Le B à Z de LMR n°284

Chaque mois, l’homme de lettres Christophe Lemaire vous fait réviser votre alphabet tout en abordant l’actualité sous un angle très… personnel.
Array



F
COMME FROM BEYOND 

En revoyant (ça faisait un bail !) le bien foufou From Beyond : aux portes de l’au-delà de Stuart Gordon qui traînait en haut d’une armoire, coincé entre deux autres DVD Mad (Les Trois visages de la peur et… Les Trois visages de la peur ! Ah ben tiens, je l’ai en double !), j’ai comme une étrange nausée qui remonte le long de mon estomac. À cause des incroyables séquences gore surréalistes à base de latex old school ? Pas vraiment… Mais d’où vient alors cet étrange sentiment de mal au ventre… Ah ! Ça y est ! Ça m’est revenu ! Flash-back… En 1986, mon bon vieux camarade barbu François Cognard (producteur des giallos de Cattet et Forzani) s’était rendu sur le tournage du film pour le compte du magazine Starfix. Sur le set, il avait sympathisé avec John Naulin et sa femme Shayna, responsables de certains effets spéciaux de maquillage (ils ont aussi bossé sur Splash, Re-Animator et La Ferme de la terreur). Or, Cognard guidera quelques mois plus tard le couple Naulin venu faire les touristes sur Paris. On se retrouve donc tous un soir chez François, où madame Naulin cuisine sa spécialité : des cuisses de poulet panées. Le truc le plus dégueulasse que j’aie mangé de ma vie et qui me fera vomir toute la nuit ! Au point qu’en rematant From Beyond presque 28 ans plus tard, quelques souvenirs de mauvaise digestion me sont remontés grave dans le gosier !

 



G
COMME GORE 

Andreï Roublev, l’un des chefs-d’oeuvre des sixties signé Andrei Tarkovsky, ressort en salles fin avril. Découvert au début des années 70 à la télévision, ce film historique m’avait profondément marqué non pas pour son « message d’espoir universel » (comme le signalait un critique de l’époque), mais pour une séquence qui avait fortement impressionné le préado que j’étais : des paysans qui errent dans les bois avec les yeux crevés. Andreï Roublev fait ainsi partie de ces nombreux films n’ayant aucun rapport avec le cinéma d’horreur mais qui ont marqué ma jeunesse pour leurs moments… gore ! Comme cette tête coupée aperçue au détour d’un plan du Ben-Hur muet de Fred Niblo (1925), [...]

Il vous reste 70 % de l'article à lire

Ce contenu éditorial est réservé aux abonnés MADMOVIES. Si vous n'êtes pas connecté, merci de cliquer sur le bouton ci-dessous et accéder à votre espace dédié.

Découvrir nos offres d'abonnement

Ajout d'un commentaire

Connexion à votre compte

Connexion à votre compte