22

Comme à la maison

Amityville: The Awakening

Un peu plus de 15 ans après Michael Bay avec Amityville, c'est au tour de Jason Blum (et des frères Weinstein) de produire un revival d'Amityville, La Maison du Diable, le "classique" réalisé par Stuart Rosenberg en 1979, lequel fut suivi du terrifiant Amityville II : Le Possédé de Damiano Damiani, du nettement moins terrifiant Amityville 3-D de Richard Fleischer produit par Dino De Laurentiis (qui bénéficiait cependant d'une ou deux scènes très intenses) et de plusieurs autres épisodes plus ou moins légitimes. Confié à Franck Khalfoun, qui s'était chargé du remake de Maniac, Amityville: The Awakening s'intéresse à une famille qui va connaître tous les touments de l'enfer : une adolescente prénommée Belle (Bella Thorne, vue dans la série Scream), sa petite soeur Juliet (McKenna Grace, à l'affiche du Frankenstein de Bernard Rose), son frère jumeau James (qui est dans le coma) et leur mère célibataire Joan (Jennifer Jason Leigh, Les Huit salopards), qui s'installent dans une nouvelle maison afin de faire des économies pour aider à payer le traitement médical très onéreux que doit suivre James. C'est alors que des phénomènes étranges se produisent : Belle est victime de cauchemars terrifiants et James guérit comme par miracle. La jeune fille commence à soupçonner sa mère de ne pas lui avoir tout dit sur la maison et découvre qu'ils ont emmenagé dans la tristement célèbre Amityville. Rob (Maniac) signe la musique de ce reboot prévu depuis 2012 et qui faillit bien être tourné selon le procédé du found footage avant que le script ne soit réécrit par Khalfoun. Après avoir récemment subi quelques reshoots, le film sortira aux USA le 1er avril. Outre l'intérêt de retrouver Jennifer Jason Leigh, on signalera également la présence de Kurtwood Smith, l'inoubliable Clarence Boddicker de RoboCop. Quant à ce nouveau trailer, on dira sans trop s'avancer qu'ils n'est ni meilleur ni pire que ceux de productions Jason Blum comme Insidious ou Sinister 2.

Cédric Delelée