Notules lunaires n°332

Array

Pour sa neuvième saison, American Horror Story (AHS pour les intimes) risque fort de gagner de nouveaux adeptes puisqu’elle rendra hommage au slasher des années 80. Son créateur Ryan Murphy cite les sagas Freddy, Vendredi 13 et Halloween ainsi que Massacre au camp d’été comme ses principales influences, et n’a jamais caché son amour du genre, comme en témoigne le Découpeur de Nip/Tuck et quelques scènes de American Crime Story : The Assassination of Gianni Versace. De quoi ressusciter en outre, et l’air de rien, sa série Scream Queens, annulée au bout de deux saisons. On retrouvera d’ailleurs les interprètes de Chanel et Chanel #3, à savoir Emma Roberts et Billie Lourd en tête d’affiche de American Horror Story 1984, ainsi que d’autres visages connus des fans de la série (Sarah Paulson, John Carroll Lynch, Cody Fern et Leslie Grossman, mais pas Evan Peters) et des nouveaux venus comme le transgenre Angelica Ross (révélée dans Pose), Matthew Morrison (Glee) et le champion de ski olympique Gus Kenworthy (aperçu dans RuPaul’s Drag Race). Le carnage démarre le 18 septembre sur FX, et on peut vous avouer qu’on a rarement autant bandé pour une série, à part peut-être pour Jenna’s American Sex Star, mais ceci est un autre sujet…



Si les salles diffusant Ça chapitre II affichent complet, vous pourrez toujours vous rabattre sur Gags the Clown, prévu dans une poignée de salles et en VOD aux USA trois jours avant la sortie de son concurrent (New Line en tremble déjà). Rappelez-vous qu’en 2016, des images montrant un clown cavalant après des passants étaient devenues virales au point de créer la panique. Il s’agissait en fait de captures issues d’un court-métrage postées par son réalisateur Adam Krause, qui remet donc le couvert avec ce premier long où ce même clown, qui trimballe des ballons noirs, terrorise la petite ville de Green Bay dans le Wisconsin. Tandis qu’une journaliste locale (Lauren Ashley Carter, The Woman) tente de le démasquer et que la police essaie de maintenir l’ordre, des lycéens déguisent l’un de leurs camarades en clown, histoire de rigoler, tandis qu’un podcaster fan de Trump décide de retransmettre la traque en direct sur les réseaux sociaux. Bref, c’est un beau bordel à Green Bay dans ce que les reviews US annoncent comme un film bien plus drôle que le premier Ça, qui était pourtant un amusant remake des Goonies mais sans la scène de gang-bang du bouquin de Stephen King. Ce qui le rendait d’emblée beaucoup moins intéressant.



Quand Eli Roth ne réalise pas un home invasion avec des bombasses ou un vigilante avec un chauve, il produit les films des autres (dont Baywatch : Alerte à Malibu, ce dont personne ne s’était rendu compte). Dernier en date prévu aux USA ces jours-ci, Haunt est d’autant plus stimulant qu’il a été écrit par les coscénaristes de Sans un bruit Scott Beck et Bryan Woods, qui pour l’occasion signent leur troisième long après le western The Bride Wore Blood et la péloche horrifique forestière Nightlight. Le pitch sent méchamment le réchauffé au micro-ondes (une nuit de Halloween, un groupe d’amis visite une maison « très hantée » qui se nourrit de leurs peurs les plus intimes), mais son apparente banalité cache forcément quelque chose. Qui sait, il y a peut-être des fantômes !



Prévu pour le 30 octobre dans les salles françaises, Retour à Zombieland aura donc mis dix ans à se monter. Bonne nouvelle, la suite de Bienvenue à Zombieland rassemble toute l’équipe de l’original. À savoir les scénaristes Rhett Reese, et Paul Wernick, le réalisateur Ruben Fleischer et sa troupe d’acteurs, à savoir Woody Harrelson, Jesse Eisenberg, Emma Stone, Abigail Breslin et Bill Murray. Ils sont rejoints pour l’occasion par Dan Aykroyd, Rosario Dawson, Luke Wilson, Zoey Deutch (The Disaster Artist), Thomas Middleditch (Godzilla II roi des Monstres) et Avan Jogia, le héros de la série de Gregg Araki Now Apocalypse, où un alien sodomise des SDF (la chaîne Starz a eu tellement les jetons qu’elle a annulé le show après sa première saison). On ne sait pour l’instant pas grand-chose sur l’histoire, si ce n’est que la joyeuse bande formée par Tallahassee, Columbus, Wichita et Little Rock devra faire face à des zombies de plus en plus évolués dans l’Amérique profonde. Bref, tout cela est bien beau, mais on oublie une chose : depuis le premier opus, Ruben Fleischer a réalisé Gangster Squad et Venom, et ses scénaristes ont pondu les deux Deadpool. De quoi se montrer un peu méfiant…



Annoncé comme « le plus gros film d’horreur de l’été » (il est sorti fin août aux USA), Hoax s’intéresse à la plus velue des créatures, à savoir le Bigfoot, croisé récemment dans The Man Who Killed Hitler and Then The Bigfoot, où le moustachu le plus classe du monde (Sam Elliott, donc) chasse Lady Gaga. Ici, après que des campeurs ont été retrouvés mis en pièces dans les montagnes du Colorado, un réalisateur de documentaires recrute une équipe de choc pour essayer de filmer le bestiau : un primatologue fauché, une cryptozoologue hippie, un ancien militaire, une blondasse qui rêve de faire de la télé et un guide dont la fille faisait partie des victimes évoquées plus haut. Premier long de Matt Allen, Hoax se réclame plus de l’influence de Predator que des Randonneurs et compte à son casting Adrienne Barbeau (Fog) et Brian Thompson, le tueur sadique de Cobra, qui joue bien entendu le rôle du bidasse face au grand poilu.



Il vous reste 70 % de l'article à lire

Ce contenu éditorial est réservé aux abonnés MADMOVIES. Si vous n'êtes pas connecté, merci de cliquer sur le bouton ci-dessous et accéder à votre espace dédié.

Découvrir nos offres d'abonnement

Ajout d'un commentaire

Connexion à votre compte

Connexion à votre compte