3

Dans le ventre du démon

Amityville: The Awakening

L'air de rien, Amityville : The Awakening (ex-Amityville : The Lost Tapes) est le douzième film de la franchise consacrée à la fameuse demeure. Une longue liste dans laquelle on ne sauvera que le traumatisant Amityville II : Le Possédé de Damiano Damiani (basé sur un scénario de Tommy Lee Wallace, ça aide) et, par pure nostalgie et parce qu'il nous avait collé une belle trouille lors de sa première diffusion télé, le premier opus de la saga signé Stuart Rosenberg, Amityville, La maison du Diable. D'emblée, ce nouveau chapitre s'inscrit dans la cruelle réalité du système médical américain : Belle (Bella Thorne, Forget Me Not), sa petite soeur Juliet et leur frère jumeau James (Cameron Monaghan, The Giver), plongé dans le coma, s'installent dans une nouvelle maison que leur mère Joan (Jennifer Jason Leigh, Dolores Claiborne), qui les élève seule, a choisi parce qu'elle ne coûte presque rien et que cela lui permet ainsi de régler les frais du traitement de son fils. Mais d'étranges phénomènes commencent à se produire, tandis que James guérit miraculeusement. Hantée par d'horribles visions, Belle comprend alors que sa mère ne lui a pas tout dit sur la maison et réalise qu'il s'agit en fait d'Amityville, lieu à la sinistre réputation. Produit par l'increvable Jason Blum (Sinister), le film est réalisé par Franck Khalfoun, à qui l'on doit le remake de Maniac. De quoi, peut-être, redorer le blason d'une franchise salement ternie. La sortie US était prévue le 2 janvier 2015, mais elle semble avoir été reportée sans date. Patience, donc...

Cédric Delelée