Les secrets de Timecrimes

Timecrimes

La liste des jeunes talents ayant émergé du cinéma fantastique espagnol ne cesse de croître. Nouveau maillon d’une chaîne en titane laminé, Nacho Vigalondo secoue pour son premier long-métrage les règles du voyage dans le temps.
Array

Comment avez-vous imaginé le concept de Timecrimes ? Vous aviez envie de mélanger des éléments de Vendredi 13, Un jour sans fin et Retour vers le futur 2 ?
Aujourd’hui, avec tous les films que l’on peut voir, tous les romans et les comic-books que l’on peut lire, je crois qu’on est condamné à mélanger pas mal de choses, sans même en être conscient. C’est impossible de ne pas penser aux films que vous mentionnez quand on utilise des éléments de slasher et qu’on traite de voyage temporel. Mais je dois dire que mes références vont plus vers des films comme PsychoseBody Double ou L’Armée des douze singes.

Le cinéma a proposé plusieurs théories à propos des voyages dans le temps. Dans Retour vers le futur, rien n’est écrit. Dans Terminator, ce qui a changé doit arriver au bout du compte, dans un contexte différent. Votre film prétend que tout est écrit depuis le début ! Vous le croyez vraiment, ou était-ce selon vous une bonne manière de structurer votre intrigue ?
D’un point de vue dramatique, en tant que scénariste, j’aime la résonance et la puissance dans le fait de dire que le passé vers lequel vous vous dirigez est exactement le même que celui d’où vous venez. C’est aussi plus difficile et plus stimulant de construire son histoire en suivant cette règle. Mais Je suis profondément convaincu que le fait de résoudre une énigme sans donner aux personnages le pouvoir de créer des réalités alternatives est la solution la plus juste. Ce film ne traite pas d’un incroyable voyage dans l’inconnu, c’est au contraire l’histoire d’un homme qui s’explore lui-même, encore et encore.

Timecrimes est si cohérent, si logique, si mathématique qu’on peine à croire que vous ayez coupé quoique ce soit au montage.
En effet, il n’y a aucune scène coupée. On a seulement enlevé quelques plans pour des questions de rythme, des plans si brefs qu’ils n’ont pas été inclus dans le DVD espagnol. Ces images ne contiennent aucune nouvelle situation, ni aucun nouveau dialogue. En revanche pour cette édition spéciale ibérique, on a produit un nouveau montage complètement fou du film, en replaçant tous les événements dans la chronologie, et non du point de vue de Hector. C’est presque un tout nouveau film, encore plus barré qu’auparavant.

J’ai l’impression que votre but avec Timecrimes était de décrire comment un homme terne et passif est amené à devenir l’architecte de son propre destin. À la fin du film, il savoure la plus petite seconde comme s’il [...]

Il vous reste 70 % de l'article à lire

Ce contenu éditorial est réservé aux abonnés MADMOVIES. Si vous n'êtes pas connecté, merci de cliquer sur le bouton ci-dessous et accéder à votre espace dédié.

Découvrir nos offres d'abonnement

Ajout d'un commentaire

Connexion à votre compte

Connexion à votre compte