Notules lunaires n°322

Array

Remis en selle par Ryan Murphy avec American Horror Story puis American Crime Story dans la peau d’O.J. Simpson, Cuba Gooding Jr. a pris la confiance et passe à la réalisation avec Bayou Caviar, un film qui parle « d’argent, de sexe, de pouvoir, de corruption et de quelqu’un qui est donné en pâture à des alligators. » Celui qui fut un muet hilare pris en otage par Crocodile Dundee dans Jack l’Éclair (et qui remporta un Oscar pour Jerry Maguire mais on s’en fout) s’est octroyé le rôle de Rodney Jones, un ancien boxeur qui a raccroché les gants et son slip pour devenir videur dans une boîte de nuit. Embauché par un boss de la mafia russe (Richard Dreyfuss), il se retrouve plongé dans une sordide histoire de chantage à la sextape impliquant la reine des MILFs Famke Janssen. Dispo en VOD depuis le 5 octobre et vendu par un trailer chaud comme la braise, Bayou Caviar devrait sentir bon la chatte et la testostérone !


C’est à E.L. Katz (Cheap Thrills) qu’a été confiée la réalisation de la saison 4 de l’anthologie horrifique Channel Zero, qui revient le 26 octobre sur SyFy. Sous-titrée The Dream Door et adaptée de la creepypasta I Found a Hidden Door in my Cellar, elle s’intéresse à un couple de jeunes mariés qui découvre dans sa cave une étrange porte dissimulée derrière un vieux papier peint. Ce qu’ils vont trouver une fois le seuil franchi va faire ressurgir leur passé respectif et mettre leurs vies en péril. On dirait du Charles Band : d’ailleurs, Barbara Crampton est au casting, secondée par Gregg Henry, qui jouait de la perceuse déguisé en Indien dans Body Double.


Venu de la série Arrow, Erik Oleson prend les rênes de Daredevil, qui revient sur Netflix à partir du 12 octobre. À la fin de The Defenders, Matt Murdock se réveillait entouré de nonnes dans un couvent : cette troisième saison, qui marque le retour de Kingpin (Vincent D’Onofrio), devrait donc s’inspirer du comic-book de Frank Miller Born Again, avec un Matt Murdock totalement brisé physiquement et émotionnellement et qui ressort son costume noir pour libérer ses plus bas instincts. Daredevil constituant ce que Marvel a produit de mieux tous médias confondus, on attend la diffusion avec nettement plus d’impatience que la sortie de Captain Marvel, à côté duquel le Supergirl de Jeannot Szwarc risque fort de ressembler à du Stanley Kubrick.


L’elevated horror étant très prisée en ce moment (entendez par là l’horreur arty style The Witch, Hérédité ou Jumanji), Chad Archibald a décidé de s’y mettre à son tour avec I’ll Take Your Dead. Remarqué avec le slasher à la Craven The Drownsman et le body horror à la Cronenberg Bite, le réalisateur canadien s’intéresse cette fois à un type qui enterre des cadavres dans sa ferme pour le compte d’un gang local sous le nez de sa fille, qui finit par s’imaginer que les lieux sont hantés par ces morts. Cette macabre routine est brisée le jour où on lui amène le corps d’une femme présumée morte, qui se révèle être encore vivante et avec qui il va développer une relation de plus en plus intime… jusqu’à ce que la nouvelle parvienne aux oreilles de ses bourreaux. « Il a fait un temps dégueulasse pendant tout le tournage » nous apprend Archibald. Nous voilà donc bien renseignés.



Révélé par La Planète des singes : les origines, Rupert Wyatt est passé par la case télé en produisant la série L’Exorciste et revient enfin au grand écran avec Captive State, dont le pitch ressemble à s’y méprendre à V puisqu’il y est question d’une force d’occupation alien installée sur Terre qui a éradiqué le chômage, le crime et la pauvreté. Le film, qui se passe dans la banlieue de Chicago, s’intéresse à la montée de la tension entre les rebelles à l’autorité et les collabos des envahisseurs, cette société idéale étant bien entendu basée sur une dictature qui ne veut pas dire son nom. John Goodman et Vera Farmiga sont en tête d’affiche, mais on notera surtout la présence au casting de D.B. Sweeney, qui pilotait des Porsche 911 avec Charlie Sheen dans 260 chrono, le Fast and Furious des années 80 en plus classe et moins con. La sortie du film est prévue chez nous début avril 2019, mais d’ici là ce ne sera plus de la SF puisque tout le monde aura trouvé du boulot en traversant la rue. Vous je sais pas, mais en face de chez moi il y a un fleuriste, un PMU et un coiffeur. J’hésite.


Dix ans après qu’un événement apocalyptique a laissé la planète hantée par des fantômes, une lycéenne (Bella Thorne, La Baby-Sitter) reçoit un message depuis l’au-delà, un peu comme Carol-Anne quand elle répond à son téléphone-jouet dans Poltergeist II (j’en parle parce que cette scène me fait presque aussi peur que celle où une fille rentre chez elle alors qu’elle vient de se noyer dans Amityville 3-D, chacun ses classiques). Épaulée par un camarade de classe (Richard Harmon, Les 100), elle se lance dans une course contre la montre pour stopp [...]

Il vous reste 70 % de l'article à lire

Ce contenu éditorial est réservé aux abonnés MADMOVIES. Si vous n'êtes pas connecté, merci de cliquer sur le bouton ci-dessous et accéder à votre espace dédié.

Découvrir nos offres d'abonnement

Ajout d'un commentaire

Connexion à votre compte

Connexion à votre compte