Y a un truc ! William E. Garrett

Colossal

Nous aurions pu vous parler des effets visuels (fantastiques) de La Planète des Singes : suprématie, mais nous avons préféré célébrer une production autrement plus modeste. Conçus par le studio canadien Intelligent Creatures Inc., les trucages du Colossal de Nacho Vigalondo n’ont pas à rougir face à ceux, beaucoup plus onéreux, de Pacific Rim. Le superviseur William E. Garrett a accepté de revenir avec nous sur ce projet ambitieux (attention, cet entretien contient des spoilers).
Array

J’imagine que créer des kaijus et des robots géants avec ce type de budget est un sacré défi…

Oui, c’est clair ! Nous avions déjà travaillé avec la société de produc- tion qui développait le film, et elle s’est dit qu’on était capables de gérer tous ces trucages. Le script était intrigant, très original aussi. Nacho est quelqu’un d’extraordinaire, et on s’est dit qu’en dépit du budget limité, il fallait participer à cette histoire unique. D’ailleurs, le film ne se concentre pas uniquement sur les effets visuels. C’est très différent, il s’agit d’un drame relationnel, avec des créatures dedans.



Comment avez-vous décidé du nombre de plans à effets visuels nécessaires pour le film ?

Ç’a changé tout au long de la production. Lors de notre première lecture du script, nous avons relevé un premier nombre de plans pour chaque séquence fantas- tique. Pendant le tournage, les scènes se sont enrichies, et à chaque nouvelle version du montage, nous avons encore ajouté des plans supplémentaires. Ce fut une expérience très organique jusqu’à la fin.



Avez-vous employé des animatiques ?

Oui. On essaie toujours de prévisualiser au maximum, mais au moment du tournage, les choses changent toujours légèrement. Il faut rester flexible. Mais on ne se plaint pas : on a été impliqués dès le scénario et le développement. C’est rare. Sur des films à petit budget, il est possible de suggérer beaucoup de choses, ne serait- ce que pour économiser un peu d’argent. Il y a toujours des solutions alternatives pour que la production soit plus efficace.



Pouvez-vous nous parler du design du kaiju et du robot ?

Nous sommes partis des jouets qu’on allait devoir créer pour une des scènes-clés du film. Très vite, il a fallu se demander ce qui rendait ces deux créatures uniques. Le kaiju est [...]

Il vous reste 70 % de l'article à lire

Ce contenu éditorial est réservé aux abonnés MADMOVIES. Si vous n'êtes pas connecté, merci de cliquer sur le bouton ci-dessous et accéder à votre espace dédié.

Découvrir nos offres d'abonnement

Ajout d'un commentaire

Connexion à votre compte

Connexion à votre compte