Scouts toujours

Le Labyrinthe

Adapté d’un best seller de la littérature ado, Le Labyrinthe s’embourbe dans une narration pastorale pépère qui ne s’excite que pour virer à la SF robotique poussiéreuse, le tout jouant sur le mystère avant de fournir des explications nébuleuses. Dans le genre, on a rarement vu plus dispensable.
Array

Résumons la chose : un ado se réveille en sursaut dans une cabine d’ascenseur, sans se rappeler qui il est ni pourquoi il se trouve là, avant d’en être sorti par d’autres ados et de se retrouver dans l’équivalent d’un camp scout au milieu d’une clairière. On lui explique alors qu’il doit se faire une raison et surtout ne pas pénétrer dans le labyrinthe protégé par un mur infranchissable qui encercle les lieux. Comme il est un peu plus curieux que les autres, que la mémoire lui revient peu à peu et qu’il commence à trouver inconfortable d’être entouré de garçons torses nus très tactiles qui ne regardent même pas la seule fille du coin quand elle débarque alors qu’ils n’en ont pas vu une depuis trois ans, l’ado venu d’on ne sait où rejoint le clan des coureurs munis d’un sac à dos qui parcourent le labyrinthe pour en trouver la sortie, et dans lequel r&o [...]

Il vous reste 70 % de l'article à lire

Ce contenu éditorial est réservé aux abonnés MADMOVIES. Si vous n'êtes pas connecté, merci de cliquer sur le bouton ci-dessous et accéder à votre espace dédié.

Découvrir nos offres d'abonnement
Commentaire(s) (2)
danysparta
le 17/10/2014 à 14:38

Moi j'attends qu'ils adaptent LES MYSTERIEUSES CITES D'OR j'avais adoré ce programme étant jeune.

Burnett
le 17/10/2014 à 20:37

A une seule condition, c'est qu'ils gardent la chanson du générique "Esteban, Zia…"

Sinon, la B.A. de ce "Le Labyrinthe" m'avait interpellé pour le décor de béton, mais s'il faut se taper en long et en large des éphèbes torse-nu en quête d'une zone interdite à explorer. Non merci.

Ajout d'un commentaire

Connexion à votre compte

Connexion à votre compte