qui se venge de ceux qui l'ont opprimé, geste qui trouvera un écho dans la société de façon fortuite. 

Ajoutons à cela l'arc narratif avec la voisine, sans aucun intérêt, tout comme celui avec les Wayne : les autres événements du film auraient largement suffit à expliquer son passage à l'acte. La seule utilité de Thomas Wayne serait à la rigueur d'en faire à la fois un symbole de l'oppression et de lui expliquer que sa mère était folle. Avec une caractérisation taillée à coups de burins (le gars est un mix entre le patron du MEDEF et Charles Pasqua).

Niveau réal c'est assez faiblard : le film est long sans pour autant que cela soit justifié. Todd Philipps semble avoir du mal à iconiser son personnage autrement que par l'usage de ralentis que j'ai trouvés hyper lourds et redondants.
Spoiler

Et cette manie de traiter sous forme d'ellipse la quasi intégralité des instants où le Mal profond qui hanterait le perso pourrait s'exprimer est fatigante. Lorsqu'il se fait rabrouer par son patron,
Spoiler
Philipps aurait dû avoir le courage de montrer le choix que fait le personnage à cet instant précis. Sauf qu'il ne sait peut-être toujours pas lui même quel choix il aurait dû montrer, et s'en remet au spectateur avec l'excuse assez creuse de "c'est libre d'interprétation".


Rétrospectivement, Scorcese avait créé une forme de Joker avec les personnages de Tommy et de Nick dans Casino : un gars authentiquement fou et effrayant pour tout le monde dont le seul réel plaisir était de jouir de la cruauté qu'il infligeait aux autres et de l'effroi qu'il suscitait. Là, Philipps a fait de Travis Bickle de Jack Lamotta et probablement du perso de la Valse des Pantins (que je n'ai pas vu), une sorte de matrice de son Joker ce qui est pour moi une erreur. 


C'est d'autant plus dommage lorsque l'on a par ailleurs non seulement d'excellents acteurs (Pheonix, De Niro, Zazie Beetz + une galerie de trognes) et les moyens financiers de livrer un univers sombre et crasseux et carte blanche pour faire un truc sans concessions. 

1/6



#1552 ElvisDeprocedure

ElvisDeprocedure

    JarJar

  • Members
  • 97 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 14 July 2020 - 07:53 AM

Je me suis rendu compte que Todd Philipps est aussi le réalisateur de "Rock'n'Roll Overdose" (aka "Hated"), sorti en VHS chez Haxan il y a bien longtemps. Un documentaire datant de 1993, sur G.G. Allin, un chanteur punk parmi les plus barrés, si pas le plus barré.

A travers les âges, dans la filmo de Todd Philipps, l'esprit punk demeure...

 

rock-n-roll-overdose.jpg


Derrick%2BGif%2B-%2Bpetite.gif


#1553 Kusharuman

Kusharuman

    Wookie

  • Members
  • 2862 Messages :

Posté 15 September 2020 - 20:10 PM

2 suites pour le film ? Phoenix serait chaud si le script est bon (et le chèque gratiné):

https://www.demotiva...n-phoenix-22336

 

Perso je suis pas contre même si ce Joker peut se suffire à lui même, je me dis qu'une suite à ce Joker en mode de celui de l'excellent comics d'Azzarello et Bermejo pourrait être un tour de force (il sort ou s'évade de sa taule/hôpital psy et part s'imposer dans le monde criminel de Gotham avec son style inimitable (y avait une esquisse de ça dans le Dark Night de Nolan mais ce dernier se concentrait finalement sur la dualité avec Batman ce qui est logique)).






1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)