RoBEAUcop

RoboCop

Encore une édition pour le classique de Paul Verhoeven

Array

Vous avez déjà acheté Robocop en VHS, Laserdisc, DVD et Blu-ray ? Eh bien, vous allez repasser à la caisse pour les besoins d’une édition collector 4K à paraître le 28 mars au Royaume-Uni. Les complotistes devraient se réjouiront d’abord de pouvoir posséder deux montages distincts en HD et Ultra HD : la version intégrale (vue sur les dernières éditions vidéos du film), mais aussi le theatrical cut que certains lui considèrent comme supérieur. Chacun des disques de ce combo proposera en plus une armada de bonus tels que des commentaires audio, un making of et une featurette consacrée aux coupes opérées sur Robocop pour son exploitation à la télé américaine. Difficile de faire plus complet. 

4K BLU-RAY LIMITED EDITION CONTENTS

  • 4K restoration of the film from the original camera negative by MGM, transferred in 2013 and approved by director Paul Verhoeven 
  • Director's Cut and Theatrical Cut of the film on two 4K (2160p) UHD Blu-ray discs with Dolby Vision (HDR10 compatible)
  • Original lossless stereo and four-channel mixes plus DTS-HD MA 5.1 and Dolby Atmos surround sound options on both cuts
  • Optional English subtitles for the deaf and hard of hearing on both cuts
  • Six collector's postcards (Limited Edition exclusive)
  • Double-sided fold-out poster (Limited Edition exclusive)
  • Reversible sleeve featuring original and newly-commissioned artwork (Limited Edition exclusive)
  • 80-page Limited Edition collector's booklet featuring new writing on the film by Omar Ahmed, Christopher Griffiths and Henry Blyth, a 1987 Fangoria interview with Rob Bottin, and archive publicity materials (some contents exclusive to Limited Edition)
  • Newly commissioned artwork by Paul Shipper

DISC ONE – DIRECTOR'S CUT

  • Commentary by director Paul Verhoeven, executive producer Jon Davison and co-writer Ed Neumeier (originally recorded for the Theatrical Cut and re-edited in 2014 for the Director's Cut) 
  • Commentary by film historian Paul M. Sammon
  • Commentary by fans Christopher Griffiths, Gary Smart and Eastwood Allen
  • The Future of Law Enforcement: Creating RoboCop, an interview with co-writer Michael Miner
  • RoboTalk, a conversation between co-writer Ed Neumeier and filmmakers David Birke (writer of Elle) and Nicholas McCarthy (director of Orion Pictures' The Prodigy)
  • Truth of Character, an interview with star Nancy Allen on her role as Lewis
  • Casting Old Detroit, an interview with casting director Julie Selzer on how the film's ensemble cast was assembled
  • Connecting the Shots, an interview with second unit director and frequent Verhoeven collaborator Mark Goldblatt
  • Analog, a featurette focusing on the special photographic effects, including new interviews with Peter Kuran and Kevin Kutchaver
  • More Man Than Machine: Composing RoboCop, a tribute to composer Basil Poledouris featuring film music experts Jeff Bond, Lukas Kendall, Daniel Schweiger and Robert Townson
  • RoboProps, a tour of super-fan Julien Dumont's collection of original props and memorabilia
  • 2012 Q&A with the Filmmakers, a panel discussion featuring Verhoeven, Davison, Neumeier, Miner, Allen, star Peter Weller and animator Phil Tippett
  • RoboCop: Creating A Legend, Villains of Old Detroit, Special Effects: Then & Now, three archive featurettes from 2007 featuring interviews with cast and crew
  • Paul Verhoeven Easter Egg
  • Four deleted scenes
  • The Boardroom: Storyboard with Commentary by Phil Tippett
  • Director's Cut Production Footage, raw dailies from the filming of the unrated gore scenes, presented in 4K (SDR)
  • Two theatrical trailers and three TV spots
  • Extensive image galleries

DISC TWO – THEATRICAL CUT

  • Commentary by director Paul Verhoeven, executive producer Jon Davison and co-writer Ed Neumeier (originally recorded for Theatrical version of the film)
  • Two Isolated Score tracks (Composer's Original Score and Final Theatrical Mix)
  • Edited-for-television version of the film, featuring alternate dubs, takes and edits of several scenes (95 mins, SD only)
  • Split screen comparisons between the Director's Cut and Theatrical Cut, and the Theatrical Cut and edited-for-TV version
  • RoboCop: Edited for Television, a compilation of alternate scenes from two edited-for-television versions, including outtakes newly transferred in HD from recently unearthed 35mm elements



Commentaire(s) (6)
McCoy
le 27/12/2021 à 12:47

La météo est mauvaise, JB. Il y'a un souci avec cette phrase "Les complotistes devraient se réjouiront".

