Christophe Gans

Palmarès commenté et idéologie disséquée : en quelques réponses tranchantes, Christophe Gans, président du jury au dernier Festival du Film Fantastique de Gérardmer, déroule des pistes de réflexion sur le cinéma de genre d’aujourd’hui.
Array

Une chose m’a particulièrement interpellé dans ton discours d’ouverture : le fait de parler « d’affaire de génération » par rapport au genre. Finalement, on entend presque jamais cette réflexion.

Et pourtant, elle est d’une évidence incroyable. Les films de genre, je parle de ceux qui ont été le ferment commun de notre génération, ont eu également valeur de mots de passe que nous nous sommes échangés. Les gens qui avaient vu Duel ou Phantom of the Paradise méritaient ainsi d’être ensemble, méritaient d’être des amis. Nous nous « retrouvions » sur ces films-là, il y avait une « connexion ». Le fantastique a toujours été très fécond en oeuvres qui sont en fait le codage et le décodage d’une génération. Le codage au sens où ces films sont des répères, des signes entre les gens ; et le décodage parce qu’ils parlent aussi des générations. Par exemple, une des choses que j’aime dans It Follows, c’est que le film parle de la génération actuelle. Avec des craintes que moi, je n’avais pas à leur époque, mais que je perçois aujourd’hui complètement à travers le film. It Follows n’est donc pas seulement un très beau film fantastique DE cette génération, c’est également une fenêtre SUR cette génération. 

Dans les films sélectionnés cette année, j’ai noté un certain repositionnement droitier du fantastique, avec des aspects parfois réactionnaires, notamment dans la caractérisation des personnages. Un long-métrage comme Cub est par exemple très réac’ dans sa façon de montrer – et de juger – le monstrueux. Il y a beaucoup de maladresses idéologiques, et un autre film comme The Man in the Orange Jacket montre exactement l’inverse de ce qu’il voudrait dire [...]

Il vous reste 70 % de l'article à lire

Ce contenu éditorial est réservé aux abonnés MADMOVIES. Si vous n'êtes pas connecté, merci de cliquer sur le bouton ci-dessous et accéder à votre espace dédié.

Découvrir nos offres d'abonnement
Commentaire(s) (1)
madgabriel
le 18/11/2015 à 02:55

Excellentes reflexions de Gans, un type super qui ne tourne pas assez a mon gout. Oisif ou le systéme francais est une galere sans nom ?
En tout cas un excellent analyste du cinema. Sa critique analytique de Fury road est démente!!!

Ajout d'un commentaire

Connexion à votre compte

Connexion à votre compte