Comme un chef

The Menu

Thriller horrifique pour gourmets

Array

La toujours convaincante Anya Taylor-Joy (Last Night in Soho) sera bientôt au générique de The Menu où elle partagera l’affiche avec le non moins talentueux Ralph Fiennes (Strange Days). Dans ce huis clos réalisé par Mark Mylod (la série Succession), Fiennes interprète un cuisinier à succès dont la réputation est telle qu’un groupe de quidams s’empresse de venir goûter au mets qu'il leur propose en exclusivité. Mais le chef réserve à ses invités une petite surprise qui va s'avérer fatale… Un pitch volontairement vague à l’image d’un premier teaser qui se garde bien de dévoiler les tenants et les aboutissants de ce « thriller psychologique sombrement comique situé dans le monde excentrique de la culture culinaire. » Tant mieux. 

Commentaire(s) (10)
oriounga
le 02/06/2022 à 09:20

J'espère que le coup de théâtre final ne nous révélera pas qu'il sert de la viande humaine à ses convives, sinon cela me retournera l'estomac.

McCoy
le 02/06/2022 à 10:39

You had me at "SUCCESSION".

oriounga
le 02/06/2022 à 13:57

C'est sur la guerre de Sécession?

McCoy
le 02/06/2022 à 17:03

C'est la guerre mais au sein d'une famille et ça déchire sa race. Pourtant c'est dans un monde auquel je ne capte rien mais je suis happé par le truc. Vivement la saison 4

danysparta
le 03/06/2022 à 02:43

Elle enchaine les films intéressant en tout cas la belle Anya. Le teaser donne faim en tout cas.

Narko
le 03/06/2022 à 08:07

Vu que c'est produit par Adam McKay, j'irai les yeux fermés et les papilles gustatives ouvertes !

Li belle bièsse
le 04/06/2022 à 04:06

On peut toujours patienter en se regardant LE CUISINIER, LE VOLEUR, SA FEMME ET SON AMANT, un Greenaway abordable comme son MEURTRE DANS UN JARDIN ANGLAIS.

Narko
le 06/06/2022 à 14:29

C’est vrai que les Greenaway sont les précurseurs des Lynchs…. En plus vieillots, quand même… et très brits aussi !

Li belle bièsse
le 06/06/2022 à 20:59

Lynch n'avait-il pas déjà réalisé deux films dont le sacrément perché ERASERHEAD avant que Greenaway ne fasse son premier ? Quoi qu'il en soit, je le trouve moins dépassé que maniéré ce qui nous donne des pensums rutilants et vides lorsqu'il filme à distance particulièrement dans des contextes contemporains et de petites merveilles lorsque son amour de la peinture du 17eme siècle s'allie à celui pour l'histoire et ses personnages comme dans les deux films précités.
Et puisqu'on discourt de bouffe dans une approche qui risque d'être intoxicante, permettez-moi de vous conseiller de voir, de revoir ou de re-revoir le feel food movie LE FESTIN DE BABETTE. Ou mieux de lire la nouvelle.

Narko
le 07/06/2022 à 06:52

C’est pas faux, mais après Eraserhead et Elephant-Man, Lynch a entamé un cycle de films (ça s’arrêtera avec Mulholland Drive) qui sont plus rattachables à une contemporanéité similaire à celle de Greenaway.

Mais Greenaway, faut aimer, de toute façon, c’est pas accessible à tout le monde, comme du Blier, en fait.

Ajout d'un commentaire

Connexion à votre compte

Connexion à votre compte