Notules lunaires n°278

Array

BEASTER DAY 
Réalisé par les frères Snygg (Blood, Bullets, Buffoons), Beaster Day s’offre une relecture des Dents de la mer avec… un lapin de Pâques ! Évidemment, c’est un lapin géant ayant subi de terribles mutations qui ont fait de lui un monstre affamé non pas de carottes ou de luzerne, mais de chair humaine. Tapi dans les bois, il guette ses proies, qui vont du sportif fan d’escalade au randonneur en passant par les adeptes du naturisme, cette étrange pratique qui consiste à se mettre tout nu pour faire pipi plus loin. À l’approche des fêtes des Pâques, le maire de la ville où monsieur lapin s’amuse à décapiter et arracher des intestins décide d’éviter une chute du tourisme local et le départ de ses sponsors en prétextant que toutes ces morts ne sont des accidents causés par des équipements agricoles défectueux. Tandis que se prépare la grande parade locale, l’employé d’une fourrière et une aspirante actrice qui rêve de devenir peintre ou poète vont tenter d’attraper le vilain lapin avant qu’il ne fasse une indigestion !

 


INNER DEMONS
Dans Inner Demons, une lycéenne brillante, fille d’un couple très pieux (ils se mettent au lit dès que l’occasion se présente), devient accro à l’héroïne du jour au lendemain. Afin de l’aider à décrocher, ses parents décident d’autoriser une émission de téléréalité à la filmer durant sa période de sevrage. Ce que tout le monde ignore, c’est que la jeune fille s’est mise à prendre de la drogue pour combattre le démon qui la possède et réveille ses pulsions les plus malsaines. En acceptant la réhab’, elle prend le risque de le libérer… et c’est exactement ce qui se produit devant les caméras. Producteur de téléréalité et réalisateur de L’Effet papillon 3, Seth Grossman a mis en boîte ce found footage qu’on espère aussi bien shooté qu’Allô Nabila.

 

LAVALANTULA
On ne sait pas grand-chose de Lavalantula, le nouveau creature feature produit par SyFy, si ce n’est que le film cause d’une éruption volcanique sur Los Angeles, catastrophe provoquant l’invasion de tarentules géantes. Ce qu’on sait, en revanche, c’est que son réalisateur Mike Mendez en connaît déjà un rayon sur les araignées (on lui doit Big Ass Spider) et que pour l’occasion, il a rassemblé une partie du casting de Police Academy, à savoir Steve Guttenberg, Leslie Easterbrook et Michael Winslow. Et Police Academy, c’est comme American Pie : à l’époque, c’était nul, mais aujourd’hui, c’est bien plus drôle que du Wes Anderson !

 

THE DIVINE TRAGEDIES
Après Les Portes de l’enfer, où se croisaient pas mal de scream queens des années 80 (Debbie Rochon, Linnea Quigley, Brinke Stevens), Jose Prendes s’offre une fois encore un casting eighties (Barbara Crampton, Ken Foree, Lynn Lowry) pour The Divine Tragedies. On y verra deux frères au Q.I. très supérieur à la moyenne décider de tuer quelqu’un pour le simple plaisir intellectuel et pour se distinguer de la plèbe, tout en échappant à la police. Ils semblent avoir trouvé la cible idéale en la personne d’une ravissante mère célibataire, mais se rendent compte qu’un flic pas comme les autres est sur leurs traces. Le film est basé sur l’affaire Leopold et Loeb, deux étudiants en droit de Chicago qui, en 1924, mirent au point un plan machiavélique pour assassiner un jeune garçon de quatorze ans et demander une rançon en faisant croire qu’il était toujours en vie. Mais ils se firent choper comme des cons avant de palper le pognon suite à la découverte d’une paire de lunettes leur appartenant oubliée près des restes du corps. Ce fait divers sordide avait déjà inspiré Le Génie du Mal de Richard Fleischer et Hitchcock pour La Corde : qu’on ne rêve pas, cette version-là ressemblera plus probablement à un épisode de Dexter, ou de Hannibal si on a du bol !

