Rencontre : Jérémie Périn

Après avoir secoué le monde du clip avec le pixelo-givré Truckers Delight de Flairs et surtout le sublime Fantasy de dYe, Jérémie Périn est catapulté à la tête de l’adaptation animée de l’excellentissime BD française Lastman, récit s’inspirant des archétypes des mangas style shônen et mêlant baston, fantastique et aventure. Cette préquelle contant la jeunesse du héros-boxeur Richard Aldana ajoute au mix une bonne dose d’horreur organique, de sexe moite et de dialogues jouissivement orduriers, et se pose comme l’ovni français de l’année. Alors que la diffusion de la série, découpée en quatre soirées, vient de se terminer sur France 4, retour sur la production mouvementée d’un putain de morceau de bravoure télévisé en compagnie de son géniteur.
Array

Pouvez-vous me raconter la première prise de contact en vue de réaliser Lastman

Je connaissais la BD de loin, j’avais vu passer des pages sur Internet. C’est le producteur de la série qui m’a contacté, il avait proposé une adaptation de Lastman à Pierre Siracusa, directeur des programmes jeunesse à France Télévisions, en disant : « J’aimerais bien le faire, mais les dessins animés, c’est plutôt pour les enfants, du coup il va falloir censurer plein de trucs et on va perdre ce qui fait le sel de la BD. ». Mais Pierre, qui avait depuis longtemps envie de créer sur France 4 une case d’animation adulte, lui a répondu : « Peut-être pas, ça m’intéresse, constitue une équipe et trouve un réalisateur. ». Là-dessus, le producteur a demandé aux créateurs de la BD qui ils aimeraient voir au poste de réalisateur, et ils ont donné mon nom. C’est comme ça qu’on s’est rencontrés. 

L’ampleur du projet vous a-t-elle effrayé ? Et aussi, peut-être, le poids d’avoir la possibilité de signer le premier représentant d’une animation adulte et moderne pour la télévision française ?

Euh… J’ai essayé de ne pas y penser. Enfin, j’y pensais dans le sens où, si on se foirait, on était repartis pour 30 ans d’impossibilité créative dans le genre. Si c’est pour dire : « Ah super, y a un truc pour adultes ! Ah mais c’est de la merde ! », ça sert à rien de prendre le risque. Et ce risque n’a jamais été pris avant, si ce n’est dans le domaine de la comédie et du programme court comme Les Lascars ou Moot-Moot.

Le financement a été compliqué, notamment avec l’abandon d’un investisseur qui a contraint l’équipe à lancer un Kickstarter afin de boucler la série. J’imagine qu’en plus de la somme de travail à abattre, c’est une grosse source de stress supplémentaire. 

Ouais, c’était pas mal ! (rires) Notre problème, c’était de n’avoir qu’un seul diffuseur. Habituellement, pour une série animée classique, il y a au moins deux diffuseurs, et donc deux rentrées d’argent. L’un est prioritaire, et l’autre a une fenêtre de diffusion plus tardive. Mais notre second diffuseur s’est barré alors qu’il était sur le point de signer, et c’est ce qui a fait le trou dans notre budget… Sur le plan artistique, on avait déjà des contraintes de budget qui nous forçaient à limiter l’animation. Mais bon, ça ne m’a jamais dérangé parce que l’économie d’un dessin animé influence son esthétique et nous contraint à inventer des formes à l’intérieur de nos limites. De ce point de vue, on n’a jamais été emmerdés sur la série. France Télévisions a toujours été de notre côté tout du long. Le stress est plutôt venu de la fabrication. Et donc, quand on a eu cette coupe dans le budget, on a eu peur de ne pas pouvoir aller jusqu’au bout.



Cela vous a-t-il forcé à abandonner certaines idées ?

On a tout fait rentrer ! C’est l’une des fiertés de l’équipe : n’avoir rien lâché. Il a été question de beaucoup de solutions de secours quand on a perdu ce financement. L’une des idées était de supprimer un épisode, mais comme c’est un feuilleton, ce n’était pas possible. Ça forçait à réécrire d’autres épisodes, à changer les story-boards, et finalement, ça avait des conséquences désastreuses. Étrangement, ça coûtait plus cher d’annuler un épisode ! Finalement, on s’en est sortis avec le Kickstarter, qui a été un succès. Et même si on n’a pas atteint la somme idéale, on a quand même eu pas mal d’argent, et surtout, ça a créé un effet boule de neige en attirant des amis d’amis qui étaient riches et se sont dit : « Tiens ça a l’air cool, je vais mettre un peu d’argent là-dessus ! ». Toute l’équipe a quand même dû faire un effort, bosser plus tard le soir, et aussi le week-end.

En termes de scéna [...]

Il vous reste 70 % de l'article à lire

Ce contenu éditorial est réservé aux abonnés MADMOVIES. Si vous n'êtes pas connecté, merci de cliquer sur le bouton ci-dessous et accéder à votre espace dédié.

Découvrir nos offres d'abonnement

Ajout d'un commentaire

Connexion à votre compte

Connexion à votre compte