4

La chambre des mortes

The Sleeping Room

    Le synopsis de The Sleeping Room, premier long signé John Shackleton, est franchement prometteur. Jugez plutôt : Blue (Leila Mimmack), une adolescente qui gagne sa vie comme escort girl, est envoyée à Brighton, où elle découvre avec surprise que son client, prénommé Bill (Joseph Beattie, Borgia), est un charmant jeune homme qui restaure un bordel abandonné datant de l'époque Victorienne. Parmi les vestiges de la maison close se trouve un Mutoscope, appareil dans lequel on introduit un penny et qui fait défiler des photographies anciennes pour qu'elles deviennent un petit film, à raison de 850 photos pour un court-métrage d'environ une minute. En l'essayant, Blue est amenée à voir les images d'un acte sexuel impliquant deux jeunes filles et un homme au visage dissimulé derrière un masque. Après que Bill a tenté sans succès de faire à Blue ce pour quoi il la paie, elle découvre une autre chambre cachée derrière un miroir sans tain, du type de celles où se reposaient les prostituées entre deux passes. La jeune fille est perturbée par l'un des visages vu sur une photographie et sent une présence dans la pièce. Son mac était quant à lui parfaitement au courant de l'existence du bordel et de ce qui s'y passait, à savoir les actes sadiques et incestueux  commises par l'inconnu masqué pour le bon plaisir de la haute société Victorienne. En cherchant à en savoir plus, Blue se rend compte qu'il existe un lien entre le pervers et sa mère, qui s'est suicidée après avoir tué ses parents lorsque Blue n'était encore qu'une petite fille. Déterminée à percer le mystère, la jeune escort se retrouve piégée dans le bordel alors que le passé revient à la vie et ses désirs vicieux avec : l'homme au masque, jadis responsable de la disparition de plusieurs adolescentes, est de retour, et il s'est trouvé une nouvelle proie... Vivement une date de sortie, d'autant que le trailer donne très envie.

Cédric Delelée

En relation avec cet article...

The Sleeping Room | John Shackleton | Leila Mimmack | Joseph Beattie