Notules lunaires n°299

Array

Death House
Vendu comme l’Expendables du film d’horreur, écrit et réalisé par Harrison Smith à partir d’une histoire imaginée par Gunnar « Leatherface » Hansen, qui nous a quittés en décembre dernier, Death House compte en effet à son actif une brochette d’acteurs parmi les plus réputés du genre : Kane « Jason » Hodder, Barbara Crampton, Dee Wallace, Adrienne Barbeau, Tony Todd, Bill Moseley, Michael Berryman et Debbie Rochon, sans oublier Sid Haig, Bill Oberst Jr., Tiffany Shepis, Brinke Stevens, Vernon Wells et André Dussollier (et un caméo de l’omniprésent Lloyd Kaufman). Quant aux deux têtes d’affiche, Cody Longo (Piranha 3D) et Cortney Palm (Zombeavers), ils interprètent des agents fédéraux se retrouvant aux prises avec les pires criminels que la Terre ait jamais portés suite à une révolte dans une prison de neuf étages. Compte tenu de la configuration des lieux, reste à voir si ça donnera un film de couloirs, un film de tunnels ou un film d’escaliers ! 

Family Possessions
Réalisé par Tommy Faircloth (Crinoline Head, Generation Ax), Family Possessions s’intéresse à Rachael, une jeune fille qui hérite de la maison de sa grand-mère et s’y installe avec sa famille après que son père a perdu son job. Dès lors, Rachael est témoin de phénomènes paranormaux qui l’amènent à s’interroger sur le passé de sa mamie. Elle va découvrir que ses parents lui ont caché, à elle et à son jeune frère, de terribles secrets familiaux. Fréquenté par Felissa Rose, l’héroïne de Massacre au camp d’été, et Mark Patton, jadis vedette de La Revanche de Freddy, voilà un film dont le pitch rappelle furieusement celui de L’Homme qui murmurait à l’oreille des chevaux, où le fantôme d’un cow-boy venait chuchoter des cochonneries aux oreilles d’une jument pendant son sommeil. 

House of Purgatory
Félidé incestueux dans La Nuit déchirée et partenaire des soeurs Halliwell dans Charmed, Brian Krause est au casting de House of Purgatory aux côtés d’Anne Leighton (Esprits criminels) et Laura Coover (How to Get Away with Murder). Dans ce premier long de Tyler Christensen (qui n’en a pas fait d’autre) prévu pour cet automne aux USA (soit entre cet été et cet hiver), quatre ados pénètrent dans une maison réputée hantée la nuit de Halloween. Ils se rendent vite compte que la bâtisse connaît leurs secrets les plus inavouables et les pousse à se dresser les uns contre les autres. Tant qu’on y est, je vais d’ailleurs vous révéler ceux de nos rédacteurs. Ainsi, Fausto Fasulo se travestit en geisha dans une maison close à chaque fois qu’il va au Japon, Gilles Esposito, véritable as du déguisement, est en réalité un nain, Laurent Duroche a joué dans les trois derniers Star Trek, Alexandre Poncet a une soeur jumelle qui le remplace aux projections de presse sans que personne ne voie la différence et qui lui raconte les films pour qu’il puisse écrire plus d’articles que ses collègues, J-B. Herment est éboueur tôt le matin afin de faire disparaître discrètement les cadavres des lycéennes qu’il a égorgées la veille et Cédric Delelée est allé se baigner en burkini cet été pour se faire passer pour un Navy SEAL. Voilà, vous savez tout. 

Korku Komedi
On ne voit quasiment jamais leurs films d’horreur en France (sauf Baskin dans quelques récents festivals), mais les Turcs sont très prolifiques en la matière. Réalisé par le spécialiste du genre Ozgur Bakar (Ammar, l’ordre des djinns), Korku Komedi – Bana Normal Aktiviteler est un peu particulier puisqu’il s’agit d’une espèce de Scary Movie local où deux frères, apprentis cinéastes et bêtes comme du foin, tentent de tourner un film de terreur avec des acteurs tous plus incompétents les uns que les autres. Ou quelque chose dans ce goût-là, car même si j’ai connu bien des plaisirs dans les prisons d’Istanbul, mon Turc n’est plus ce qu’il était et je ne suis pas du tout sûr de la traduction du synopsis ! 

The Neighbor
Après les très recommandables The Collector et The Collection et toujours épaulé par son coscénariste Patrick Melton et son acteur Josh Stewart, le réalisateur Marcus Dunstan revient à la charge avec The Neighbor. L’histoire se passe dans une petite ville du Mississippi. Après avoir découvert en rentrant chez lui que sa petite amie Rosie (Alex Essoe, découverte dans Starry Eyes) a disparu, un jeune homme se met à soupçonner son voisin (le comique Bill Engvall dans un rôle de composition) et va faire un tour dans sa cave. Là, il découvre que Rosie lui a caché bien des choses sur sa vie et que la paisible communauté dans laquelle ils vivent est en fait un piège mortel… À signaler que le film sera projeté en compétition dans le cadre de L’Étrange Festival à Paris, qui a lieu du 7 au 18 septembre au Forum des Images. 


Patient Seven
Confié à plusieurs réalisateurs de courts mais aussi à Erlingur Thoroddsen (Child Eater) et Danny Draven (Reel Evil), Patient Seven est une anthologie horrifique où un psychiatre (interprété par le toujours très souriant Michael Ironside) sélectionne six malades d’un asile afin qu’ils lui parlent de leurs crimes, et ce dans le but de nourrir le livre qu’il prépare. C’est alors qu’il apprend que le directeur de l’établissement lui a caché l’existence d’un septième patient. Alfie Allen (Theon Greyjoy dans Game of Thrones), Amy Smart (L’Effet papillon), Jack Plotnick (abonné aux films de Quentin Dupieux) et Grace Van Dien, la fille de Casper, complètent le casting. Cela dit, ça n’a pas l’air aussi intéressant que la suite d’Un flic à la maternelle actuellement en préparation et intitulée Mon furet chez les nudistes


Tear Us Apart
On ne sait pas grand-chose de Tear Us Apart, réalisé par Devin Clarke, si ce n’est qu’on y verra un jeune couple s’enfermer dans un cottage isolé suite à la mort de leur fille pour suivre une sorte de thérapie (ce qui veut dire commettre un viol en buvant du Lipton Yellow). Mais ils vont avoir bien du mal à discerner le vrai du faux en raison du chaos qui règne dans leurs esprits. Vu comme ça, on a un peu peur que ce soit du psychodrame horrifique indé et bavard tendance Sundance Channel, mais on peut se tromper. La preuve, on était persuadés que le reboot de S.O.S. fantômes allait être le film le plus terrifiant de l’année, et puis non. 

The Recall
Dans The Recall, cinq amis partent se détendre dans une maison près d’un lac. Ce qu’ils ignorent, c’est que précisément à ce moment-là, la Terre est envahie par des aliens qui se livrent à des abductions en masse. C’est ainsi qu’ils deviennent les proies d&rs [...]

Il vous reste 70 % de l'article à lire

Ce contenu éditorial est réservé aux abonnés MADMOVIES. Si vous n'êtes pas connecté, merci de cliquer sur le bouton ci-dessous et accéder à votre espace dédié.

Découvrir nos offres d'abonnement

Ajout d'un commentaire

Connexion à votre compte

Connexion à votre compte