Mad in France N°315

La rubrique Mad in France fête son retour en compagnie d’un collectif de réalisateurs à six pattes appelé « Les Films de la mouche ». Peut-être avez-vous vu (si vous traînez en festivals) Margaux, Prix du Jury des Courts-métrages Français du PIFFF en 2016. Joséphine Hopkins, Rémy Barbe et Joseph Bouquin viennent de terminer leurs études à l’ESRA et sont déjà dans Mad Movies. Ça s’appelle le talent !

Comment vous êtes-vous rencontrés ? 

Joseph Bouquin : On s’est rencontrés à l’école, à notre arrivée à l’ESRA, en 2014. On a passé le concours ensemble avec Rémy. Joséphine nous a rejoints rapidement, et tout est allé très vite. On a été unis dès le début par le fait de parler de films, tout le temps, sans relâche, de proposer très vite beaucoup d’idées de scénario et de mettre en commun nos approches du cinéma.


Pourquoi avoir monté un collectif, et pourquoi ce nom, Les Films de la mouche ?

Rémy Barbe : L’idée m’est venue en 2012, quand j’étais en fac de droit. J’ai toujours rêvé de monter un collectif, et non une « boîte » de prod’ ou autre. En France, il y a ce culte de l’auteur/réalisateur qui mène son combat en solo. Je voulais qu’on soit un groupe, une identité commune. Et en tant que fervent admirateur de La Mouche de Cronenberg, le nom m’est vite apparu comme une évidence.


Quelles étaient les motivations derrière la création de Margaux ?

Joséphine Hopkins : Margaux est arrivé à un moment crucial pour nous : nous étions en deuxième année et il était temps pour nous de prouver – à nous-mêmes et aux autres – que nous étions capables de réaliser un film fantastique solide, carré, au scénario rigoureux et à la facture formelle crédible. D’un p [...]

Il vous reste 70 % de l'article à lire

Ce contenu éditorial est réservé aux abonnés MADMOVIES. Si vous n'êtes pas connecté, merci de cliquer sur le bouton ci-dessous et accéder à votre espace dédié.

Découvrir nos offres d'abonnement

Ajout d'un commentaire

Connexion à votre compte

Connexion à votre compte