Hommage : Syd Mead

L’un des plus grands artistes de l’Histoire de la science-fiction nous a quittés le 30 décembre dernier, avant que ne s’écoule l’année diégétique de Blade Runner. Entré dans la légende grâce à ses collaborations inouïes avec Robert Wise, Douglas Trumbull, Ridley Scott, James Cameron ou plus récemment Brad Bird, Syd Mead a tapissé notre imaginaire de visions monumentales. Cet humble hommage nous semblait proprement indispensable.

Né en 1933 dans le Minnesota, Sydney Jay Mead se découvre dès l’âge de 12 ans des talents de dessinateur hors pair, qui lui permettent de reproduire à la perfection animaux et êtres humains. Au début des années 1950, il s’inscrit dans une école d’art de Los Angeles et obtient rapidement son diplôme. Après s’être engagé pendant trois ans dans l’armée américaine, il est recruté chez Ford Motor Company en 1959 et déménage donc à Détroit. Il quitte la compagnie au bout de deux ans et rejoint les rangs de US Steel, pour qui il crée des catalogues hallucinants remplis de véhicules futuristes. Parmi eux, on peut citer un quadrupède robotique géant évoluant dans un décor enneigé, dont s’inspirera ouvertement Joe Johnston pour l’un des morceaux de bravoure de L’Empire contre-attaque. Après avoir fondé sa propre compagnie et collaboré avec des géants comme Sony, Philips, Bandai et Honda, Syd Mead est invité à concevoir certains éléments clés de Star Trek, le film de Robert Wise, en particulier la mystérieuse entité V-Ger ; sa carrière dans le cinéma ne fait que commencer.




VOL AU-DESSUS D’UN NID D’ANDROÏDES
« Syd a toujours été très positif et enthousiaste » atteste Charles de Lauzirika, réalisateur des incroyables making of de Blade Runner et Aliens, le retour. « Il était ravi qu’on lui donne l’occasion de parler de son travail, et il était incroyablement honnête et candide. Il ne se censurait jamais sur rien. Je crois que les drames qui pouvaient se passer en coulisse d’un tournage lui plaisaient, car ils étaient étroitement liés à ses collaborations avec les réalisateurs. À chaque fois, il était très ouvert et heureux de partager les meilleures histoires. Il était doué, aussi, pour vous donner des anecdotes périphériques, qui donnaient une vision très claire de la façon dont on crée un film. Il savait donner du piment aux interviews, les rendre très divertissantes. C’est précieux et assez rare. La première fois que je l’ai interviewé, c’était pour Aliens, le retour, en 2002 ou 2003. Je pensais déjà à Blade Runner à l’époque, car on avait commencé à travailler sur le Final Cut avec Ridley Scott. Et je m’étais dit qu’on allait sûrement devoir revisiter le travail de Syd à un moment ou un autre. À la fin de l’entretien, nous avons donc commencé à parler de Blade Runner, et la conversation a duré pas mal de temps. » Il y a quelques années, au Festival du Film Fantastique de Neuchâtel où il était invité d’honneur, nous avons nous aussi eu la chance de poser quelques questions à Syd Mead à propos de la conceptualisation maniaque de Blade Runner. « Ridley Scott m’a demandé de designer les parcmètres, les automobiles… Il me disait : « Nous avons besoin d’un petit peu plus de détails ici, et un peu plus là. ». Les parcmètres, en particulier, l’obsédaient. Il n’arrêtait pas de penser à la silhouette de ces objets ! Il voulait que ce soit plus complexe qu’un simple objet manufacturé qu’on pourrait trouver aujourd’hui. Au cinéma, on fait souvent ça : on exagère les détails pour obtenir ce qu’on recherche. Mais il faut faire attention : si c’est trop beau, on peut avoir l’impression que ça vient du magasin de bricolage du coin. Il faut travailler les textures, donner du caractère à vos objets. Ce doit être un objet de cinéma ! » Or, la conception d’objets de cinéma, ou de « props » pour employer l’expression consacrée, est un art à part entière, hélas bien trop souvent regardé avec dédain. Blade Runner est un régal à ce niveau, absolument tout ce qui apparaît à l’écran ayant été pr&eacu [...]

Il vous reste 70 % de l'article à lire

Ce contenu éditorial est réservé aux abonnés MADMOVIES. Si vous n'êtes pas connecté, merci de cliquer sur le bouton ci-dessous et accéder à votre espace dédié.

Découvrir nos offres d'abonnement

Ajout d'un commentaire

Connexion à votre compte

Connexion à votre compte