Hommage à Bert I. Gordon : The colossal Mr. B.I.G.

Maître du gigantisme à l’économie, Bert I. Gordon fait partie de ces artisans qui ont forgé la légende du bis à coups de films remplis d’une croyance aussi inébranlable que naïve dans les tours de magie du 7e Art.

Array

Bert Ira Gordon – dont les initiales lui doivent le surnom sur mesure « Mister B.I.G. » –, né le 24 septembre 1922 à Kenosha, Wisconsin, est décédé centenaire, le 8 mars 2023 à Los Angeles. Fasciné dès l’enfance par les numéros truqués des fêtes foraines, il se souvient, dans son autobiographie (1), de la femme dans un coffre transpercée d’épées : « La graine était plantée : un jour, je créerais ma propre magie. ».

Pour ses 9 ans, sa tante lui offre une caméra 16 mm avec laquelle il expérimente des effets rudimentaires. Il passe au 35 mm à l’université puis réalise des films industriels et des spots publicitaires, mais il a des rêves de grandeur : Hollywood. Il y fait du montage, supervise la production d’une série TV avant de coproduire et d’éclairer en 1954 l’obscur et fauché Serpent Island, réalisé par Tom Gries. King Dinosaur (1955) est sa première réalisation.

Il en occupe tous les postes-clés, de la photographie au montage. Ses monstres préhistoriques d’une planète inconnue sont des lézards filmés en gros plans dans des décors miniatures en carton-pâte. La voie du gigantisme le séduit. En 1957, il écrit The Cyclops, allégorie d’une vie de couple impossible : en explorant la jungle mexicaine à la recherche de son fiancé disparu, Susan le retrouve victime, comme les animaux mutants qu’elle croise, de radiations qui l’ont fait muter en un colosse de 25 pieds au visage défiguré et borgne. Pas question pour Bert d’explorer les aléas sentimentaux de son script, prétexte aux contrastes visuels.

Dans la foulée, Le Début de la fin s’inspire de Des monstres attaquent la ville : des criquets démesurés qui ont consommé du blé radioactif menacent bientôt Chicago. Un plan de l’attaque de la ville est resté célèbre pour sa pauvreté, Gordon se contentant de filmer les insectes sur la photo d’un building. Pas de quoi affoler James H. Nicholson et Samuel Z. Arkoff, les pontes d’AIP, qui l’engagent pour quatre films en 1957.



June Kenney dans L'Araignée.


Prenant le contre-pied de L’Homme qui rétrécit, il imagine avec Le Fantastique homme colosse un militaire que l’explosion d’une bombe atomique au plutonium fait croître jusqu’à 18 mètres de haut. Sa fiancée en est tout affligée, mais lui reste fidèle. Il perd la raison, détruit tout et jette des palmiers sur la foule tandis que les militaires le combattent.

Notre malheureux géant revient dans Le Retour de l’homme colosse pour une conclusion dépri [...]

Il vous reste 70 % de l'article à lire

Ce contenu éditorial est réservé aux abonnés MADMOVIES. Si vous n'êtes pas connecté, merci de cliquer sur le bouton ci-dessous et accéder à votre espace dédié.

Découvrir nos offres d'abonnement

Ajout d'un commentaire

Connexion à votre compte

Connexion à votre compte