Y a un truc ! Star Wars : Épisode VIII – les Derniers Jedi

Star Wars : épisode VIII – les derniers Jedi

Presque deux mois après la sortie des Derniers Jedi, nous pouvons enfin décrypter d’un point de vue conceptuel et technique les surprises que nous ont préparées trois années durant Rian Johnson, le creature shop de Neal Scanlan et l’équipe d’ILM dirigée par le superviseur des effets visuels Ben Morris.
Array

Le spectacle des Derniers Jedi est autrement plus ambitieux que celui que proposait Le Réveil de la Force fin 2015. Déjà atomisé par le Scope délirant de Rogue One, dont les 40 dernières minutes sont parvenues à secouer les fans les plus blasés, Épisode VII proposait tout juste une poignée de morceaux de bravoure identifiables, en particulier une superbe course poursuite entre le Faucon Millenium et deux TIE Fighters à travers un cimetière de vaisseaux spatiaux. Les Derniers Jedi élève la barre dès la séquence d’ouverture via une bataille spatiale en deux temps, culminant avec un pic de suspense hitchcockien dans l’habitacle d’un bombardier en péril. Alors que J.J. Abrams s’était globalement contenté d’un design référentiel, en mettant à jour les X-Wing et TIE Fighters de 1977 (et en empruntant aux concept arts d’origine de Ralph McQuarrie), les bombardiers T-Wing mentionnés plus haut ne sont qu’un exemple isolé des nombreux véhicules conçus pour Épisode VIII.

FILM UNIVERS
Dans l’interview du Mad Movies 313, Rian Johnson revenait sur la lourde responsabilité de choisir un design plutôt qu’un autre, la ligne directrice étant de savoir si un objet, vu en 2D ou en 3D, révèle par sa seule apparence le rôle qu’il doit jouer dans le drame. Dessiné par Kevin Jenkins, Luis Guggenberger, James Clyne et Rick Heinrichs, le T-Wing est à ce titre cohérent, puisque sa construction en deux éléments perpendiculaires souligne l’enjeu principal de la séquence d’ouverture : l’un des deux membres de l’équipage a succombé, et l’autre doit achever l’objectif en cours avant qu’il ne soit trop tard. Le croiseur de la Résistance évoque de son côté un monstre marin traqué par des chasseurs belliqueux, et les navettes de transport arborent des baies vitrées afin que les survivants puissent avoir un contact visuel direct avec les destroyers du Premier Ordre, pour ensuite assister au noble sacrifice du Vice Amiral Holdo (« Fondamentalement, les navettes sont des bus ! » expliquera Johnson au directeur artistique des VFX Kevin Jenkins suite à quelques concepts trop hermétiques). Parmi les autres créations de l’& [...]

Il vous reste 70 % de l'article à lire

Ce contenu éditorial est réservé aux abonnés MADMOVIES. Si vous n'êtes pas connecté, merci de cliquer sur le bouton ci-dessous et accéder à votre espace dédié.

Découvrir nos offres d'abonnement

Ajout d'un commentaire

Connexion à votre compte

Connexion à votre compte