FREAKS DE ZACH LIPOVSKY & ADAM B. STEIN

Régulièrement, un film indépendant soulève une certaine effervescence dans le circuit des festivals internationaux, avant d’échouer chez nous directement en vidéo. Depuis sa première à Toronto, Freaks a remporté près d’une dizaine de trophées, et en dépit de son arrivée en France par la petite porte, il constitue l’un des premiers événements cinéphiliques de cette nouvelle année.
Array

Chloé, une fillette de 7 ans, vit enfermée dans un pavillon crasseux seule avec son père (Emile Hirsch). Celui-ci l’a formée toute sa vie à mentir, la persuadant que tous, à l’extérieur, veulent leur mort. Alors que le comportement erratique de son paternel empire de jour en jour, Chloé voit régulièrement apparaître le fantôme d’une femme dans son placard, qui a visiblement subi les pires sévices. À sa fenêtre, un camion de glace hante également son allée, où souhaiterait l’attirer un vieillard hirsute (Bruce Dern) auquel on ne confierait pas un enfant… Difficile d’aborder Freaks sans évoquer les nombreux genres qu’il détourne. Un peu de démocratie ne faisant jamais de mal par les temps qui courent, nous vous proposons un choix. La première option serait d’acheter immédiatement l’édition française signée Lonesome Bear, de dévorer cette pépite au plus vite, puis de lire la critique qui suit. La seconde option serait de plonger tête baissée dans des spoilers inévitables avant de vous procurer le film, étape quoi qu’il en soit hautement recommandée. Maintenant que votre décision est prise, nous pouvons entrer dans les détails. 



ÉCRITURE À REBOURS
Qui sont Adam B. Stein et Zach Lipovsky, les deux scénaristes/réalisateurs de Freaks ? Le premier s’est fait connaître en signant des sketches du talk-show de Jimmy Kimmel avant d’enchaîner des webséries confidentielles comme Ingress Obsessed ou Nerd Court. Le second a quant à lui cachetonné dans le bis durant la première moitié des années 2010, en commettant Leprechaun: Origins (sans Warwick Davis) et l’adaptation du jeu de zombies rigolard de Capcom Dead Rising. Alors qu’ils s’enlisent dans des projets purement alimentaires, Stein et Lipovsky tentent de développer des projets qui leur ressemblent. Après plusieurs scénarios boudés par Hollywood, ils décident – peut-être avec un certain opportunisme – de se pencher sur le ge [...]

Il vous reste 70 % de l'article à lire

Ce contenu éditorial est réservé aux abonnés MADMOVIES. Si vous n'êtes pas connecté, merci de cliquer sur le bouton ci-dessous et accéder à votre espace dédié.

Découvrir nos offres d'abonnement

Ajout d'un commentaire

Connexion à votre compte

Connexion à votre compte