La drogue, le succès et... Shining
05/11/2014

La drogue, le succès et... Shining

Stephen King

8

Stephen King vient d’accorder un entretien fleuve au site Rolling Stone où il évoque sa longue carrière avec son franc-parler habituel. Qu’il s’agisse de son art (« À un certain niveau, j’ai élevé la littérature horrifique »), de ses addictions passées (Misery est un roman sur la cocaïne. Annie Wilkes est comme de la cocaïne ») ou de ses échecs littéraires (« Les Tommyknockers est un bouquin affreux »), aucun détail de la vie de l’auteur de Carrie n’est oublié. Et comme on pouvait s’y attendre, le romancier se montre toujours aussi intraitable sur l’adaptation de Shining réalisée par Stanley Kubrick : « Les gens ne comprennent pas pourquoi je ne l’aime pas. Le livre est chaud alors que le film est froid. Dès le début, j’ai su que Jack était taré » explique-t-il. « Et puis, c’est si misogyne. Wendy Torrance est présentée comme une sorte de serpillère hurlante. » Et quid du documentaire Room 237 où chaque élément du long métrage de Kubrick est analysé de manière trop délirante selon Jan Harlan, l'un des proches du metteur en scène de Full Metal Jacket ? « J’en ai regardé la moitié puis j’ai arrêté » avoue King. « Ces gars en faisaient trop. Je n’ai jamais eu de patience pour ces conneries académiques. » Alors, lucide ou trop dur le papa de Joe Hill ?

Jean-Baptiste Herment

En relation avec cet article...

Shining | Carrie | Room 237 | Stephen King | Stanley Kubrick