EXTRÊME CINÉMA

Du 28 octobre au 5 novembre derniers à la Cinémathèque de Toulouse, on pouvait constater que la 18e édition du festival ne marquait pas, mais alors pas du tout, l’âge de la majorité et de la raison.
Array

L’expression « orgie de cinéma » est peut-être un cliché, mais on aurait du mal à en trouver une autre pour décrire ces huit jours. Cela commençait avec Éric Valette présentant une « carte noire » composée de deux de ses films d’action préférés des années 70, le néo-western L’Homme de la loi de Michael Winner et le hargneux polar britannique Le Piège infernal de Michael Apted. Et cela continuait avec les fantômes japonais de Nobuo Nakagawa, des fleurons de la Nouvelle Vague hongkongaise des années 80 (tiens, The Killer de John Woo : depuis combien de temps ne l’avez-vous pas revu ?), des paires constituées d’un classique et de son remake (Les Chasses du comte Zaroff et sa version sado-érotique La Comtesse perverse de Jess Franco, Les Tueurs de la lune de miel et sa déclinaison mexicaine et baroque Carmin profond d’Arturo Ripstein), etc. Impossible de citer l’ensemble d’un programme très dense, au d&e [...]

Il vous reste 70 % de l'article à lire

Ce contenu éditorial est réservé aux abonnés MADMOVIES. Si vous n'êtes pas connecté, merci de cliquer sur le bouton ci-dessous et accéder à votre espace dédié.

Découvrir nos offres d'abonnement

Ajout d'un commentaire

Connexion à votre compte

Connexion à votre compte