 

 

THE DEAD LANDS
Dans The Dead Lands, il est question de Mau rakau et de mana, autrement dit d’un terrifiant art martial maori et d’une philosophie tribale basée sur l’honneur, le respect, le pouvoir et le prestige. Dans la Nouvelle-Zélande précoloniale, le fils d’un chef de tribu cherche à venger son père en apprenant le Mau rakau auprès d’un guerrier légendaire (Lawrence Makoare, vu dans Le Hobbit et Meurs un autre jour). Afin de pouvoir suivre son enseignement, il doit s’aventurer dans les territoires interdits où ledit guerrier est censé vivre, ceci avant d’être rattrapé par les maraudeurs qui ont massacré son village. Après avoir filmé des chorégraphies classiques dans une adaptation du ballet Giselle, le réalisateur Toa Fraser s’attaque donc à celles des combats dans ce qui s’annonce comme l’héritier Maori de Bang Rajan et Karaté Kid !

 

 

THE PACT II
Dallas Richard Hallam et Patrick Horvath (Entrance) se retrouvent pour The Pact II. Quelques semaines après que l’héroïne du premier film a mis fin aux agissements du « Judas Killer », June (Camilla Luddington, Claudette dans True Blood), une autre jeune femme venue vivre à Los Angeles (attention aux coulées de lave et aux tarentules), fait un cauchemar où elle voit une inconnue se faire assassiner. C’est alors que le profiler du FBI (Patrick Fischler) chargé de boucler le dossier du Judas Killer sonne à sa porte : non seulement ils s’étaient déjà croisés dans Californication, mais en plus, un copycat opère dans le secteur. En voyant la photo de sa victime, June réalise avec terreur que c’est, tenez-vous bien, la femme qu’elle a vue en rêve. Ses cauchemars continuent de plus belle, jusqu’à ce qu’elle finisse par s’y voir dans le rôle du tueur, comme si l’esprit du Judas Killer la possédait. Cette séquelle fébrilement attendue est déjà sortie en VOD aux USA et sera projetée dans quelques salles américaines fin octobre pour ceux qui n’ont pas d’accès Internet.

 

 

WOLVES
Successeur d’Arnold dans Conan et chef de la tribu Dothraki dans Game of Thrones (où il grimpait avec un enthousiasme bien compréhensif sur la croupe d’Emilia Clarke) et récemment réalisateur d’un magnifique film de bikers (Road to Paloma), Jason Momoa est le mâle alpha d’un clan lycanthrope dans Wolves. Réalisé par David Hayter, le scénariste de X-Men 2 et Watchmen, le film s’intéresse à Cayden (Lucas Till, Havok dans les deux derniers X-Men), un élève doué capitaine de l’équipe de foot pour qui la vie est belle (il sort avec la bimbo du lycée) jusqu’à ce que ses parents soient assassinés et qu’il se transforme en loup-garou. Parti se réfugier dans une petite communauté, il se retrouve piégé au beau milieu d’une guerre opposant deux clans de lycanthropes, l’un mené par le méchant Connor (notre beau surfeur hawaiien) et l’autre par un gentil fermier (Stephen McHattie, Haunter). Quand Cayden s’éprend de la promise de Connor, il provoque sa colère et découvre l’histoire du passé de sa famille. Les producteurs de Ginger Snaps sont derrière le film, on reste donc confiant.

 

 

MONSTER TRUCK
On l&rsqu [...]

Il vous reste 70 % de l'article à lire

Ce contenu éditorial est réservé aux abonnés MADMOVIES. Si vous n'êtes pas connecté, merci de cliquer sur le bouton ci-dessous et accéder à votre espace dédié.

Découvrir nos offres d'abonnement

Ajout d'un commentaire

Connexion à votre compte

Connexion à votre compte