Haute fidélité

Dark Places

Adaptation de Lieux sombres de Gillian Flynn, Dark Places a semble-t-il conquis la romancière qui n'a pas manqué de louer la fidélité du long-métrage de Gilles Paquet-Brenner à son matériau d'origine. Mais ce qui fonctionne sur la page, fonctionne-t-il forcément à l’écran ?
Array

1985. Libby Day (Charlize Theron) a huit ans lorsqu’elle assiste au meurtre de sa mère et de ses sœurs dans la ferme familiale. Son témoignage accablant désigne son frère Ben (Corey Stoll), âgé de seize ans, comme l’assassin. 30 ans plus tard, un groupe d’enquêteurs amateurs appelés le Kill Club et mené par Lyle Wirth (Nicolas Hoult) convainc Libby de se replonger dans le souvenir de cette nuit cauchemardesque. De nouvelles vérités émergent, remettant en cause la condamnation de Ben… Quelques secondes avant le début de la projection de Dark Places, l'un des journalistes assis dans la salle affirmait un sourire en coin : « Ah ! Ben on va pouvoir comparer avec Gone Girl ! », non sans l'approbation de son voisin. Le genre de réflexion inévitable, mais vaine, Dark Places s’avérant évidemment distinct de son prédécesseur, et ce, en dépit de leur ADN « Gillian Flynn-esque » commun. Un sentiment conforté dès son prologue tourné en  [...]

Il vous reste 70 % de l'article à lire

Ce contenu éditorial est réservé aux abonnés MADMOVIES. Si vous n'êtes pas connecté, merci de cliquer sur le bouton ci-dessous et accéder à votre espace dédié.

Découvrir nos offres d'abonnement
Commentaire(s) (7)
Lee69
le 13/04/2015 à 17:50

En même temps, il ne fallait pas attendre autre chose qu'un tas de m... de la part du réal' français qui a commis les Gomes et Tavares... Foirer un film avec un casting comme ça, sur la lancée inespérée du succès de gillian Flynn, il n'y avait qu'un metteur en scène bien de chez nous pour y arriver. N'importe quel yes man américain aurait sans aucun doute fait mieux. Quand je pense qu'on continue à nous seriner les oreilles avec le sempiternel refrain qu'on manque de moyens en France... Je dirais plutôt que le manque de talent est flagrant et écorche les yeux.

Burnett
le 13/04/2015 à 19:27

L'idée du Kill Club a sûrement dû être exploité un bon paquet de fois mais je la trouve (quand même) super intéressante. Ca ferait… une bonne série, on en sort pas !

Je me souviens avoir ici même remarqué le côté exagéré du jeu de Charlize Théron, même si j'imagine bien que le personnage l'impose "je suis mimi mais je m'habille et me comporte comme un mec (torturé)". Désolé, mais les contre-emplois et les rôles à Oscar ça marche pas toujours.

Enfin bon, je vais être trop sévère vu que je n'ai pas vu le film, ça fera une soirée télé "peinarde".

JBH
le 13/04/2015 à 20:30

@Johnny Utah : C'est vrai que c'est bizarre qu'un projet aussi "tendance" ait pu finir chez Paquet-Brenner qui n'est pas forcément l'un des cinéastes actuels que l'on aimerait voir sur ce type de thriller. Je pense que n'importe quel Zal Batmanglij ou Sean Durkin aurait accouché de quelque chose de bien moins fade.

@Burnett : J'aime beaucoup Theron mais, là, son jeu manque vraiment de nuances et semble en pilotage automatique. Dommage.

Burnett
le 13/04/2015 à 20:56

@ JBH On est d'accord même si tu t'appuies sur le film... moi sur la B.A.

Franchement, sur le coup je vous fait confiance (Cédric et toi). Je regarderais ça à la télé sans dépenser un kopeck, en me disant "elle en fait des caisses, elle est mal sapée, mais qu'est-ce qu'elle est mimi. Et oui, c'est une bonne actrice, pas juste une belle femme.

lonekin
le 14/04/2015 à 11:55

Ce n'est pas si catastrophique que ça. Le film n'est pas nul, il est - au pire - moyen. Il est très fidèle au bouquin même s'il ne parvient pas à en retranscrire toute l'intensité faute d'une durée un peu plus conséquente. Certains seconds rôles sont parfaits (Tye Sherridan), d'autres à côté de la plaque (Christina, hélas). Quant à Charlize Theron, outre le fait qu'elle ne ressemble pas au personnage original et qu'on essaie tant bien que mal de la déguiser en ado, ce qu'est restée Libby Day -, le problème vient plus du fait qu'on l'a déjà vue dans un rôle similaire (Young Adult). Bref, une adaptation fidèle, plastiquement quelconque, reposant sur la présence de Theron devant la caméra et à la production.

Le Toursiveu
le 16/04/2015 à 01:30

Déjà, y'a un problème dès le départ quand on essaie de nous faire croire que Christina Hendricks (95D) joue la mère de Charlize Theron (90C)... Moi je dis ça...

Ensuite, tout sonne faux et tombe régulièrement dans le comique involontaire, notamment lors d'une scène finale (que je ne spoile pas) digne du fameux "Eh non, en fait c'était moi le tueur" de La Cité de la Peur. Nous étions une cinquantaine de journalistes dans la salle. Nous avons tous éclaté de rire. Dark Places est bien parti pour se situer dans le "FLOP" de l'année 2015.

Il est étonnant de voir que ce sont souvent les projets produits et développés par certaines actrices (ici Charlize Theron productrice du film - responsable du choix de Gilles Paquet-Brenner, mais ça vaut pour d'autres actrices comme Halle Berry, Reese Witherspoon ou Sandra Bullock) qui sont souvent incapables de montrer de quoi elles sont vraiment capables. Beaucoup d'actrices (et acteurs) sont souvent mal servis par eux-mêmes!

lonekin
le 16/04/2015 à 11:53

Elle fait pas du 95C Christina Hendricks ! Plutôt du 100G, par là...

Ajout d'un commentaire

Connexion à votre compte

Connexion à votre compte