HALLUCINATIONS COLLECTIVES 2018

Les 11e Hallucinations collectives, c’était du 27 mars au 2 avril derniers. Soit le temps d’un week-end pascal phagocyté par un essaim de sorcières venu piquer les rétines des spectateurs lyonnais.

Il y a un an tout pile, nous louions – comme à notre habitude – la qualité d’un festival « cinéphile » (mention importante) qui avait su faire sa place dans un paysage parfois absurdement concurrentiel. Bien sûr, nous avions peu de doutes quant à la capacité des Hallucinations collectives à pouvoir de nouveau nous (a)cueillir, mais nous savions aussi que passer après une édition anniversaire – la dixième – allait peut-être crisper un chouia des organisateurs désireux d’offrir le meilleur à leurs spectateurs. Et surtout de l’inédit, du peu vu, de l’oublié. Car après une décennie passée à fouiner dans les recoins sombres de l’Histoire du cinéma, comment parvenir à échafauder encore une programmation exigeante ET rassembleuse ?


FRAÎCHEURS DU MONDE
En ouverture, les Hallucinations collectives ne dérogeaient pas à leur règle : une avant-première costaude taillée pour un lancement festif. Enfin « festif », façon de parler, car le film proposé était plutôt du genre petit pain fourré aux clous rouillés. Une prière avant l’aube, second long-métrage « cinéma » (précision utile) de Jean-Stéphane Sauvaire, était précédé d’un buzz flatteur propagé par quelques Cannois ayant vu la chose en séance de minuit l’année précédente. L’auteur de ces lignes, probablement mal luné ou trop crevé lors de son séjour sur la Côte d’Azur – ou finalement très lucide ? – avait alors trouvé le machin parfaitement imbitable. Devait-il lui redonner une chance ? Non. Doit-il expliquer ici pourquoi il trouve ça nul ? Non plus. Doit-il arrêter de parler à la troisième personne ? Oui. Bref, il aurait été en revanche ballot de ne pas tenter les autres avant-premières proposées, dont le recommandable Tigers Are Not Afraid (La Cité de Dieu meets L’Échine du Diable, mais en moins bien pour les deux), le très reco [...]

Il vous reste 70 % de l'article à lire

Ce contenu éditorial est réservé aux abonnés MADMOVIES. Si vous n'êtes pas connecté, merci de cliquer sur le bouton ci-dessous et accéder à votre espace dédié.

Découvrir nos offres d'abonnement

Ajout d'un commentaire

Connexion à votre compte

Connexion à votre compte