JOYEUX NOËL.

oriounga
le 27/12/2021 à 12:52

Joyeux Noël JBH. :)

Je te souhaite beaucoup d'amour, de joie, d'amitié et surtout la santé. :D

Merci de nous écrire des articles pendant les fêtes de fin d'années où nous avons tous mangé comme des oies grasses.

Pour Robocop il s'agit d'une super nouvelle MAIS je ne repasserai pas à la caisse.

Au fait, puis-je te poser une question?
Pourriez-vous avoir l'extrême obligeance de considérer ma suggestion? Vous serait-il possible de réfléchir à la pertinence de nous proposer, à votre convenance, un dossier consacré au Blou-Raie, à la HD, à la 4K, à la compression et à la remasterisation?
J'en avais déjà parlé il y a quelques mois car depuis le blou-raie nous n'entendons parler que de compression, de masters delavés, de réducteur de bruit, de lissage, de conversion, or ces termes ne sont pas clairs pour le profane que je suis.
Pierre Woodman, sur son forum, expliquait que l'appellation "4K" pour des films antérieurs à 2006 était mensongère car les films n'avaient pas été tournés dans ce format là.
Une question que je me pose est: quel est l'intérêt? Y a-t-il un intérêt à racheter des vieux films sous l'appellation "Haute définition" ou "4K" si ce n'est pas vrai, s'il y a des problèmes de compression (même si je ne vois pas bien ce que le vocable "compression" signifie).

Ce dossier pourrait être réalisé par ce cher Alexandre Poncet car je crois que c'est le spécialiste chez vous.

Cela me rappelle les articles dans "Rock and Folk", à peu près à la même époque que chez vous, où les journalistes parlaient de compression, de son analogique opposé au son numérique, de CD opposés aux 33T et aux 45T, parlaient de galettes qui pesaient 180 grammes.
Les journalistes expliquaient que sur CD les sons étaient écrêtés, c'est à dire que l'on avait enlevés les sons les plus graves et les plus aigües pour gonfler les mediums.
Mais un autre journaliste expliquait que l'auditeur était incapable de différencier le son d'un disque de 180 grammes d'un disque plus léger et que la différence de son quand un disque était écrêté n'était que de quelques pourcent et que l'auditeur était incapable de faire la différence.

Merci beaucoup pour avoir pris le temps de lire ma suggestion et félicitations pour le jeu de mots "RoBEAUcop".

danysparta
le 27/12/2021 à 16:05

Merci JB pour ton travail, toujours heureux de te lire et bravo pour cette année pleine de news et bande annonce etc...et surtout tes magnifiques jeux de mots. J'espère que tu passes de bonne fête et impatient de te retrouvé pour une année 2022 encore plus intense.

McCoy
le 27/12/2021 à 18:08

@orio : C'est effectivement une question que je me posais aussi pour les Blu Ray de vieux films. J'en ai acheté plein et des fois tu sais pas si tu te fais des idées ou si y'a vraiment une différence. Hier soir je regardais Gremlins 2 et lors de l'intro sur les plans de New York en travelling vu de haut , ça faisait limite VHS.

lau
le 31/12/2021 à 19:19

je suis preneur aussi pour un dossier sur les différences techniques , pourquoi le HDR de Blue underground me force à booster à mort la luminosité ...etc .....quand à Pierre Woodman il a du en remuer beaucoup du 4k.... meilleurs voeux les madeux

McCoy
le 31/12/2021 à 22:01

Pareil, tonton

Ajout d'un commentaire

Connexion à votre compte

Connexion à votre compte