Smart house, dumb movie ?

Margaux

Quand une maison intelligente pète les plombs

Cinéaste bourrin aux aptitudes filmiques limitées, l’inénarrable Steven C. Miller (Silent Night) se frotte au thriller horrifique high tech avec Margaux dans lequel un groupe de jeunes « United Color of Bande de Cons  (© Les Inconnus) » se retrouve prisonnier d’une maison intelligente devenue folle. Le genre de pitch, simple et efficace, laissant augurer un slasher aussi décomplexé que sympathique ? Pas si sûr, tant la distribution 100 % tête à claques et la présence de Miller derrière la caméra trahissent un manque total d’ambition de la part de producteurs lorgnant sur un public dopé aux réseaux sociaux et aux influenceurs égocentriques (pléonasme ?). Et ce ne sont pas les quelques effets numériques — carrément embarrassants — du trailer dévoilé par Paramount qui vont nous rassurer !



Commentaire(s) (9)
oriounga
le 10/08/2022 à 10:31

C'est nul !!!

Steven C. Miller a tout pompé sur un "Simpson Horror Show" dans lequel la maison intelligente tombait amoureuse de Marge et essayait de tuer Homer.

Le tout avec la voix de Pierce Brosnan.

Phibes
le 10/08/2022 à 11:46

Bref, c'est un peu Cube avec moins de parois, pour les neuneus ...
Et l'impression d'avoir tout vu avec la B.-A.

danysparta
le 10/08/2022 à 13:24

Hahaha sacré Mad, comment faire de la pub pour un film en lui crachant dessus. Autant pas en parler non ?

JBH
le 10/08/2022 à 15:42

@dany : Moi, je pars plutôt du principe qu’il est toujours intéressant de parler de tous les types de films qui s’offrent à nous. Après, c’est sûr que dans ce cas particulier, je me suis laissé aller à quelques remarques 100% subjectives sans doute justifiées par le fait que j’ai laissé sa chance à Steven Miller sur tous ses films et qu’à chaque fois j’ai trouvé ça nul :-)

danysparta
le 10/08/2022 à 16:31

@JBH, ah mais quel honneur pour moi d'avoir une réponse personnalisé du maitre des lieux, qui ne dort jamais et ne pars jamais en vacances, le seul et unique JBH. Vraiment très touché. Ta critique du réal était certainement justifié j'en sais rien je ne connais aucun de ses films (et tu ne m'as pas donné envie de les connaitre et la bande annonce non plus lol) mais oui il faut donné sa chance au petit, la dessus je suis entièrement d'accord. Ma réaction était plus en rapport avec un ton général de la revue depuis quelques temps, surtout les éditos de Fausto qui m'a l'air d'avoir besoin de vacances. Je peux comprendre le raz le bol pour le manque d'originalité des films depuis un moment déjà, de la suprématie de Disney, des 12 remakes-boots de HALLOWEEN et des plate-forme de streaming qui nous font bouffer la même soupe à longueur de temps, mais il y a toujours de bons films, petits ou grands qui peuvent nous mettre une claque (THE NORTHMAN, BLACK PHONE, LAST NIGHT IN SOHO, DUNE , FREAKS OUT et j'en passe), la preuve, ici on affiche tous les ans un top 10 comme dans le mag. Quand on aura plus aucun film à mettre dans notre top là on pourra se plaindre vraiment. Tout le monde a le droit de se plaindre bien sûr on est dans un Pays libre après tout c'est juste qu'à force de râler tout le temps ça énèrve les gens au lieu de les détendre dans leur passion cinéphilique.

Cervolikid
le 10/08/2022 à 17:10

Je confirme le casting tête à claques, qui, associé à "influenceur", constitue également un formidable pléonasme

JBH
le 10/08/2022 à 18:25

@dany : je ne peux pas parler pour Fausto mais c'est clair qu'il y a quelque chose d'usant dans le cinéma populaire actuel, à commencer par une politisation à outrance de tous les sujets d'actualité alors que je préférais souvent une approche un peu moins prêcheuse à la manière des classiques et séries B des années 70. Le pire, c'est que même si je n'ai pas perdu mon amour du cinéma (j'adore toujours autant découvrir des nouveaux films), je ne suis pas convaincu que les choses vont en s'améliorant, que ce soit dans le fond (prosélytisme politique parasitant le contenu des films, remakes inutiles en pagaille) ou la forme (disparition du celluloïd au profit d'un digital souvent stérile, recours au numérique au détriment des maquillages en latex, des miniatures ou des squibs à l'ancienne). Heureusement, on est pas à l'abri d'une bonne surprise comme Men, Wounds ou même Happy Deathday donc tout n'est pas perdu...

Cervolikid
le 10/08/2022 à 18:33

Rien de surprenant dans la qualité d'un film comme "Men" sachant qui est aux commandes. Même chose pour beaucoup de productions A24 qui lorgnent pour moi vers la liberté qu'avait ce type de cinéma dans les années 70

danysparta
le 12/08/2022 à 20:06

@JBH, tu sais le constat que tu fais nous le faisons aussi même si nous avons l'avantage de choisir nos films alors que vous, étant des professionnels, êtes quasi obligé de tout vous taper. Je suis quelqu'un d'optimiste d'habitude, j'essaie de voir le bon côté mais ça devient de plus en plus difficile, et je ne parle pas que de cinema. La magasine avec son humour caustique et sa grande gueule toujours passionné m'a souvent servi de havre de paix (et de fun culturelle) chaque début du mois, surtout que je me rend compte que moi-même je vais devenir un vieux grincheux (bientot 50 ans bordel, mais toujours heureux d'être là heureusement). Alors oui les temps son dure, j'adore ma collection de DVD/Bluray/4K UHD et je sens que leur fin est proche et ça m'attriste également par exemple mais je vois un teaser comme NOPE, THE MENU et bientôt FURIOSA j'éspère et je sais que j'irai mieux.

Ajout d'un commentaire

Connexion à votre compte

Connexion à votre compte